Deux designers nous partagent leur expérience créative avec Surface Studio


Avec son grand écran et sa maniabilité, inspiré des tablettes graphiques, ordinateurs, et même smartphones, Surface Studio de Microsoft offre de nouvelles et innombrables possibilités aux créatifs. Stéphane Salmon et Julian Urie, designers seniors joailliers chez Swarovski, sont venus le tester chez nous, pour partager leur expérience et discuter des perspectives qu’il offre. Un avant-goût de la masterclass prévue le 26 juin à Paris, au cours de laquelle les curieux pourront venir essayer l’outil au 34Greneta, en présence des deux designers et du DA Mike Stefanini.

Stéphane et Julian ont découvert l’outil il y a un an et l’ont adopté depuis, ainsi qu’une partie de l’équipe design de Swarovski. Ils utilisaient déjà Surface Book, l’équivalent portable de Surface Studio, en tant que particulier et étaient donc plus ou moins familiers avec celui-ci. Cependant, l’idée même de dessiner sur un écran tactile de 28 pouces leur était étrangère, et leur appropriation de Surface Studio a véritablement modifié leur processus créatif. Ils sont rapidement séduits par l’objet, et ce qu’il apporte en spontanéité : « Il y a différents supports pour dessiner, différents outils. Ce qui est intéressant avec Surface Studio, c’est que l’idée est de réunir tout cela sur un seul format. Ça existait déjà auparavant sous la forme de tablette graphique, mais ici l’intérêt réel est que c’est tellement proche d’un smartphone qu’on utilise tous les jours, tout en étant un ordinateur. L’immersion est rapide et totale. »

Exit, donc, de leur petite appréhension face à une nouvelle approche digitale qui aurait pu les laisser sceptiques : « On a tous les deux une base de dessin dans notre travail et même dans notre vie, il y a un côté très sensible, c’est quelque chose que l’on touche, que l’on vit, ça prend un certain temps… Mais le produit a vraiment fusionné avec nos outils de travail et nos logiciels. On n’a pas eu à réapprendre, car l’approche est intuitive. On a moins le côté clavier, on a plus les doigts sur l’écran, on déplace ou tourne les pages nous-mêmes. « . Ainsi, les utilisateurs éprouvent une forme de familiarité avec l’outil, proche de ceux déjà connus, la taille de Surface Studio faisant cette différence avec les tablettes graphiques.

Il associe les spécificités propres aux outils déjà connus pour proposer une réelle immersion, tout en restant très proche de l’expérience manuelle du dessin. « C’est un énorme pavé tactile dans lequel on peut s’impliquer physiquement. Et lorsqu’on le met en mode table à dessin, ça nous permet d’utiliser différents logiciels, de directement travailler sur nos supports papiers. On a vraiment l’impression d’être sur une feuille de papier. »

L’outil leur permet de diriger leur projet de A à Z : il les suit tout au long de leur processus de création, qui commence par des inspirations, et des recherches d’images. Surface leur permet de créer des moodboards et de directement passer au mode dessin, en toute facilité, pour les premiers croquis. C’est un véritable gain de temps pour les deux créateurs, qui faisaient leurs croquis préparatoires sur des feuilles de papier volantes et des notes adhésives, qu’il fallait ensuite scanner pour retravailler : « Maintenant ça nous paraît presque archaïque, tout dessin ou croquis est directement sauvegardé. Même d’un point de vue légal, c’est aussi un avantage, on garde une trace de tout ce que l’on dessine. C’est donc très important pour nos archives. »

Il entraîne aussi un véritable gain de maniabilité, notamment grâce au Surface Dial, qui permet un maniement assez instinctif : « on a cette roue de travail qui permet d’appliquer différents outils au logiciel. Par exemple si j’ai besoin de zoomer sur mon dessin une fois que j’ai commencé à travailler, ou si j’ai besoin de faire tourner ma feuille comme je le ferai à la main. »

Et pour ce qui est de la précision, Julian résume : « on peut vraiment rentrer dans le détail et avoir un rendu très communicant, et très impactant, rapidement. C’est à dire qu’on est très proche d’une sortie sur papier et cela nous permet de tester facilement un spectre de couleurs qui est très important chez nous… » De cette manière, la taille de l’écran permet de travailler très précisément, tout en préservant la sensation du geste, qui est un atout primordial de cette Surface Studio.

Pour tous les adeptes, et les curieux, qui souhaitent se faire leur propre idée et essayer le Surface Studio, les deux designers et d’autres créatifs seront présents pour une masterclass à partir de 12h à la galerie 34Greneta le mardi 26 juin (34 Rue Greneta, 75002 Paris, France).

