étapes: 212

« Doucement, cocher, je suis pressé.”

Quand les graphistes constatent une accélération des délais de la commande, que la qualité des productions en pâtît et que les esprits s’épuisent, il peut sembler opportun de s’interroger sur quelques alternatives. D’autres y ont réfléchi avant : philosophes, sociologues, entrepreneurs, cuisiniers ou designers… Les solutions de ralentissement ont toutes pour ambition la préservation de l’environnement, de l’humain et d’une culture épicurienne. La théorie veut que le temps, le plaisir et le soin mis dans la confection d’un objet s’exporte jusqu’à sa réception. Des éleveurs investis affirment bien que le bonheur et la sérénité d’une bête d’élevage se transmettent dans l’assiette qui la contient et le corps qui la consomme. Ce genre de paramètre serait largement sous estimé, voire raillé, dans une société qui nous laisse peu de temps pour nous soucier de l’état de félicité du jambon contenu dans notre club sandwich. Pourtant les esprits progressent. Sur fond de scandales écologiques, sécuritaires et sanitaires, les consommateurs en perte de repères se tournent vers des produits de fabrication traditionnelle, plus qualitatifs. Une autre économie apparaît, plus lente, moins excessive. En matière d’image, des recettes anciennes font aussi leur réapparition et propose des produits solides, durables. Le travail de la main, la création d’outils personnels, l’artisanat refont surface et avec eux, un bataillon de designers et graphistes refusant de produire à l’ordinateur des images lisses et vides de sens. Des images dont la seule fonction est de convaincre celui qui la regarde de mettre la main au portefeuille. Déjà en 1964, le manifeste First Thing First initié par Ken Garland soulignait cette dérive. En 2000, Rick Poynor renchérissait sur une nouvelle dégradation de la commande. Aujourd’hui, alors que le monde continue sa course folle, des designers talentueux ont fait le choix de se désengager d’un système devenu absurde. D’autres ont trouvé dans leur ouverture à la recherche, à l’ingénierie ou aux sciences, des collaborations génératrices d’innovation. Le 1er mars à Bercy, le ministre du redressement productif affirmait : “Le design est une activité qui travaille aux mutations de la société. Ce n’est pas le design pour faire joli… Dans la guerre économique mondiale, ce n’est pas une petite affaire.”(1) Si certains douteront de son engagement réel, de tels discours sur le design sont rarissimes en France, si tant est qu’il y en ait jamais eu un. Et si les logiques économiques poussent régulièrement à la médiocrité des productions, il est alors d’autres voies sur lesquelles avancer et à construire. Des solutions durables qui prennent en compte les besoins réels de l’être humain et des ressources écologiques dont il dépend. Des solutions qui améliorent le quotidien. Le progrès, à portée de tous.

Caroline Bouige et Isabelle Moisy

Pour ne pas le manquer et recevoir chez vous ce troisième numéro de la nouvelle formule, il est encore temps de souscrire à notre offre d’abonnement.

http://bit.ly/11Ssg7j

« Doucement, cocher, je suis pressé.” : Propos empruntés à Charles-Maurice de Talleyrand (1754-1838).
(1) Propos d’Arnaud Montebourg cités dans la lettre Design fax 837 par Jean-Charles Gaté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En bref...

À Turin, les drônes font de l’art

À Turin, dans le cadre du projet UF0-Urban Flying Opera, le studio de design de l’architecte Carlo Ratti a créé une fresque collaborative dont les artistes ne sont ni plus ni moins que des drones. De plus en plus, les nouvelles technologies s’invitent dans l’art. Elles sont le prétexte pour explorer de nouveaux processus de création et pourquoi pas de porter objectivement des messages, tout en impressionant son petit monde. Comme on peut le voir dans ces images, 4 drones ont travaillé pendant une douzaine d’heure pour réaliser cette fresque inédite dans la ville de Turin. Elle est le résultat…

Le calligraphe Said Dokins transforme une ancienne prison mexicaine

Artiste et calligraphe depuis 22 ans, Said Dokins investit l’ancienne prison mexicaine de San Luis Potosî. Jusqu’au 19e siècle elle fonctionnait comme centre de rétention et d’internement. Par la suite, c’est le gouvernement mexicain qui transforma la prison en institution artistique, tout en préservant son architecture initiale. Avec l’exposition « Runaway Writings », Said Dokins investit le Centre d’Arts de San Luis Potosî de son travail calligraphique au pinceau sur béton, pierre, tôles ou encore tissus. Comme à son habitude, il aime jouer et rejouer des formes calligraphiques et géométriques. L’exposition « Runaway Writings » est donc pensé comme un panorama des oeuvres inédites…

Lenny Maughan dessine en courant un portrait de Frida Kahlo

Pour Lenny Maughan, le dessin est une question d’endurance…

L’athlète américain Lenny Maughan a trouvé une manière de faire parler de lui pour autre chose que ses performances sportives. Lors de chacun de ses parcours, le coureur de marathon suit un tracé précis qui permet de faire ressortir dans son GPS des illustrations naïves. L’occasion de dessiner des symboles universels, d’offrir à ses fans une fleur ou encore de rendre hommage à des personnalités comme Frida Kahlo. Rien ne sert de courir, il faut partir à point.

Les Diplômés : Louise Vendel, le doute comme force créatrice

Chaque année, chez étapes:, nous proposons à l’automne un numéro spécial diplômes qui présente une sélection de projets de fin d’études réalisés par des étudiants en écoles d’art et de design. Que sont devenus ces jeunes graphistes dont les travaux nous ont séduits et que nous avons présentés dans nos colonnes au cours des années précédentes ? Nous avons mené l’enquête. Il n’y a pas de parcours type, le projet de diplôme de Louise Vendel : C’est une lettre de Sol LeWitt à la sculptrice Eva Hesse qui est la planche de salut de Louise Vendel. Dans cette lettre, l’artiste…

Flux

Le calligraphe Said Dokins transforme une ancienne prison mexicaine

Artiste et calligraphe depuis 22 ans, Said Dokins investit l’ancienne prison mexicaine de San Luis Potosî. Jusqu’au 19e siècle elle fonctionnait comme centre de rétention et d’internement. Par la suite, c’est le gouvernement mexicain qui transforma la prison en institution artistique, tout en préservant son architecture initiale. Avec l’exposition « Runaway…

Lenny Maughan dessine en courant un portrait de Frida Kahlo

Pour Lenny Maughan, le dessin est une question d’endurance…

L’athlète américain Lenny Maughan a trouvé une manière de faire parler de lui pour autre chose que ses performances sportives. Lors de chacun de ses parcours, le coureur de marathon suit un tracé précis qui permet de faire ressortir dans son GPS des illustrations naïves. L’occasion de dessiner des symboles…

Ressources

Halvar Typemates étapes

Halvar, une police bien trempée

La fonderie allemande TypeMates a sorti il y a peu une nouvelle fonte linéale, Halvar. Développée dans une version classique et une version stencil de 81 styles chacun allant du black au hairline, elle est structurée en 3 sous-catégories représentant 3 chasses différentes (large, moyenne et étroite). Elle offre ainsi…

Comment retrouver une typographie à partir d’une image ?

Au détour d’une rue, sur un sticker ou encore dans un générique de film, un caractère typographique retient parfois notre attention. Pour les graphistes, en retrouver l’origine peut être une véritable obsession. D’autant qu’aujourd’hui, avec le foisonnement des polices d’écriture, la mission est parfois difficile. Heureusement, plusieurs outils peuvent vous…