Adrien M & Claire B étapes Gaité Lyrique

Adrien M & Claire B font corps avec la Gaité Lyrique

Initialement prévue de janvier à mai 2020, l’exposition s’est brutalement arrêtée en mars. Elle reprend son cours dès le 2 septembre jusqu’au 3 janvier 2021.


La compagnie Adrien M & Claire B crée depuis 2011 des œuvres à la croisée des arts visuels et des arts vivants, plaçant le corps au cœur même des images. Le 24 janvier, ils investiront la Gaité Lyrique avec leur exposition « Faire corps ». Ils y présenteront 3 œuvres, intégrant plusieurs installations interactives. Toutes sont pensées en 4 dimensions et immergent le spectateur, lui faisant alors oublier toute présence technologique. L’informatique renoue ainsi avec l’expérience sensible et tangible, proposant un ballet chorégraphié de lumière et de sons. Étapes: est allé à la rencontre d’Adrien M & Claire B afin d’en savoir plus sur « Faire corps ».


Qu’est-ce qui vous a poussé à créer Adrien M & Claire B ? Comment vos compétences se sont-elles croisées ?

Notre complémentarité s’est manifestée très tôt lors de notre rencontre : Adrien par sa pratique du jonglage et son savoir-faire d’informaticien met en relation le corps et l’image à travers le mouvement. Claire associe sa pratique du dessin à ses savoir-faire de plasticienne, scénographe et graphiste pour inventer des espaces à partir d’images. Aujourd’hui, cela fait 10 ans que l’on joue ensemble, en mêlant toutes ces disciplines.

Bien sûr, créer à deux n’est pas donné, car il faut construire une infinie confiance réciproque, mais l’effort vaut le coup, car à plusieurs… on est plus forts !

D’ailleurs, Adrien M & Claire B c’est même plus qu’un duo, c’est une compagnie. Dans l’héritage du spectacle vivant, c’est toute une équipe qui participe à la création des spectacles et des installations.

Pourquoi avez-vous choisi de nommer cette exposition « Faire corps » ?

C’est un titre polysémique, que nous avons imaginé avec Jos Auzende, la commissaire de l’exposition (ndlr. et la directrice de la programmation artistique de la Gaité Lyrique). Qu’est-ce qu’un corps ? C’est un corps physique, celui des humains, des danseurs, des spectateurs. Mais on peut aussi considérer les formes graphiques avec lesquelles on crée les images, les particules, comme des corps en mouvement. Le titre parle de mélange, de cohésion, de retrouvailles. En particulier entre ces deux mondes, celui des images immatérielles et celui des corps physiques de chacun d’entre nous. Nous sommes guidés, dans nos projets, par l’envie de rentrer dans l’image.

Ce titre aide aussi à prendre conscience de son corps et de quelle posture on lui fait adopter. Est-on en train de marcher, de danser? Est-on allongé par terre ? Seul, à plusieurs ? C’est aussi sur ces choses très simples que nous avons envie de poser l’attention.

Adrien M & Claire B étapes Gaité Lyrique
XYZT – Organismes Typographiques – ©Laurence Fragnol

Celle-ci s’articule autour d’une installation monumentale, « l’ombre de la vapeur ». Pouvez-vous nous expliquer ce que vous avez voulu montrer grâce à cette œuvre et quel est le dispositif technique qui la soutient ?

Pour créer l’Ombre de la vapeur, nous sommes partis d’un écosystème, celui d’un champignon nommé Torula, se nourrissant de l’évaporation naturelle d’alcool, qui tapissait les parois de l’espace où nous avons créé cette œuvre initialement (une ancienne usine d’embouteillage, aujourd’hui la Fondation Martell, qui nous a commandité l’œuvre). Ce genius loci a offert son histoire à notre fiction animiste, qui nous permet de révéler l’ombre de la vapeur, et avec elle, tout ce qui est de l’ordre du dérisoire et de l’invisible.

Il s’agit d’une installation immersive et interactive, de grand format car elle se déploie sur plusieurs centaines de m2. Des particules blanches évoluent, comme flottant dans l’air et dialoguent avec la présence du spectateur.

Le dispositif mis en œuvre est un grand continuum d’images générées en direct, projetées sur des nuages de métal sculptés et au sol. L’interactivité est réalisée grâce à des capteurs infrarouges. Mais notre objectif est de faire oublier le dispositif technique pour laisser la place à une expérience sensible.

Adrien M & Claire B étapes Gaité Lyrique
L’Ombre de la vapeur – Fondation d’Entreprise Martell – ©Adrien M & Claire B

Plusieurs installations parmi celles qui constituent XYZT jouent avec la typographie. Qu’est-ce qui vous a intéressé dans le fait de transformer la lettre en une matière sensible ?

