Chaumont 2011, tour d’horizon

Rendez-vous majeur du design graphique en Europe, le Festival international de l’affiche et du graphisme propose une série d’expositions et de concours ouverts aux professionnels et aux étudiants du 21 mai au 5 juin.

6 expositions dans la ville

Olivetti :
L’exposition aux Silos propose une rétrospective des commandes graphiques de la firme italienne Olivetti pour sa communication, son identité et ses publications. Créée en 1908 par Camillo Olivetti, cette fabrique de machines à écrire italiennes a fait appel aux spécialistes de l’image pour la conception allant de ses produits à leur publicité en passant par l’architecture de ses bâtiments (usines, magasins, crèche). L’exposition témoigne de l’évolution de cet objet et de son usage au fil du XXe siècle. Elle met en perspective les travaux de Giovanni Pintori, Theo Ballmer et Milton Glaser, les contributions d’Herbert Bayer, Raymond Savignac, Paul Rand, Folon ou encore les productions graphiques de Enzo Mari et d’Ettore Sottsass. Une création contemporaine sera commandée à la fonderie Lineto afin de questionner les enjeux spécifiques du dessin de caractères destinés aux machines à écrire.

Ed Fella Documents :
L’espace Bouchardon accueille la première exposition monographique consacrée au travail d’Edward Fella en Europe. Edward Fella étudie l’art publicitaire à la Cass Technical High School de Detroit. Il travaille en tant que dessinateur publicitaire pour diverses agences de Detroit pendant une trentaine d’années, avec pour clients principaux l’industrie automobile. Après un Master of Fine Art à Cranbrook, il quitte définitivement sa pratique commerciale en 1985 pour privilégier son travail de création. Il enseigne le graphisme à la CalArts, où son goût pour les formes imparfaites et la sémiotique influence toute une génération de graphistes. Son travail déconstruit le paysage et l’écriture vernaculaire des Etats-Unis et offre un témoignage de tout un pan de la culture populaire américaine. L’exposition sera présentée dans le courant de l’année 2011 à Marseille.

Monozukuri, Formes d’impression:
« Les travaux des graphistes sont parfois montrés sous forme de croquis et de recherches, mais le plus souvent sous leurs formes finies ou à travers une mise en scène muséale. Nous avons choisi de sortir des coulisses les typons, les formes de découpe, les plaques de gaufrage, les écrans de sérigraphie… afin de considérer cette étape comme une mécanique incontournable de la création graphique contemporaine qui dépasse celle du simple outil. »

À travers un corpus de créations graphiques contemporaines, Sacha Léopold et Charles Beauté rendent compte du processus de fabrication et de ses spécificités techniques. Leur sélection convoque les travaux de : Bettina Henni, Antoine et Manuel, Le tampographe Sardon, Charles Mazé et Colline Sunier, Fanette Mellier, Flag, Vier5, James Goggin, Grégoire Romanet, Hans Gremmen, Frédéric Teschner, Richard Niessen & Esther de Vries.

Lust :
Depuis 2010, le Festival invite un studio représentatif de l’avant garde internationale. Cette année le studio néerlandais Lust interroge les possibilités d’intrication entre design graphique et programmation informatique. Il questionnera les environnements hybrides tel qu’Internet, les flux de communication et les média. Le trio Thomas Castro, Jeroen Barendse et Dimitri Nieuwenhuizen investira la chapelle des Jésuites avec une création in situ destinée à établir des ponts entre le passé du Festival et son devenir. En amont de l’exposition, ils constitueront une base de données visuelle et textuelle à partir de laquelle chaque visiteur pourra constituer sa propre édition sous forme digitale ou imprimée, avant d’y ajouter ses contributions. Par son contenu, l’installation renseigne et questionne le graphisme à Chaumont. Dans sa forme, elle interroge les voies et les évolutions empruntées par le graphisme.

