Interview The Feebles, jeux graphiques à 4 mains

Recevoir la newsletter

Recevez chaque semaines la newsletter étapes:

Lancer la galerie 15 images
Grand format Interview graffica,, nantes,, scène graphique Publié le 09.05.2018

The Feebles, jeux graphiques à 4 mains

à lire en espagnol sur gràffica
Gaëtan Guerlais et Anaël Moreau travaillent, dessinent et créent ensemble. Leur audacieux studio The Feebles occupe la scène graphique nantaise, notamment avec des projets pour des festivals (le Voyage à Nantes, la salle Stereolux). Mais aussi des travaux à l'échelle plus nationale, comme ceux pour Eram, Adidas, ou la Caisse d'Épargne. Pour répondre aux commandes, le duo compose de nouveaux formats et emploie différentes techniques, et n'en garde pas moins sa touche ludique et moderne.

Depuis leur rencontre au lycée, en section dessin, à Nantes, Gaëtan et Anaël ne se sont plus quittés. Jusqu'à faire les mêmes études à l'école Brassart (anciennement Sépia), période pendant laquelle ils s'installent en collocation. Puis, ils commencent leur parcours professionnel au sein de la même agence, tout en étant en freelance à côté : "on bossait les projets à la colloc, le soir, la nuit, le week-end." En 2013, quand le rythme devient intense, ils décident de créer leur propre studio, The Feebles.

Lorsqu'on parle des soirées créatives au sortir de la vie étudiante, les associés évoquent leur premier gros projet. Étape importante qui les a projetés en tant que professionnels : "on a réalisé une édition collector de la bouteille de Malibu. C'était assez impressionnant et chouette de la voir ensuite vendue dans les bars, les discothèques et les supermarchés ! "


2009, la bouteille Malibu réalisée en édition limitée (avant la création du studio)

Leur insertion sur la scène graphique se fait alors naturellement, en travaillant pour des acteurs culturels nantais. Le Stereolux, le festival Hip OpSession, ou encore le Voyage à Nantes, les projets s'enchaînent : "comme il existe une offre importante en culture à Nantes, c'est surtout du bouche à oreille, un projet en amène un autre, nous n'avons jamais eu besoin de prospecter pour l'instant."
"Le Voyage à Nantes (un parcours culturel qui se déploie chaque été entre lieux artistiques et historiques, ndlr) a démocratisé l'accès au graphisme à travers la ville." Ville qui, selon eux, laisse leur place aux créatifs et accueille ainsi un vivier. Pour répondre à une demande venant de manifestations culturelles et de lieux historiques (Chateau des Ducs de Bretagne), beaucoup de studios, d'illustrateurs, de freelances émergent.

En lien avec cette scène nantaise, ils ont réalisé un projet au sein de la maison Ronald McDonald, qui accueille les familles d’enfants hospitalisés. Ils ont redécorés, comme d'autres architectes et créatifs nantais, deux chambres au sein de la maison. L'occasion pour eux de rencontrer d'autres artistes locaux, sans aucun côté commercial, et simplement dans l'optique d'échanger et de partager avec eux. "C'était vraiment un moment pour faire du design graphique en prenant du plaisir, en partageant, échangeant, une évasion".


Une chambre de la maison Ronald MacDonald.

Et de la diversité des projets, découle une diversité de formats : "on passe de la création d'identité visuelle à une performance live... C'est ce qu'on adore dans ce métier, et nous essayons vraiment de proposer un panel de possibilités d'intervention très large, même si on tend de plus en plus vers l'illustration." Les acolytes aiment les nouvelles formes ; s'adapter aux demandes comme aux supports est un jeu pour eux. Ils expliquent que tous leurs projets partent d'un croquis, et leurs illustrations sont souvent des dessins au trait à l'encre, avec ombrage.

Par exemple pour la Vélo Parade, un évènement annuel nantais centré sur le vélo, ils réalisent une fresque circulaire de 30 mètres de diamètre. "L'idée était de surprendre les habitants, en ajoutant quelque chose à la ville qui n'y était pas, sans les prévenir." Ils l'ont donc peinte en une nuit, avec quelques paires de main en renfort.


La fresque réalisée sur l'île de Nantes pour la Vélo parade.

Mais The Feebles essaie de s'exporter aussi dans toute la France, avec des projets nationaux "pour ne pas s'enfermer dans ce côté Nanto/Nantais". Ainsi, ils ont réalisé les illustrations du festival Free Music, à côté de Bordeaux, et travaillent depuis 4 ans pour le festival Au Foin de la Rue, à proximité de Rennes, ainsi qu'avec le Ministère de la culture, pour l'opération "C'est mon patrimoine !".
Le duo a remarqué l'interêt croissant du public, en France, pour le graphisme, l'illustration, le design. Les porteurs de projets cherchent constamment à donner leur chance à de nouveaux studios. "On sent que ça se démocratise, les gens veulent savoir qui fait cette illustration là... ils cherchent de plus en plus à attribuer les œuvres à leurs auteurs, pour incarner celles-ci et mettre un visage derrière."

Les inséparables, qui ont tout même pris un appartement chacun, expliquent ne pas savoir comment travailler autrement qu'à deux. "Nous travaillons toujours ensemble, on a besoin de l'avis de l'autre quand on dessine. Le but c'est aussi de se surprendre. On s'y est habitués ! Et ça fait 15 ans que çà dure!"



Quelques projets supplémentaires


2015, Croix de bois, première exposition personnelle, pour l'espace LVL. Une expérience que le duo aimerait beaucoup renouveler



Des risographies imprimées par le duo



Quelques exemples d'affiches de festivals


Photo de couverture : © Adeline Moreau

Par Lisa Darrault



En images

Ajouter un commentaire

La revue

1537782132

étapes: 245

1530611850

étapes: 244

1525871271

étapes: 243

1520958637

étapes: 242

1520588502

Work & Design : L’univers du travail réinventé par les designers

1516980505

étapes: 241