étapes: 229

L’histoire de l’écriture offre un éclairage sur le besoin d’abstraction élaboré par le développement des sociétés humaines. Excroissance du dessin, selon le linguiste américain Leonard Bloomfield, l’écriture a commencé avec des images, lesquelles, comme elles venaient à tenir lieu de mots, puis de syllabes, se firent de plus en plus abstraites, poursuit Robert Bringhurst dans La Forme solide du langage. Ce glissement, depuis la représentation du monde jusqu’à la représentation du son, offre la possibilité au lecteur de prononcer un mot sans en connaître sa signification. Auparavant, la picturalité de l’écriture permettait au contraire une reconnaissance des objets évoqués, une compréhension silencieuse, mais détachée d’un langage articulé. La voix s’est donc petit à petit imposée à l’écriture, soumettant l’image d’un mot à l’épreuve physique de la vocalité, la traversée du corps. Les signes regroupés dans ce dossier “Signes et symboles” font écho aux premières formes d’écriture de par leur nature non phonétique. Concentrés d’expression, ils peuvent être lus comme des images. Les tracés, les gestes et les esthétiques qui les composent méritent une attention particulière.

Le 23 novembre dernier disparaissait Pierre Bernard. Cofondateur du collectif Grapus, codirecteur artistique du Festival de l’affiche et du graphisme de Chaumont, directeur de l’Atelier de création graphique, ce graphiste, récompensé en 2006 par le prix Érasme, est une de ces personnes dont il est important de conserver une mémoire publique : pour l’humanité et le souci du bien commun engagés dans son travail, pour la qualité et l’intelligence avec laquelle il s’adressait à tous. Lui aussi accordait à l’expression du geste, du tracé, une importance particulière. Si ses travaux graphiques sont autant de traces, de mémoire de sa pratique et de sa façon d’exister “graphiste”, la compréhension silencieuse de ses images demande à être complétée de mots, de syllabes, de sons, de voix, de témoignages. Trop peu de choses ont été écrites à son sujet. Le verbe est un exutoire.



  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    News

    Design Indaba x IKEA

    Design Indaba x IKEA

    Preuve de l’émulation générée par  le festival Design Indaba, la collaboration née il y a deux ans au Cap entre IKEA et un groupe de créatifs africains, sera dévoilée lors de la prochaine édition du festival. Överallt, « tout le monde » en suédois, est une collection inspirée par les rituels urbains modernes et les processus de sociabilisation en Afrique, autour de la nourriture et la vie dans et en dehors de chez soi. La réflexion menée par les créatifs les a conduit à designer une série d’objets ayant pour thème le « salon urbain ». Chaque objet y a une fonction spécifique censée…

    Casio et le studio Ghibli célèbrent les 30 ans de Kiki la petite sorcière

    Kiki la petite sorcière a 30 ans. C’est un anniversaire qui se doit d’être fêté, et ça, Casio l’a bien compris. En collaboration avec le studio Ghibli, la célèbre marque de montres sort pour l’occasion une édition hommage. Sur un écran bleu nuit se détache le duo culte : Kiki et son acolyte Jiji. Film à succès avec plus de deux millions d’entrées lors de sa diffusion au Japon, c’est là-bas que la montre anniversaire sera vendue au prix de 126€.

    Au revoir à Tomi Ungerer

    Tomi Ungerer s’est éteint le 9 février dernier, à Cork où vit une partie de sa famille. Né à Strasbourg, il a produit des dessins par milliers, dont certains sont aujourd’hui exposés dans un musée qui lui est dédié, et qui se trouve dans la capitale alsacienne. Il a esquissé pour les petits comme pour les grands, des illustrations de livres (les Trois Brigands, Rufus…) ou des scènes érotiques, également conçu des affiches prônant la tolérance, la paix ou la liberté de la presse. Il a inspiré de nombreux dessinateurs et graphistes. Merci pour tout Tomi Ungerer ! image de…

    Emballages graphiques du studio Caterina Bianchini

    Si l’habit ne fait pas le moine, les design des boites cadeaux de la marque britannique Selfridges & Co nous en font en tout cas douter. Le studio Caterina Bianchini a fait d’un simple emballage de Noël un vrai objet de design. Ayant déjà travaillé pour Levi’s, Reebok, Diesel et Lush, le studio n’a eut de cesse de proposer d’audacieux graphismes. Il réitère l’expérience avec ces 4 illustrations colorées et géométriques et font de ces emballages cadeaux, un présent de plus.

    Flux

    Words We Love, la récréation d’Ibán Ramón

    Chaque mercredi, étapes et gràffica tirent le portrait d’un créatif de la scène espagnole ou française. Ibán Ramón est en Espagne un nom qu’on ne présente plus. Son travail, imaginé dans son petit studio à Valence, est connu au delà des frontières. Aujourd’hui, il échange avec Grafficà sur son dernier…

    Au revoir à Tomi Ungerer

    Tomi Ungerer s’est éteint le 9 février dernier, à Cork où vit une partie de sa famille. Né à Strasbourg, il a produit des dessins par milliers, dont certains sont aujourd’hui exposés dans un musée qui lui est dédié, et qui se trouve dans la capitale alsacienne. Il a esquissé…

  • Top news

    Design Indaba x IKEA

    Design Indaba x IKEA

    Preuve de l’émulation générée par  le festival Design Indaba, la collaboration née il y a deux ans au Cap entre IKEA et un groupe de créatifs africains, sera dévoilée lors de la prochaine édition du festival. Överallt, « tout le monde » en suédois, est une collection inspirée par les rituels urbains…

    Les sorties graphiques de février #2

    Expos, vernissages, festivals ou conférences, chaque semaine étapes: note pour vous dans l’agenda les évènements de la scène graphique et artistique. F.A.M.E, Film and Music Experience, à la Gaité Lyrique En cette fin de semaine et pendant tout le week-end, la Gaité Lyrique met cinéma et musique à l’honneur avec…

    Words We Love, la récréation d’Ibán Ramón

    Chaque mercredi, étapes et gràffica tirent le portrait d’un créatif de la scène espagnole ou française. Ibán Ramón est en Espagne un nom qu’on ne présente plus. Son travail, imaginé dans son petit studio à Valence, est connu au delà des frontières. Aujourd’hui, il échange avec Grafficà sur son dernier…