Interview "La création de caractères française ne s’est jamais portée aussi...

Recevoir la newsletter

Recevez chaque semaines la newsletter étapes:

Lancer la galerie 4 images
Grand format Interview Publié le 12.01.2017

"La création de caractères française ne s’est jamais portée aussi bien"

En ce début d'année 2017, nous avons interrogé plusieurs professionnels du design et de la création visuelle afin de revenir sur les évolutions de la pratique au cours de l'année passée et les challenges pour celle à venir. Ce, à travers le partage de leurs expériences personnelles, projets, aspirations et regards. Cette série commence avec le typographe Jean-François Porchez. Créateur, professeur, distributeur, il donne depuis de nombreuses années le maximum pour valoriser la création de caractères française, dont il est aujourd'hui, un des hauts représentants.

Comment pouvez-vous résumer votre activité en 2016 ? 

Nous avons eu plus de nouveautés l’année dernière que les années précédentes, 2016 aura été un excellent cru.

La sortie majeure de l’année, c’est le PS Fournier: Un hommage à la nouvelle ère de typographie française moderne par Stéphane Elbaz, qui à également signé le design du spécimen. Le lancement des versions STD et PRO du AW Conqueror avant l’été ne sont qu’un début… d’autres extensions suivront en 2017 dont une famille complète du AW Conqueror Didot.

La seconde naissance de l’Ambroise totalement redessiné, avec des italiques notamment, a été publié après des années de travail. Pour conclure ce projet, nous avons confié le design du spécimen Ambroise à Cléoburo. Il vient juste d'être imprimé, il y a quelques jours, le résultat est super !

https://www.instagram.com/p/BOUNwWihEvs

Du nouveau aussi du côté de notre grand classique Parisine, qui est maintenant décliné en étroites et ultra-étroites, c’était une des attentes de nos clients. Et pour l’occasion nous avons confié le double spécimen à Luke Hayman & Andrea Trabucco-Campos, Pentagram NYC. C’est en ce moment chez l’imprimeur…

La commande typographique a t-elle évoluée au cours des derniers mois ? 

C’est important pour nous de bien séparer les activités de distribution de caractères de nos projets de commandes, afin de mettre en valeur nos designers distribués chez Typofonderie. C’est ZeCraft, société à part de Typofonderie qui gère les projets à façon d’identité typographique et autres créations autour de la typographie. Suite à l’excellente année 2015, durant laquelle nous avons créé entre-autres deux grandes familles (58 fontes au total) (1) pour la nouvelle identité visuelle Galeries Lafayette, l’année 2016 aura aussi été importante. Tant par les projets , tel le dernier en date pour Manitou, un caractère destiné aux marques du groupe, ou encore la belle collaboration avec Aaron Levin pour la refonte de l’identité visuelle de la Tour d’Argent, que par le lancement du site web ZeCraft.com. Ce nouveau site designé en interne, permet enfin de dévoiler les nombreux projets directs et les collaborations avec des agences depuis de nombreuses années.


Le Manitou

Comment valoriser la typographie auprès des différents publics ?

Lorsque que j’ai démarré Typofonderie en 1994, la France était un territoire vierge ou presque. Avec du recul, je réalise ma contribution au fil des ans à l’établissement d’un marché local, que ce soit pour la diffusions de caractères que la création d’alphabets sur-mesure, la création ou mise au point de marques. Autant il était très difficile de faire comprendre à des graphistes, des directeurs artistique l’intérêt d’alphabet sur-mesure dans les années 90, autant depuis, c’est comme une évidence. J’ai toujours enseigné la typographie et création de caractère car c’est aussi comme cela que nous préparons l’avenir et que le marché se construit. Depuis 2012, je dirige à l’ECV le master design typographique: nos étudiants pluridisciplaires en typographie se dirigent vers tous les secteurs, publications, agences de design, habillage télé, fonderies, etc.

Le travail accompli par les formations annuelles spécialisées publiques, établies depuis de nombreuses années pour certaines, est aussi un élément important de la vivacité actuelle de notre création française. Depuis quelques années, les nombreux profs de typographie dans les écoles de design n’enseignent plus seulement l’usage des caractères, les grilles et classifications, mais aussi le dessin de lettres: dans cette ampleur partout en France, c’est nouveau.

Depuis 2015, nous contribuons aussi à la reconnaissance de la qualité de l’enseignement de culture française avec la formation de cinq semaines de juin à juillet que nous avons lancé: TypeParis est dispensée en anglais ainsi que les conférences reconduites en 2017 dès juin. Nos étudiants viennent du monde entier pour apprendre un savoir-faire issue de nos traditions locales.
La nouveauté 2017, c’est TypeParis Sessions Nº1 qui aura lieu au Tank le 11 février 2017, réunissant dix super talentueux jeunes français qui présenterons leurs projets en français cette fois.


Quels sont vos projets pour 2017 ?

Chez Typofonderie, notre première sortie 2017 de l’année sera une linéale, créée par Aurélien Vret qui travaille avec nous sur ce projet depuis 2012. La sortie suivante c’est le Mencken, démarré en 2004 dans le cadre du projet The Baltimore Sun avec Lucie Lacava. Après de nombreuses phases de conception, on arrive à une famille de 63 fontes. La famille élargie AW Conqueror Didot est juste terminée et sera publiée en 2017. Initialement créé pour YSL Beauté en 2011 sous le nom Singulier, le Ysans, une linéale incisive, est arrivé au stade final de production, et devrait sortir prochainement aussi. Quelques produits dérivés vont être lancés au cours de l’année. La dynamique est là! Nous avons d’autres projets en cours avec des designers exterieurs qui avancent bien…

Selon-vous, quelle sera la place de la création de caractères à l'avenir ?

La création française ne s’est jamais portée aussi bien. Les fonderies sont nombreuses, les jeunes créatrices et créateurs sont actifs, ils créent et publient des caractères mais pas seulement. Le lettrage fait son grand retour depuis quelques années, et c’est pas prêt de s’arrêter. La place de la typographie devient plus importante, se trouve valorisée dans la sphère plus large du design et du graphisme.
Pourquoi ? L’évolution des outils de création qui affirme le rôle majeur du texte. L’évolution des modes de consultation des contenus à un impact positif sur la typographie et la création de caractères. En édition, publications, les contenus sont dynamiques car numériques, de bonnes compétences en typographie aident à mieux organiser l’information. En identité, la multiplication des supports, analogiques comme numériques force à imaginer des outils typographiques adaptables. La mise en page, le travail sur la structure, l’identité des marques passe par la typographie. Le choix de la palette de caractères typographique doit rendre unique, apporter de la différence, valoriser le projet. Les enjeux sont vastes, mais c’est qui fait nos métiers passionnants et c’est pour cela que l’avenir est radieux pour nos activités. Le terrain de jeu est vaste, les jeunes qui arrivent sur le marché du travail l’ont compris, leurs portfolios sont remplis de projets typographiques.

(1) GL Kahn et GL Bader
http://www.zecraft.com/fonts/galeries-lafayette-gl-kahn
http://www.zecraft.com/fonts/galeries-lafayette-gl-bader

Propos recueillis par Charles Loyer.



En images

Ajouter un commentaire

La revue

1504270271

étapes: 239

1499771791

Génération Y étapes: 238

1493971500

UX design & interfaces étapes: 237

1489758286

étapes: 236

1484062455

étapes: 235

1479307215

étapes: 234