Gargarismes, riso en tête

Chaque mercredi, étapes et gràffica tirent le portrait d’un créatif de la scène espagnole ou française. Aujourd’hui, rendez-vous à Strasbourg.
Pierre Faedi est impliqué dans les réseaux alternatifs et locaux de la micro-édition, de l’illustration et de l’impression artisanales. Réseaux considérés encore aujourd’hui comme underground, mais néanmoins très actifs, comme autant de petits mains qui font vivre la scène illustrative française.

« Je vais dire quelque chose de cliché mais… je dessine depuis tout petit. »

Après un passage en section images et narrationà l’École supérieure d’art de Lorraine, à Épinal, où il dessine, bien sûr mais se forme aussi à la vidéo, et au son, Pierre Faedi poursuit aux Arts-Déco de Strasbourg. Mais il lui manque alors quelque chose… Une risographie. Ni une, ni deux, il négocie avec l’entreprise Riso France afin que celle-ci lui en prête une. Dès lors, s’esquisse son activité d’imprimeur… découverte lors de son parcours lycéen, en section « métiers d’arts et impressions ».

Après son diplôme aux Arts-Décos, Pierre Faedi choisit de faire un monitorat en vidéo. Un peu plus tard, Central Vapeur (déjà évoqué par Amélie Patin, et Cercle), cherche quelqu’un pour l’accompagner dans ses éditions, ses impressions (affiches de salons)… et çà matche ! Pierre rachète une riso, s’installe au pôle Rotonde (pôle de créatifs à Strasbourg), nous sommes alors en 2014, et il fonde sa maison d’édition Gargarismes.

dessin de Pierre Faedi

Les projets se suivent, à titre personnel, pour Central Vapeur ou pour d’autres auteurs-illustrateurs. La machine riso chauffe pour imprimer Ganymède de l’illustrateur Tom de Pékin Tom de Pékin ou Balade en Caucasie de Margaux Meissonier. Fin 2018, Guillaume Chauchat s’invite à son atelier. Dessinateur et auteur de bandes dessinées, il souhaite imprimer son ouvrage Boom Shaka Lacka, 90 pages, une prouesse éditoriale, les pages s’imprimant une par une. Chaque projet est une collaboration : Pierre Faedi conseille, intervient sur la couleur, suggère tel ou tel papier, travaille parfois le design graphique lorsque ceux qui veulent imprimer sont moins expérimentés sur le sujet.

Ganymède, Tom de Pékin
Balade en Caucasie, Margaux Meissonier

Lorsqu’il en a le temps où l’envie, Pierre imprime aussi pour lui. Fin 2017, il a, accompagné de sa machine Riso, effectué une résidence au Gedok Center à Stuttgart. Avant de reprendre : « à l’été 2018, j’ai insisté avec moi-même, pour me poser, dessiner des journées entières, c’était chouette. » Il remplit ainsi des carnets de « dessinages », illustrant situations absurdes, jeux de mots, ou paysages surréalistes, et en imprime quelques uns en grand format.


Résidence de dessin au Gedok Center

Actif dans le groupe de musique protéiforme -post-punk Année zéro, Pierre Faedi édite à travers le label Urin-Gargarismes des projets musicaux pour lesquels il imprime les pochettes de disque, des vinyles, et des cassettes audio.


Site de Urin-Gargarismes, avec des couvertures de disques imprimées en riso

Le risographe écume les salons dédiés à l’édition indépendante, la bande dessinée et l’illustration : Culture Maison à Bruxelles, Le Monstre à Genève, Vendetta à Marseille… L’occasion de rencontrer du monde, de vendre ses micro-éditions et objets musicaux, et de communiquer sur son travail : « Ces salons sont de plus en plus ouverts, des familles viennent y faire un tour, chiner des livres plus originaux. » Dans l’idée de faire découvrir son travail, il anime des workshops et des ateliers, par exemple à la Semancerie à Strasbourg,

« Les gens posent des questions sur la riso ; comprennent, grâce aux explications, le travail d’impression. »

Alors que Central Vapeur va déménager dans de plus grand locaux plus grands (près du Port du Rhin), le pôle édition, dont Pierre Faedi est donc le responsable, tend à se développer : « cela sera peut-être l’opportunité de multiplier les ateliers de découverte et de renforcer l’élan pris par par l’atelier. »
Il précise : « l’atelier est assez jeune, et les choses évoluent constamment. Je suis satisfait de mon mode de fonctionnement et je veux en faire quelque chose de viable. Je suis assez optimiste, finalement le bouche à oreille marche bien, pas mal de projets arrivent. »

