Archi et data arrivent en ville.

A Montpellier, en juin dernier, le Festival des Architectures Vives a questionné les liens entre le numérique et la ville. Des tandem d’architectes ont créés des installations poétiques ou réflexives. Retour sur cette édition 2018.

Dans le cadre du festival, le patrimoine de Montpellier s’est dévoilé aux flâneurs. Le temps d’une semaine de juin, l’historicité du coeur de ville a rencontré la création contemporaine. Des groupes de designers et d’architectes ont investi des cours d’hôtels particuliers avec des installations sur le thème Sencity. Derrière ce terme énigmatique, se dessine la ville de demain : celle qui se construit en lien avec les données des citadins ou qui concrétise les interactions des réseaux sociaux.

Dans la cour d’un Palais du 16ème siècle, les citadins circulent autour d’un labyrinthe. Leurs mouvements deviennent des sons. L’installation Nature électrique associe la simplicité d’un parcours d’ossatures en bois à une dimension interactive plus énigmatique.« Une peinture numérique vient capter les déplacements des utilisateurs » expliquent ses concepteurs, Axel de Stampa et Sylvain Macaux.

Si quelques groupes d’architectes ont opté pour des propositions plus contemplatives, six à sept installations invitent les visiteurs à devenir acteur. Avec Complicity, Maïlys Venner et Camille Vanier, convient le public à planter une fleur dorée sur une structure, pour transformer la cour de d’une demeure du 15ème siècle en un jardin poétique. Elles commentent : « Un pied de nez à la froideur des nouvelles technologies. La fleur tout particulièrement, représente pour nous le côté éphémère et volatile des informations que nous générons au quotidien. »

Redonner aux usagers la pleine conscience des données et les utiliser comme un potentiel apparaît être un enjeu des années à venir. « Déposer simplement une fleur, met en évidence l’importance d’être conscient de la rapidité et de la facilité des données personnelles que nous pouvons échanger. Un geste à réfléchir ! » – suggère Maïlys.

Noël Picaper décrit le numérique comme « une nouvelle référence dans la ville, impalpable ». Lui et son associé Hugo Bertrand ont cherché à matérialiser celle ci en proposant une multiplicité de petits objets, d’environ 10 centimètres, placés au niveau du sol. Certains, blancs et plus abstraits « matérialisent l’espace numérique ». D’autres, plus précises (un serpent, un arbre…) sont autant de formes figuratives, de références personnelles rendues au public afin qu’il se les approprient. Le projet, situé dans une bâtisse du 18ème siècle, se nomme Stories en référence aux stories des réseaux sociaux Instagram et Snapchat, « mais finalement, il n’y a pas forcément besoin de cela pour se raconter des histoires. L’idée est d’intégrer le spectateur dans une démarche de projet en devenir. En se mettant à la hauteur des objets, les gens se racontent leur propre histoire. Aussi, ils se concentrent sur un élément, dans un flot de formes qui évoque celui des données ». Selon le duo, le numérique a un rôle de médiation dans les espaces urbains : « il crée un nouveau référentiel, et divers projets artistiques ou architecturaux opèrent une matérialisation plastique du numérique ». L’architecture mérite d’intégrer cette notion, qui – poursuivent-ils « se concentre aujourd’hui dans les objets ».

Un rôle de médiation qu’Axel de Stampa figure, sur la toile, dans un échange d’informations et un partage des projets en open source (libres de droits) : « les industriels devraient prévoir des kit pour leurs projets (architecturaux, comme technologiques) destinés aux grand public pour que celui ci s’approprie les projets, en prenne connaissance et les comprennent mieux. Il existe dans cette idée de données (DATA) une notion de partage à exploiter ».

Le collectif Hexa(gone) qui a placé dans une cour d’hôtel des colonnes hexagonales colorées à organiser en fresque, résume « notre pratique connaît une nette mutation depuis quelques décennies à travers le numérique. Ce dernier est aujourd’hui un outil, une méthode de travail. Néanmoins pour créer la ville de demain et assurer la qualité de vie des citoyens, au delà de l’emploi du numérique, l’architecte a un rôle important à jouer par son regard sur l’évolution de la société ».

notes
Axel de Stampa et Sylvain Macaux sont responsables d’une plateforme de recherches et d’expérimentations autour de na notion d’architecture spontanée, voir week 1 project
Stories fait parti d’un plus grand projet expérimental nommé Floating Fantasy, mené par Noël Picaper et Hugo Bertrand
Le collectif Hexa(gone) se compose d’Anaïs Cornu, Logan Rainon et Mylène Serra

