Déterminée, passionnée et rêveuse, Sheina Szlamka raconte son quotidien d’illustratrice

Depuis sa sortie de Peninghen, Sheina Szlamka met toute son énergie au service de sa passion et son métier : l’illustration. Toujours de bonne humeur, curieuse et prête à se lancer de nouveaux défis, la jeune designer envoie de la couleur, aussi bien sur les réseaux sociaux que sur nos couvertures de journaux. Rencontre…

Comment s’organise ta journée de travail ?
Je commence en général par travailler vers 9h30 avec une grande tasse de tisane, souvent des trucs étranges, gingembre citron ou un golden latte avec du curcuma.
Vers 12h, j’ai faim, quand il fait beau, je déjeune toujours à mon spot au soleil au bord du canal. Sinon, je me fais des bons petits plats ou je vois des amis free-lance !
Je reprends le travail vers 13h, jusqu’à 19h30. Parfois, je prends une pause pour aller faire du sport, je suis accro au cycling pour me défouler. Ou je passe chez Artazart ou à la galerie Treize Dix qui ne sont pas loin, pour l’inspiration.

Quel est l’endroit que tu préfères pour travailler ?
J’adore travailler chez moi, j’ai tout installé pour être tranquille ! Et surtout je n’ai personne qui voit ce que je fais, ce qui est assez agréable. En coworking, c’est pas évident de dessiner avec le regard des autres.

Celui ou au contraire tu ne peux pas du tout ?
Je ne peux pas travailler avec des amis, car en général je finis par les distraire en leur racontant des blagues… Sinon, je peux travailler un peu partout, avion, aéroport, bibliothèque, coworking… J’ai même fait du dessin en live en boîte de nuit avec des gens autour de moi qui dansaient pour la Boiler Room… C’était rigolo !
Quel est le point de départ de tes nouvelles illustrations ?
Je me pose toujours avec une feuille blanche et dessine plein d’idées ! J’aime avoir plein de temps pour les faire ! En général, je me retrouve avec beaucoup d’esquisses pour mes clients ! Je fais beaucoup de propositions pour que le client puisse avoir le maximum de choix. Parfois jusqu’à une quinzaine !


Collaboration avec la marque Pandora, pendant la Paris Fashion Week 2018.

À quel moment tu décides de mettre une fin à ton projet ?
C’est toujours très naturel ! Je fais le trait final d’après mes esquisses et ensuite je présente différents choix de colorisation à mon client. Il valide et c’est bon !

Quel est ton outil de travail favori ?
Je travaille principalement avec un pinceau et de l’encre noire. J’ai un faible pour l’encre de chine Pébéo. Je trouve qu’elle a une odeur de mûre, même si personne n’est d’accord avec moi…


Couverture du journal Le Un – Bio

En as tu découvert de nouveaux récemment ?
J’aime beaucoup aller chez Sennelier, Quai Voltaire, et leur faire des demandes d’outils très précises… Ils sont super forts ! Ils répondent toujours à mes attentes les plus étranges. Du coup, j’ai trouvé des super pinceaux de calligraphie chinoise, j’adore dessiner avec en extérieur, sur des défilés ou dans les musées.

Que fais-tu quand tu as moins de commandes ?
Je mets à jour mon site web, j’envoie des emails, je vais voir des expositions, je souffle et prends soin de moi.

Connexion ou déconnexion ?
Je suis pour la déconnexion mais ultra connectée. J’ai une sérieuse addiction à mon Instagram…. Je poste très régulièrement, et j’ai commencé à faire des lives en train de dessiner, sur @sheina.illustration.

Quels sont tes principaux hobbies ?
Manger de la très bonne nourriture. Faire du sport. Dessiner dans les musées. Méditer, surtout avec Lila Rhiyouri, elle vient de sortir un livre de méditation dont j’ai fais les illustrations.


Illustration pour la revue XXI (2015)

Est-ce que ton univers de travail s’invite chez toi ?
Je pense que oui, même si je ne m’en rends pas compte. Dans ma bibliothèque, on retrouve tous ce qui m’inspire, des ouvrages sur les rêves, plein de livres de Little Nemo par Winsor Mc Cay, des livres de sciences fictions, des bandes dessinées. Je suis fan de Moebius aussi. Dans mon armoires, les foulards et les vêtements des collections que j’ai fait avec Ana Quasoar. Aussi aux murs quelques tableaux que j’ai fait.


