Dans la bibliothèque de… Sarah Boris

En ces premiers jours de mai, l’actualité de la graphiste française Sarah Boris est très riche. Entre deux projets, elle présente à Londres, Paris et au Havre son livre Le Théâtre Graphique. Un projet né en 2015, lors de sa participation au festival de graphisme : Une Saison Graphique. Alors que le lancement est imminent, nous en avons profité pour lui poser quelques questions sur son ouvrage et sa relation aux livres.

Site de Sarah Boris : http://sarahboris.com

Liens des trois évènements :
– Le 5 mai à la White Chapel Gallery : http://bit.ly/1X6fnFc
– Le 11 mai au Centre culturel suisse : http://bit.ly/1YldvGN
– Le 12 mai à la librairie de la Galerne au Havre : http://bit.ly/1SGlPN

Pour se procurer le livre, c’est par ici : http://bit.ly/1SWsC8x

Peux-tu nous parler de l’ouvrage que tu présentes au Centre Culturel Suisse ?

Le mercredi 11 mai, à la librairie du Centre Culturel Suisse, je présente un livre que j’ai créé et publié pour la première fois début 2015 pour mon exposition au festival de graphisme: Une Saison Graphique. L’idée du livre m’est venue après avoir réalisé deux affiches sérigraphiées par Lézard Graphique. C’était un enchaînement visuel logique. J’ai voulu créer une narration complète entre les deux affiches. J’envisage le livre comme une performance avec un tas de possibilité de lecture et d’animation dépendante du rythme auquel on tourne les pages, le lecteur est acteur voire même un chef d’orchestre.

Pour mon exposition au Havre, je m’étais interessée à l’aspect de la performance et comment rendre la pratique de graphiste plus accessible et compréhensible à un public plus large. J’ai mis en scène mon studio de graphisme et je me suis installée dans l’exposition pendant un mois invitant les habitants à des séances de consultations. Une nouvelle version du livre, imprimée en risographie est publiée cette année par Hato Press (maison d’édition londonienne qui a la particularité d’imprimer tous ces livres en riso). Le livre sera également présenté à Whitechapel Gallery le 5 mai et à la librairie de la Galerne au Havre le 12 mai.

Voici quelques mots de Craig Oldham (graphiste et auteur) :
« Selon Peter Brook, le légendaire metteur en scène, il suffit que quelqu’un traverse un espace vide pendant que quelqu’un d’autre observe pour que l’acte théâtral soit amorcé. Dans ce remarquable livre, Le Théâtre Graphique, Sarah Boris nous prouve que la forme et la couleur peuvent avoir un impact aussi profond, absolu, et susciter la sensation graphique du passage du temps et la nature transitoire de l’espace. C’est véritable enchantement visuel. »

Quel est ton dernier achat de livre culturel ?


Les livres de chef sont d’une grande inspiration pour moi tant sur la découverte de leur processus créatif qui s’apparente à celui d’un artiste que de leur influences culturelles. Un des livres qui m’a particulièrement marqué est: Ne jamais faire confiance à un Chef Italien Trop Mince de Massimo Bottura publié par Phaidon. Je vous recommande notamment de lire le passage sur la Tarte au Citron et la manière dont il a créé la présentation de ce plat, aussi visuel que savoureux. Mais je crois que le tout dernier que j’ai acheté c’est: In Loving Memory of Work publié, designé et edité par le graphiste anglais Craig Oldham. Le livre documente la grève des mineurs en Angleterre de 1984 à 1985 et le pouvoir créatif de la classe ouvrière. C’est une belle démonstration de la force des graphistes à communiquer sur des sujets importants. http://www.inlovingmemoryofwork.com

Te souviens-tu de ton premier livre de graphisme ?

Mon premier livre de graphisme… oulalala ça remonte à si loin… je ne sais plus, je crois que c’est TYPO / Quand, Qui, Comment.

Quel est celui qui ne te quitte jamais ?
Deux livres qui ne me quittent jamais: Espèces d’Espaces de Georges Pérec et Le détail en Typographie (version anglaise) de Jost Hochuli, ce deuxième est petit, léger et on peut le consulter inlassablement, c’est une source d’inspiration aussi bien pour sa mise en forme, sa reliure, ses pages de gardes rouges (tout est dans le détail de la fabrication) que pour le contenu (timeless).

Une couverture marquante ?

Il y en a plus d’une… J’aime énormément le travail de David Pearson pour Penguin et les éditions Zulma. Je confesse avoir souvent acheté certains de ces livres de poches par attrait pour la couverture.

Peux-tu nous parler rapidement de tes derniers projets de design éditorial ?


