Lancer la gallerie 5 images
News Objet, Affiche Publié le 12.03.2013

Chevalvert nous éclaire sur son projet "L-INK"

À la veille de l'ouverture de la Biennale de St Étienne, l'atelier de conception graphique Chevalvert présente son dernier projet "L-INK ". Réalisé en collaboration avec le designer Jean-Sébastien Lagrange, il sera exposé lors de la manifestation.
« L-INK » est avant tout un objet graphique singulier, une lampe/affiche réduite à sa plus simple expression, qui s’allume et s’éteint en la dépliant. Du point de vue de la fabrication, il s’agit d’une simple feuille de papier recouverte d’encre conductrice dont le graphisme forme un circuit électrique parsemé de LED. La lampe, en perdant son épaisseur acquiert alors une dimension magique, entre poster lumineux et applique murale dématérialisée.
Pour en savoir un peu plus nous avons posé quelques questions à Chevalvert.

étapes (é) : Pouvez-vous, en deux mots, définir ce projet hybride ?

Chevalvert (C) : L-INK est une hybridation, d'un simple pliage on passe d'un plan (le poster) à un volume (la lampe).

é : Comment a débuté votre collaboration avec Jean-Sébastien Lagrange, travaillez-vous souvent avec des designers ?

C : Notre collaboration a débuté par la réalisation de son identité visuelle et de sont site internet. Comme souvent, notre relation client s'est transformée en partenariat
et nous avons appris beaucoup sur nos visions et nos processus respectifs. Sur le projet Science Pops Beauty (http://bit.ly/ZxeWUK), nous avions aussi déjà collaboré ensemble.
Nous ne travaillons pas seulement en partenariat avec des designers, nous essayons aussi régulièrement de cultiver les potentialités des associations avec d'autres corps de métier (scénographe, cartographe, paysagiste, ergonome, programmeur…).

é : D'où provient l'idée de créer un projet évolutif où l'interaction s'intègre à l'objet graphique ?

C :Pour L-INK, c'est Jean-Sébastien qui a évoqué l'idée de travailler dans cette voie. Connaissant notre culture autour des "objets graphiques", il s'attendait à ce que l'on puisse être motivé à l'idée de développer ce genre de principe.

é : Pour des graphistes, quel est l’apport d’une telle confrontation, entre votre pratique et le design objet ?

C : Avant tout, elle permet de prendre du recul sur notre métier de graphiste et de se pencher sur les fondements de nos processus en tant que designer.
Ne connaissant pas les "grandes lois" du design objet, nous aimons volontairement aborder ce type de projet avec une certaine naïveté, cela aiguise notre curiosité.
De la même façon, Jean-Sébastien a aussi cette approche vis-à-vis des territoires de l'image. Cette confrontation permet la naissance de projet à mi-chemin entre différents territoires de conception et le questionnement des spécialités.

é : Est-ce le premier travail de ce type que vous effectuez ? Avez vous déjà travaillé avec de l'encre conductrice ? Et enfin ce projet vous a t'il donné de nouvelles idées pour des créations futures ?

C :Auparavant nous n'avions jamais travaillé sur ce type d'encre, par contre ce type de projet/recherche nous est familier.
Concernant l'impression, nous avons interrogé l'atelier de sérigraphie Lezard Graphique qui ont fait preuve d'une ouverture d'esprit et de compétences pour valider la faisabilité du projet, et ensuite le réaliser.
À l'avenir, avec la multiplication des FabLab et des ateliers valorisant la récupération et le Do It Yourself, ce type de procédé (l'impression à l'encre conductrice) sera bientôt comparable à l'impression 3D. Elle permet de concevoir et produire des objets de façon décentralisée. Le modèle industriel de la grosse usine qui produit en masse pourrait évoluer en une constellation de micro-usine, chez soi et/ou dans des ateliers de conception. Malgré le coût élevé à ce jour, le potentiel qu'offre l'encre conductrice est illimité. Nous pourrions employer ce type d'impression aussi bien pour la réalisation d'affiche, de signalétique ou de scénographie d'exposition.
Par ailleurs, nous sommes en train de travailler sur un objet/installation LED nommé "Murmur". Le premier prototype devrait voir le jour d'ici fin mai…

http://bit.ly/W5zhlG
http://bit.ly/W5zq8L
/



En images

Chevalvert nous eclaire sur son projet l ink
Image 1 / 4
Chevalvert nous eclaire sur son projet l ink
Image 2 / 4
Chevalvert nous eclaire sur son projet l ink
Image 3 / 4
Chevalvert nous eclaire sur son projet l ink
Image 4 / 4

Ajouter un commentaire

weekly:

Toute l'actualité du design graphique chaque semaine dans votre messagerie.

La revue

Etapes 222

Écoles & Diplômes étapes: 222

Etapes 221

Médias & Design Graphique étapes: 221

Etapes 220

Co-design étapes: 220

Etapes 219

Amérique Latine & Brésil étapes: 219

Etapes 218

Fiction & Anticipation étapes: 218

Etapes 217

Visual Food étapes: 217