Avec “Les cartes vitales”, des artistes se mobilisent contre le Covid-19

Face à la lutte contre le Covid-19, les initiatives pour aider sont les bienvenues. D’autant quand cet élan solidaire fait parler la créativité. De cette idée, d’entretenir le lien social, tout en apportant un soutien au personnel soignant, Les Cartes Vitales sont nées.

Ce projet, porté par Marie Carrez, Adrien Salamon, Clémence Burgot et Camille Huchon porte une certaine évidence. Aider tout en continuant à vivre, créer des choses qui ont du sens pendant cette période hors normes, écrire aux personnes qui nous sont chères, à travers un objet tangible et sensible.

Ainsi l’équipe a sollicité une flopée d’artistes, pour illustrer des cartes “vitales” postales. Ils y partagent leur quotidien de confiné, mais ouvrent également des fenêtres d’évasion en partageant leurs joies et leurs rêves. Et comme en ce moment il est plus que jamais important de contribuer à la lutte contre le virus, 100% des bénéfices tirés de la vente des sets de cartes sont reversés à “Tous unis contre le virus” créé par la Fondation de France, l’AP-HP et l’institut Pasteur.

Clémence Burgot et Adrien Salamon, nous racontent comment ce projet s’est monté.


Liens Utiles

Soutenir le projet sur Ululue : https://bit.ly/2KbQI1y

Instagram : @lescartesvitales


Qu’est ce qui a motivé la création de ce projet ? Comment vous êtes-vous organisés pour le déployer le plus rapidement possible ?

Clémence – Étant tous confinés et contraints d’arrêter nos activités partiellement, nous avions envie de profiter de ce moment pour soutenir à notre façon le combat contre le COVID-19. Adrien, avec qui je travaille chez Panopli, m’a proposé de monter ensemble une campagne qui nous ressemble : un projet créatif et artistique pour aider ceux qui en ont le plus besoin.

Adrien – Le déploiement du projet a été très efficace : nous avons décidé de lancer des cartes postales le jeudi soir, et dès le vendredi matin nous discutions sur Instagram avec les artistes. Nous avons profité du week-end pour donner une personnalité au projet à travers des mots et des images … Il aura fallu 5 jours pour lancer “Les Cartes Vitales” !

Quels artistes avez-vous sollicité pour participer à cette initiative et comment ?

Adrien – Avant le COVID-19 nous travaillions sur un autre projet – encore secret qui mélange art, science et écologie – avec Agathe Sorlet, Soledad et Lorraine Sorlet. Quand nous avons eu l’idée des cartes postales, nous les avons tout de suite appelées pour leur proposer. Elles étaient aussi enthousiasmées que nous à cette idée et nous ont conseillé de contacter d’autres artistes. Sur le choix des artistes, nous nous sommes fait plaisir en invitant les artistes français que l’on aimait le plus. On y est allé au culot en les contactant directement sur Instagram. Nous avons eu beaucoup de chance car ils nous ont tous répondu !

Clémence Agathe Singer, Soledad, Agathe Sorlet, Jean Jullien, Malika Favre, Louise Bourgoin, Katherine Pancol, Jim Kylam, Bérénice Milon, Jean André, Violente Viande, Ivan Le Pays, Pablo Dalas, Adrien Ghenassia, Alexandra De Assunçao, La Vie Moderne, Les Canailles, Lorraine Sorlet nous ont rejoint sur le projet des Cartes Vitales,  tous autant solidaires les uns que les autres : toutes les illustrations ont été offertes pour ce projet et les artistes ne touchent aucun bénéfice sur la vente des cartes (tout comme l’atelier d’ailleurs).

Le thème proposé pour l’illustration était de croquer un moment de vie pendant le confinement. Les dessins qui composent ce projet sont d’incroyables témoignages, une invitation dans le quotidien des artistes. Les artistes partagent généreusement leurs univers et nous font vivre leur quotidien, leurs joies et leurs rêves, leurs délires et leurs moments de tendresse.

