étapes: 252 Spécial Diplômes

Le design n’est pas une science exacte. Si la fabrication d’objets ou de systèmes de communication relève d’un besoin, d’une connexion avec une société, un public, à des médias, des matériaux et des moyens techniques contemporains, elle ne se résout jamais dans une simple formule. Sa réussite, sa capacité à saisir le regard étant inhérente à l’effet de surprise, il suffit d’une équation pour que, l’instant d’après, celle-ci ne soit plus valable. Le réemploi, la reproduction annihilent la fraîcheur d’une idée, d’une image dans le regard de l’autre. Entre pragmatisme et imagination, une fragile complémentarité est possible, une combinaison dans laquelle deux attitudes, a priori opposées, peuvent se soutenir l’une l’autre, en se renforçant.

Comment enseigner cet art de la réinvention, cette faculté à créer la surprise tout en restant connectés aux besoins d’une époque? Dans leurs diversités, les travaux des jeunes diplômés des écoles d’art et de design offrent quelques éléments de réponse.

La fascination d’un graphiste ou d’un designer pour son environnement se nourrit de culture et de connaissances, d’expériences, de rencontres. Une tension vers l’autre, l’inconnu, le différent, l’obscur, le lointain, qu’une fois le temps des études passé, il faudra entretenir par soi-même. Une avidité du regard, une propension à se mettre en danger, à se renouveler, alors même que le monde du travail dans lequel nous évoluons tend à la reproduction des schémas et des solutions. Héritage du fordisme ou tentation de la facilité, ce paradigme constitue un filet dans lequel viennent se briser les rêves et les ambitions de ceux qui apprécient l’air frais des vols en altitude. Il faudra aux jeunes designers développer l’art des pourparlers, de la diplomatie autant que de témérité et de stratégies d’évasion pour réaliser les images et les rêves à venir. Et de considérer, dix ans, vingt ans, trente ans après être sorti de l’école qu’il n’est jamais trop tard pour les réaliser.

PAR CAROLINE BOUIGE

COMMANDER LE NUMÉRO SPÉCIAL DIPLÔMES


DANS CE NUMÉRO :

 

LA COUVERTURE
Pour son projet de diplôme à l’HEAD, Sophie Decers met au point une fabrique de l’iamge permettant de constituer des paradis artificiels, contrepoint critique de l’industrie du tourisme et des images «instagramées» (cf. p.48 )

 

LA TYPO DU DOSSIER

 

30 DIPLÔMES D’ÉCOLES D’ART ET DE DESIGN

Agenda

04/03 – Typographie et jeu-vidéo, comment en faire un mariage réussi ?

Aujourd’hui, chaque jeu-vidéo représente un travail colossal et rien n’est laissé au hasard. Du gameplay au motion design, ce sont des compétences multiples et diverses qui sont sollicitées. Parmi eux, les designers graphiques ont fort à faire, tant les nombreuses informations présentes dans un jeu-vidéo nécessitent différentes organisations et mises…

Feed

Time Book, des serre-livres comme specimen typographique

Dans le cadre du prochain numéro d’étapes: à paraître ce mois-ci et disponible en pré-commande ici jusqu’au 15 mars, nous publions un extrait de notre rubrique « Concours ». Projet issu du Type Directors Club #66TIME BOOK Quinsay Design, Hangzhou Située dans la ville de Hangzhou, non loin de Shanghai, Quinsay est une agence…

Ressources

PERGRAPHICA® lance Catching Feels, un nouveau Lookbook présentant ses papiers premium

Pour tous les créatifs, le lancement d’un nouveau lookbook est un évènement. Ces ouvrages servent à présenter l’ensemble de leurs réalisations et permettent aussi de démontrer les qualités d’impression et d’ennoblissement des papiers utilisés. Un lookbook est donc en définitive une véritable vitrine pour les directeurs artistiques, les maisons d’édition…