George Hardie au Bel Ordinaire : « voir des choses et les faire voir »

Le graphiste, illustrateur et enseignant anglais George Hardie, connu pour ses pochettes de disques pour Pink Floyd ou Led Zeppelin dans les 70’s, bénéficiait d’une exposition monographique au Bel Ordinaire, à Pau. Quelque peu mise à mal par la Covid-19, l’exposition « Voir et faire Voir », dont le commissariat était assuré par Claire Colnot & Amish Shah, deux anciens élèves de George Hardie, donnait l’occasion de revenir sur 51 ans de carrière de cet incontournable graphiste anglais. Membre du fameux groupe Hipgnosis au début des années 1970, sa production ne s’est néanmoins pas cantonnée aux pochettes de disques. George Hardie aura sondé toute sa vie des médiums différents, de l’auto-édition à l’illustration.


Né en 1944 à Chichester, modeste bourgade du sud de l’Angleterre, il étudie à la St Martin’s School Of Art puis au Royal College of Art, avant de poser ses crayons chez NTA Studio. C’est ici qu’il collabore avec Hipgnosis, groupe de designers emblématique des 70’s. L’impact qu’ont eu par la suite ses créations pour le Dark Side of the Moon des Pink Floyd ou Led Zeppelin, a cependant été sous-estimé par George Hardie lui même. Modeste, il dit de ces oeuvres qu’elles lui ont simplement donné « un passé », ne réalisant qu’à 60 ans qu’il « ne pouvait plus ignorer cette partie de sa jeunesse gâchée à concevoir des pochettes de disques ».


Les 217 oeuvres réunies dans l’exposition « Voir et Faire Voir » rendaient ainsi justice à George Hardie en montrant l’étendu de ses connaissances. Les bases de son savoir, constitué par des recherches sur la forme, le volume, la couleur ou les multiples niveaux de lecture d’une image, étaient appliquées à des supports variés. En témoignent ses timbres pour le Royal Mail, (dont un du tunnel sous la manche reprit par La Poste) ou son ouvrage « Metaphorical Measurements for a British Olympics », qui suscita des réactions amusées outre-manche.


Le charme et la force des travaux de George Hardie se manifestent particulièrement dans son humour et sa compréhension profonde des règles de la communication graphique. Sans efforts apparents, ses oeuvres suscitent des réactions allant du rire à l’émerveillement ou la stupéfaction. Ses dessins dépassent le simple travail du professionnel face à une commande et forcent à chaque fois à « porter une nouvelle paire de lunettes », à expérimenter de nouvelles idées. Ainsi, chaque nouveau projet semble pousser George Hardie un peu plus dans un réseau complexe de règles liées à la fonctionnalité, à l’impression, au contexte, au destinataire du message…


Pour aller plus loin :

‘The rules of the game’, article de Daniel Nadel, paru dans Eye no.58 vol.15, 2005.

« George Hardie on five decades of illustrating and designing by hand » article d’Alexander Hawkins paru sur It’s Nice That en 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

28/01 – Conférence en ligne du Signe : «Pour des réseaux de solidarité» par l’Atelier Téméraire

Dans le cadre de son cycle de conférences pour l’accompagnement des artistes, Le Signe vous propose d’assister en Facebook Live à la conférence «Pour des réseaux de solidarité» par l’Atelier Téméraire. «L’Atelier Téméraire est un collectif de graphistes-artistes à visages multiples. Une multitude oscillante. Dans cette multitude, nous tentons de…

20/01 – Conférence en ligne du Signe : «Petit vadémécum de l’activité de graphiste professionnel-le: un métier au croisement des savoirs»

Première conférence en ligne pour Le Signe – Centre national du graphisme en cette rentrée. Grégory Jérôme, responsable Formation continue Informations juridiques pour les artistes à le Haute Ecole des Arts du Rhin, intervient ce mercredi 20 janvier à 18h30 sur la page facebook du Signe pour une conférence intitulée…

16/01 – 25/02 – Exposition « Tout un film ! » au Drawing Lab

Pensée avec l’aide de la Cinémathèque, l’exposition « Tout un film ! » fait le lien entre dessin et cinéma. Durant un mois, le Drawing Lab présente une série de storyboards issue des collections de la Cinémathèque, des artistes et leurs galeries. Les liens entre graphie et cinématographie se dévoilent de façons…

20/01 – Journée d’étude : « Aux marges de l’imprimé, l’imprimé à la marge : cultures populaires, minoritaires et alternatives de l’imprimé, 1840-1940 »

« Cette journée d’étude se propose de fédérer les chercheurs, chercheuses et étudiant·e·s francophones dont les travaux portent sur des objets, textuels ou iconiques, imprimés entre la décennie 1840 et la fin de l’entre-deux-guerres. Un des objectifs sera de réfléchir collectivement à la définition d’une culture de l’imprimé qui ne soit…

7/01 > 23/01 – Photo Saint-Germain

La 10ème édition de Photo Saint Germain réunit comme à l’accoutumée une sélection de musées, centres culturels, galeries et librairies pour un parcours photographique. Entre rencontres, projections, signatures et visites d’ateliers, la déambulation dans le quartier mythique de la rive gauche parisienne donne l’occasion d’appréhender les tendances de la photographie…

16/12 – « Écologie des villes », une conférence d’Audrey et Myr Muratet au Signe suivie du lancement du livre « Paris Nord »

À l’occasion de sa ré-ouverture au public, le Signe inaugure l’exposition du photographe Myr Muratet «Zone de Confort», prévue initialement en novembre. Dans un premier temps, vous pourrez assister à la conférence «Écologie des villes», de l’écologue Audrey Muratet et de l’artiste. Cette conférence sera suivie du lancement de l’ouvrage…

Feed

Oripeau diffuse le graphisme dans l’espace public

L’affichage dans l’espace public est rarement gratuit. Mis à part les graffeurs, qui outrepassent les règles pour le bonheur des uns, le malheur des autres et l’indifférence de certains, l’affichage dans l’espace public est toujours réglementé. Certains acteurs locaux (mairies, associations…) tentent malgré cela de faire vivre un vieux principe,…

Ressources

PERGRAPHICA® lance Catching Feels, un nouveau Lookbook présentant ses papiers premium

Pour tous les créatifs, le lancement d’un nouveau lookbook est un évènement. Ces ouvrages servent à présenter l’ensemble de leurs réalisations et permettent aussi de démontrer les qualités d’impression et d’ennoblissement des papiers utilisés. Un lookbook est donc en définitive une véritable vitrine pour les directeurs artistiques, les maisons d’édition…

Quelles nouveautés pour les applications Adobe en 2021 ?

D’Illustrator sur Ipad aux Neural Filters de Photoshop, les annonces faites lors d’Adobe MAX démontrent une tendance déjà à l’oeuvre depuis plusieurs années chez Adobe : celle de l’effacement des contraintes techniques, pour une plus grande autonomie face aux outils de création. Exacerbée par Adobe Sensei, l’IA développée par l’entreprise…

Fedrigoni regroupe tous ses papiers dans la Paper Box

La célèbre marque italienne de papier créatif Fedrigoni vient tout juste de lancer sa Paper Box, un catalogue contenant l’ensemble des papiers créatifs de la marque. Présentée dans le cadre de la Packaging Première Collection, un événement sur deux jours (29 et 30 octobre) consacré au packaging de luxe au…