Du Dernier Cri : Alain Le Quernec célébré au Centre du Graphisme d’Échirolles

La relation entre Alain le Quernec et Échirolles ne date pas d’hier. Dès 1991, le Mois du Graphisme choisissait courageusement une de ses créations les plus audacieuses comme affiche. Arborant fièrement le slogan « La Pub Tue », elle explosait au visage avec la vigueur et l’efficacité caractéristiques de son auteur. Presque 30 ans plus tard, le Centre du Graphisme d’Échirolles permet d’admirer ces qualités toujours intactes. En une centaine d’affiches, de croquis et de dessins, l’exposition revient sur une vie passée à manipuler les images, à les faire parler, voir même hurler lorsqu’il s’agit de mettre en garde contre la montée de l’extrême droite et les injustices sociales. « Du Dernier Cri » est le titre trouvé par Alain Le Quernec pour cette rétrospective. Un double sens touchant et ironique, preuve une nouvelle fois, du caractère irrévérencieux de son auteur, y compris envers lui-même.


« Affichiste ? Le mot est démodé. Graphiste ? Le mot est trop technique. Artiste ? Le mot est trop prétentieux. Publicitaire ? Pas d’insulte, s’il vous plaît ». La maxime trouvée par ALQ il y 25 ans pour parler de son métier, trône fièrement dans la salle d’exposition du Centre du Graphisme. Elle avertit le visiteur sur la teneur de ce qu’il va voir. Loin d’un design graphique moderne, terme trop technique et pluri-disciplinaire pour lui, le travail d’Alain Le Quernec l’est encore plus de l’acte publicitaire, dont la logique lui est complètement étrangère. Ses thèmes de prédilection sont davantage tournés vers les questions sociales, culturelles, politiques et écologiques. Ce sont d’ailleurs ces deux dernières qui occupent la majeure partie de la première salle d’exposition.

Le détracteur de la droite

Pour celui dont l’art consiste en la manipulation des symboles, la politique semble être un sacré terrain de jeu. Le portrait de Nicolas Sarkozy réalisé avec des pièces de lego en est un exemple de choix. L’affiche, affublée du logo modifié du parti de droite de l’époque, l’UMP, par la mention EGO, met en exergue deux facettes contradictoires du personnage. Le comportement égotique de Sarkozy est contrebalancé, voir ridiculisé par l’usage du lego, pièce réutilisable à souhait. Il souligne ainsi le caractère interchangeable des hommes politiques, qui plus est des présidents de la République.


Aux côtés de Sarkozy, trônent un Chirac en bonnet d’âne tricolore après sa bourde de 1997 (une dissolution défavorable de l’Assemblée nationale) et une affiche comme un message d’alerte, impossible à produire aujourd’hui et ô combien prémonitoire : « Attention ! Au début, Hitler faisait rire ». Publiée en 1987, cette caricature du dictateur allemand averti de la montée de l’extrême droite suite à l’obtention de quelques sièges à l’Assemblée nationale. On connaît la suite de l’histoire. Et que dire de celle plus récente d’un Donald Trump bâillonné par un X, dernière lettre du mot PAX ? Mettre fin à ces logorrhées inutiles serait en effet un bon début.


Homo-ecologicus avant l’heure

C’est aussi l’engagement écologique et social d’Alain Le Quernec qu’a choisi de montrer le Centre du Graphisme. La série « Remember Amoco », du nom de la marée noire qui frappa les côtes bretonnes en 1978, est ainsi exposée. En 4 affiches, sobres et puissantes, ALQ rappelle aux Bretons le souvenir de cette catastrophe écologique et la colère contenue qu’elle suscite encore.


La création réalisée en 1990 pour la quinzaine de l’environnement de Montluçon est sans doute la plus marquante. Cette empreinte de main entourée d’un amas de détritus, en fait des logos et icônes, résonne avec notre actualité. La force d’Alain Le Quernec est ici d’utiliser les codes du monde moderne et l’iconographie publicitaire pour signifier à la fois la pollution et ses coupables. L’empreinte, référence aux silhouettes de mains laissées par les hommes préhistoriques sur les parois des grottes, devient ainsi le témoin de la présence de l’homme moderne. Une présence symbolisée également par le jaune, couleur de l’ego et de la trahison faite à la terre. Le Quernec ramène ainsi l’homme à sa condition passagère, futile, furtive à l’échelle du temps, mais qui pourtant peut laisser des traces indélébiles.


La fidélité à la Culture

Les travaux de commandes d’Alain Le Quernec furent tout aussi nombreux, notamment pour le domaine culturel, avec lequel il a entretenu des relations fidèles. Les affiches exposées permettent d’apercevoir une autre composante de son travail. Destinées à être montrées dans la rue, zone d’expression populaire par excellence, elles deviennent le lieu d’un questionnement : comment utiliser l’affiche pour parler d’art ? C’est-à-dire comment rendre compte d’une expression artistique complexe sur un espace de communication restreint, sans paraître trivial ? Alain le Quernec choisi de ne pas choisir. Comme le souligne Vanina Pinter dans un ouvrage à paraître bientôt aux éditions Locus Solus: « Ses affiches liées au registre culturel questionnent insidieusement le bon goût. En composant une oeuvre parsemée d’hybrides, il détermine un souhait à ne pas départager ce qui pourrait être du ressort (la composante) de la belle image de ce qui pourrait être grossier ». En résulte alors des objets étranges, ou encore une fois, il mélange les codes et les symboles, la culture classique et populaire : « … il malmène les distinctions hiérarchique entre les classes sociales des images. Ses malversations sur des oeuvres de maîtres témoignent d’une affection et, par le montage, la trace de la coupure, la volonté d’affirmer un espace de non-conformité ». Et cet espace de non-conformité, c’est bien de l’affiche dont il s’agit.




