Reportage À la rencontre des jeunes designers diplômés de l'ENSCI

Recevoir la newsletter

Recevez chaque semaines la newsletter étapes:

Lancer la galerie 23 images
Grand format Reportage diplome, Design, recherche Publié le 13.02.2018

[Reportage] À la rencontre des jeunes designers diplômés de l'ENSCI

À l’occasion des journées portes ouvertes de l’ENSCI, 11 anciens étudiants de l’école de design en création industrielle ou en design textile présentaient leurs projets de fin d’études. Nous sommes allés à leur rencontre.

Adeline Celier, diplômée en design industriel, présente son logiciel Atlas : "L’idée est de spatialiser l’information pour la comprendre, et en faire un point de départ de la réflexion." La jeune designer part du support qui modèle l’information. Elle se base sur ce lien entre forme et contenu pour imaginer et réaliser une interface où disposer les documents (textes, images…) de manière à les visualiser à la fois dans leur ensemble et dans leurs détails. Véritable espace de réflexion numérique, sous forme de bureau alternatif, le logiciel simple d’utilisation et instinctif permet ainsi de trier et formaliser des idées jusqu’alors peu définies, en les disposant selon le fil de la pensée de son utilisateur.


©Adeline Celier- Atlas

Plus loin, on aperçoit des plateaux de jeux multicolores, avec des pions, des étiquettes, des dés… Avec Ça part en gommettes, Adélie Lacombe propose une méthode pour rebooster la créativité, trouver de nouvelles idées et débloquer l’inspiration.


©Adélie Lacombe - ça part en gommettes

"J’ai été confrontée au syndrome de la page blanche pour ce projet. J’ai donc décidé d’y apporter une solution, Le résultat fait d’une pierre deux coups." Son projet est composé d’un kit : plateaux de jeux, marqueurs personnages, lieux, temps, actions, accessoires … Autant de matériaux destinés à développer des scénarios créatifs personnalisés, adaptés à différentes formes de blocage. Le kit regroupe des exercices d'écriture, la réalisation d’un court-métrage ou des projections dans l’organisation collective d’une start-up. Pour chacune, Adélie a imaginé des représentations permettant d’incarner et de spatialiser le blocage et des solutions pour le résoudre. Son projet très plastique exprime comment l’absence d’idées, peut conduit a en avoir de nouvelles.


©Adélie Lacombe - ça part en gommettes

Moins spectaculaire au premier abord, Les Parleuses, de Fanny Prudhomme, se présente comme un kit transportable. Il s'accompagne d’un site internet proposant des ressources et d’une communauté en construction autour du projet. La jeune designer entend offrir un outil pédagogique à destination de tous les publics (médecins, enseignants, associations) pour représenter et expliquer le sexe féminin.


©Fanny Prudhomme - Les Parleuses

En partant de la fonction de chaque organe, elle a produit des représentations visuelles, où chaque couleur et matière fait sens. Ainsi, pour représenter les ovocytes, un des ovaires est symbolisé par un sac de billes. L’autre est une petite pompe, pour incarner sa fonction d’expulsion. Les matériaux choisis sont simples et communs, le caractère familier de ce kit ludique démystifie l'aspect scientifique de l'étude du corps.


©Fanny Prudhomme - Les Parleuses

Exposés sur un miroir, une multitude de petits objets délicats, des motifs de damier et un jeu de cartes attirent le regard. Ce qui s’apparente à des ustensiles divinatoires se révèlent être une nouvelle manière d’interpréter et représenter des analyses ADN, via l'outil numérique. Avec Génomique Oraculaire, Marie-Sarah Adenis s’attaque au système actuel de représentation de la génomique personnelle. L'interprétation se fait à double niveau, par son aspect chiffré (la génétique) et en tenant compte de ce que l’ADN seul ne peut donner à voir (l’épigénétique).


©Marie-Sarah Adenis - Génomique Oraculaire

La biologiste de formation a ainsi imaginé un monde fantastique qui matérialise les prédictions obtenues en s’inspirant de pratiques divinatoires. Polarisé autour de Dionysos et Apollon (D&A), qui incarnent le duo génétique-épigénétique, ce monde et les créatures qui le composent redonnent au génome sa part d’imprévisibilité et d’aléatoire. Par le symbolisme de ces créatures, qui a ici une importance primordiale, la designer interroge le point d’intersection entre science et divination.


©Marie-Sarah Adenis & Paul Bonlarron - Génomique Oraculaire

Par Lisa Darrault



En images

Ajouter un commentaire

La revue

1530611850

étapes: 244

1525871271

étapes: 243

1520958637

étapes: 242

1520588502

Work & Design : L’univers du travail réinventé par les designers

1516980505

étapes: 241

1511450340

étapes: 240