Elenor Kopka étapes

Elenor Kopka, nuances de noirs et de blancs

Pictoplasma, le seul et unique festival dédié à la création de personnages célébrait cette année sa 15ème édition. Chaque printemps, des centaines de créatifs se rendent à Berlin qui pendant 4 jours, devient l’épicentre de l’animation, du jeu vidéo et de l’illustration . étapes: s’est rendu a Pictoplasma afin de rencontrer ceux qui ont fait de la création de personnage leur obsession.


ELENOR KOPKA

Nous avons retrouvé Elenor Kopka à la sortie de son talk de l’après-midi où elle présentait pour la première fois son travail à une assemblée. L’illustratrice allemande dont les créations oscillent entre animation, illustration et jeu vidéo, travaille aussi bien pour des travaux de commande que des oeuvres plus personnelles. Son univers se caractérise par un grain noir et blanc particulier et un fort penchant pour les fantômes et autres monstres étranges. Celui-ci l’a conduit à créer des courts métrages et des clips vidéos pour des clients allant de MTV à Timber Timbre et récemment, à developper son propre studio de jeu vidéo, Ghostbutter, avec son frère Konstantin.

Retrouvez le travail d’Elenor Kopka sur son site web : http://elenorkopka.de/
et son compte instagram : @elenorkopka

Comment vous sentez vous après votre talk de cet après-midi ?

Soulagée ! Parler devant autant de gens est un honneur pour moi et être invitée ici constitue un gros enjeu également, je ne voulais donc absolument pas dire de choses stupides et je pense que ça s’est bien passé. J’ai eu de la chance de pouvoir montrer beaucoup de choses, ce qui est pratique si l’on ne veut pas trop parler ! (rires)

Parfait ! Pouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Elenor Kopka, je suis une illustratrice qui fait aussi de l’animation. J’ai fait mes études à Leipzig à l’académie des arts visuels ou j’ai étudié l’illustration et le design graphique, puis à Strasbourg pour me perfectionner dans l’illustration et je suis revenue à Leipzig pour passer mon diplôme.

Qu’est-ce qui vous a conduit du design graphique à l’illustration, puis à l’animation ?

Tout d’abord, je voulais absolument faire de l’illustration. À Leipzig, vous ne pouvez pas étudier l’illustration sans étudier le design graphique. Mais le design graphique n’était pas vraiment mon truc. Aussi loin dont je puisse me souvenir, j’ai toujours passé mon temps à beaucoup dessiner. Je voulais donc d’abord faire ça. Pendant mes études, j’ai réalisé que je voulais m’insérer dans quelque chose qui ait un rapport à la musique et au son, ce qui m’a naturellement guidé vers l’animation.

Elenor Kopka Pictoplasma

En quoi la musique vous paraît-elle être le bon medium pour passer du dessin à l’animation ?

Pour moi la musique a constitué le passage vers l’animation car j’aime la façon dont plusieurs éléments s’assemblent pour créer une œuvre. J’aime quand il ne s’agit pas simplement d’images mais aussi de musique et de sons. Par la suite j’ai commencé à y insérer un peu plus de narration. Mais c’est quelque chose que je suis toujours en train d’expérimenter. Les vidéos clips de musique permettent de créer des univers plus abstraits, abstraits et narratifs. Je travaille actuellement sur un film et la narration y a naturellement une place plus importante, mais cela prend beaucoup de temps.

Quand savez-vous que vous avez le bon personnage pour vos créations ?

C’est difficile à dire mais je pense que c’est quand vous avez le sentiment qu’il appartient à un endroit particulier, qu’il provient d’un univers auquel tous mes autres personnages appartiennent aussi, qu’ils paraissent tous moins artificiels, qu’ils sont tous reliés à un monde. J’ai le sentiment que c’est quelque chose qui me guide en permanence et qui fait que je sens quand le personnage est prêt. En général c’est vraiment très intuitif, j’essaye différents visages, différentes expressions jusqu’à ce qu’elles me parlent.

Vous avez beaucoup parlé du fait de laisser de la place à l’imagination des spectateurs dans vos films, c’est pourquoi vous les imprégnez de beaucoup de mystères. Est-ce que l’utilisation du noir et blanc est pour vous une façon de réaliser cela ?

Certainement oui. Le noir et blanc rend directement tout moins réaliste. Il rend les formes plus abstraites et mystérieuses. Sont-elles des formes plutôt organiques ou plutôt froides ? Il y a intrinsèquement une ambiguïté qui se dégage du noir et blanc qui me plaît. Et puis les sujets des fantômes et du mystère l’appellent de façon évidente. Ils appartiennent à un univers similaire pour moi. Les textures sont aussi très importantes pour créer cela, dans le sens où elles créent des atmosphères plus denses, comme si tout pulsait, bougeait, flottait tout autour. Le grain aussi est très important dans mon travail. Le fait qu’il soit en noir et blanc crée ce bourdonnement particulier, un mouvement constant.