J’ai présidé le jury de design de livres à D&AD 2016. Plus de 277 livres ont été envoyés. J’enseigne avec Angharad Lewis (éditrice de Grafik) dans une université de l’est de Londres où on dirige un petit studio de design éditorial avec 17 élèves. Sinon en terme de ce que j’ai directement désigné : le dernier livre de la photographe Noémie Goudal, co-publié par LE BAL et RVB Books. Je viens aussi de finir un livre pour un prix de la photo pour une galerie à Londres. En ce moment même, je travaille sur un concept pour une nouvelle collection de livres ainsi qu’un livre d’art sur la créativité, pour l’instant je ne peux pas en dire plus sur ces deux projets. Je viens de finir un livre sérigraphié, un projet personel qui s’appelle i>Trois Petits Points.

J’ai deux projets personnels de livres en cours sur lesquels j’espère me pencher plus, une fois que mon livre Le Théâtre Graphique sera complètement lancé. Les deux livres rassembleront des écrits variés (voire même de la musique) sur des collections très graphiques et minis.

Propos recueillis par Charles Loyer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

b.v-h doc étapes

10 > 21/09 – Le studio b.v-h expose à DOC!

Dans la poursuite de leur précédente exposition lors de « Une Saison Graphique » au Havre, le studio graphique et typographique formé par André Baldinger et Toan Vu-Huu investit DOC. Le duo, responsable de la création des affiches des expositions et de l’identité visuelle du lieu, y montre 17 affiches ainsi qu’une série de pictogrammes liés à d’autres projets du studio. Sorties de leur contexte, ces affiches dévoilent alors leur caractère expérimental, principalement guidées par des jeux typographiques en phase avec leur sujet. Grands faiseurs de systèmes graphiques, b.v-h expose également deux vidéos ou les identités, logos et pictogrammes réalisés depuis 11…

Neo Makers

19 > 22/09 – Neo Makers, une exposition mêlant artisanat, design et numérique

Dans le cadre de la Nantes Digital Week, LEVEL INNOVATIVE WORKPLACE accueille PRISME EDITIONS pour 4 jours d’exposition du 19 au 22 Septembre 2019. Neo Makers propose de découvrir le travail des artisans et designers nantais et dévoile comment ces derniers, mixent dans leurs ouvrages, savoir-faire, tradition et innovation. C’est également l’occasion de penser les manières de s’approprier les nouvelles technologies et les solutions d’avenir comme les bio-matériaux, le recyclage ou encore l’impression 3D. Date : Du 19 au 22 septembre 2019 – De 10h à 19h Lieu : Level Innovative Workplace – 3 Place Albert Camus, 44000 NANTES Lien…

Porto Design Biennale

19/09 > 8/12 – Porto Design Biennale 2019

Depuis quelques années, Porto se fait remarquer comme un haut lieu du design. Afin d’encourager et promouvoir les pratiques qui y sont liées, la première édition de Porto Design Biennale s’installe dans divers lieux de la ville avec un riche programme d’expositions, de conférences, de workshops et tables rondes. Le thème « Post Millennium Tension » guide ce parcours. Il nous invite à réfléchir sur notre les transformations de notre nouveau millénaire et à observer la place du design dans un monde en perpétuel changement. Un sujet vaste qui soulève autant de questions que de solutions. Lieu : Divers – Porto et…

11 > 16/09 – Tout se transforme

L’innovation est au cœur de la rentrée du Bel Ordinaire. L’exposition TOUT SE TRANSFORME, qui débute dès le 11 septembre, mêle graphisme et technologie, sous la houlette du réputé studio Chevalvert.  Ce parcours, proposé par accès)s( cultures électroniques et monté en collaboration avec Le Signe, centre national du design graphique, s’apparente à une usine, dans laquelle les matières premières, les machines et les gestes de chacun permettent la transformation des éléments. Dans un dédale d’architecture lumineuse, formes et objets se changent en une partition musicale. Le visiteur interagit avec son environnement, à l’aide de son corps, parfois de sa voix, pour devenir le chef d’orchestre de cette expérience visuelle interactive. Au total, le studio Chevalvert met à disposition 4 installations qui explorent les connexions innombrables, entre musique et image.…

Flux

Pâquerette Brice Larrieu chorépgraphie

« Pâquerette », le bal des sentiments humains

« Pâquerette » la dernière réalisation de Brice Larrieu alias Skorpion, fait partie de ces objets visuels hybrides, qui dévoilent leurs multiples facettes après plusieurs lectures. Au delà d’une vidéo de danse, il faut voir dans ce film la volonté de l’artiste de mettre l’accent sur les sentiments, au milieu…

Ressources

Halvar Typemates étapes

Halvar, une police bien trempée

La fonderie allemande TypeMates a sorti il y a peu une nouvelle fonte linéale, Halvar. Développée dans une version classique et une version stencil de 81 styles chacun allant du black au hairline, elle est structurée en 3 sous-catégories représentant 3 chasses différentes (large, moyenne et étroite). Elle offre ainsi…