Alice Des, le trait féministe

crédit photo : Marine Lazarus

étapes et gràffica tirent les portraits de créatifs de la scène espagnole ou française. À Nantes et Strasbourg, et avant de repartir en province, étapes: s’arrête à Paris.

Alice Des s’engage. Autant pour les illustrateurs qu’elle représente que pour le combat féministe qui lui parait plus qu’important. Beaucoup (re)découvrent son trait coloré à travers la websérie Clit Révolution.

Adieu aux tabous ! Avec Clit-Révolution, websérie lancée sur france.tv le 8 mars dernier, journée internationale des droits des femmes, Sarah Constantin et Elvire Duvelle-Charles entrent dans le vif du sujet. Et quel sujet ?! Celui de la sexualité féminine. Face caméra ou caméra au poing, les deux activistes féministes questionnent la nudité sur les réseaux sociaux, la censure, le rapport au corps, les pratiques sexuelles. Elles interrogent le grand public, des professionnels. … tout est décrypté sur le même ton léger des conversations qui refont le monde. Entre images filmées et images d’archives, des animations d’Alice Des viennent illustrer certains propos et informations.

« Mes projets sont orientés vers le féminisme… et çà me plait  » souligne la jeune illustratrice. « Au moins les marques macho ne viendront pas me voir » rit-elle.

Osez le Féminisme

Quelques mois auparavant, elle avait réalisé la carte de voeux du collectif Osez Le Féminisme et des visuels pour les campagnes de l’association. Avec des couleurs contrastées, les femmes esquissées par Alice, volontaires et plurielles, représentent les vraies femmes.

Le chocolat des Français x Alice Des

Si elle a mis du temps à trouver son identité graphique, Alice a compris que certains éléments reviennent souvent dans son dessin : la ligne, des personnages féminins, des courbes… Elle teste, elle opte parfois pour la sculpture ou la gravure, répondant à un directeur artistique rencontré lorsqu’elle travaillait en agence (Shiva Communication et Carré Noir en 2013/2014) qui lui conseilla de « trouver un style ».

Alice explique : « Je suis rentrée dans l’illustration par le manga puis la bande dessinée. Je cherchais… J’avais une manie de tout partager notamment sur les réseaux sociaux. J’ai un reciblé mes projets et étoffé mon Instagram, lorsque j’ai remarqué le professionnalisme des gens que je représente. »

En effet, depuis 4 ans, Alice travaille pour la Suite. Créée en 2013 par Morgane Le François, l’agence fait la transition entre des illustrateurs et d’éventuels clients (acheteurs d’arts, agence de communication). Entre prospection et développement de projets, l’agence gère actuellement la carrière de 25 dessinateurs et cherche aussi à dénicher de nouveaux talents. « On les repère sur Instagram, dans la presse, sur les médias. »-renseigne Alice. « Ensuite, on propose des profils aux clients qui ont, en général, une idée du style visuel qu’ils aimeraient bien avoir ».

« J’adore mes illustrateurs et j’aime les voir travailler sur de beaux projets. »

Elle négocie les contrats, accompagne les projets, et se fait ainsi la voix d’illustrateurs qui se sentent parfois moins à l’aise pour tout les aspects administratifs ou promotionnels quant à leur travail.

Depuis son arrivée à la Suite, et alors qu’elle s’est toujours intéressée à l’illustration, Alice partage le constat d’une recrudescence : « On adopte peut-être le mode anglo-saxon qui laisse plus de place à l’illustration. Les clients et le public sont plus familiarisés. Une série de dessins reste potentiellement plus facile à produire qu’un shooting photo qui nécessite de la pré-prod et de la post-prod. Toutefois, cela me parait difficile d’en vivre à temps plein. Nombres d’illustrateurs ont une activité à coté, en tant que graphiste ou directeur artistique. »

Aujourd’hui, Alice choisit de consacrer plus de place professionnellement à son activité d’illustratrice. Jusqu’alors, elle menait celle-ci à travers quelques commandes et de nombreux travaux personnels. Mais elle a désormais réduit son activité d’agent à la Suite pour se lancer en parallèle en tant que freelance. Tout en faisant le distinguo « Je continuerai de représenter les illustrateurs tout en menant mes propres projets. C’est deux choses différentes. La tentation a pu se faire lorsqu’une fois une marque cherchait un profil particulier et que personne de l’agence ne correspondait… sauf moi ! Mais ce n’est pas mon rôle ici. »précise-t’elle.

Toutefois, elle reconnait avoir beaucoup appris au cours de cette expérience, notamment quant à la façon de se présenter. « Je travaille actuellement mon portfolio et mes statuts entreprenariaux, et je me lance ! » commente-t’elle, plus motivée que jamais.