Photographies ©Lisa Darrault

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    News

    Design Indaba x IKEA

    Design Indaba x IKEA

    Preuve de l’émulation générée par  le festival Design Indaba, la collaboration née il y a deux ans au Cap entre IKEA et un groupe de créatifs africains, sera dévoilée lors de la prochaine édition du festival. Överallt, « tout le monde » en suédois, est une collection inspirée par les rituels urbains modernes et les processus de sociabilisation en Afrique, autour de la nourriture et la vie dans et en dehors de chez soi. La réflexion menée par les créatifs les a conduit à designer une série d’objets ayant pour thème le « salon urbain ». Chaque objet y a une fonction spécifique censée…

    Casio et le studio Ghibli célèbrent les 30 ans de Kiki la petite sorcière

    Kiki la petite sorcière a 30 ans. C’est un anniversaire qui se doit d’être fêté, et ça, Casio l’a bien compris. En collaboration avec le studio Ghibli, la célèbre marque de montres sort pour l’occasion une édition hommage. Sur un écran bleu nuit se détache le duo culte : Kiki et son acolyte Jiji. Film à succès avec plus de deux millions d’entrées lors de sa diffusion au Japon, c’est là-bas que la montre anniversaire sera vendue au prix de 126€.

    Au revoir à Tomi Ungerer

    Tomi Ungerer s’est éteint le 9 février dernier, à Cork où vit une partie de sa famille. Né à Strasbourg, il a produit des dessins par milliers, dont certains sont aujourd’hui exposés dans un musée qui lui est dédié, et qui se trouve dans la capitale alsacienne. Il a esquissé pour les petits comme pour les grands, des illustrations de livres (les Trois Brigands, Rufus…) ou des scènes érotiques, également conçu des affiches prônant la tolérance, la paix ou la liberté de la presse. Il a inspiré de nombreux dessinateurs et graphistes. Merci pour tout Tomi Ungerer ! image de…

    Emballages graphiques du studio Caterina Bianchini

    Si l’habit ne fait pas le moine, les design des boites cadeaux de la marque britannique Selfridges & Co nous en font en tout cas douter. Le studio Caterina Bianchini a fait d’un simple emballage de Noël un vrai objet de design. Ayant déjà travaillé pour Levi’s, Reebok, Diesel et Lush, le studio n’a eut de cesse de proposer d’audacieux graphismes. Il réitère l’expérience avec ces 4 illustrations colorées et géométriques et font de ces emballages cadeaux, un présent de plus.

    Flux

    Words We Love, la récréation d’Ibán Ramón

    Chaque mercredi, étapes et gràffica tirent le portrait d’un créatif de la scène espagnole ou française. Ibán Ramón est en Espagne un nom qu’on ne présente plus. Son travail, imaginé dans son petit studio à Valence, est connu au delà des frontières. Aujourd’hui, il échange avec Grafficà sur son dernier…

    Au revoir à Tomi Ungerer

    Tomi Ungerer s’est éteint le 9 février dernier, à Cork où vit une partie de sa famille. Né à Strasbourg, il a produit des dessins par milliers, dont certains sont aujourd’hui exposés dans un musée qui lui est dédié, et qui se trouve dans la capitale alsacienne. Il a esquissé…

  • Top news

    Design Indaba x IKEA

    Design Indaba x IKEA

    Preuve de l’émulation générée par  le festival Design Indaba, la collaboration née il y a deux ans au Cap entre IKEA et un groupe de créatifs africains, sera dévoilée lors de la prochaine édition du festival. Överallt, « tout le monde » en suédois, est une collection inspirée par les rituels urbains…

    Les sorties graphiques de février #2

    Expos, vernissages, festivals ou conférences, chaque semaine étapes: note pour vous dans l’agenda les évènements de la scène graphique et artistique. F.A.M.E, Film and Music Experience, à la Gaité Lyrique En cette fin de semaine et pendant tout le week-end, la Gaité Lyrique met cinéma et musique à l’honneur avec…

    Words We Love, la récréation d’Ibán Ramón

    Chaque mercredi, étapes et gràffica tirent le portrait d’un créatif de la scène espagnole ou française. Ibán Ramón est en Espagne un nom qu’on ne présente plus. Son travail, imaginé dans son petit studio à Valence, est connu au delà des frontières. Aujourd’hui, il échange avec Grafficà sur son dernier…