Brest Brest Brest - étapes

Brest Brest Brest tendent vers plus de simplicité

Talents à Suivre part à la rencontre de la jeune génération de créatifs français et les disciplines du design graphique. Une rubrique en partenariat avec Adobe. Retrouvez en intégralité l’interview dans le n°248 d’étapes: et le timelapse de la création originale réalisée pour le n°248 ici.


Suivre le travail du studio Brest Brest Brest
Site web : www.brestbrestbrest.fr
Instagram : brest.brest.brest


Brest Brest Brest étapes
Chateau Moulin Neuf – Issu de la série « Faces »


Fondé en 2009 par Arnaud Jarsaillon, Rémy Poncet et Loris Pernoux, le collectif Brest Brest Brest affectionne les formes simples et l’humour décalé. Sévissant essentiellement dans le secteur culturel, le trio excelle tant dans les affiches de théâtre que dans les pochettes de disque. Cerise sur le gâteau, ils sont musiciens. 


Quel est votre parcours, comment vous-êtes vous rencontrés ? 

Tout est parti d’une collaboration plutôt informelle. Nous nous entendions bien et travailler à plusieurs était beaucoup plus sympathique et productif que d’être seuls. Le projet d’une signature commune s’est révélée assez naturellement. À l’heure actuelle, le collectif est piloté par trois personnes : Arnaud, qui a un parcours d’autodidacte, plasticien et musicien, Rémy, passé par les Beaux-Arts, qui est aussi musicien et Loris, diplômé de la Gerrit Rietveld Acamedie d’Amsterdam, il dessine notamment des typographies. Il est aussi musicien mais il ne le sait pas encore.

La création du studio date de 2009, dix ans plus tard, comment percevez-vous l’évolution de votre travail ? Et comment voyez-vous l’avenir du studio ?

Si nous regardons dans le rétro, il semblerait que dorénavant notre champ d’inspiration laisse plus de place à la typographie et à la simplicité. En dix ans d’expérience intensive, et outre le fait que chaque nouveau projet implique de se renouveler, notre boîte à outils s’est étoffée ; globalement nous sommes plus rapides et plus au clair sur ce que nous souhaitons obtenir. Le line up du collectif a aussi évolué, ce qui ouvre de nouvelles perspectives. Dans le futur, nous aimerions trouver un juste équilibre entre les commandes et les projets autoproduits qui sont indissociables de Brest Brest Brest.

Pourquoi avoir décidé de travailler exclusivement pour le secteur culturel ? 

C’est l’endroit où nous nous sentons à l’aise. Le secteur culturel nécessite d’être créatif et innovant, tout en s’adressant à un public transversal. Cette équation nous intéresse. Le culturel, les arts vivants, l’édition, l’art contemporain, nous en consommons. On va aux concerts, au théâtre, au cinéma, voir des expos, on aime les beaux livres, on est musiciens, un peu scénographes aussi, on expose dans des galeries, on édite. Au fond, c’est assez naturel pour nous d’avoir émergés dans ce secteur.

Brest Brest Brest étapes
Création couverture réédition « The Chrysalids », de John Wyndham, pour les éditions Penguin Book


Basés à Crest, Montreuil et Paris, quelle est votre méthode pour travailler ensemble ? 

Notre méthode est basée sur la confiance et le partage de compétences. Nous réalisons aussi bien des projets à deux ou six mains, en organisant régulièrement des résidences dans la Drôme ou à Paris. L’un d’entre nous peut simplement consulter l’avis des autres et gagner un temps fou. Lorsque nous abordons un projet à plusieurs, nous échangeons nos fichiers de travail pour engager une discussion par l’image. Le processus est très intuitif, il peut y avoir des débats, mais finalement l’évidence nous met toujours d’accord. Actuellement Arnaud et Loris répondent plutôt aux commandes institutionnelles/culturelles et Rémy se consacre exclusivement à la musique (sous toutes ses formes, image et son).

Pourriez-vous nous en dire plus sur les projets Objet Disque et Objet Livre ? 

