Reportage L'AR et la VR s'invitent sur la nouvelle bouteille Desperados...

Recevoir la newsletter

Recevez chaque semaines la newsletter étapes:

1536311995
Lancer la galerie 11 images
Grand format Reportage Publié le 13.04.2018

[Reportage] L'AR et la VR s'invitent sur la nouvelle bouteille Desperados signée Théo Lopez

Généralement, on conseille à tous les vieux couples, de mettre un peu de piment dans leur relation pour éviter de tomber dans la routine. La marque Desperados collabore depuis 20 ans avec le 9ème concept, pour imaginer l'étiquette de sa bouteille iconique, et pourtant, force est de constater que la folie des débuts est toujours là.

Le secret se trouve dans la richesse créative du collectif d'art urbain qui se conjugue parfaitement au savoir-faire digital de l'agence MNSTR. Cette 19e édition de la bouteille autour de l'œuvre de Théo Lopez, présente une #FUTUREEDITION aussi pimpante que par le passé et augmentée d'un dispositif de réalité virtuelle unique.

Pour entrer dans cette aventure romanesque et partir à la découverte de l'œuvre de Théo Lopez, il suffit d'un smartphone. En scannant l'étiquette de la bouteille Desperados, une première version en réalité augmentée apparaît, avant d'inviter l'utilisateur à poursuivre l'histoire dans l'application embarquée. "L'idée était d'utiliser la technologie pour sublimer les étapes les plus intéressantes de mon processus de création" confie l'artiste de 28 ans, et d'ajouter "Grâce à la réalité virtuelle, on peut littéralement traverser la matière et les textures, explorer ma toile dans un espace en trois dimensions". C'est à ce point qu'intervient le gros de l'expérience, par la constitution d'un univers totalement fictif inspiré de son travail.


Ce parcours virtuel, d'autant plus immersif quand il se fait avec un casque de VR ou un cardboard, dure environ une minute trente. On y reconnait des détails ou des formes de l'œuvre finale, tout en étant hypnotisé par la kyrielle de mouvements, couleurs, textures et effets kaléidoscopique. À la fin, le graal se découvre : l'œuvre finale. Il faut quelques instants pour se remettre sur ses deux jambes, faire le tri de toutes ces images qui envahissent encore la tête et enfin pouvoir observer la toile sous un nouvel angle. Les formes s'affirment plus, la perspective est bouleversée, on voudrait y retourner mais cette fois-ci la profondeur doit se chercher dans sa propre imagination.



Installation lors du lancement de la bouteille #FUTUREDITION

Théo Lopez nous fait vivre son œuvre comme peu l'ont fait avant. Elle agit comme un diffracteur de lumière, placé entre le monde virtuel et l'œil du spectateur. Seule une double lecture permet de saisir l'ensemble des informations et suivre de A à Z, le fil narratif du processus de création. Du côté de Desperados, c'est un nouveau projet réussi, d'autant que l'opération se renouvelle par rapport à celle proposée parl'artiste Matthieu Dagorn, l'an dernier. Le travail de l'agence MNSTR est également à saluer. L'équipe menée par le directeur de création Louis Bonichon a cette volonté de développer des nouveaux formats narratifs à partir des technologies émergentes.

par Charles Loyer



En images

Ajouter un commentaire

La revue

1537782132

étapes: 245

1530611850

étapes: 244

1525871271

étapes: 243

1520958637

étapes: 242

1520588502

Work & Design : L’univers du travail réinventé par les designers

1516980505

étapes: 241