Debora Cheyenne Cruchon : le chemin qui l’a mené jusque LA

Talents à Suivre part à la rencontre de la jeune génération de créatifs français et des disciplines du design graphique. Une rubrique en partenariat avec Adobe. Retrouvez en intégralité l’interview dans le n°251 d’étapes: et le timelapse de la création originale réalisée pour le n°251 ici.


Retrouvez les travaux de Debora Cheyenne Cruchon sur son site web :
www.deboracheyenne.com


Française immigrée à Los Angeles, Debora Cheyenne Cruchon multiplie les casquettes, entre ses fonctions de directrice artistique au sein de l’agence de design Buck et ses propres projets de sculpture, de peinture et d’animation. Inspirée par la nature et l’art numérique, elle déploie un univers mystique aux couleurs saturées.

Debora Cheyenne Cruchon étapes
Permanence / Impermanence, solo show, galerie Leminspace , Los Angeles, 2019

Votre lieu favori à Los Angeles : The Underground Museum
La dernière série que vous avez regardée : Insecure
Une oeuvre qui vous a marquée : Red and Brown, de Rothko
Le livre que vous avez dévoré cet été : L’écriture des pierres, de Roger Caillois
L’outil que vous préférez pour créer : Un bon stylo !

Propos recueillis par Marion Bothorel

Pouvez-vous nous retracer le chemin entre vos études en France et votre arrivée à Los Angeles ?

J’ai suivi l’option Arts Plastiques au lycée, puis j’ai fait une Manaa et une formation de design graphique multimédia à Olivier de Serres. J’ai mis toute mon énergie à entrer aux Gobelins, en formation directeur et réalisateur de cinéma d’animation. Par la suite, j’ai réalisé un court métrage d’animation, « Couchée », pour France Télévision. À la suite de mes études, j’ai déménagé aux États-Unis où je travaille aujourd’hui en tant que directrice artistique chez Buck, une agence de design spécialisée en publicité et animation. J’y suis restée car j’aime mon travail, et je sens qu’il y a réel un intérêt pour la nouveauté et la diversité, autant artistique que sociale. Cela a nourri ma pratique et lui a donné plus de profondeur. J’aime aussi l’intérêt porté aux nouvelles technologies et les liens qui se tissent avec les pratiques artistiques ici. Los Angeles est une ville en constante ébullition, elle regorge d’opportunités et de personnes engagées à rencontrer.

Figures and Ground, duo show, galerie Nucleus, Los Angeles, 2017

Quel est votre rôle au sein de Buck ?

En tant que directrice artistique, j’y élabore des concepts, des recherches de couleur (c’est un peu mon dada), des explorations stylistiques, des travaux multimédias. J’ai la chance de pouvoir travailler avec différents médiums et sur des projets intéressants, variés et de courte durée, ce qui m’empêche de m’ennuyer. Je découvre des techniques que j’applique ensuite à mon travail personnel, afin de le rendre plus efficace. Buck est réputé pour l’amicalité des personnes qui y travaillent, c’est un peu comme une famille pleine de talents dont il est difficile de se séparer.

Pouvez-vous nous parler des projets personnels que vous menez en parallèle du studio ?

J’ai commencé à faire des expositions ces dernières années, et j’utilise chacune d’elles pour explorer un nouveau médium ou concept. Je viens tout juste de terminer une nouvelle série de peintures digitales, Permanence/Impermanence. Je suis particulièrement fascinée par l’art digital. Avec les réseaux sociaux et notre présence grandissante dans un monde virtuel, il est logique d’explorer, puis de reproduire mon expérience de cet univers dans mon art. Je reste très attachée aux pratiques plus traditionnelles et physiques, notamment la sculpture. Je travaille sur l’interaction entre ces deux opposés, physique et virtuel, la connection et le fort contraste que je peux établir entre eux.

Debora Cheyenne Cruchon étapes
Figures and Ground, duo show, galerie Nucleus, Los Angeles, 2017

Comment vous servez-vous des logiciels Adobe au quotidien ?

J’utilise essentiellement Photoshop. Il m’arrive aussi d’utiliser d’autres logiciels, tel qu’After Effects si je travaille sur une animation. J’étais très réticente au début à utiliser Photoshop, car je valorisais plutôt le travail sur papier. J’ai l’impression que ma manière d’utiliser Photoshop est plus “primaire” pour cette raison. Non pas dans l’aspect de mes dessins, mais dans ma manière de travailler. J’utilise très peu de brushs, c’est un peu archaïque ! Pour moi, utiliser ces logiciels permet une certaine expérimentation. Je suis fascinée par les couleurs très vibrantes, presque violentes pour les yeux, ainsi que la texture lisse du digital. Il est possible de pousser les couleurs vraiment loin et d’étudier leurs interactions très facilement. Maintenant que j’y ai touché il est difficile de retourner à la peinture. 

