ADN_BCN : Lumières sur Barcelone

À l’occasion de sa sixième édition, le festival d’illumination Llum Bcn 2017 invitait les étudiants d’IED Barcelona à investir le porche historique du Salón del Tinell pour y célébrer la richesse historique et la modernité de la ville. Inspirés par ce e dualité, propre à l’essence de Barcelone, les dix étudiants réalisent une structure d’ADN bicolore, de 10 mètres de long, composée de 90 tubes LED. Métaphore d’une ville en mouvement, l’installation interactive et modulable, conçue en collaboration avec la marque de luminaires Fluvia, se transforme selon les va-et-vient du public. Les deux tutrices, Raffaella Perrone, directrice des opérations du département design et Michela Mezzavilla, Responsable du Master en Design d’Illumination d’Espaces, reviennent sur la genèse du projet.

Qu’est ce que le festival attendait de votre intervention ?

Raffaella Perrone : Le projet a été réalisé dans le cadre d’un workshop collaboratif, basé sur le volontariat et la motivation des étudiants de l’école. Il est destiné au Festival Llum Bcn, qui chaque année, célèbre la ville de Barcelone en transformant les édifices emblématiques et les patios intérieurs avec des installations lumineuses. L’installation devait représenter l’histoire et la modernité de la ville, tout en s’adaptant à l’espace assigné. Le porche du Salón del Tinell appartient au Palacio Real Mayor qui fut la résidence des rois de la couronne d’Aragón et le lieu où Christophe Colón négocia l’un de ses voyages vers l’Amérique. Aujourd’hui, c’est un centre d’expositions et d’évènements. En investissant le porche, ADN_BCN créé un espace interactif, qui se transforme selon les mouvements des visiteurs et symbolise l’évolution de la ville. La structure de l’ADN en deux couleurs représente à la fois l’ancienne Barcino du IVe siècle av. J.-C. et sa version actuelle et cosmopolite.

« La question de l’interaction directe ou indirecte s’est posée car les visiteurs ne pouvaient pas pénétrer dans le porche où était disposée l’installation. Il fallait donc attirer l’attention des visiteurs depuis la cour, sans les solliciter à toucher la structure. » Léa Blanchard, diplômées 2018 en Interior Design à IED Barcelona.


Comment se sont déroulées les différentes étapes du projet ?
RP : L’équipe a été choisie à travers un appel à projet, ouvert aux étudiants en Design Produit, Design d’Intérieur, Design Graphique et aux ex-étudiants en Design d’Illumination. L’atelier s’est déroulé sur 5 mois. En fonction de la personnalité des étudiants, certains ont été assignés à des tâches plus techniques ou plus créatives. Ils ont travaillé six semaines avant de présenter les esquisses du projet. Après que le festival ait donné son accord, la phase de développement a commencé. Les 3 dernières semaines de production de l’installation, les élèves étaient complètement autonomes.

Quel est l’objectif académique de l’atelier ?

RP : Il n’est pas nécessaire d’avoir des connaissances en design lumière pour participer au workshop. Les étudiants ont appris durant les sessions hebdomadaires, en travaillant sur des problématiques spécifiques. Ils se sont ainsi formés au design d’espace et de lumière, au travail en équipe. Ils ont appris à mesurer chaque décision, à gérer les temps de production, les ressources, le budget et les exigences d’un événement ouvert au public. Cette méthode d’apprentissage par l’expérience correspond à la pédagogie de l’école.

Michella Mezzavilla: Ce projet permet aux élèves de se confronter aux réalités de la profession et de comprendre comment gérer le contact avec les entreprises et fournisseurs.

Comment avez-vous travaillé avec Fluvia ?

MM : La participation de Fluvia est à la source du projet ADN_BCN. Nos étudiants ont travaillé directement avec le département d’ingénierie de l’entreprise en partageant avec les professionnels, leurs doutes et leurs difficultés. L’implémentation du système de contrôle d’illumination « Scena » était essentiel pour le réglage de la couleur, du rythme et de l’intensité de la lumière en fonction des mouvements des visiteurs.


Avez-vous rencontré des difficultés techniques ?
MM : Evidemment ! Avec 300 mètres de câbles, 90 tubes de LED connectés par un système de domotique et 8 capteurs de mouvement, les problèmes techniques sont légions. Il n’est pas aisé de mener à bien un projet si conséquent. Bien que la structure intéragisse en direct avec les mouvements du public, elle peut aussi être programmée pour se maintenir en cas de baisse d’affluence ou de problème technique. Ainsi, le spectacle de lumière peut continuer pendant que l’on en corrige les déficiences.


