étapes: 241

Sans se laisser prendre à rêver que l’herbe serait toujours plus verte ailleurs, il est des lieux et des contextes pour s’enrichir. S’enrichir… voilà pourtant un mot peu adéquat pour décrire l’acquisition de connaissances. Il ne s’agit pas d’accumuler une fortune de savoirs, mais au contraire de se délester. Dans L’Usage du monde, Nicolas Bouvier disait: «La vertu d’un voyage, c’est purger la vie avant de la garnir.» Il prolongeait sa pensée dans Le Poisson scorpion: «On ne voyage pas pour se garnir d’exotisme et d’anecdotes comme un sapin de Noël, mais pour que la route vous plume, vous rince, vous essore, vous rende comme ces servie…ttes élimées par les lessives qu’on vous tend avec un éclat de savon dans les bordels.» Voyage et design auraient ceci en commun de savoir qu’ils gagnent à s’alléger du superflu: less is more. L’ailleurs, c’est aussi l’autre, tenter de le comprendre. La pensée s’expulse vers l’avant pour saisir ce qui est extérieur à soi. Les congrès internationaux fournissent ce genre d’occasions.
Celui de l’Alliance graphique internationale qui s’est déroulé à Paris en octobre perme…ttait d’aller à la rencontre de nombreux coins du monde. À travers leurs conférences sur le thème des frontières, les graphistes du Vieux Continent, d’Asie ou d’Amérique latine nous oŽffraient à voir des cultures et des expressions différentes et, par là même, levaient les limites des nations. Une bouŽffée d’oxygène alors que l’actualité des derniers mois a…tteste chaque jour un peu plus des replis nationalistes dans le monde. Il y a eu le Brexit, le retrait des États-Unis des accords internationaux sur le climat, le référendum pour l’indépendance de la Catalogne, la victoire des nationalistes aux élections territoriales de Corse… Le design graphique a-t-il vocation à ouvrir les esprits?
Les images sont-elles susceptibles de franchir les frontières? Au-delà des barrières du langage, leur potentiel est immense, il n’est qu’à considérer l’impact et la propagation des images sur Internet. Ce congrès nous rappelle une chose: à celui qui maîtrise l’image et qui s’intéresse à son monde, s’oŽffre une nouvelle Babel.

PAR CAROLINE BOUIGE

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    News

    Design Indaba x IKEA

    Design Indaba x IKEA

    Preuve de l’émulation générée par  le festival Design Indaba, la collaboration née il y a deux ans au Cap entre IKEA et un groupe de créatifs africains, sera dévoilée lors de la prochaine édition du festival. Överallt, « tout le monde » en suédois, est une collection inspirée par les rituels urbains modernes et les processus de sociabilisation en Afrique, autour de la nourriture et la vie dans et en dehors de chez soi. La réflexion menée par les créatifs les a conduit à designer une série d’objets ayant pour thème le « salon urbain ». Chaque objet y a une fonction spécifique censée…

    Casio et le studio Ghibli célèbrent les 30 ans de Kiki la petite sorcière

    Kiki la petite sorcière a 30 ans. C’est un anniversaire qui se doit d’être fêté, et ça, Casio l’a bien compris. En collaboration avec le studio Ghibli, la célèbre marque de montres sort pour l’occasion une édition hommage. Sur un écran bleu nuit se détache le duo culte : Kiki et son acolyte Jiji. Film à succès avec plus de deux millions d’entrées lors de sa diffusion au Japon, c’est là-bas que la montre anniversaire sera vendue au prix de 126€.

    Au revoir à Tomi Ungerer

    Tomi Ungerer s’est éteint le 9 février dernier, à Cork où vit une partie de sa famille. Né à Strasbourg, il a produit des dessins par milliers, dont certains sont aujourd’hui exposés dans un musée qui lui est dédié, et qui se trouve dans la capitale alsacienne. Il a esquissé pour les petits comme pour les grands, des illustrations de livres (les Trois Brigands, Rufus…) ou des scènes érotiques, également conçu des affiches prônant la tolérance, la paix ou la liberté de la presse. Il a inspiré de nombreux dessinateurs et graphistes. Merci pour tout Tomi Ungerer ! image de…

    Emballages graphiques du studio Caterina Bianchini

    Si l’habit ne fait pas le moine, les design des boites cadeaux de la marque britannique Selfridges & Co nous en font en tout cas douter. Le studio Caterina Bianchini a fait d’un simple emballage de Noël un vrai objet de design. Ayant déjà travaillé pour Levi’s, Reebok, Diesel et Lush, le studio n’a eut de cesse de proposer d’audacieux graphismes. Il réitère l’expérience avec ces 4 illustrations colorées et géométriques et font de ces emballages cadeaux, un présent de plus.

    Flux

    Words We Love, la récréation d’Ibán Ramón

    Chaque mercredi, étapes et gràffica tirent le portrait d’un créatif de la scène espagnole ou française. Ibán Ramón est en Espagne un nom qu’on ne présente plus. Son travail, imaginé dans son petit studio à Valence, est connu au delà des frontières. Aujourd’hui, il échange avec Grafficà sur son dernier…

    Au revoir à Tomi Ungerer

    Tomi Ungerer s’est éteint le 9 février dernier, à Cork où vit une partie de sa famille. Né à Strasbourg, il a produit des dessins par milliers, dont certains sont aujourd’hui exposés dans un musée qui lui est dédié, et qui se trouve dans la capitale alsacienne. Il a esquissé…

  • Top news

    Design Indaba x IKEA

    Design Indaba x IKEA

    Preuve de l’émulation générée par  le festival Design Indaba, la collaboration née il y a deux ans au Cap entre IKEA et un groupe de créatifs africains, sera dévoilée lors de la prochaine édition du festival. Överallt, « tout le monde » en suédois, est une collection inspirée par les rituels urbains…

    Les sorties graphiques de février #2

    Expos, vernissages, festivals ou conférences, chaque semaine étapes: note pour vous dans l’agenda les évènements de la scène graphique et artistique. F.A.M.E, Film and Music Experience, à la Gaité Lyrique En cette fin de semaine et pendant tout le week-end, la Gaité Lyrique met cinéma et musique à l’honneur avec…

    Words We Love, la récréation d’Ibán Ramón

    Chaque mercredi, étapes et gràffica tirent le portrait d’un créatif de la scène espagnole ou française. Ibán Ramón est en Espagne un nom qu’on ne présente plus. Son travail, imaginé dans son petit studio à Valence, est connu au delà des frontières. Aujourd’hui, il échange avec Grafficà sur son dernier…