Toutes photos : Paul KOZLOWSKI ©photoarchitecture ©FestivaldesArchitecturesVives

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

28/01 – Conférence en ligne du Signe : «Pour des réseaux de solidarité» par l’Atelier Téméraire

Dans le cadre de son cycle de conférences pour l’accompagnement des artistes, Le Signe vous propose d’assister en Facebook Live à la conférence «Pour des réseaux de solidarité» par l’Atelier Téméraire. «L’Atelier Téméraire est un collectif de graphistes-artistes à visages multiples. Une multitude oscillante. Dans cette multitude, nous tentons de…

20/01 – Conférence en ligne du Signe : «Petit vadémécum de l’activité de graphiste professionnel-le: un métier au croisement des savoirs»

Première conférence en ligne pour Le Signe – Centre national du graphisme en cette rentrée. Grégory Jérôme, responsable Formation continue Informations juridiques pour les artistes à le Haute Ecole des Arts du Rhin, intervient ce mercredi 20 janvier à 18h30 sur la page facebook du Signe pour une conférence intitulée…

16/01 – 25/02 – Exposition « Tout un film ! » au Drawing Lab

Pensée avec l’aide de la Cinémathèque, l’exposition « Tout un film ! » fait le lien entre dessin et cinéma. Durant un mois, le Drawing Lab présente une série de storyboards issue des collections de la Cinémathèque, des artistes et leurs galeries. Les liens entre graphie et cinématographie se dévoilent de façons…

20/01 – Journée d’étude : « Aux marges de l’imprimé, l’imprimé à la marge : cultures populaires, minoritaires et alternatives de l’imprimé, 1840-1940 »

« Cette journée d’étude se propose de fédérer les chercheurs, chercheuses et étudiant·e·s francophones dont les travaux portent sur des objets, textuels ou iconiques, imprimés entre la décennie 1840 et la fin de l’entre-deux-guerres. Un des objectifs sera de réfléchir collectivement à la définition d’une culture de l’imprimé qui ne soit…

7/01 > 23/01 – Photo Saint-Germain

La 10ème édition de Photo Saint Germain réunit comme à l’accoutumée une sélection de musées, centres culturels, galeries et librairies pour un parcours photographique. Entre rencontres, projections, signatures et visites d’ateliers, la déambulation dans le quartier mythique de la rive gauche parisienne donne l’occasion d’appréhender les tendances de la photographie…

16/12 – « Écologie des villes », une conférence d’Audrey et Myr Muratet au Signe suivie du lancement du livre « Paris Nord »

À l’occasion de sa ré-ouverture au public, le Signe inaugure l’exposition du photographe Myr Muratet «Zone de Confort», prévue initialement en novembre. Dans un premier temps, vous pourrez assister à la conférence «Écologie des villes», de l’écologue Audrey Muratet et de l’artiste. Cette conférence sera suivie du lancement de l’ouvrage…

Feed

Oripeau diffuse le graphisme dans l’espace public

L’affichage dans l’espace public est rarement gratuit. Mis à part les graffeurs, qui outrepassent les règles pour le bonheur des uns, le malheur des autres et l’indifférence de certains, l’affichage dans l’espace public est toujours réglementé. Certains acteurs locaux (mairies, associations…) tentent malgré cela de faire vivre un vieux principe,…

Ressources

PERGRAPHICA® lance Catching Feels, un nouveau Lookbook présentant ses papiers premium

Pour tous les créatifs, le lancement d’un nouveau lookbook est un évènement. Ces ouvrages servent à présenter l’ensemble de leurs réalisations et permettent aussi de démontrer les qualités d’impression et d’ennoblissement des papiers utilisés. Un lookbook est donc en définitive une véritable vitrine pour les directeurs artistiques, les maisons d’édition…

Quelles nouveautés pour les applications Adobe en 2021 ?

D’Illustrator sur Ipad aux Neural Filters de Photoshop, les annonces faites lors d’Adobe MAX démontrent une tendance déjà à l’oeuvre depuis plusieurs années chez Adobe : celle de l’effacement des contraintes techniques, pour une plus grande autonomie face aux outils de création. Exacerbée par Adobe Sensei, l’IA développée par l’entreprise…

Fedrigoni regroupe tous ses papiers dans la Paper Box

La célèbre marque italienne de papier créatif Fedrigoni vient tout juste de lancer sa Paper Box, un catalogue contenant l’ensemble des papiers créatifs de la marque. Présentée dans le cadre de la Packaging Première Collection, un événement sur deux jours (29 et 30 octobre) consacré au packaging de luxe au…