Déterminée, passionnée et rêveuse, Sheina Szlamka raconte son quotidien d’illustratrice

Depuis sa sortie de Peninghen, Sheina Szlamka met toute son énergie au service de sa passion et son métier : l’illustration. Toujours de bonne humeur, curieuse et prête à se lancer de nouveaux défis, la jeune designer envoie de la couleur, aussi bien sur les réseaux sociaux que sur nos couvertures de journaux. Rencontre…

Comment s’organise ta journée de travail ?
Je commence en général par travailler vers 9h30 avec une grande tasse de tisane, souvent des trucs étranges, gingembre citron ou un golden latte avec du curcuma.
Vers 12h, j’ai faim, quand il fait beau, je déjeune toujours à mon spot au soleil au bord du canal. Sinon, je me fais des bons petits plats ou je vois des amis free-lance !
Je reprends le travail vers 13h, jusqu’à 19h30. Parfois, je prends une pause pour aller faire du sport, je suis accro au cycling pour me défouler. Ou je passe chez Artazart ou à la galerie Treize Dix qui ne sont pas loin, pour l’inspiration.

Quel est l’endroit que tu préfères pour travailler ?
J’adore travailler chez moi, j’ai tout installé pour être tranquille ! Et surtout je n’ai personne qui voit ce que je fais, ce qui est assez agréable. En coworking, c’est pas évident de dessiner avec le regard des autres.

Celui ou au contraire tu ne peux pas du tout ?
Je ne peux pas travailler avec des amis, car en général je finis par les distraire en leur racontant des blagues… Sinon, je peux travailler un peu partout, avion, aéroport, bibliothèque, coworking… J’ai même fait du dessin en live en boîte de nuit avec des gens autour de moi qui dansaient pour la Boiler Room… C’était rigolo !
Quel est le point de départ de tes nouvelles illustrations ?
Je me pose toujours avec une feuille blanche et dessine plein d’idées ! J’aime avoir plein de temps pour les faire ! En général, je me retrouve avec beaucoup d’esquisses pour mes clients ! Je fais beaucoup de propositions pour que le client puisse avoir le maximum de choix. Parfois jusqu’à une quinzaine !


Collaboration avec la marque Pandora, pendant la Paris Fashion Week 2018.

À quel moment tu décides de mettre une fin à ton projet ?
C’est toujours très naturel ! Je fais le trait final d’après mes esquisses et ensuite je présente différents choix de colorisation à mon client. Il valide et c’est bon !

Quel est ton outil de travail favori ?
Je travaille principalement avec un pinceau et de l’encre noire. J’ai un faible pour l’encre de chine Pébéo. Je trouve qu’elle a une odeur de mûre, même si personne n’est d’accord avec moi…


Couverture du journal Le Un – Bio

En as tu découvert de nouveaux récemment ?
J’aime beaucoup aller chez Sennelier, Quai Voltaire, et leur faire des demandes d’outils très précises… Ils sont super forts ! Ils répondent toujours à mes attentes les plus étranges. Du coup, j’ai trouvé des super pinceaux de calligraphie chinoise, j’adore dessiner avec en extérieur, sur des défilés ou dans les musées.

Que fais-tu quand tu as moins de commandes ?
Je mets à jour mon site web, j’envoie des emails, je vais voir des expositions, je souffle et prends soin de moi.

Connexion ou déconnexion ?
Je suis pour la déconnexion mais ultra connectée. J’ai une sérieuse addiction à mon Instagram…. Je poste très régulièrement, et j’ai commencé à faire des lives en train de dessiner, sur @sheina.illustration.

Quels sont tes principaux hobbies ?
Manger de la très bonne nourriture. Faire du sport. Dessiner dans les musées. Méditer, surtout avec Lila Rhiyouri, elle vient de sortir un livre de méditation dont j’ai fais les illustrations.


Illustration pour la revue XXI (2015)

Est-ce que ton univers de travail s’invite chez toi ?
Je pense que oui, même si je ne m’en rends pas compte. Dans ma bibliothèque, on retrouve tous ce qui m’inspire, des ouvrages sur les rêves, plein de livres de Little Nemo par Winsor Mc Cay, des livres de sciences fictions, des bandes dessinées. Je suis fan de Moebius aussi. Dans mon armoires, les foulards et les vêtements des collections que j’ai fait avec Ana Quasoar. Aussi aux murs quelques tableaux que j’ai fait.


Propos recueillis par Charles Loyer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

04/03 – Typographie et jeu-vidéo, comment en faire un mariage réussi ?

Aujourd’hui, chaque jeu-vidéo représente un travail colossal et rien n’est laissé au hasard. Du gameplay au motion design, ce sont des compétences multiples et diverses qui sont sollicitées. Parmi eux, les designers graphiques ont fort à faire, tant les nombreuses informations présentes dans un jeu-vidéo nécessitent différentes organisations et mises…

Feed

Time Book, des serre-livres comme specimen typographique

Dans le cadre du prochain numéro d’étapes: à paraître ce mois-ci et disponible en pré-commande ici jusqu’au 15 mars, nous publions un extrait de notre rubrique « Concours ». Projet issu du Type Directors Club #66TIME BOOK Quinsay Design, Hangzhou Située dans la ville de Hangzhou, non loin de Shanghai, Quinsay est une agence…

Ressources

PERGRAPHICA® lance Catching Feels, un nouveau Lookbook présentant ses papiers premium

Pour tous les créatifs, le lancement d’un nouveau lookbook est un évènement. Ces ouvrages servent à présenter l’ensemble de leurs réalisations et permettent aussi de démontrer les qualités d’impression et d’ennoblissement des papiers utilisés. Un lookbook est donc en définitive une véritable vitrine pour les directeurs artistiques, les maisons d’édition…