Propos recueillis par Charles Loyer

design indaba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

News

Andymation flipbook

Le cinéma dans le flipbook avec Andymation

Andymation rejoue dans un folioscope moqueur la scène finale d’Avengers Infinity War. Les folioscopes, plus communément appelés flipbook, sont des petits livrets de dessins. Feuilletés rapidement, ils donnent à l’œil l’illusion de mouvement. Faciles à réaliser, cela n’a pas empêché le flipbook d’Andymation de devenir viral. Pour rejouer la très raillée séquence « Mr Stark I don’t feel so good », il suffit de se munir d’un crayon, de papiers et de beaucoup de patience. Voir son profil Instagram.

Guardian weekly children issue on climate change

Le Guardian Weekly sur le changement climatique illustré par des enfants

C’est bien connu, la vérité sort de la bouche des enfants. Pourtant, rares sont les occasions de les entendre sur ce que l’on considère comme des « sujets d’adultes ». La semaine dernière, le Guardian Weekly, leur a tendu une perche en leur confiant le design de sa couverture. L’hebdomadaire consacrait une grande partie de ses pages au changement climatique, notamment au travers le regard des jeunes générations. La prise de parole de l’adolescente suédoise Greta Thunberg a marqué les esprits et transmis un message fort au monde entier. L’édition « Kids v Climate Change » lui offre une répercussion. Le directeur artistique de…

Installation cinétique marque Hem

Des confettis pour une installation cinétique et colorée

Pour son arrivée à Los Angeles, la marque de mobiliers suédois Hem a fait appel à Clark Thenhaus. Le designer imagine son identité architecturale et d’un patio bétonnais, en fait une vraie installation graphique. Confettis et serpentins colorés semblent comme y tomber du ciel. Le designer repense l’atrium telle une architecture vivante et cinétique, qui invite à l’échange au sein du nouveau showroom de la marque.

Flux

Eunkyoung Son rejoue les scènes de cinéma

L’illustratrice Eunkyoung Son rejoue le cinéma

L’illustratrice Eunkyoung Son réinterprète les plus iconiques scènes de cinéma. Sa palette est chaude et son coup de pinceau précis. De Call Me By Your Name à Thelma et Louise en passant par Roman Holiday, les scènes sont reconnaissables entre mille. Sa touche réaliste contraste avec les larges aplats de…

Les portraits typographiés de Sam Rodriguez

Le terrain de jeu de Sam Rodriguez s’étend sur toute la ville de San José en Californie. Fort de ses expérimentations en studio, il sait révéler au public le meilleur de ses portraits. Sur les visages, courent et s’implantent comme de nouveaux traits, des lettres hybrides et fluctuantes. Reflets des…

design indaba

Top news

Les Sorties Graphiques de février #3

Expos, vernissages, festivals ou conférences, chaque semaine étapes: note pour vous dans l’agenda les évènements de la scène graphique et artistique. Le Brand Day Paris par Monotype, au Showroom République Le spécialiste en identité visuelle, Monotype, organise ce jeudi 21 février, le Brand Day. Rendez-vous international rassemblant des marques de…

Ariel Sun illustration applat

L’ombre et la lumière dans les illustrations d’Ariel Sun

Les illustrations d’Ariel Sun font collaborer couleurs, lumière crue et ombres franches. Minimaliste dans l’âme, elle aime offrir des espaces assez aérés pour laisser l’imagination les compléter. Ses environnements colorés fonctionnent comme de doux instants à vivre et à se projeter. Suivre le travail d’Ariel Sun : ici

Eunkyoung Son rejoue les scènes de cinéma

L’illustratrice Eunkyoung Son rejoue le cinéma

L’illustratrice Eunkyoung Son réinterprète les plus iconiques scènes de cinéma. Sa palette est chaude et son coup de pinceau précis. De Call Me By Your Name à Thelma et Louise en passant par Roman Holiday, les scènes sont reconnaissables entre mille. Sa touche réaliste contraste avec les larges aplats de…