Les deux projets sont nés de la même impulsion en 2014 : l’envie de renouer avec une forme de circuit court et une autonomie pour produire des objets. Le label Objet Disque est devenu la partie la plus développée, gérée par Rémy. Loris et Arnaud sont en train de développer la maison d’édition Objet Livre. Pour l’instant, elle a permit d’éditer de façon ponctuelle quelques ouvrages, mais 2019 sera véritablement l’année de sa mise en route.Le catalogue Objet Disque est disponible en ligne (www.objetdisque.org) et il y aura très prochainement un site-boutique pour Objet Livre : www.objetlivre.org.

Quelles sont vos sources d’inspiration ? Comment faites-vous pour les renouveler ?

Nous sommes très attentifs à ce qui se passe autour de nous, mais toujours en considérant l’héritage d’une histoire substantielle. Notre source d’inspiration reste très alimentée par l’état d’esprit de mouvements comme Dada, Fluxus, les Surréalistes, Provo, ou le mouvement Bauhaus, qui n’ont rien perdu de leur fougue. Nous ne nous lassons pas non plus de l’imagerie populaire des années 1920 à 1960 que nous citons allègrement dans notre travail.

Brest Brest Brest étapes
Album « Route du vertige » de Grand Veymont (Objet Disque) – février 2018


Un grand nombre de vos productions utilise la technique du collage ou du détournement d’images existantes. En quoi cette technique vous intéresse-t-elle ? 

Nous sommes toujours partagés entre la pratique d’un graphisme populaire et celle d’un graphisme plus radical. « Populaire » au sens noble du terme, c’est-à-dire, un graphisme au message clair et direct, emblématique et sans limite d’âge. Le collage contribue parfaitement à ce type de vocabulaire, notamment parce qu’il parle a priori à tout le monde et permet de détourner le sujet. Le côté brut du collage nous convient bien. 

Pouvez-vous nous expliquer votre interprétation du thème « Retour à la Nature » ? 

C’est une métaphore.

Vous-mêmes, vous sentez-vous concernés par les questions de déconnexion ? 

C’est vital pour la santé mentale, même si en tant que graphistes, nous nageons dans un vrai un paradoxe à ce sujet : la connexion est notre outil de travail (99% de nos commandes se font à distance) et aussi notre outil de diffusion. On ne peut pas s’en passer. Mais il faut y faire attention si on ne souhaite pas se transformer en limaces informes et dépressives. Certains d’entre nous vont passer des vacances en zone blanches pendant plusieurs semaines et ça les rend heureux.

Très liés au monde de l’objet imprimé, vous est-il arrivé de vous questionner sur des techniques de production plus respectueuses de l’environnement ? Est-ce un intérêt que vous avez pu remarquer chez certains de vos clients ? 

Aujourd’hui, nous consommons moins d’énergie fossile à acheter un livre qu’à regarder Netflix ou à stocker des Gigas sur le Cloud ! Y compris en considérant la fabrication et l’acheminement dudit livre. Il est évident que l’environnement est un sujet important pour nous et pour la grande majorité de nos commanditaires. Dans ce sens, les objets imprimés que nous produisons sont volontairement de facture « simple », ils n’usent ni de matières plastiques, ni de pelliculages. Nous privilégions les papiers recyclés, ou les papiers d’édition labelisés développement durable (FSC, PEFC). Les imprimeurs avec qui nous collaborons régulièrement travaillent avec les protocoles du label Imprim’vert et utilisent pour la plupart des encres à eau.

Propos recueillis par Marion Bothorel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

19/11 – Entre les lignes : esquisse d’une linéalogie

La séance d’ouverture du cycle de conférences « entre les lignes : variations sur l’espace textuel » présentera les neuf interventions à venir, dédiées aux liens qui s’établissent entre l’espace bâti et l’espace textuel, à la Maison de l’Architecture Île-de-France. Les neuf séances aborderont littérature, architecture, philosophie, design graphique et art visuel dans une volonté de définir, tant que possible, ces espaces intermédiaires et indéterminés entre disciplines, entre espace temps de la création, entre pratiques artistiques. Cette première séance s’intéressera à la dimension technique du geste de l’écrivain et l’appropriation graphique de la page dans le moment de l’écriture.L’intitulé de ce cycle de conférences…