Et il y a de quoi. La risographie, qui a fait ses classes en France dans les syndicats et les mairies, pour imprimer en masse des flyers ou des communiqués, prend une place grandissante dans le coeur des créatifs et auprès du grand public. Pierre confirme : « quand j’ai commencé lancé Gargarismes en 2014, lié à Central Vapeur, nous avons pensé que la risographie allait s’essouffler, mais nous avons eu tort. Au fil des ans, elle connait un essor et devient un outil populaire. Avec la possibilité de suivre la chaine graphique de A à Z, autour d’un petit objet ludique. Les possibilités sont de plus variées, certes la technique d’impression est la même, mais chaque risographe va se l’approprier autrement et produire avec différents papiers, traduire les images différemment que ce soit par la trame, l’aplat, ou le choix des couleurs. »


Travail graphique et impression pour Manon Harrois.

Dans le cadre de cet article, Pierre Faedi a été contacté en octobre dernier. Depuis il s’est baladé dans les salons, comme celui d’Angoulême, a travaillé pour l’artiste Manon Harrois, et prépare actuellement le salon d’illustration Central Vapeur, qui aura lieu fin mars à Strasbourg.

design indaba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

News

Andymation flipbook

Le cinéma dans le flipbook avec Andymation

Andymation rejoue dans un folioscope moqueur la scène finale d’Avengers Infinity War. Les folioscopes, plus communément appelés flipbook, sont des petits livrets de dessins. Feuilletés rapidement, ils donnent à l’œil l’illusion de mouvement. Faciles à réaliser, cela n’a pas empêché le flipbook d’Andymation de devenir viral. Pour rejouer la très raillée séquence « Mr Stark I don’t feel so good », il suffit de se munir d’un crayon, de papiers et de beaucoup de patience. Voir son profil Instagram.

Guardian weekly children issue on climate change

Le Guardian Weekly sur le changement climatique illustré par des enfants

C’est bien connu, la vérité sort de la bouche des enfants. Pourtant, rares sont les occasions de les entendre sur ce que l’on considère comme des « sujets d’adultes ». La semaine dernière, le Guardian Weekly, leur a tendu une perche en leur confiant le design de sa couverture. L’hebdomadaire consacrait une grande partie de ses pages au changement climatique, notamment au travers le regard des jeunes générations. La prise de parole de l’adolescente suédoise Greta Thunberg a marqué les esprits et transmis un message fort au monde entier. L’édition « Kids v Climate Change » lui offre une répercussion. Le directeur artistique de…

Installation cinétique marque Hem

Des confettis pour une installation cinétique et colorée

Pour son arrivée à Los Angeles, la marque de mobiliers suédois Hem a fait appel à Clark Thenhaus. Le designer imagine son identité architecturale et d’un patio bétonnais, en fait une vraie installation graphique. Confettis et serpentins colorés semblent comme y tomber du ciel. Le designer repense l’atrium telle une architecture vivante et cinétique, qui invite à l’échange au sein du nouveau showroom de la marque.

Flux

Les Pentawards Live placent l’expérience au cœur de la démarche design

Les Pentawards sont une compétition design dédiée au packaging. Dans son numéro 247, étapes: présentait une sélection hétéroclite d’emballages, appréciés pour leur matérialité ou leur design graphique. Le mercredi 13 février dernier, l’organisation des Pentawards avait invité quelques directeurs artistiques de grandes entreprises à partager leur stratégie de design et…

Testez vos qualités de designer avec Can’t Unsee

Avez-vous l’âme d’un bon designer ? Can’t Unsee, l’application créée par Alex Kotliarskyi, vous met au défi de choisir la meilleure interface sur les deux proposées. Si l’exercice est prenant, les résultats ne sont toutefois pas à prendre au pied de la lettre. Les questions se concentrent largement sur les…

Top news

Les Pentawards Live placent l’expérience au cœur de la démarche design

Les Pentawards sont une compétition design dédiée au packaging. Dans son numéro 247, étapes: présentait une sélection hétéroclite d’emballages, appréciés pour leur matérialité ou leur design graphique. Le mercredi 13 février dernier, l’organisation des Pentawards avait invité quelques directeurs artistiques de grandes entreprises à partager leur stratégie de design et…

Testez vos qualités de designer avec Can’t Unsee

Avez-vous l’âme d’un bon designer ? Can’t Unsee, l’application créée par Alex Kotliarskyi, vous met au défi de choisir la meilleure interface sur les deux proposées. Si l’exercice est prenant, les résultats ne sont toutefois pas à prendre au pied de la lettre. Les questions se concentrent largement sur les…