Diane Boivin évoque le concept de lecture contrariée

Fraîchement diplômée de l’École Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg, Diane Boivin s’intéresse au phénomène de la lecture contrariée. Un concept qu’elle explore au sein de ses expérimentations graphiques par l’application de différents procédés techniques. Elle suggère le lisible pour appeler le lecteur à se rapprocher et s’investir dans l’information qu’il reçoit. Un travail typographique qui interroge de nouveaux modes de communication et sur lequel Diane Boivin nous a livré quelques indices.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Ma pratique du graphisme s’oriente vers cette notion de l’OULEPO – ouvroir de lectures potentielles – en référence au mouvement littéraire OULIPO. Au lieu d’amener une lecture «coup de poing», instantanée, je m’efforce au contraire de faire entrer l’unité Temps dans le déchiffrage de l’information. Je code la lecture et propose au lecteur les outils du décodage. Pour cela, j’explore des systèmes typographiques autour de l’imbrication, la superposition et le renversement des lettres.

Qu’est ce qui vous a amené vers la création de caractères ?

J’ai trop de respect envers les dessinateurs/trices de caractères pour me revendiquer comme telle. Je préfère dire que je crée des systèmes typographiques. Ma démarche est celle d’une graphiste qui s’intéresse au dessin typo en temps que moyen d’insuffler de l’action dans la lecture.

Pouvez-vous nous dévoiler vos principales sources d’inspirations ?

Le premier à avoir opté pour une attitude irrévérencieuse vis à vis des règles typographiques et élargi la lettre vers la littérature et le jeu est Pierre Di Sciullo dans les années 90. Ces années-là, avec l’arrivée de Macintosh et la démocratisation de la création typo, ont vu exploser l’attitude puriste des tenants de la typographie. En 1989, katherine Mc Coy a érigé un manifeste très formel de la typographie expérimentale : le manifeste « see/read ». L’idée est que le lecteur opère simultanément à deux niveaux : la vision (processus visuel simultané, intuitif, fondé sur la Gestalt théorie) et la lecture (verbale, acquise, de l’ordre du décodage). Je me revendique pleinement de sa démarche. Si on remonte plus loin, Mallarmé et Marinetti en sont les pères spirituels. Mais je m’arrête là. Plus généralement, je m’inspire de la déambulation, dans le métro ou sur la route en voiture. je regarde aussi avec intérêt les grands écrans dans les gares et les métros qui nous balancent de la pub nulle sous forme de mini-animations de 10 secondes. Je n’ai pas encore vu de graphisme intéressant sur ces supports. Je caresse l’espoir un jour de les investir et apporter dans ce principe d’animations courtes, les systèmes typographiques que j’explore.

Vos typos explorent des concepts tels que l’ambigramme, les anacycliques ou encore la superposition, quelle est votre approche de la lecture contrariée ?

Je réfléchis en couches. Une couleur correspond à une couche sémantique. Je me concentre en premier sur le support traditionnel de l’affiche. J’imagine une communication basée sur la découverte de l’information dans le temps. Un message sera complété plus loin (dans l’espace) ou plus tard (dans le temps) par un autre. Le principe est que la première affiche typographique est une matrice construite pour accueillir la seconde couche sémantique. C’est là que la magie opère. Les formes doivent s’imbriquer. J’aime l’idée que l’on peut surprendre le lecteur.

Comment décrierez-vous votre style graphique ?

Mon style graphique est structuraliste. J’ai beaucoup regardé et lu les recherches de Herbert Bayer et son « alphabet universel » ou la première Futura de Paul Renner. L’utopie du Bauhaus était de ramener la typographie à son caractère universel. Pour se faire, il était nécessaire de revenir aux formes fondamentales du cercle, de la droite horizontale, verticale et oblique, seuls.

Développez vous des projets expérimentaux en parallèle des commandes ?

Oui, je compte réunir sur le site http://www.oulepo.fr les recherches que je mène en ce moment autour de mes partis-pris.

Avez vous des projets futures dont vous souhaitez nous parler ?

J’ai des projets qui s’engagent en ce moment même, mais vous arrivez un peu tôt pour que je vous en parle plus.
D’ici 3 semaines, je vais rendre visible un projet en collaboration avec Lysiane Bollenbach dans le carde des résidences du Parc de la Villette. Je suis fraîchement diplômée, les choses avancent mais vous arrivez peut-être un peu tôt pour mettre la lumière sur mes résultats concrets 🙂

http://www.dianeboivin.eu
http://oulepo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

Franchir les murs, festival virtuel et visuel

Dans un contexte sanitaire tendu, le secteur de la culture se mobilise pour continuer de faire vivre diverses expériences au public. Le festival virtuel « Franchir les murs », initiative de la ville de Pau, propose jusqu’au 4 septembre des expositions, films, playlists ou encore illustrations autour des cultures urbaines. Ce parcours…

27/05 > 20/06 – Art Paris Digital by Artsy

Suite au report puis à l’annulation de son édition 2020, la foire d’art contemporain Art Paris, qui devait avoir lieu au Grand Palais, a troqué l’espace de la grande nef pour un espace numérique. Elle lance dès aujourd’hui Art Paris Digital by Artsy, une plateforme flambant neuve accueillant une centaine…

27/05 > 30/05 – « Petit contre-temps » au Studio Fotokino

« Petit contre-temps », exposition au titre visionnaire, qui devait se dérouler pendant le confinement, aura finalement lieu à Fotokino, du mercredi 27 au samedi 30 mai. Trois artistes et designers marseillais, habitués du studio, sont invités à investir l’espace d’exposition de Fotokino pendant 4 jours. Aurélien Débat montrera une…

REPORT OU ANNULATION – 12/03 > 02/04 – Post-scriptum : Ep.01 à Nancy

« La Galerie NaMiMa de l’École nationale supérieure d’art et de design de Nancy, en partenariat avec Le Signe, Centre National du Graphisme de Chaumont accueille Post-scriptum : Ep.01 une exposition d’affiches et d’objets graphiques contemporains. Au-delà d’une collection graphique témoignant d’écritures singulières, cet évènement s’engage à révéler les histoires et éclaircir les…

Flux

Les chaises au fil du temps : de 1800 à nos jours

Une chaise n’est pas un simple objet. À travers sa forme, son look et ses fonctions, elle raconte une époque. L’assise est marquante, sait attirer l’attention, se faire irrésistible. La formidable collection de chaises du Vitra Design Museum en témoigne et le musée à fonds privés en partage une partie dans…

Ressources

POSE une webapp pour vous aider à illustrer des personnages

Si on n’ose pas se l’avouer, certains outils sont tout de même bien pratiques pour combler des lacunes en dessin. Dans ce registre, nous sommes tombés sur POSE. Cette webapp développée par le designer Gal Shir est d’une aide précieuse pour créer des personnages proportionnés. La principale difficulté lorsque l’on…

Illustrator sur iPad en version Beta pour une poignée de chanceux

Actuellement une poignée d’utilisateurs ont la chance de pouvoir tester une version d’Illustrator sur leur iPad. En effet d’après des messages sur les réseaux sociaux, Adobe lance depuis quelques jours des invitations à une version Beta de l’application. Avec Illustrator sur iPad, la firme américaine poursuit le travail d’adaptation de…