Art Paris : 8 artistes à découvrir lors de la foire

La foire d’art moderne et contemporain Art Paris revient pour sa 24e édition, au Grand Palais éphémère du 7 au 10 avril. L’événement rassemble 130 galeries de 22 pays. Celui-ci est étoffé par deux sélections autour des thématiques “Histoires naturelles” et “Art & environnement”, portées respectivement par les commissaires invité·es Alfred Pacquement et Alice Audouin. Dix-sept expositions monographiques sont aussi disséminées au sein de la foire, tandis que le secteur “Promesses” accueille de jeunes galeries, en soutien à la création émergente. Voici, pour mieux préparer son parcours de découvertes, huit artistes – peintres, photographes, plasticien·nes – dont le travail est montré à Art Paris cette année.

Galerie Dilecta. Éric Poitevin. Plantes sèches.


Éric Poitevin, galerie Dilecta


Né en 1961, Éric Poitevin travaille en plasticien avec le medium de la photographie. Il reçoit le Grand Prix national des arts plastiques en 1990. Sur un fond blanc, il photographie des éléments, végétaux ou animaux, qu’il collecte : un bouquet d’amaryllis, quelques anémones ou encore un cerf mort… Ni narratives, ni documentaires, les images d’Éric Poitevin s’inscrivent dans un réalisme frontal. De ces visuels, composés de manière picturale, émane une puissance graphique, confrontant le regard du spectateur et de la spectatrice. L’artiste est représenté par la galerie Dilecta et intègre pour Art Paris, la sélection “Histoires naturelles. Un regard sur la scène française” de l’historien de l’art et conservateur de musée Alfred Pacquement.

Suzanne Husky. “Protected the sacred”. 2019. Courtesy galerie Alain Gutharc.


Suzanne Husky, galerie Alain Gutharc


Diplômée de l’École des Beaux Arts de Bordeaux et d’un certificat en paysagisme horticole, Suzanne Husky développe une pratique créative de médias mixtes. Que ce soit par la céramique, le textile, la vidéo, la performance ou encore le son, l’artiste s’attache à questionner les frontières entre art et artisanat. Elle s’intéresse à nos liens au vivant et aux mythologies, dans la perspective de nouvelles alliances entre êtres humains, plantes et terre. Elle co-fonde le duo artistique Le Nouveau Ministère de l’Agriculture, militant par l’art contre l’agro-business. Liée au mouvement écoféministe, Suzanne Husky a notamment travaillé avec Starhawk. Elle est représentée par la galerie Alain Gutharc et fait partie de la sélection d’artistes “Art et environnement” réalisée pour Art Paris par Alice Audoin, présidente fondatrice de l’association Art of Change 21.

SEPTIEME Gallery. Shagha Ariannia “there is a room and a tongue”.


Dans le cadre du secteur “Promesses” d’Art Paris, dédié aux jeunes galeries et à la création émergente, Septieme Gallery présente des créations de l’Iranienne Shagha Ariannia, née en 1984. Dans ses peintures, l’artiste s’intéresse aux corps des femmes dans une perspective politique. Shagha Ariannia puise dans sa propre expérience pour construire un ensemble de tableaux non-narratifs. Aplats de couleurs et traits se combinent, et évoquent différentes postures corporelles. Le titre de sa série “there is a room and a tongue” fait écho aux vers de Kathy Acker, poétesse féministe américaine.

Ibasho. Yoshinori Mizutani. Tokyo Parrots 056.


Yoshinori Mizutani, galerie Ibasho


Parmi les artistes présentés par la galerie Ibasho à Art Paris, se trouve le photographe japonais Yoshinori Mizutani, né en 1978. Diplômé en 2012 de l’École de photographie de Tokyo, il crée des séries colorées à la fois graphiques et poétiques, extrayant motifs et matières de la réalité. À travers “Tokyo Parrots”, Yoshinori Mizutani s’intéresse à la population grandissante de perroquets à Tokyo. “Quand je les ai vus pour la première fois, j’ai eu peur – j’ai cru que j’allais être attaqué, comme dans “Les Oiseaux” d’Hitchcock” précise-t-il. Les volatiles jaunes se mêlent aux paysages urbains découpés par les fils des lignes électriques, baignés par une atmosphère étrange entre le jour et la nuit.