Pouvez-vous nous parlez de votre dernière série de peintures numériques Soft Strobe réalisée sur Photoshop ?

J’ai réalisé cette série dans le cadre d’une exposition pour Cartoon Network. Avant, je n’avais jamais vraiment travaillé numériquement sur mes projets artistiques. J’ai été influencée par mon travail chez Buck, et je souhaitais aussi produire des oeuvres reproductibles. Je suis très inspirée par la 3D, et les oeuvres numériques. Il y a quelque chose au premier abord de presque rebutant, n’ayant pas le charme ou la texture de pratiques traditionnelles, mais j’y trouve une certaine naïveté et un esprit ludique nouveaux.

Debora Cheyenne Cruchon étapes
Soft Strobe, solo show, galerie Cartoon Network Studio, Los Angeles, 2019

Quel regard portez-vous sur le design graphique américain ?

Le design se tourne vers les nouvelles technologies, cela nous demande de nous renouveler constamment et de chercher à aller plus loin. La présence d’expériences interactives s’accroit, que ce soit dans la création ou dans les musées. Pousser la stimulation des sens en utilisant des outils virtuels, est assez fascinant. Cependant, il est possible de tomber dans un design rébarbatif servant à solliciter les utilisateurs sur les réseaux sociaux, par exemple.

Pouvez-vous nous expliquer votre interprétation du thème « Retour à la Nature » ?

Il n’y a rien de plus réconfortant pour moi que cette idée. Quand je pense au retour à la nature, je pense à rentrer chez moi, en France. Retrouver cette végétation luxurieuse, marcher dans les feuilles humides, sentir l’odeur de la mousse et une profonde communion avec la nature. J’y trouve aussi quelque chose de mystérieux, à la fois effrayant et stimulant. Cela me vient peut-être du désert et de la solitude qu’on y trouve. On se sent mis à nu, seul avec notre propre condition. C’est ce contraste entre vie et changement permanent, confort et nervosité, attraction et défiance que j’ai voulu exprimer au travers de cette illustration.

Debora Cheyenne Cruchon étapes
9 Hours Meal

Quel est votre rapport à la nature, très présente au sein de vos créations ?

Lorsque je vivais en France j’étais très connectée avec la nature, c’était un thème principal dans mon travail. J’avais la chance de vivre à côté d’une forêt, j’y marchais, méditais, dormais parfois ! C’était en quelque sorte mon repère, l’endroit où je me sentais en sécurité. Los Angeles est une ville très peu verte, ce qui a affecté mes habitudes. Cependant les parcs californiens sont incroyables, et je suis tombée amoureuse du désert. Pour moi, il n’y a pas de sensation qui égale le fait d’être dans cet espace gigantesque et aride.

Êtes-vous sensible aux questions écologiques ?

Je n’ai pas de voiture, ce qui peut sembler assez fou par ici. Une bonne partie de mes vêtements sont de seconde main, j’achète mes fruits et légumes dans des programmes de récupération de surplus alimentaire, je rapporte les restes de la cantine du studio et je n’utilise l’air conditionné qu’en cas extrême… Autant que possible j’essaie de prendre conscience de mes habitudes, et de parler avec des amis et collègues afin de trouver des pratiques plus écologiques.

« Contacts », la création réalisée par Debora Cheyenne Cruchon pour L’Instant Créa.
À retrouver ICI

Avec Adobe Creative Cloud, trouvez l’inspiration et faites-vous connaître.

L’accès aux applications Adobe incluant les incontournables Photoshop, Illustrator ou InDesign, les nouveautés comme Adobe XD ou Dimension, ainsi que les services associés tels qu’Adobe Portfolio pour exposer vos travaux. Puisez votre inspiration dans les ressources Adobe Stock directement depuis vos applications Creative Cloud. Bénéficiez de modèles intégrés dans Photoshop et Illustrator pour gagner du temps dans vos projets.

