Interview Identités remarquables : Des Signes

Recevoir la newsletter

Recevez chaque semaines la newsletter étapes:

1493298282
Lancer la galerie 23 images
Grand format Interview Graphisme, Interview Publié le 02.12.2013

Identités remarquables : Des Signes

Élise Muchir et Franklin Desclouds, les deux fondateurs du studio Des Signes, nous ont accueillis dans leurs locaux parisiens. Ils nous ont parlé de leur rencontre, de leur travail et de leurs projets…
Par Clara Debailly

Comment est né Des Signes ?
F.D : Nous étions à l'Ensad ensemble en section communication visuelle. À la sortie de l'école, nous n'avons pas tout de suite travaillé ensemble. Je suis allé faire mes armes chez Philippe Apeloig et Elise chez Ruedi Baur et Jean Widmer.
É.M : En 2003 nous avons pris la décision de monter Des Signes. Notre première commande était pour la BNF, ce qui pa la suite a amené beaucoup de grandes institutions culturelles vers le studio. Aujourd'hui nous travaillons également avec de plus petites structures, c'est assez plaisant aussi.

Pouvez-vous nous parler de votre façon de procéder ? Quelle est la philosophie du studio ?
É.M : Je dirais que nous procédons un peu comme le designer ou l'architecte, nous partons d'un langage formel pré-existant.Nous faisons un travail de création de formes nouvelles et singulières qui passe par une réinterprétation des codes.
F.D : En début de projet, nous commençons par réfléchir tous les deux. Une fois l’esprit posé, nous échangeons avec les membres du studio (il y a actuellement 5 graphistes et 2 stagiaires). Notre approche est assez variable selon les projets, mais nous avons une sensibilité commune et nous construisons avec le regard critique de l'autre.

Parlez-nous des affiches pour Rendez-vous aux Jardins 2013…
F.D : La thématique de cette année était le jardin et ses créateurs, dans le cadre de l'année Lenôtre. Nous avons voulu parler de cet espace maîtrisé et géométrique du jardin, en stylisant une feuille et en la multipliant. Pour la typographie, nous avons utilisé une Simplon retravaillée, dont l’intervention en grand rappelle les structures minérales que l'on retrouve dans les jardins, comme les escaliers ou les statues.
É.M : La couleur est intervenue à la fin, avec le choix de la trame. Nous avons choisi des verts jaunes et des bleutés, associés à des teintes rouges et roses, pour donner une sensation printanière, en rapport avec la période de l'année de l'évènement. La trame nous permet à la fois d'évoquer la notion de technique et d'apporter une touche de modernité, qui nous éloigne un peu de l'art naïf du Douanier-Rousseau.

Vous travaillez avec le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon, comment s'est passé la collaboration ?
F.D : C'est super. Au début, il s'agissait juste d'un concours pour la refonte du site, mais nous sommes allés plus loin en créant un nouvel univers graphique. Du coup, nous avons eu carte blanche pour la conception des affiche et du programme de la saison 2013/2014. L'idée était de concevoir un objet qui se manipule dans plusieurs sens, qui danse entre les mains...
É.M : Un peu comme si on chorégraphiait la lecture. La typographie est une Avant-Garde que nous avons tronqué à certains endroits pour concevoir des jeux formels et mettre en place une véritable scénographie. Ce concept leur a tellement plu que depuis un mois nous retravaillons toute leur identité visuelle.
F.D : La difficulté résidait dans le budget limité. Il a fallu inventer des solutions pour mettre en place un système à la fois fort et maniable pour qu'ils puissent eux-mêmes imprimer leurs affiches. Le challenge était assez excitant !

Sur quels projets travaillez-vous pour l'année 2013-2014 ? Seront-ils dans la continuité des précédents ?
F.D : Nous travaillons sur plusieurs projets en simultané : nous finissons les identités visuelles de Paris-Musée et du Musée de la chasse et de la nature – qui est un lieu incroyable – et entamons celle des éditions du ministère de l’éducation (Scéren) et de Pouti Paris. Nous avons un projet en cours avec la BnF et le Centre National des Arts du Cirque, pour qui nous développons un site sur les disciplines majeures du cirque contemporain.
É.M : Nous concevons également la signalétique de la future Cité Municipale de Bordeaux pour l’architecte Paul Andreu. Nous avons à cœur de participer régulièrement à des concours notamment d’affiches, de signalétique et d’identité visuelle lorsque les conditions de participation sont correctes !

Pour finir, comment voyez-vous l'avenir du studio ?
É.M : Nous sommes assez content de la taille actuelle du studio, être une dizaine ça apporte de la vitalité, une bonne dynamique de groupe. Une refonte du site et sa mise en ligne en anglais sont prévues début 2014... Nous allons continuer à garder notre sensibilité à la couleur, notre fantaisie, c'est notre ADN.
F.D : L'idée est de garder des projets de grande ampleur, pour le challenge, et puis de développer des projets plus modestes, sur lesquels nous avons plus de libertés, et où nous pouvons expérimenter au niveau typographique, poursuivre notre travail sur l'éclatement de la lettre. Le bilan que nous tirons de ces 10 années d'existence, c'est qu'aujourd'hui les gens reconnaissent la patte "Des Signes". Ça nous pousse à explorer encore plus loin...

http://www.des-signes.fr
Source photos : Des Signes



En images

Ajouter un commentaire

La revue

1493971500

UX design & interfaces étapes: 237

1489758286

étapes: 236

1484062455

étapes: 235

1479307215

étapes: 234

1473942432

étapes: 233

1467377648

European Creative Cities étapes: 232