Galerie Mitterrand. Anne & Patrick Poirier.


Anne & Patrick Poirier, galerie Mitterand


Le couple Anne & Patrick Poirier, nés en 1942, travaille la notion de ruines en alliant art et archéologie. Nourris par les sciences humaines et sociales, ils s’attachent à fabriquer les traces des civilisations. Pour Art Paris, la galerie Mitterand présente une sélection d’herbiers du duo. Archive d’éléments végétaux fragiles, la pratique de l’herbier résonne avec celle de l’inventaire. Après avoir tatoué des pétales de rose, Anne & Patrick Poirier réalisent des photogrammes aux couleurs vives. Ils composent l’image avec des fleurs superposées associées à des photographies prises lors de pérégrinations. Comme Éric Poitevin, le duo intègre la sélection de l’historien de l’art et conservateur de musée Alfred Pacquement invité par Art Paris.

Dumonteil Contemporary. Hugo Deverchère. La Isla de las Siete Ciudades. Regolith


Hugo Deverchère, galerie Dumonteil


Diplômé de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris et du Fresnoy – Studio national des arts contemporains, Hugo Deverchère s’inscrit à la frontière de l’art et de la science. À partir de récits, de données collectées, d’images captées ou encore fabriquées, l’artiste crée des espaces propres à la science-fiction. Dans une démarche prospective, il invente des installations, paysages et sculptures interrogeant les liens entre la mémoire et l’anticipation. Il imagine ainsi une installation “La isla de las siete ciudades” portant sur un laboratoire de prélèvements de minéraux situé sur un archipel. Celle-ci est complétée par des photographies de paysages, presque lunaires. Pour une seconde installation “The Crystal & the Blind”, Hugo Deverchère crée un incubateur d’un monde en train de se faire. Pour cela, il s’inspire notamment de deux programmes de recherche américains liés à la colonisation spatiale, Biosphere II et Ecosphere. L’artiste est représenté par la galerie Dumonteil et fait partie de la sélection de l’historien de l’art Alfred Pacquement invité par Art Paris.

Galerie Vazieux. Rao Fu. Girl behind the tree IV, 2021.


Rao Fu, galerie Sabine Vazieux


Artiste d’origine chinoise installé à Dresde en Allemagne, Rao Fu s’exprime par la peinture. Il bénéficie à Art Paris d’une exposition monographique, tout comme seize autres artistes. Usant de couleurs vives, presque flash, mêlées à des teintes sombres, Rao Fu construit ses toiles sur plusieurs plans, complexifiant leur lecture. Des figures fantomatiques peuplent ses paysages à l’inquiétante étrangeté, reflet de son monde intérieur. Rao Fu porte une attention spécifique aux corps et aux postures, dans le sillage de l’expressionnisme allemand. Le peintre né en 1978 mêle cultures et époques, puisant dans différentes temporalités qu’il aspire à transcender.

Stems Gallery. Tony Toscani. A Woman in Brown Pants. 2018


Les visiteur·ses pourront aussi découvrir dans la foire une exposition personnelle du peintre américain Tony Toscani. Représenté par la Stems Gallery, Tony Toscani explore la peinture figurative. L’artiste, né en 1986, puise son inspiration dans des scènes du quotidien et use de proportions distordues dans sa représentation des corps. Les personnages qui habitent son œuvre sont souvent empreints de mélancolie. Tony Toscani explore ainsi dans ses créations les thématiques de la monotonie et de la dissociation. Il travaille une intrigante atmosphère, accentuée par l’usage d’ombres propres à une lumière rasante de fin de journée. Tony Toscani est diplômé d’un Master of Fine Art de l’École d’arts visuels de New York.