Pourquoi il était important pour vous de matérialiser physiquement cette initiative solidaire ?

Adrien – Une carte postale a un côté un peu désuet, d’un autre temps qu’on aime bien. Un retour aux sources et un plaisir d’enfant. La Vie Moderne s’en moque d’ailleurs dans son illustration en se demandant qui envoie encore des cartes de nos jours.

Quelque soit notre confinement, nous faisons tous l’expérience de deux concepts assez forts : une privation de nos libertés et un éloignement imposé de nos proches. C’est psychologiquement très dur de ne pas pouvoir prendre nos proches dans les bras quand on le veut et de savoir en plus que nous sommes dans l’impossibilité d’aller vers eux. Un objet comme une carte postale permet de donner une forme physique à nos sentiments et de les envoyer à nos proches. Ils peuvent toucher la carte et ça nous rapproche.

Clémence – En commandant ces cartes illustrées, vous soutenez le mouvement solidaire initié par les artistes qui ont mis leur créativité au service de l’entraide. Les cartes renforcent le côté concret du don : ce n’est pas juste une opération en ligne car dans le monde réel vous recevez une véritable carte. C’est tangible. Vous savez que vous avez physiquement apporté votre soutien envers les soignants et les professionnels du corps hospitalier qui combattent chaque jour le virus avec un dévouement inébranlable.


Avez-vous rencontré des contraintes à lancer ce projet en période de confinement ?

Clémence – Pas vraiment. Nous avons l’habitude avec Adrien de collaborer à distance et le confinement n’a pas ajouté de difficulté supplémentaire. La nouveauté par rapport aux outils habituels de travail collaboratif (Figma et Google Drive en tête) c’est la mise en place d’une boucle Whatsapp qui doit littéralement sonner toutes les minutes pour partager de nouvelles idées !

Adrien – Nous avons la chance de travailler pour Panopli avec un atelier à Noyelle-sur-Lens qui est resté ouvert et qui nous assure de pouvoir produire des cartes de qualité et de les envoyer à nos contributeurs. Nous faisons partie des rares chanceux pour qui ce confinement rime avec plus de temps libre, il était assez évident et essentiel pour nous de redonner de ce temps à ceux qui en manquent terriblement : les soignants, les chercheurs et les personnes en difficultés.

Avez-vous des objectifs rêvés ?

Clémence – On a commencé le projet en se disant que d’arriver à 10.000€ de don serait déjà une grande fierté. Nous avons dépassé les 12.000€ ce matin et nous sommes en bonne voie pour atteindre des sommets. C’est dur d’imaginer jusqu’où ce projet peut aller mais on va tout faire pour l’accompagner le plus loin possible !

Les cartes vitales ont-elles vocation à se poursuivre après le confinement ? Avez-vous imaginé une évolution du projet ?

Clémence – C’est une excellente question qu’on s’est posée avec Camille et Adrien pas plus tard qu’hier. On est surpris et très fiers de l’engouement que suscite ce projet. Il serait en effet génial de le voir grandir et continuer à vivre pour soutenir encore plus de causes qui nous tiennent à cœur et le faire avec style et créativité !

Adrien – Il y a pas mal de pistes possibles. Pour n’en citer qu’une : pourquoi pas monter une expo en invitant encore plus d’artistes pour réunir des témoignages de confinement et reverser les bénéfices des entrées à des associations qui nous touchent ? Si quelqu’un connaît quelqu’un qui connaît quelqu’un qui travaille au Palais de Tokyo, on est preneur de la mise en relation.