13 à cheval :
Des tubes en béton dressés dans quatre quartiers de la ville – les boulevards, le square Lebon, le quartier du Cavalier et l’entrepôt des Subsistances – seront investis par 13 graphistes et artistes de l’image imprimée : Michiel Schuurman, Pinar Dermirag & Viola Renate, Paul Cox, Paul Elliman, Séverin Millet, Olaf Ladousse, Hector de la Vallée, Bonnefrite, Guillaumit, Arrache-toi un œil, Jochen Gerner. Présentés en extérieur, les travaux seront dégradés par les intempéries et les actes volontaires : de nouveaux collages seront donc intégrés au fur et à mesure, en quatre temps, les 21 mai, 25 mai, 28 mai et 1er juin.

Les vitrines des commerçants :
Le studio bordelais Gusto (Jack Usine et Fanny Garcia) intervient au blanc d’Espagne sur les vitrines des commerces de la ville durant la première semaine du festival. Des textes lisibles dans leur intégralité samedi 28 mai réactivent la fonction de la vitrine comme interface entre commerce et extérieur. Les graphistes recueilleront en amont des histoires, témoignages, anecdotes qui viendront nourrir ces lettres peintes.

http://bit.ly/hdqGuK

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

11/7 > 1/11 – Anja Kaiser, Undisciplined toolkit. Design graphique et féminisme au Centre National du Graphisme Le Signe

La chercheuse et designer graphique féministe Anja Kaiser est à l’honneur tout l’été au Signe, Centre National du Graphisme. Par sa pratique elle soutient des projets et des commanditaires féministes et émancipateurs. En abordant le féminisme d’un point de vue historique et politique, la jeune femme entend questionner les représentations…

Waterfalls, une exposition en ligne de Thomas Danthony

Avec sa nouvelle exposition Waterfalls, Thomas Danthony nous invite dans une nouvelle sorte d’évasion virtuelle. En effet, dans ce parcours en ligne, il présente une série méditative sur les chutes d’eau, phénomène naturel qu’il observe, en tentant de capturer la beauté dans la surprise. Par leur verticalité, les chûtes d’eau…

1/07 > 29/08 – Joan Cornellà, Paris Solo Show à la Galerie Arts Factory

Le dessinateur de bande dessinée et illustrateur barcelonais Joan Cornellà a la gâchette facile quand il s’agit l’humour noir. Après une invasion des réseaux sociaux, plusieurs bandes dessinées et travaux éditoriaux, l’espagnol continue dans sa lancée et piétine avec jubilation le politiquement correct. Racisme, pauvreté, handicap, maladies, mutilation, Cornellà se…

01/07 > 23/09 – Rêves à la SLOW Galerie

Du 1er juillet au 23 septembre, la SLOW Galerie réunit 60 illustrateurs pour « Rêves », une exposition d’illustrations réalisées pendant le confinement. Les 60 personnalités qui s’y expriment sont autant de point de vue, d’esthétiques, de sensibilités, de désirs, de rêves en somme. La pratique du dessin a été pour ces…

Flux

Le festival des Chatons d’or dévoile le palmarès de son édition 2020

Chaque année depuis 9 ans ans, le festival des Chatons d’or dévoile et récompense une nouvelle portée de contenus inspirants, avec l’ambition de faire émerger les idées et les talents. Dans un contexte de crise sanitaire, où toutes les composantes de notre société sont remises en cause, la manifestation s’est…

Ressources

Typologie, un nuancier de la typo française

Afin de mettre en avant la diversité et la singularité de la création de caractères française, le studio recto verso lance Typolgie, un nuancier de la typo. L’idée de reprendre ce format familier des graphistes est plutôt originale et bien trouvée pour mettre l’accent sur une discipline qui foisonne de…

POSE une webapp pour vous aider à illustrer des personnages

Si on n’ose pas se l’avouer, certains outils sont tout de même bien pratiques pour combler des lacunes en dessin. Dans ce registre, nous sommes tombés sur POSE. Cette webapp développée par le designer Gal Shir est d’une aide précieuse pour créer des personnages proportionnés. La principale difficulté lorsque l’on…