Appelle Moi Papa, ovni dans le ciel graphique de Nantes

Kevin, Marie, Tom, Jonathan et Lucie se rencontrent pendant leurs études. Après leurs diverses expériences professionnelles, ils se retrouvent dans le bassin Nantais où ils créent l’association Appelle moi papa en 2010. Cet ovni du graphisme à 5 têtes tente d’apporter des réponses en image, entre créativité et réflexion, à des commandes très variées dans la vie culturelle nantaise et nationale (Cantine du voyage à Nantes, les Rendez-
vous de l’Erdre, Arte Concert Festival…)

Appelle moi papa est au départ une structure associative, ensuite transformée en société coopérative (scop), avec une volonté commune d’indépendance et de liberté. Le fonctionnement est horizontal : chacun a le même poids dans la balance.

Parallèlement à cette évolution, les 5 designers investissent une ancienne usine textile de 400m2 à Rezé, à proximité de Nantes. Après 6 mois de travaux pour l’aménager, ils partagent désormais La Bonneterie avec d’autres structures : designers, joaillière, costumiers… Actuellement, 9 associations et entreprises, soit une vingtaine de personnes y travaillent au quotidien. Le lieu, façonné de toute pièce par les 5 créatifs et leurs acolytes sérigraphes de Parades, est un environnement très stimulant. Marie raconte : « Il n’y a aucune obligation de collaboration, mais il y a une entente générale. Ça fait partie de la démarche globale du collectif, on essaye souvent de faire des ponts pour travailler avec les autres. » S’ils ont été reconnu principalement pour leurs images dans la communication culturelle, ils travaillent cependant dans des horizons beaucoup plus larges. En effet, les graphistes, print de formation, sont friands de tous types de projets (allant du graphisme à la scénographie en passant par l’illustration et l’édition).

http://etapes.com/system/97960/large/1527854230.JPG
La Colline, Appelle-moi papa, la Cantine du Voyage, le Voyage à Nantes 2018 © Philippe Piron / LVAN

Un des derniers projets réalisé dans le cadre de leur collaboration avec le Voyage à Nantes, (VAN) est la réalisation d’un espace de jeu pour la Cantine du voyage. En continuant d’apporter leur regard sur ce lieu, pour en transformer l’identité visuelle mise en place quelques années auparavant. Ils ont bénéficié d’une véritable carte blanche, comme l’explique Marie : « Le VAN nous a laissé beaucoup de liberté, demandé de la créativité et leurs équipes nous ont fait pleinement confiance. C’est super de travailler comme ça ! » De la conception au suivi de chantier, ils ont pu se jouer des limites techniques pour rebondir créativement. Ainsi, ils ont imaginé une immense colline à escalader au rendu visuel très fort, inaugurée fin avril.


Fresques géantes à colorier imaginées pour la Journée nationale de l’architecture dans les classes.

Ce collectif décalé réussit à concilier ses valeurs et ses convictions avec son
amour de l’image, en développant une démarche de travail qui lui est chère. « On
essaie toujours de dialoguer avec nos clients et de les éduquer à l’image,
comprendre leurs attentes réelles, les faire participer en les intégrant à la réflexion avant de se lancer dans la création graphique. On établit une relation de confiance, et une vraie transparence » raconte Kévin.


L’affiche des Rendez-vous de l’Erdre 2017

Au moment de se lancer, en 2010 donc, le studio découvre la sérigraphie : « à
Nantes il y a beaucoup de gens doués qui créent un beau réseau indé autour de
la micro-édition. C’est super pour faire des rencontres et se faire connaître. À ce moment, la sérigraphie était très connotée rock-garage » explique Kévin. Eux se dirigent alors vers une dimension plus pop. La dimension manuelle anime cette passion : « c’est super cool, les vernis, les paillettes, les odeurs, la
phosphorescence… » s’amuse Marie. S’ils faisaient beaucoup de sérigraphie au
début, ils la considèrent maintenant comme une valeur ajoutée sur certains projets, mais avant tout comme une partie de plaisir et d’expérimentation artistique qu’ils dévoilent lors d’expositions.

http://etapes.com/system/97618/large/1525880279.JPG
La Bonneterie, ancienne usine textile de 400m2 qu’occupe désormais le collectif, en compagnie d’autres créatifs

Pour Appelle Moi Papa, la scène graphique est de plus en plus riche, il y a de plus en plus de monde, et beaucoup de gens doués. L’équipe félicite la démarche culturelle de la ville, avec le Voyage à Nantes : « ramener l’art contemporain au coeur de la ville, tout en le diversifiant et le rendant hyper accessible permet aux nantais d’élargir leur regard sur l’art et surtout de se réapproprier l’espace public » ajoute Kévin. La cité des Ducs fait en effet un choix à la fois pointu et très large, en sélectionnant tout un panel artistique, qui va toucher à la fois les touristes mais aussi les Nantais. La ville impulse des dynamiques, des passerelles de sensibilisation au public dont bénéficient indirectement les différents acteurs de la scène graphique locale car elle ouvre le regard du grand public sur des démarches artistiques.


Création du système graphique, de la charte et des supports de communication pour la Soufflerie, scène locale.