Notre croyance intime est que chaque entité végétale, animale, minérale, est animée d’une énergie vitale et porte une voix. Ce que l’on cherche, c’est la ré-animation soit la création de l’émotion du vivant, de la sensation de présence, comme on travaillerait en marionnette, mais ici à partir d’un assemblage de formes numériques. Nous avons eu envie de donner ce statut à des formes typographiques, leur donner vie. Il s’agit ainsi de ne plus lire les lettres, mais de les sentir.

Adrien M & Claire B étapes Gaité Lyrique
XYZT – Droite : Collisions Discrètes ©Laurence Fragnol – Gauche : ©Romain Etienne

L’interactivité est au cœur de votre travail et des installations que vous créez. En quoi l’art numérique est-il pour vous un moyen d’explorer cette notion et que permet-il ?

Au sein des expériences interactives que nous concevons, nous revendiquons l’immédiateté du ressenti, l’attention au vécu sensoriel et émotionnel. Nous souhaitons un acte intuitif. Nous travaillons l’interactivité dans ce sens là. En rendant le dialogue avec la machine le plus simple possible et en passant par le corps. 

Nous tentons aussi de laisser une grande place à l’imaginaire du spectateur (avec un minimalisme graphique, et une certaine lenteur).

Adrien M & Claire B étapes Gaité Lyrique
XYZT – Organismes Typographiques – ©Laurence Fragnol

Ainsi, dans chacune des œuvres de XYZT, nous avons choisi une expérience (marcher dans l’herbe, jouer dans l’eau, souffler sur des insectes) et l’avons réduite à sa plus simple essence pour laisser chaque personne s’approprier son sens.

Nous utilisons la technologie en tentant de la rendre invisible et en utilisant sa force pour créer des expériences symboliques. Nous mettons la technologie au service d’une expérience de théâtre.

« Faire corps » par la Compagnie Adrien M & Claire B
Du 24 janvier au 3 mai
À la Gaité Lyrique, 3 bis rue papin, 75003 Paris

Plus d’informations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

1/10 > 31/10 – Type Director Club #66 à l’Exshop galerie

La sélection annuelle du concours « Type Director Club » s’expose dans la galerie lilloise Exshop galerie jusqu’à la fin du mois d’octobre. Constituée de publications et d’affiches de différents formats, le corpus du TDC célèbre la typographie sous toutes ses formes, dans de multiples langues. Pour l’exposition, les vainqueurs du TDC ont…

22/10 – Lancement de la revue d’architecture Fig. n°6, Antithèse

La revue indépendante d’architecture fig., fondée en 2015 par Fanny Myon et Hugo Chevassus, mêle réflexions artistiques, politiques et philosophiques. Chaque numéro est construit autour d’une figure de style spécifique, fil conducteur visant à explorer les enjeux sociaux et poétiques que révèle l’espace transformé par l’humain. Dans la continuité de leur 5e numéro…

22/10 > 20/11 – Travel Book Seoul par Icinori à la Galerie Martel

Le duo de dessinateurs Raphaël Urwiller et Mayumi Otero, réuni sous le nom d’Icinori exposent une cinquantaine de dessins issus de leur dernier ouvrage, Travel Book Séoul, publié par Louis Vuitton. Fruit de longs séjours effectués en Corée entre 2014 et 2017, les dessins d’Urwiller et Otero restituent l’énergie et la…

15/10 > 20/10 – Random Thoughts, Sentenza à la Galerie du Pop-Up

La dessinatrice Sentenza investi la galerie du Pop-Up dans le 12e arrondissement de Paris avec ses affiches, ses planches de bandes dessinées et ses illustrations. Connue principalement pour les multiples affiches de films qu’elle a réalisée, elle présentera ses créations pour l’exposition « Random Thoughts ». Sentenza y met en scène un…

Feed

À Chaumont, Eltono joue avec la géométrie urbaine

Flâneur, piéton obstiné, l’artiste français Eltono investit l’espace public d’un langage graphique qui lui est propre. Ses fresques aux formes abstraites et aux structures géométriques rigoureuses se sont retrouvées dans plus de 90 villes du globe, de Mexico à Madrid en passant par Miami, Phnom Pen et plusieurs villes françaises.…

Ressources

Typologie, un nuancier de la typo française

Afin de mettre en avant la diversité et la singularité de la création de caractères française, le studio recto verso lance Typolgie, un nuancier de la typo. L’idée de reprendre ce format familier des graphistes est plutôt originale et bien trouvée pour mettre l’accent sur une discipline qui foisonne de…