News Les Jeux Olympiques en médailles

Recevoir la newsletter

Recevez chaque semaines la newsletter étapes:

Lancer la galerie 8 images
News Design, jeux olympiques, histoire Publié le 26.07.2017

[Design Flux] Les Jeux Olympiques en médailles

Philippe Starck vient de dévoiler le concept de la médaille des prochains Jeux Olympiques qui auront prétendument lieux en France en 2024 (?). La médaille, sous le signe du slogan de la ville candidate Paris "Made for sharing", implique le partage qu'a toujours voulu le CIO, Comité International Olympique.

L'origine des jeux est bien ancrée dans les mœurs alors il est d'usage pour le pays hôte qui conçoit, confectionne et frappe la médaille de rendre hommage au pays fondateur des Jeux, en y apposant des emblèmes grecs. Si les Jeux d'été conservent cette tradition, ceux d'hiver, historiquement détachés des Jeux Antiques car inexistant alors, s'autorisent à ne plus représenter Zeus et Niké sur l'avers - côté face - ou l'Acropole et le Parthénon au revers - côté pile. Les designers ont plus de liberté. Afin de bien comprendre l'enjeux d'un tel objet, forts en symboles, retour sur plus de 120 ans de jeux olympiques en 6 médailles.




Jeux Olympiques d'été 1900 — Paris, France — Frédéric Vernon
Ce modèle est encore aujourd'hui le seul non circulaire des Jeux d'été qui a été conçu. Sa singularité tient seulement dans la forme puisque l'on retrouve la divinité, Niké tenant les lauriers, et arrière plan, le Paris de l'Exposition Universelle. À cette époque on comprend que seul les emblèmes grecs ne suffisent pas, les pays hôte veulent une médaille qui immortalise la tenu des jeux dans un lieux précis.




Jeux Olympiques d'été 1928-1988 — Trionfo, Guiseppe Cassioli
C'est suite à un concours lancé par le CIO qu'est créé Trionfo, standardisation de la médaille avec Niké, à gauche, tenant palme et couronne dans chaque main. À partir de 1928, Guiseppe Cassioli fera tout les avers, et un designer du pays hôte fera parfois le revers, comme lors des Jeux de Séoul en 1988. Bien que renouvelée à chaque Jeux depuis 1992, Trionfo est encore aujourd'hui le modèle par excellence.



Jeux Olympiques d'hiver 1972 — Sapporo, Japon — Yagi Kazumi et Ikko Tanaka
Sans doute la médaille qui dans sa forme est la plus particulière. Son avers est un pictogramme de lignes évoquant la neige et l'atmosphère d'hiver douce. Le revers se constitue d'un flocon de neige stylisé, du soleil du Japon et des anneaux olympiques.



Jeux Olympiques d'hiver 1992 — Albertville, France — René Lallique
Le matériau diffère. René Lallique, maître verrier reconnu à l'échelle internationale, conçoit une médaille de verre pour les Jeux d'hiver de 1992.



Jeux Olymiques d'hiver 2010 — Vancouver, Canada — Corinne Hunt et Omer Arbel
Loin des techniques d'orfèvrerie classique, c'est au laser que sont gravées les motifs autochtones et les informations sur ce médaillon aux formes ondulantes. Les contours varient selon les médailles et c’en font des objets uniques pour chacun des récipiendaires de la récompense.



Jeux Olympiques d'été 2024 (?) — Paris, France — Philippe Starck
L'équipe de Philppe Starck a conçu cette médaille qui se partage une fois acquise. Libre à chacun de garder les quatre éléments qui la constitue, ou de les offrir aux collaborateurs, soutiens, familles…

Par Florian Bulou-Fezard



En images

Ajouter un commentaire

La revue

1499771791

Génération Y étapes: 238

1493971500

UX design & interfaces étapes: 237

1489758286

étapes: 236

1484062455

étapes: 235

1479307215

étapes: 234

1473942432

étapes: 233