Amélie Patin, dessin à dessein

L’atelier d’illustration de la Haute École des Arts du Rhin de Strasbourg est un foyer de talents. Diplômée en 2015, Amélie Patin navigue entre les différents réseaux et évènements de l’illustration. Son univers ? Une infinité de détails. Des contes sans paroles. Des mondes parallèles.


Durant ses études, l’illustratrice a conçu Trois Loporellos, ces livres en qui se déploient en accordéon. « Je créé des narrations, mais pour autant je ne suis pas scénariste. Le loperello est un format intéressant pour s’entrainer, à la fois très allongé, et divisible en séquence. »


Deux des trois planches lauréates du Concours Jeunes Talents du festival de la BD d’Angoulême

En 2017, Amélie Patin retient l’attention du jury du Concours Jeunes Talents du festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême. Pour autant, la nantaise d’adoption est coutumière de l’évènement. La maison d’éditions Proches, dont elle fait partie, expose chaque année au SPIN OFF, qui, en marge du festival officiel, rassemble des éditeurs indépendants, collectifs d’illustrateurs et artistes auteurs.


Planche de La Belle Mort, édité avec les éditions Proches

Avec cette petite maison d’édition, qui réunit spontanément ses auteurs, autour de projets communs ou pour promouvoir leurs travaux personnels, Amélie a notamment édité des ouvrages illustrés collectifs Le Merou, 48 centimètres, La Belle Mort, et participé à des évènements tels que Central Vapeur.

Central Vapeur est devenu à travers ses 7 années d’existence une institution de la scène culturelle strasbourgeoise et un incontournable pour l’illustration indépendante. La jeune illustratrice a été bénévole durant 4 ans pour l’organisation du festival, qu’elle considère comme « une importante porte d’entrée dans le monde de l’auto-édition. »

S’impliquer dans des collectifs ou dans des projets en duo anime la jeune femme. Originaire de la région parisienne, elle a aujourd’hui posé ses crayons à Nantes, « une ville à taille humaine, cool et dynamique ». Elle vient de participer au festival Fumetti, qui a lieu dans à la Manufacture des Tabacs. Il est dédié à « la bande dessinée curieuse », et a accueilli un salon d’illustrateurs et éditeurs indépendants. Ces évènements sont aussi l’occasion de communiquer avec le grand public sur la réalité du monde de la bande-dessinée en France. « Généralement, les gens sont assez sensibles à l’illustration. Dans les festivals, le public est initié. Au-delà de çà, il est nécessaire d’entamer un travail de pédagogie et d’explication, notamment sur le statut des artistes. »

Coté technique, les couleurs jaillissent des crayons mais sont aussi parfois apposées numériquement. Après avoir dessiné en nuances de gris, Amélie colorise sur Photoshop, pour passer ensuite à la sérigraphie, apprise au sein de l’atelier de la HEAR Strasbourg. « Toutefois, je m’intéresse aujourd’hui à la risographie, ou aussi pourquoi pas à l’animation. »


Entre deux mondes (juin 2018)

Pour dépeindre son univers, dans lequel les protagonistes sont confrontés à des éléments ou des personnages fantastiques, elle puise dans plusieurs références. « Je m’intéresse à l’univers inspiré de Myasaki, j’ai apprécié aussi le dessin calme et posé du livre Quartier Latin de Jiro Taniguchi, ou le trait de Nicolas de Crécy. »


Illu pour un article culinaire de la revue 303

Illu pour Psychologies

Se défininissant elle-même comme encore jeune dans la sphère de l’illustration, Amélie tient à poursuivre son travail d’auto-édition et espère multiplier les collaborations, notamment pour la presse. Elle a récemment illustré les pages d’un numéro de Psychologies magazine et d’un article de la revue 303.

Alors qu’elle clame : « Je ne vois pas ma vie sans travailler le dessin », espérons que la plume ne vienne jamais à manquer d’encre afin de concrétiser les narrations de la jeune illustratrice et ainsi bercer les imaginaires.