Découvrez Creative Cloud !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

7 > 8/12 – Air Poster #7 à la galerie Au Roi

Chaque année depuis 7 ans, une poignée de studios de graphisme se rassemble autour du projet Air Poster. Une exposition d’affiches sérigraphiées et expérimentales en carte blanche. Cette année, les deux jours d’affichage se déroulent à la Galerie au Roi. 15 studios européens ont créé des affiches inédites :—Akatre Studio — Atelier trois — Badesaison — Cheeri paris — Christophe Renard — Des Signes — Gaël Etienne — Gr20paris — Les Graphiquants — Irradie — Studio Julia — Pilote paris — Schultzschultz — Studio triple — Undo-Redo Impression : Lézard Graphique Infos pratiques : Date : du 7 au 8…

17/12 – « Conception à long terme » avec Peter Bil’ak

Le 17 décembre prochain, le cycle de conférences « Entrevue(s) » invite le graphiste et créateur de caractères Peter Bil’ak, à parler de son travail et de la manière dont il conçoit dans une temporalité à long terme. Les rendez-vous « Entrevue(s) », initié par Francesca Cozzolino ont un double objectif. Celui de proposer des rencontres autour d’éminences du design, mais surtout d’entrevoir comment la création contemporaine en design graphique évolue au fil du temps. C’est un espace de réflexion et d’échanges, qui suspend le temps d’une conférence, le rythme de la production pour mieux cerner les enjeux du design et le…

5/12 > 8/12 – Derniers jours de l’exposition « Foncteur d’Oubli » au FRAC Île de France

L’exposition collective sous commissariat de l’artiste Benoît Maire rassemble des artistes, designers et architectes qui réexaminent, à partir de leurs pratiques, les rapports de l’art au design et à l’architecture ainsi que le postulat selon lequel les arts sont libres et les objets de design sont contraints. Le principe de fonctionnalité qui régit l’objet de design ou d’architecture, n’en est pas moins un principe poreux. « Foncteur d’oubli » scrute ainsi le basculement qui peut s’opérer entre ces diverses classifications. En mettant en exergue le caractère non reproductible de certaines pièces de design, l’ambiguïté de notre relation à des objets de design…

7 & 8 / 12 – Les Puces de l’Illu #7, le salon de l’illustration contemporaine

Comme chaque année depuis maintenant 7 ans, le premier week-end de décembre est celui des incontournables Puces de L’Illu. 60 exposants installeront leurs étals au Campus Fonderie de l’Image pour 2 jours de découvertes de l’illustration sous toutes ses formes et ses pratiques. Maison d’édition, collectifs, illustrateurs indépendants, sérigraphes, graveurs, lithographes seront ainsi au rendez-vous les 7 & 8 décembre. On retrouvera Mathieu Pauget (qui réalise l’affiche de cette édition), Groduk & Boukar, Marie-Pierre Brunel, Anna Wanda Gogusey, Maison Tangible, Atelier Bingo et plein d’autres dont vous trouverez la liste exhaustive ICI. L’occasion idéale pour découvrir et chiner la création…

Flux

Pantone et Adobe partagent leurs inspirations de Classic Blue

Alors qu’on vient de découvrir le Classic Blue, couleur de l’année 2020 désignée par Pantone, le spécialiste du nuancier s’associe à Adobe pour inspirer ses déclinaisons. Le géant du logiciel créatif dévoile une galerie sur son service Adobe Stock avec tout plein d’idées : photos, objets ou encore illustrations. La…

Helen Musselwhite, aux origines du papier

Dans ce film tourné par l’agence d’illustrateurs Handsome Frank, on découvre un petit bout de la vie d’Helen Musselwhite. L’artiste spécialiste du papier découpé construit et déconstruit des éléments inspirés par ses pérégrinations dans la campagne britannique pour se créer son propre univers. Elle nous invite à la suivre dans…

Et la couleur de l’année Pantone 2020 est…

… Le Classic Blue. Cette teinte de bleu immuable succède au living Coral et entend inspirer la sérénité, la confiance et le partage dans vos créations. Chaque année, la couleur de l’année Pantone apporte aux professionnels de la création une tendance colorimétrique répondant aux attentes et enjeux de notre époque.…

Ressources

Pantone et Adobe partagent leurs inspirations de Classic Blue

Alors qu’on vient de découvrir le Classic Blue, couleur de l’année 2020 désignée par Pantone, le spécialiste du nuancier s’associe à Adobe pour inspirer ses déclinaisons. Le géant du logiciel créatif dévoile une galerie sur son service Adobe Stock avec tout plein d’idées : photos, objets ou encore illustrations. La…

L’image animée dans les interfaces numériques par Ryan McLeod

Voici un nouveau venu dans la série « Best practices for Better Design » proposée par l’outil de maquettage en ligne In Vision. L’ouvrage « Animation handbook » par Ryan McLeod propose de parcourir l’univers de l’animation sur plusieurs coutures. « L’impact de l’animation dans vos créations », « comment rendre un élément unique grâce à l’animation…