→ Art Paris, du 7 au 10 avril, Grand Palais éphémère, avenue Pierre-Loti, 75007 Paris
artparis.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Agenda

Du 6 juillet au 22 janvier 2022 → Shocking! Les mondes surréalistes d’Elsa Schiaparelli – Musée des Arts Décoratifs (Paris)

Créatrice italienne, Elsa Schiaparelli évolue dans le milieu de l’avant-garde parisienne des années 1920-1930 dont elle s’est nourrie pour ses créations. Elsa Schiaparelli s’inspire ainsi de Man Ray, Salvador Dalí ou encore d’Elsa Triolet. Le Musée des Arts Décoratifs réunit 520 œuvres et 272 costumes et accessoires de mode, entrant…

Du 2 juillet au 25 septembre 2022 → Annecy paysages – Hyères et Toulon

Le parcours d’installations « Annecy paysages » investit une cinquième fois les lieux emblématiques de la préfecture de la Haute-Savoie. 16 nouvelles créations sont dévoilées, comme celle d’Ugo Schiavi en résidus de résine, d’acier et de plastique, « Megagorgone », dans le parc Charles Bosson, ou encore les modules « Ciudad Silencio » de Pedro Marzorati…

Du 1er au 24 juillet 2022 → Nîmes s’illustre – Nîmes

Pour sa deuxième édition, le festival Nîmes s’illustre s’installe dans plusieurs lieux de la préfecture du département du Gard. Avec pour thématique « L’animal et le vivant », l’événement de trois semaines interroge notre rapport aux autres espèces, au regard de nos empreintes environnementales et de notre finitude. Parmi les…

Feed

Dutch Design Awards : Florilège du design néerlandais

Dans le cadre du prochain numéro d’étapes: à paraître en juillet prochain et disponible en pré-commande ici jusqu’au 1er juillet, nous publions un extrait de notre rubrique « Concours ». The Fabricant, Leela En collaboration avec le studio de design Your Majesty, la maison de mode numérique The Fabricant lance une nouvelle plateforme nommée…

Hovertone réinvente l’interactivité immersive numérique

Structure spécialisée dans la conception d’expériences immersives, Hovertone imagine l’installation “Traces”. Présentée au KIKK Festival en 2021, cette création interroge nos manières d’interagir avec l’autre grâce au numérique. Hovertone a développé pour “Traces” une technique de traitement d’images provenant de caméras 3D et fondée sur des algorithmes. Créé par Joëlle…

Dégradés colorés, la tendance graphique du numéro 268

Dans le cadre du prochain numéro d’étapes: à paraître en juillet prochain et disponible en pré-commande ici jusqu’au 1er juillet, nous publions un extrait de notre rubrique « Tendances ». En peinture, le dégradé est une transition progressive d’une couleur pure vers le blanc tandis qu’un fondu désignera le passage d’une teinte à une…

Ressources

Unicode à Gogo ! Le zine des caractères les plus incongrus

Créé en 2020 par Design Brouhaha, le fanzine auto-édité “Unicode à Gogo !” porte sur l’histoire des caractères du standard informatique d’encodage : l’Unicode. Ce dernier vise à donner à chaque caractère de tout système d’écriture un nom et un identifiant numérique. “Unicode à Gogo !” présente avec humour les…

Lettres mobiles, le podcast des artisan·es de la lettre !

Le Maous Studio, fondé par Anton Moglia, crée le podcast “Lettres Mobiles”. Il est consacré aux artisan·es de la lettre : lettreur·euses, peintres en lettres, calligraphes, graffeur·euses, typographes, etc. Anton Moglia, designer, lettreur, typographe indépendant et fondateur du studio de design graphique Maous, crée le podcast “Lettres Mobiles”. À travers…

Maîtrisez les nouveaux masquages sur Lightroom Classic 2022 !

Dans le cadre du partenariat noué entre tuto.com, plateforme de tutoriels permettant de se former à de nombreux logiciels, et étapes:, bénéficiez d’un accès gratuit à un tutoriel au sujet des nouveaux masquages sur Lightroom Classic 2022. La nouvelle version de Lightroom Classic inclut une nouvelle interface de gestion des masques.…