Brandpunt : les découpeurs de Breda

La semaine dernière, une petite virée de deux jours aux Graphic Design Festival Breda 2015, m’a donné l’occasion de visiter cette ville des Pays-Bas, située à proximité de la frontière belge. En marge de l’évènement, en visitant l’exposition Deconstructed Typography de Novo Typo, j’ai découvert Brandpunt, un concept store situé à deux pas de la Grande église.


Café, espace d’exposition, shop, cette charmante enseigne adopte la tendance néerlandaise de l’espace multi-fonction, offrant tout un tas de possibilités récréatives et créatives à ses visiteurs. Derrière une cloison d’affiches, une petite équipe au turbin s’affaire autour d’une table. De quoi susciter l’envie d’aller découvrir ce qui s’y trame.

Je me lance, « Hi, i’m just wondering what are you doing exactly ». Pas surpris, et avec la sympathie propre aux hollandais, l’équipe du LASERLAB me reçoit et m’explique : ici, dans l’atelier, on imagine et conçoit des produits, mis en œuvre via la découpe laser. Des caractères typographiques, des carnets de notes, des sous-bocks ou encore des abat-jours, toute une panoplie de petits objets sort de leurs deux puissantes machines. Un peu comme dans les Fab Labs, l’idée est de pouvoir rassembler au même endroit les différentes étapes de la production : de l’esquisse papier, au prototype, en passant par la phase de préparation numérique.

Par chance, c’est le moment pour Laurie Roijackers, actuellement en stage de tester une de ses créations. Accompagnée de Jeroen van den Boogert, elle charge son dessin vectoriel dans l’ordinateur, effectue un nettoyage de la lentille et déclenche la découpeuse. Démonstration.



Le résultat n’est pas encore parfait, mais donne une première idée de l’objet final. Il sera donc retravaillé et affiné jusqu’à l’obtention de la perfection. Le LASERLAB tient à ce que sa production mette en valeur son savoir-faire. Des compétences que l’équipe met aussi au service de plusieurs commanditaires, mais avant tout, que chacun peut admirer à l’avant de la boutique, ou partager en réalisant son projet au sein de l’atelier.

Photos : Charles Loyer

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    News

    Design Indaba x IKEA

    Design Indaba x IKEA

    Preuve de l’émulation générée par  le festival Design Indaba, la collaboration née il y a deux ans au Cap entre IKEA et un groupe de créatifs africains, sera dévoilée lors de la prochaine édition du festival. Överallt, « tout le monde » en suédois, est une collection inspirée par les rituels urbains modernes et les processus de sociabilisation en Afrique, autour de la nourriture et la vie dans et en dehors de chez soi. La réflexion menée par les créatifs les a conduit à designer une série d’objets ayant pour thème le « salon urbain ». Chaque objet y a une fonction spécifique censée…

    Casio et le studio Ghibli célèbrent les 30 ans de Kiki la petite sorcière

    Kiki la petite sorcière a 30 ans. C’est un anniversaire qui se doit d’être fêté, et ça, Casio l’a bien compris. En collaboration avec le studio Ghibli, la célèbre marque de montres sort pour l’occasion une édition hommage. Sur un écran bleu nuit se détache le duo culte : Kiki et son acolyte Jiji. Film à succès avec plus de deux millions d’entrées lors de sa diffusion au Japon, c’est là-bas que la montre anniversaire sera vendue au prix de 126€.

    Au revoir à Tomi Ungerer

    Tomi Ungerer s’est éteint le 9 février dernier, à Cork où vit une partie de sa famille. Né à Strasbourg, il a produit des dessins par milliers, dont certains sont aujourd’hui exposés dans un musée qui lui est dédié, et qui se trouve dans la capitale alsacienne. Il a esquissé pour les petits comme pour les grands, des illustrations de livres (les Trois Brigands, Rufus…) ou des scènes érotiques, également conçu des affiches prônant la tolérance, la paix ou la liberté de la presse. Il a inspiré de nombreux dessinateurs et graphistes. Merci pour tout Tomi Ungerer ! image de…

    Emballages graphiques du studio Caterina Bianchini

    Si l’habit ne fait pas le moine, les design des boites cadeaux de la marque britannique Selfridges & Co nous en font en tout cas douter. Le studio Caterina Bianchini a fait d’un simple emballage de Noël un vrai objet de design. Ayant déjà travaillé pour Levi’s, Reebok, Diesel et Lush, le studio n’a eut de cesse de proposer d’audacieux graphismes. Il réitère l’expérience avec ces 4 illustrations colorées et géométriques et font de ces emballages cadeaux, un présent de plus.

    Flux

    Words We Love, la récréation d’Ibán Ramón

    Chaque mercredi, étapes et gràffica tirent le portrait d’un créatif de la scène espagnole ou française. Ibán Ramón est en Espagne un nom qu’on ne présente plus. Son travail, imaginé dans son petit studio à Valence, est connu au delà des frontières. Aujourd’hui, il échange avec Grafficà sur son dernier…

    Au revoir à Tomi Ungerer

    Tomi Ungerer s’est éteint le 9 février dernier, à Cork où vit une partie de sa famille. Né à Strasbourg, il a produit des dessins par milliers, dont certains sont aujourd’hui exposés dans un musée qui lui est dédié, et qui se trouve dans la capitale alsacienne. Il a esquissé…

  • Top news

    Design Indaba x IKEA

    Design Indaba x IKEA

    Preuve de l’émulation générée par  le festival Design Indaba, la collaboration née il y a deux ans au Cap entre IKEA et un groupe de créatifs africains, sera dévoilée lors de la prochaine édition du festival. Överallt, « tout le monde » en suédois, est une collection inspirée par les rituels urbains…

    Les sorties graphiques de février #2

    Expos, vernissages, festivals ou conférences, chaque semaine étapes: note pour vous dans l’agenda les évènements de la scène graphique et artistique. F.A.M.E, Film and Music Experience, à la Gaité Lyrique En cette fin de semaine et pendant tout le week-end, la Gaité Lyrique met cinéma et musique à l’honneur avec…

    Words We Love, la récréation d’Ibán Ramón

    Chaque mercredi, étapes et gràffica tirent le portrait d’un créatif de la scène espagnole ou française. Ibán Ramón est en Espagne un nom qu’on ne présente plus. Son travail, imaginé dans son petit studio à Valence, est connu au delà des frontières. Aujourd’hui, il échange avec Grafficà sur son dernier…