14/11 – Colloque International de Typographie, Let It Read au Campus Fonderie de l’Image

Le colloque annuel « International Type Symposium » organisé au Campus Fonderie de l’Image par Simon Renaud et Margot Mourrier Sanyas, revient pour une journée de réflexions et d’échanges autour du thème « Let It Read ». En plaçant la question de l’expérience de lecture au centre du débat, le colloque se propose d’explorer la façon dont les designers typographiques s’emparent des signes et imaginent de nouvelles façons de lire un texte, un mot ou une lettre. À travers la découverte de plusieurs démarches créatives, critiques et expérimentales, « Let It Read » tentera ainsi de comprendre comment les typographes…

29/10 > 11/01 – Affichiste ! Les aventures de Michel Bouvet

La Bibliothèque de Saint-Herblain accueille le graphiste Michel Bouvet pour une exposition de ses affiches. La culture s’emprunte et se partage, et ça, Michel Bouvet l’a bien compris. il y a deux ans, l’affichiste français faisait don de l’ensemble de ses affiches en petit format (une soixantaine) à la Ville de Saint-Herblain, participant au développement de la collection d’œuvres d’art entrepris par la bibliothèque. Aujourd’hui, il expose sa carrière, dans l’antre de l’institution culturel dans un parcours en 3 étapes. La première illustre le parcours de l’artiste, de sa découverte de l’affiche lors d’un voyage à Prague, à ses débuts de…

Lea Morichon expo été indien sergeant paper

06/11 > 3/12 – Été Indien par Léa Morichon

Alors qu’on s’apprête à passer à l’heure d’hiver, la galerie Sergeant Paper invite l’illustratrice Léa Morichon à nous faire découvrir l’Été indien. À travers une dizaine de visuels, l’artiste nous fait vivre une épopée graphique, pour profiter encore un peu des douceurs de l’été. Elle y livre une vision personnelle de ses voyages, inspirée par des moments de vie, des personnes ou encore des motifs. Cette exposition inaugure la nouvelle galerie du Sergeant Paper rue du château d’Eau. Infos pratiques : Date : du 6 novembre au 3 décembre Lieu : Sergeant Paper – 26 rue du Château d’Eau –…

Flux

PrinCube : l’impression d’un geste de la main

Il fait à peine la taille d’un Rubik’s Cube et pourtant il est capable d’en faire voir de toutes les couleurs. Le PrinCube est une mini imprimante qui s’adapte à toutes les surfaces. T-Shirt, coque d’ordinateur, papier ou plastique, visiblement, rien ne lui résiste. Grâce au financement participatif sur le…

Pattern #2 : Image et musique ne font qu’un pour Simone Ringer

Dans ce second épisode de Pattern, nous découvrons l’atelier de Simone Ringer, artiste pluridisciplinaire qui officie au sein du groupe de pop rock Minuit. Véritable touche-à-tout, férue du travail réalisé à la main, elle envisage la création visuelle et musicale comme un moyen d’introspection et de spectacle au milieu duquel…

Ressources

Adobe lance une app vocale pour stimuler la créativité

Adobe lance sa première app vocale sur Alexa. La skill Adobe Inspiration Engine permet notamment de trouver l’inspiration quand on a les mains occupées par son crayon, sa souris ou sa tablette graphique. Le géant du logiciel créatif aime se frotter aux innovations. Après avoir intégré dans Adobe XD, la…

icônes gratuites icons8 web design

Des icônes gratuites pour les projets de web design

Le site Icons8 met à disposition des internautes une bibliothèque de 91 000 icônes gratuites. En noir et blanc, couleurs, ou animées, il y en a pour tous les goûts. Faute de budget, de temps ou simplement par raison, chaque détail d’un projet ne nécessite pas des créations originales. Le…

Mise à jour typo avec le Typodarium 2020

Une dose quotidienne de typographie est toujours la bienvenue pour booster son énergie graphique. En 2020, Lars Harmsen de Slanted et l’éditeur Verlag Hermann Schmidt ne dérogent pas à leur désormais tradition du calendrier typographique. Dans cette nouvelle édition du Typodarium, on découvre chaque jour une nouvelle police de caractères.…