Grand format Typographe : Les enjeux d'un métier en pleine évolution

Recevoir la newsletter

Recevez chaque semaines la newsletter étapes:

Grand format tribune, extensis, Typographie, typographe Publié le 22.01.2018

[Tribune] Typographe : Les enjeux d'un métier en pleine évolution

Une tribune de Jean-Michel Laurent, représentant d'Extensis France

Nouveaux outils, nouveaux usages : le numérique bouleverse le secteur de la création. Depuis la police de caractères dessinée sur fonte, aux bases de données en ligne, pas toujours légales, le métier de typographe change et se confronte aujourd’hui à de nouveaux enjeux.

Les typographes face aux compétences informatiques du web

Avant l’arrivée d’internet, les polices de caractères étaient dessinées à la main, et uniquement destinées à être imprimées. Le nombre de polices existantes était bien plus réduit qu’aujourd’hui. Une fois la police dessinée, il fallait la rendre utilisable pour plusieurs types de supports d’impression différents.

Aujourd’hui les typographes font face à de nouveaux enjeux, dont celui de la spécialisation.
Print et web présentent chacun des caractéristiques spécifiques. Pour l’un, le métier se concentre sur le dessin. Quant à l’autre, certaines compétences informatiques, comme l’apprentissage du code sont indispensables, pour rendre les polices de caractères compatibles aux formats web.

La démocratisation d’Internet a marqué un tournant dans le métier de typographe. Une police doit fonctionner sur tous les ordinateurs (Mac, PC, Linux) et intégrer toutes les ligatures. Des logiciels sont progressivement apparus pour faciliter le travail des typographes, et les affranchir du code : les outils informatiques gèrent encore aujourd’hui cette compatibilité multi-supports. Aujourd’hui, ils permettent de générer ces éléments de façon automatique une fois que les caractères ont été numérisés.

Du caractère d’art à un usage commercial

Si le digital a transformé l’ensemble des métiers de la création, il a également brouillé leurs frontières. En imposant de nouveaux outils et donc de nouveaux usages dans le métier, il a forcé les typographes à développer de nouvelles compétences pour rester attractifs sur le marché de l’emploi. C’est le cas, par exemple, des graphistes qui, aujourd’hui, ne se limitent plus à la PAO mais incorporent vidéo, typographie, photographie ou encore direction artistique dans leurs contrats, notamment pour répondre à la réalité d’un marché exigeant qui se veut pluridisciplinaire.

À l’inverse de personnalités issues de la publicité comme Andy Warhol dont les dessins iconiques se reconnaissent facilement, le typographe est un artiste de l’ombre. Si l’on connaît les polices Times New Roman ou Helvetica, et si des applications permettent aujourd’hui d’identifier une police via une simple photo, ceux qui les ont créées restent inconnus. C’est particulièrement vrai à l’heure où nombre d’entre elles sont accessibles sur le web et attirent un large public qui ignore l’identité de leur créateur ou la façon de les acquérir. Néanmoins, ces nouveaux enjeux ne se limitent pas aux particuliers : en 2010, Hadopi en a fait les frais en utilisant un logo avec une police vendue à France Télécom en 2000.

Ainsi, la logique d’achats d’une licence de typographie a drastiquement changé avec le digital. Alors qu’une licence d’utilisation est vendue pour un print, le web se place dans une autre logique, davantage commerciale : il s’agit d’acquérir une police pour attirer le public vers un contenu web. Le décompte des visiteurs uniques redistribue les cartes. Comme dans beaucoup d’autres métiers impactés par le digital, le constat est là : l’exigence du clic influence le choix des polices de caractères, leur production et donc leur diversité.

Pour survivre aux changements amenés par le web, le métier a dû s’adapter. Quel que soit le support, les polices de caractères ont conquis le monde de la publicité et de la communication en matérialisant visuellement l’empreinte d’une marque. Aujourd’hui, les polices se multiplient, et le web a changé la donne. Mais attention ! Tous les graphistes ne sont pas typographes, et inversement : c’est un métier qui existe depuis toujours et qui continuera à exister longtemps.



Suitcase Fusion développé par Extensis est un outil professionnel qui permet d'organiser vos polices par projet, par client ou selon le critère de votre choix que vous travaillez sous Mac Os ou en équipe sur un serveur. L'aperçu permet d'identifier rapidement la police la plus adéquate pour vos projets.



Ajouter un commentaire

La revue

1530611850

étapes: 244

1525871271

étapes: 243

1520958637

étapes: 242

1520588502

Work & Design : L’univers du travail réinventé par les designers

1516980505

étapes: 241

1511450340

étapes: 240