La revue étapes: 229

Recevoir la newsletter

Recevez chaque semaines la newsletter étapes:

Lancer la galerie 3 images
La revue Publié le 14.12.2015

[Signes & Symboles] étapes: 229

L’histoire de l’écriture offre un éclairage sur le besoin d’abstraction élaboré par le développement des sociétés humaines. Excroissance du dessin, selon le linguiste américain Leonard Bloomfield, l’écriture a commencé avec des images, lesquelles, comme elles venaient à tenir lieu de mots, puis de syllabes, se firent de plus en plus abstraites, poursuit Robert Bringhurst dans La Forme solide du langage. Ce glissement, depuis la représentation du monde jusqu’à la représentation du son, offre la possibilité au lecteur de prononcer un mot sans en connaître sa signification. Auparavant, la picturalité de l’écriture permettait au contraire une reconnaissance des objets évoqués, une compréhension silencieuse, mais détachée d’un langage articulé. La voix s’est donc petit à petit imposée à l’écriture, soumettant l’image d’un mot à l’épreuve physique de la vocalité, la traversée du corps. Les signes regroupés dans ce dossier “Signes et symboles” font écho aux premières formes d’écriture de par leur nature non phonétique. Concentrés d’expression, ils peuvent être lus comme des images. Les tracés, les gestes et les esthétiques qui les composent méritent une attention particulière.

Le 23 novembre dernier disparaissait Pierre Bernard. Cofondateur du collectif Grapus, codirecteur artistique du Festival de l’affiche et du graphisme de Chaumont, directeur de l’Atelier de création graphique, ce graphiste, récompensé en 2006 par le prix Érasme, est une de ces personnes dont il est important de conserver une mémoire publique : pour l’humanité et le souci du bien commun engagés dans son travail, pour la qualité et l’intelligence avec laquelle il s’adressait à tous. Lui aussi accordait à l’expression du geste, du tracé, une importance particulière. Si ses travaux graphiques sont autant de traces, de mémoire de sa pratique et de sa façon d’exister “graphiste”, la compréhension silencieuse de ses images demande à être complétée de mots, de syllabes, de sons, de voix, de témoignages. Trop peu de choses ont été écrites à son sujet. Le verbe est un exutoire.





En images

Ajouter un commentaire

La revue

1504270271

étapes: 239

1499771791

Génération Y étapes: 238

1493971500

UX design & interfaces étapes: 237

1489758286

étapes: 236

1484062455

étapes: 235

1479307215

étapes: 234