Par Stéphanie Thiriet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

7/2 – Nocturne « Construire comme Perriand

En marge de l’exposition « Le monde nouveau de Charlotte Perriand », à La Fondation Louis Vuitton, jusqu’au 24 février, le musée parisien accueille une nocturne inédite en collaboration avec Bellastock. La nocturne « Construire comme Perriand », fait suite à un appel à projets lancé en novembre 2019 aux étudiants et jeunes diplômés d’école d’architecture. L’objet de cette sollicitation est de rendre hommage à l’œuvre de Charlotte Perriand en imaginant des « modules de vie » réalisés au cœur du bâtiment de Frank Gehry. Au total 3 projets lauréats – l’Atelier Nuage, le Bureau d’un oiseau et Symbiote -ont été retenus par le jury et seront à découvrir lors de…

30/1 > 29/2 – Exposition de l’illustratrice Clorindre à la galerie Sergeant Paper

La galerie Sergeant Paper, désormais installée dans le 10e arrondissement parisien, lance sa saison 2020 en invitant Clorinde. L’illustratrice trentenaire y partage un ensemble d’œuvres réalisées au feutre, crayon de papier et rotring dans un parcours baptisé « Elles. « Mais qui sont Elles ?Derrière Elles se cachent plusieurs états ou sentiments toujours représentés par cette figure énigmatique récurrente. Une femme, brûlée, morcelée, ligotée mais qui habite pourtant la surface du papier avec un sentiment d’impassibilité. » L’occasion de découvrir le travail passionné de Clorindre, inspiré par le dessin contemporain, les cultures populaires, la fiction et le mythe. Informations pratiques : Date :…

25 & 26/01 > Marché de petite édition #2 au Floréal Belleville

Le bar/restaurant/galerie Le Floréal, situé entre les quartiers parisiens de Belleville et Ménilmontant, organise les 25 & 26 janvier la 2ème édition de son marché de petite édition. L’évènement rassemblera 16 graphistes, illustrateurs, maisons d’éditions : 16b éditions Acédie 58 Alizée De Pin Anaïs Rallo Dumpling Books L’Amour éditions LeMégot Magali Brueder Objet Papier Passport Éditions Quintal Red Lebanese Revue Fantôme Rotolux Press Vladu Éditions Youpron De 11h à 19h – Entrée libre Floréal Belleville43, rue des Couronnes, 75020 ParisEn métro : ligne 2, station Couronnes En Bus : ligne 96, arrêt Couronnes ou Julien Lacroix

14/01 > 01/03 – Signal Bis par Julien Lelièvre et Jean-Baptiste Levée (Production Type) à la Maison de la Culture d’Amiens

Initiée par la Maison de la Culture d’Amiens dans le cadre du Festival Amiens Europe, l’exposition Signal Bis présente parallèlement les travaux de la fonderie Production Type et ceux du graphiste et photographe Julien Lelièvre, en s’articulant autour du projet « Art d’autoroute ». Édité par Building Books l’ouvrage Art d’Autoroute rend visible l’esthétique déconsidérée des autoroutes françaises avec le recensement en image des œuvres d’art présentes aux abords du  réseau routier.  La conception de l’ouvrage s’est accompagnée de la création d’un caractère spécifique, le Signal, développé par la fonderie Production Type. Les équipes de Jean Baptiste levée se sont ainsi penchées sur l’édition et la modernisation  de la…

Flux

Le Bon Marché : carte blanche au studio Nendo

Le studio de design japonais Nendo présente son installation « Fleurs de pluie » dans l’antre du Bon Marché Rive Gauche. Chaque année depuis 5 ans, le grand magasin parisien donne carte blanche à un artiste pour créer une œuvre s’immisçant dans son décor grandiose. Le collectif japonais succède à Joana Vasconcelos et…

Ressources

Comment bien foirer sa carrière de créatif

Réussir ou foirer sa carrière, à vous de choisir. Pendant tout le mois de décembre, l’illustrateur Mike Stefanini a convié 24 professionnels de la création à délivrer leur meilleur conseil pour surtout ne pas atteindre ses objectifs. Jérémie Claeys, Geneviève Gauckler, Aurélien Jeanney, Joe La Pompe, Cruschiform ou encore Jack…