Les Cartes Vitales ont dépassé leur objectif, continuer à soutenir le projet sur Ululue : https://bit.ly/2KbQI1y


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Agenda

Le 7 décembre 2022 → Journée d’études ‣ Post $cript Écoles sous licence ‣ Typographie : usages, économie, fichiers, licences – La HEAR (Strasbourg)

En janvier 2023, les logiciels Adobe ne supporteront plus les polices Postscript de type 1. Suite à cette annonce, l’atelier de Communication graphique de la HEAR Strasbourg et les départements typographiques de l’erg et de l’ENSAV La Cambre organisent une journée d’études interrogeant la dépendances des écoles d’art et des…

Du 30 novembre au 5 décembre 2022 → Salon du Livre et de la Presse jeunesse en Seine-Saint-Denis – Paris Montreuil Expo (Montreuil)

Le 38e Salon du Livre et de la Presse jeunesse en Seine-Saint-Denis rassemble à l’espace Paris-Est Montreuil 400 exposant·es, comme Flammarion Jeunesse, Kana ou encore les éditions Zébulo. La programmation est notamment complétée par une exposition donnant à voir par une scénographie six albums, dont “Leina et le Seigneur des…

Du 2 au 11 décembre 2022 → Laterna Magica – Marseille

Le mythique festival Laterna Magica s’installe aux quatre coins de Marseille pour une 19e édition. Organisé par Fotokino, il fait dialoguer illustration, cinéma, graphisme, arts plastiques, design et édition. Cette année, la dessinatrice et peintre Alexandra Duprez expose son travail au Studio Fotokino, le graphiste Benoît Bodhuin propose un workshop,…

Feed

Le Dancing CDCN entre en piste

À l’occasion de l’adoption de son nouveau nom, Le Dancing CDCN Dijon Bourgogne-Franche-Comté fait appel à l’atelier Pangram pour repenser sa communication visuelle. Pour le Centre de Développement Chorégraphique National, le collectif graphique imagine une identité colorée et festive, appelant au mouvement. Jeux de motifs circulaires et découpes invitent à…

Les Mardis Graphiques font place à l’éco-conception

Organisés par Pollen Studio, les Mardis Graphiques sont une série de conférences à Rennes, gratuites sur inscription. La dixième table-ronde porte sur la notion d’éco-conception et s’est déroulée le 7 juin dernier. Comment réduire son empreinte environnementale en tant que graphiste, sans renoncer à la communication ? Jeanne Lepoutre, co-fondatrice…

Étienne Robial sur France Culture

À l’occasion de l’exposition qui lui est consacrée au musée des Arts décoratifs, Étienne Robial revient sur son parcours sur France Culture. Dans l’émission “Affaires culturelles” d’Arnaud Laporte, le graphiste présente les différents travaux ayant marqué sa carrière. De la fondation de Futuropolis, à la direction artistique de Canal+, en…

À la main, la tendance graphique du numéro 269

Dans le cadre du prochain numéro d’étapes: à paraître en librairie le 24 novembre, nous publions un extrait de notre rubrique « Tendances ». Malgré la numérisation de la pratique du design graphique, les designers persistent à concevoir du lettrage ou des illustrations à la main. Originalité des formes ou granulosité du trait,…

Ressources

Les Mardis Graphiques font place à l’éco-conception

Organisés par Pollen Studio, les Mardis Graphiques sont une série de conférences à Rennes, gratuites sur inscription. La dixième table-ronde porte sur la notion d’éco-conception et s’est déroulée le 7 juin dernier. Comment réduire son empreinte environnementale en tant que graphiste, sans renoncer à la communication ? Jeanne Lepoutre, co-fondatrice…

Graphisme japonais et modernité

Invités à la Maison de la culture du Japon le 22 septembre 2022, Michel Bouvet enseignant et commissaire d’exposition, et Diego Zaccaria, docteur en histoire de l’art et fondateur du Mois du graphisme d’Échirolles, retracent l’histoire du graphisme japonais de 1945 à nos jours. Dans une conférence rediffusée en ligne…

Blaze Type fait rayonner les variables

Créé en 2016, le format de police variable permet de modifier une fonte selon plusieurs axes, comme celui de la graisse ou encore de la chasse. Adopté par certain·es typographes et fonderies, comme Blaze Type, il offre plus de liberté à l’utilisateur de police, notamment en termes de Responsive Design.…