Retrouvez le travail d’Elenor Kopka sur son site web : http://elenorkopka.de/
et son compte instagram : @elenorkopka

Elenor Kopka Pictoplasma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

19/11 – Entre les lignes : esquisse d’une linéalogie

La séance d’ouverture du cycle de conférences « entre les lignes : variations sur l’espace textuel » présentera les neuf interventions à venir, dédiées aux liens qui s’établissent entre l’espace bâti et l’espace textuel, à la Maison de l’Architecture Île-de-France. Les neuf séances aborderont littérature, architecture, philosophie, design graphique et art visuel dans une volonté de définir, tant que possible, ces espaces intermédiaires et indéterminés entre disciplines, entre espace temps de la création, entre pratiques artistiques. Cette première séance s’intéressera à la dimension technique du geste de l’écrivain et l’appropriation graphique de la page dans le moment de l’écriture.L’intitulé de ce cycle de conférences…

14/11 – Colloque International de Typographie, Let It Read au Campus Fonderie de l’Image

Le colloque annuel « International Type Symposium » organisé au Campus Fonderie de l’Image par Simon Renaud et Margot Mourrier Sanyas, revient pour une journée de réflexions et d’échanges autour du thème « Let It Read ». En plaçant la question de l’expérience de lecture au centre du débat, le colloque se propose d’explorer la façon dont les designers typographiques s’emparent des signes et imaginent de nouvelles façons de lire un texte, un mot ou une lettre. À travers la découverte de plusieurs démarches créatives, critiques et expérimentales, « Let It Read » tentera ainsi de comprendre comment les typographes…

29/10 > 11/01 – Affichiste ! Les aventures de Michel Bouvet

La Bibliothèque de Saint-Herblain accueille le graphiste Michel Bouvet pour une exposition de ses affiches. La culture s’emprunte et se partage, et ça, Michel Bouvet l’a bien compris. il y a deux ans, l’affichiste français faisait don de l’ensemble de ses affiches en petit format (une soixantaine) à la Ville de Saint-Herblain, participant au développement de la collection d’œuvres d’art entrepris par la bibliothèque. Aujourd’hui, il expose sa carrière, dans l’antre de l’institution culturel dans un parcours en 3 étapes. La première illustre le parcours de l’artiste, de sa découverte de l’affiche lors d’un voyage à Prague, à ses débuts de…

Lea Morichon expo été indien sergeant paper

06/11 > 3/12 – Été Indien par Léa Morichon

Alors qu’on s’apprête à passer à l’heure d’hiver, la galerie Sergeant Paper invite l’illustratrice Léa Morichon à nous faire découvrir l’Été indien. À travers une dizaine de visuels, l’artiste nous fait vivre une épopée graphique, pour profiter encore un peu des douceurs de l’été. Elle y livre une vision personnelle de ses voyages, inspirée par des moments de vie, des personnes ou encore des motifs. Cette exposition inaugure la nouvelle galerie du Sergeant Paper rue du château d’Eau. Infos pratiques : Date : du 6 novembre au 3 décembre Lieu : Sergeant Paper – 26 rue du Château d’Eau –…

Flux

PrinCube : l’impression d’un geste de la main

Il fait à peine la taille d’un Rubik’s Cube et pourtant il est capable d’en faire voir de toutes les couleurs. Le PrinCube est une mini imprimante qui s’adapte à toutes les surfaces. T-Shirt, coque d’ordinateur, papier ou plastique, visiblement, rien ne lui résiste. Grâce au financement participatif sur le…

Pattern #2 : Image et musique ne font qu’un pour Simone Ringer

Dans ce second épisode de Pattern, nous découvrons l’atelier de Simone Ringer, artiste pluridisciplinaire qui officie au sein du groupe de pop rock Minuit. Véritable touche-à-tout, férue du travail réalisé à la main, elle envisage la création visuelle et musicale comme un moyen d’introspection et de spectacle au milieu duquel…

Ressources

Adobe lance une app vocale pour stimuler la créativité

Adobe lance sa première app vocale sur Alexa. La skill Adobe Inspiration Engine permet notamment de trouver l’inspiration quand on a les mains occupées par son crayon, sa souris ou sa tablette graphique. Le géant du logiciel créatif aime se frotter aux innovations. Après avoir intégré dans Adobe XD, la…

icônes gratuites icons8 web design

Des icônes gratuites pour les projets de web design

Le site Icons8 met à disposition des internautes une bibliothèque de 91 000 icônes gratuites. En noir et blanc, couleurs, ou animées, il y en a pour tous les goûts. Faute de budget, de temps ou simplement par raison, chaque détail d’un projet ne nécessite pas des créations originales. Le…

Mise à jour typo avec le Typodarium 2020

Une dose quotidienne de typographie est toujours la bienvenue pour booster son énergie graphique. En 2020, Lars Harmsen de Slanted et l’éditeur Verlag Hermann Schmidt ne dérogent pas à leur désormais tradition du calendrier typographique. Dans cette nouvelle édition du Typodarium, on découvre chaque jour une nouvelle police de caractères.…