On sort de cette exposition avec l’impression de connaître un homme, ses convictions, sa façon de penser, son regard sur le monde. C’est peut-être vrai, tant il semble qu’Alain Le Quernec ne souhaite pas séparer l’homme du graphiste. Mais finalement, il est tout à fait possible que ce soit l’inverse, qu’il nous ai compris, peut être instinctivement d’ailleurs. Il y a plusieurs explications à cela : son sens de la dialectique image/texte, son acuité quant à l’utilisation des symboles et des signes, son sens de l’humour et de la dérision, son intransigeance, sa liberté… Il y a surtout chez Alain Le Quernec une compréhension parfaite de son médium. L’éphémère de l’affiche la confine à l’immédiateté et son lieu d’exposition oblige son créateur à l’effacement et l’humilité. « Poster Is Paper » comme dirait son auteur.


Du Dernier Cri,
Jusqu’au 26 janvier 2020
Au Centre du Graphisme d’Échirolles, 1 Place de la Libération
Toutes les informations sur l’exposition

A noter également la sortie prochaine d’un ouvrage, « Histoires d’A » aux éditions Locus Solus. Le livre a été confectionné par Alain Le Quernec, est présenté par Vanina Pinter et contient des textes des collaborateurs et amis de l’affichiste. À découvrir sur le site web des éditions Locus Solus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

11/12 – Le Brief festival s’associe à étapes: pour une édition 50% française et 100% digitale

étapes: s’associe au Brief pour une édition spéciale du festival. Rendez-vous le vendredi 11 décembre à 17h pour suivre les interventions de Margot Lévêque, Olga de la Iglesia, Laurent Fetis,  Ingrid Picanyol, Tyrsa et Koln. La soirée se clôtura avec une performance de la designer Tina Touli accompagné du chanteur ougandais Mwabi. Créé en 2014 à Madrid, le Brief…

18/11 – Brand Talks Connected par Monotype

La bibliothèque de polices en ligne Monotype diffuse ce mercredi 18 novembre, sa dernière conférence Brand Talks Connected. Les Brand Talks rassemblent des designers, des professionnels du marketing et du branding. Ils y examinent les dernières tendances, leurs impacts sur leurs industries et explorent les stratégies concrètes des grandes marques.…

12/11 – Conférence en ligne : Graphisme.design invite Thomas Bellegarde

Le cycle de conférence Graphisme.design revient avec une conférence diffusée sur le compte Instagram @graphismepointdesign. Le 12 novembre, le graphiste Thomas Bellegarde, fondateur de Bureau DGC s’exprime sur son activité principale, le design éditorial. Adepte d’une démarche en partie intuitive, il présente la conception et la production de trois ouvrages…

17/11 – Colloque international de typographie Text and Confused – International Type Symposium – Fonts and Faces #7

Le colloque annuel International Type Symposium revient pour sa 7e édition autour du thème “Text and confused”. Organisé entièrement en ligne par le Campus Fonderie de l’Image et le designer et typographe Simon Renaud, l’événement interroge des créateurs et créatrices sur les questions d’intelligibilité d’un texte. Comment s’affranchissent-ils et elles…

5/11 > Conférence en ligne : Design, éthique et radicalité par Les Rad!cales

Premier temps d’un cycle développé par le collectif Les Rad!cales, l’enjeu de cette conférence est d’allier contexte théorique et applications pratiques d’un processus de design radical. Dans un premier temps, les participant.e.s proposent de définir les différentes écoles de la pensée éthique avant de s’intéresser à la radicalité « comme énergie…

1/10 > 14/11 – Type Director Club #66 à l’Exshop galerie

La sélection annuelle du concours « Type Director Club » s’expose dans la galerie lilloise Exshop galerie jusqu’à la fin du mois d’octobre. Constituée de publications et d’affiches de différents formats, le corpus du TDC célèbre la typographie sous toutes ses formes, dans de multiples langues. Pour l’exposition, les vainqueurs du TDC ont…

Feed

Les filtres Noir & Blanc d’Inès Longevial pour le Grand Palais

À l’occasion de l’exposition Noir & Blanc : une esthétique de la photographie, interrompue en ce moment, le Grand Palais a collaboré avec l’artiste peintre Inès Longevial pour créer des masques animés en noir et blanc, en réalité augmentée, à utiliser dans des stories. Ils sont disponibles depuis le compte…

Ressources

PERGRAPHICA® lance Catching Feels, un nouveau Lookbook présentant ses papiers premium

Pour tous les créatifs, le lancement d’un nouveau lookbook est un évènement. Ces ouvrages servent à présenter l’ensemble de leurs réalisations et permettent aussi de démontrer les qualités d’impression et d’ennoblissement des papiers utilisés. Un lookbook est donc en définitive une véritable vitrine pour les directeurs artistiques, les maisons d’édition…

Quelles nouveautés pour les applications Adobe en 2021 ?

D’Illustrator sur Ipad aux Neural Filters de Photoshop, les annonces faites lors d’Adobe MAX démontrent une tendance déjà à l’oeuvre depuis plusieurs années chez Adobe : celle de l’effacement des contraintes techniques, pour une plus grande autonomie face aux outils de création. Exacerbée par Adobe Sensei, l’IA développée par l’entreprise…

Fedrigoni regroupe tous ses papiers dans la Paper Box

La célèbre marque italienne de papier créatif Fedrigoni vient tout juste de lancer sa Paper Box, un catalogue contenant l’ensemble des papiers créatifs de la marque. Présentée dans le cadre de la Packaging Première Collection, un événement sur deux jours (29 et 30 octobre) consacré au packaging de luxe au…