Pins Toucan

Si, adolescente, elle a pensé tôt à s’orienter vers des études créatives, elle a finalement choisi Sciences Po, ses parents lui proposant d’opter premièrement pour des études plus générales « et j’ai adoré ! » complète-t’elle. Au sein de l’école parisienne, elle s’investit dans le Bureau des Arts en suivant des cours facultatifs : sculptures dessin, écriture créative et bande dessinée. Sa créativité est un va-et-vient constant : « Parfois je retrouve et complète un dessin, deux mois après l’avoir laissé au hasard sur un coin de table. J’esquisse toujours sur des carnets et note des idées sur mon téléphone. J’ai souvent des flashs avant de dormir. »

Gravure

Dans cette logique et plutôt à pic, les idées ne manquent pas : « un roman graphique ou un mural serait génial ! J’aime aussi éditer des objets avec mes illustrations. Je travaille sur des illustrations pour le magazine de Gang de Biches, et prépare une série sur les motels. Pourquoi pas faire de nouvelles choses avec le collectif d’illustrateurs Jungle, créé à l’occasion des dernières Puces de l’illu ? » Talent à suivre ? Gardons l’œil ouvert !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

28/01 – Conférence en ligne du Signe : «Pour des réseaux de solidarité» par l’Atelier Téméraire

Dans le cadre de son cycle de conférences pour l’accompagnement des artistes, Le Signe vous propose d’assister en Facebook Live à la conférence «Pour des réseaux de solidarité» par l’Atelier Téméraire. «L’Atelier Téméraire est un collectif de graphistes-artistes à visages multiples. Une multitude oscillante. Dans cette multitude, nous tentons de…

20/01 – Conférence en ligne du Signe : «Petit vadémécum de l’activité de graphiste professionnel-le: un métier au croisement des savoirs»

Première conférence en ligne pour Le Signe – Centre national du graphisme en cette rentrée. Grégory Jérôme, responsable Formation continue Informations juridiques pour les artistes à le Haute Ecole des Arts du Rhin, intervient ce mercredi 20 janvier à 18h30 sur la page facebook du Signe pour une conférence intitulée…

16/01 – 25/02 – Exposition « Tout un film ! » au Drawing Lab

Pensée avec l’aide de la Cinémathèque, l’exposition « Tout un film ! » fait le lien entre dessin et cinéma. Durant un mois, le Drawing Lab présente une série de storyboards issue des collections de la Cinémathèque, des artistes et leurs galeries. Les liens entre graphie et cinématographie se dévoilent de façons…

20/01 – Journée d’étude : « Aux marges de l’imprimé, l’imprimé à la marge : cultures populaires, minoritaires et alternatives de l’imprimé, 1840-1940 »

« Cette journée d’étude se propose de fédérer les chercheurs, chercheuses et étudiant·e·s francophones dont les travaux portent sur des objets, textuels ou iconiques, imprimés entre la décennie 1840 et la fin de l’entre-deux-guerres. Un des objectifs sera de réfléchir collectivement à la définition d’une culture de l’imprimé qui ne soit…

7/01 > 23/01 – Photo Saint-Germain

La 10ème édition de Photo Saint Germain réunit comme à l’accoutumée une sélection de musées, centres culturels, galeries et librairies pour un parcours photographique. Entre rencontres, projections, signatures et visites d’ateliers, la déambulation dans le quartier mythique de la rive gauche parisienne donne l’occasion d’appréhender les tendances de la photographie…

16/12 – « Écologie des villes », une conférence d’Audrey et Myr Muratet au Signe suivie du lancement du livre « Paris Nord »

À l’occasion de sa ré-ouverture au public, le Signe inaugure l’exposition du photographe Myr Muratet «Zone de Confort», prévue initialement en novembre. Dans un premier temps, vous pourrez assister à la conférence «Écologie des villes», de l’écologue Audrey Muratet et de l’artiste. Cette conférence sera suivie du lancement de l’ouvrage…

Feed

Oripeau diffuse le graphisme dans l’espace public

L’affichage dans l’espace public est rarement gratuit. Mis à part les graffeurs, qui outrepassent les règles pour le bonheur des uns, le malheur des autres et l’indifférence de certains, l’affichage dans l’espace public est toujours réglementé. Certains acteurs locaux (mairies, associations…) tentent malgré cela de faire vivre un vieux principe,…

Ressources

PERGRAPHICA® lance Catching Feels, un nouveau Lookbook présentant ses papiers premium

Pour tous les créatifs, le lancement d’un nouveau lookbook est un évènement. Ces ouvrages servent à présenter l’ensemble de leurs réalisations et permettent aussi de démontrer les qualités d’impression et d’ennoblissement des papiers utilisés. Un lookbook est donc en définitive une véritable vitrine pour les directeurs artistiques, les maisons d’édition…

Quelles nouveautés pour les applications Adobe en 2021 ?

D’Illustrator sur Ipad aux Neural Filters de Photoshop, les annonces faites lors d’Adobe MAX démontrent une tendance déjà à l’oeuvre depuis plusieurs années chez Adobe : celle de l’effacement des contraintes techniques, pour une plus grande autonomie face aux outils de création. Exacerbée par Adobe Sensei, l’IA développée par l’entreprise…

Fedrigoni regroupe tous ses papiers dans la Paper Box

La célèbre marque italienne de papier créatif Fedrigoni vient tout juste de lancer sa Paper Box, un catalogue contenant l’ensemble des papiers créatifs de la marque. Présentée dans le cadre de la Packaging Première Collection, un événement sur deux jours (29 et 30 octobre) consacré au packaging de luxe au…