Comment le public a-t-il réagi à l’installation ?

RP : L’impact visuel de l’installation fût conséquent. En revanche, compte tenu de la forte a uence, les interactions entre les mouvements du public et les transformations de la structure n’ont pas toujours été comprises. Notre plus grande satisfaction est de voir les étudiants se confronter aux réactions, aux éloges et aux critiques du public.

Propos recueillis par Astrid Fedel.


L’Undergraduate Degree en Design d’Intérieurs et Design Graphique de l’IED Barcelona Design University prépare les étudiants à imaginer des solutions innovantes pour concevoir un produit, une marque ou un espace, à travers le langage graphique. La démarche pédagogique de l’école est fondée sur l’apprentissage par l’expérience, à partir de briefs qui répondent à des problématiques réelles du marché.

iedbarcelona.info

design indaba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

News

Andymation flipbook

Le cinéma dans le flipbook avec Andymation

Andymation rejoue dans un folioscope moqueur la scène finale d’Avengers Infinity War. Les folioscopes, plus communément appelés flipbook, sont des petits livrets de dessins. Feuilletés rapidement, ils donnent à l’œil l’illusion de mouvement. Faciles à réaliser, cela n’a pas empêché le flipbook d’Andymation de devenir viral. Pour rejouer la très raillée séquence « Mr Stark I don’t feel so good », il suffit de se munir d’un crayon, de papiers et de beaucoup de patience. Voir son profil Instagram.

Guardian weekly children issue on climate change

Le Guardian Weekly sur le changement climatique illustré par des enfants

C’est bien connu, la vérité sort de la bouche des enfants. Pourtant, rares sont les occasions de les entendre sur ce que l’on considère comme des « sujets d’adultes ». La semaine dernière, le Guardian Weekly, leur a tendu une perche en leur confiant le design de sa couverture. L’hebdomadaire consacrait une grande partie de ses pages au changement climatique, notamment au travers le regard des jeunes générations. La prise de parole de l’adolescente suédoise Greta Thunberg a marqué les esprits et transmis un message fort au monde entier. L’édition « Kids v Climate Change » lui offre une répercussion. Le directeur artistique de…

Installation cinétique marque Hem

Des confettis pour une installation cinétique et colorée

Pour son arrivée à Los Angeles, la marque de mobiliers suédois Hem a fait appel à Clark Thenhaus. Le designer imagine son identité architecturale et d’un patio bétonnais, en fait une vraie installation graphique. Confettis et serpentins colorés semblent comme y tomber du ciel. Le designer repense l’atrium telle une architecture vivante et cinétique, qui invite à l’échange au sein du nouveau showroom de la marque.

Flux

Andymation flipbook

Le cinéma dans le flipbook avec Andymation

Andymation rejoue dans un folioscope moqueur la scène finale d’Avengers Infinity War. Les folioscopes, plus communément appelés flipbook, sont des petits livrets de dessins. Feuilletés rapidement, ils donnent à l’œil l’illusion de mouvement. Faciles à réaliser, cela n’a pas empêché le flipbook d’Andymation de devenir viral. Pour rejouer la très…

design indaba

Top news

Testez vos qualités de designer avec Can’t Unsee

Avez-vous l’âme d’un bon designer ? Can’t Unsee, l’application créée par Alex Kotliarskyi, vous met au défi de choisir la meilleure interface sur les deux proposées. Si l’exercice est prenant, les résultats ne sont toutefois pas à prendre au pied de la lettre. Les questions se concentrent largement sur les…

Les Sorties Graphiques de février #3

Expos, vernissages, festivals ou conférences, chaque semaine étapes: note pour vous dans l’agenda les évènements de la scène graphique et artistique. Le Brand Day Paris par Monotype, au Showroom République Le spécialiste en identité visuelle, Monotype, organise ce jeudi 21 février, le Brand Day. Rendez-vous international rassemblant des marques de…

Ariel Sun illustration applat

L’ombre et la lumière dans les illustrations d’Ariel Sun

Les illustrations d’Ariel Sun font collaborer couleurs, lumière crue et ombres franches. Minimaliste dans l’âme, elle aime offrir des espaces assez aérés pour laisser l’imagination les compléter. Ses environnements colorés fonctionnent comme de doux instants à vivre et à se projeter. Suivre le travail d’Ariel Sun : ici