Travailler à cinq permet d’avoir du recul dans l’immédiat. Ce projet à la fois
artistique, humain et entrepreneurial leur permet d’avancer à leur manière. « C’est un projet qui se vit. On a une démarche créative très fusionnelle, on passe de bons moments, tout en accordant ce projet professionnel à nos vies
personnelles. » raconte Marie. « L’idée est avant tout d’être contents de ce que
l’on produit, tout en étant libres de faire ce que l’on a envie. »


Le 10 juin, la Bonneterie organise une soirée électro avec Les Trucs et The Brain Radioshow.

Pour un aperçu élargi de leurs travaux, rendez-vous sur leur site, leur compte Instagram ou leur page Facebook.

Quelques projets supplémentaires.



L’identité visuelle réalisée pour l’ADDRN, agence d’urbanisme de la région de Saint-Nazaire




La Cantine du Voyage à Nantes, dont ils réalisent l’identité visuelle (signalétique, décors, sets de tables, tickets, goodies…) depuis 2015





Les affiches réalisées pour le Stereolux et le festival annuel Scopitone, de 2011 à 2015

Photo de couverture : © Élisa Gomez

Par Lisa Darrault

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    News

    Design Indaba x IKEA

    Design Indaba x IKEA

    Preuve de l’émulation générée par  le festival Design Indaba, la collaboration née il y a deux ans au Cap entre IKEA et un groupe de créatifs africains, sera dévoilée lors de la prochaine édition du festival. Överallt, « tout le monde » en suédois, est une collection inspirée par les rituels urbains modernes et les processus de sociabilisation en Afrique, autour de la nourriture et la vie dans et en dehors de chez soi. La réflexion menée par les créatifs les a conduit à designer une série d’objets ayant pour thème le « salon urbain ». Chaque objet y a une fonction spécifique censée…

    Casio et le studio Ghibli célèbrent les 30 ans de Kiki la petite sorcière

    Kiki la petite sorcière a 30 ans. C’est un anniversaire qui se doit d’être fêté, et ça, Casio l’a bien compris. En collaboration avec le studio Ghibli, la célèbre marque de montres sort pour l’occasion une édition hommage. Sur un écran bleu nuit se détache le duo culte : Kiki et son acolyte Jiji. Film à succès avec plus de deux millions d’entrées lors de sa diffusion au Japon, c’est là-bas que la montre anniversaire sera vendue au prix de 126€.

    Au revoir à Tomi Ungerer

    Tomi Ungerer s’est éteint le 9 février dernier, à Cork où vit une partie de sa famille. Né à Strasbourg, il a produit des dessins par milliers, dont certains sont aujourd’hui exposés dans un musée qui lui est dédié, et qui se trouve dans la capitale alsacienne. Il a esquissé pour les petits comme pour les grands, des illustrations de livres (les Trois Brigands, Rufus…) ou des scènes érotiques, également conçu des affiches prônant la tolérance, la paix ou la liberté de la presse. Il a inspiré de nombreux dessinateurs et graphistes. Merci pour tout Tomi Ungerer ! image de…

    Emballages graphiques du studio Caterina Bianchini

    Si l’habit ne fait pas le moine, les design des boites cadeaux de la marque britannique Selfridges & Co nous en font en tout cas douter. Le studio Caterina Bianchini a fait d’un simple emballage de Noël un vrai objet de design. Ayant déjà travaillé pour Levi’s, Reebok, Diesel et Lush, le studio n’a eut de cesse de proposer d’audacieux graphismes. Il réitère l’expérience avec ces 4 illustrations colorées et géométriques et font de ces emballages cadeaux, un présent de plus.

    Flux

    Words We Love, la récréation d’Ibán Ramón

    Chaque mercredi, étapes et gràffica tirent le portrait d’un créatif de la scène espagnole ou française. Ibán Ramón est en Espagne un nom qu’on ne présente plus. Son travail, imaginé dans son petit studio à Valence, est connu au delà des frontières. Aujourd’hui, il échange avec Grafficà sur son dernier…

    Au revoir à Tomi Ungerer

    Tomi Ungerer s’est éteint le 9 février dernier, à Cork où vit une partie de sa famille. Né à Strasbourg, il a produit des dessins par milliers, dont certains sont aujourd’hui exposés dans un musée qui lui est dédié, et qui se trouve dans la capitale alsacienne. Il a esquissé…

  • Top news

    Design Indaba x IKEA

    Design Indaba x IKEA

    Preuve de l’émulation générée par  le festival Design Indaba, la collaboration née il y a deux ans au Cap entre IKEA et un groupe de créatifs africains, sera dévoilée lors de la prochaine édition du festival. Överallt, « tout le monde » en suédois, est une collection inspirée par les rituels urbains…

    Les sorties graphiques de février #2

    Expos, vernissages, festivals ou conférences, chaque semaine étapes: note pour vous dans l’agenda les évènements de la scène graphique et artistique. F.A.M.E, Film and Music Experience, à la Gaité Lyrique En cette fin de semaine et pendant tout le week-end, la Gaité Lyrique met cinéma et musique à l’honneur avec…

    Words We Love, la récréation d’Ibán Ramón

    Chaque mercredi, étapes et gràffica tirent le portrait d’un créatif de la scène espagnole ou française. Ibán Ramón est en Espagne un nom qu’on ne présente plus. Son travail, imaginé dans son petit studio à Valence, est connu au delà des frontières. Aujourd’hui, il échange avec Grafficà sur son dernier…