« Imprime la ville » : prendre du temps pour garder une empreinte de notre quotidien

Le monde dans lequel on vit, accompagné par le développement du numérique, va vite, très vite… Parfois, perdu au milieu de cette course effrénée, un peu d’éloge à la lenteur ne fait pas de mal. Redécouvrir la richesse de notre environnement, échanger avec les autres, sont des agissements simples, qui prennent souvent leur source dans l’action locale.

À Lyon, le projet « Imprime la ville », initié par Flavie Lab, valorise cette démarche, s’immisce dans les recoins des villes pour en garder des empreintes de tout genre. Impressions, plâtres, empreintes sonores, des traces de nos passages, aussi éphémères, que rendues éternelles par la volonté de les répertorier dans une carte interactive. Une initiative encourageante, à vocation collaborative, dont on apprend plus dans les réponses qui suivent.

Comment est né votre projet « Imprime la ville » ?

Le projet est né d’une envie de jouer avec les techniques d’impression à l’aide de textures urbaines et végétales.
La première création a été simplement le résultat de griffonnages au crayon à papier sur une feuille blanche d’un banc en bois. C’est un procédé
simple qui apporte une satisfaction immédiate.
Il y avait aussi cette envie de figer l’éphémère. Le banc empreint ne sera peut-être plus là demain, il aura été gravé à nouveau ou aura simplement vécu encore un peu plus. L’envie de garder une trace de notre quotidien.

Au départ, il s’agissait d’une empreinte par ci une empreinte par là. Différentes techniques ont été testées : l’acrylique, l’encre, l’argile, le plâtre, le brou de noix, des empreintes directes ou indirectes ainsi que plusieurs sources d’impression : les végétaux, l’écorce des arbres, le béton, les fissures, les traces de la pluie, les éclaboussures de la fontaine Bartoldi…


Quel en est son objectif ?

L’objectif du projet réside avant tout dans son procédé, sa démarche.
Il s’agit de réapprendre à prendre son temps. Occuper l’espace urbain, se laisser aller par les sollicitations du terrain et des rencontres qui y correspondent.

L’idée est aussi de créer des moments forts. Par exemple, un atelier a été réalisé avec des enfants de la rue en avril dernier et chaque enfant a pu tester la technique d’empreinte directe à l’acrylique et garder ses créations.
Il s’agit de partager cette activité de rue avec les gens qui y vivent (SDF, migrants..). L’idée est de s’approprier un environnement qui peut être hostile et bien sûr partager un moment, échanger, créer des liens autour d’un lieu de passage commun.

Comment souhaitez-vous le rendre collaboratif et quel en est son état actuel ?

Actuellement, il y a déjà trois collections (présentées lors d’une exposition en juin dernier) qui se dessinent. Les quartiers lyonnais de Croix-Rousse et de Vaise – quai de Saône ont été explorés. Il existe aussi une collection réalisée au jardin botanique du Parc de la Tête d’or (Lyon 06).

Chaque série correspond à une ou deux journées et implique des moulages en plâtre, des peintures, des citations de passants.

Prochainement nous allons intervenir dans une école primaire dans le quartier de Vaise afin de partir à la recherche d’empreintes à réaliser avec les enfants.
Chaque expérience est autonome mais forme un tout.

Que deviendront ces empreintes récoltées ? Comment le projet va-t-il évoluer ?

– Faire perdurer la dynamique du projet à travers des collaborations avec des collectivités et lieux d’accueil.
– Exposer «Imprimer la ville » à fréquence, aujourd’hui à réfléchir, en fonction de ces collaborations
– Concevoir une plateforme web avec une carte psychogéographique de Lyon et ses environs pour commencer, y insérer empreintes sonores et visuelles et que chacun puisse y uploader ses images et ses sons afin l’étoffer.

http://www.flavielab.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

> 20/10 – Les étudiants de l’école de Condé exposent à la Fondation Le Corbusier

Encore une dizaine de jours pour contempler le travail des étudiants de l’école de Condé à la Fondation Le Corbusier. Baptisée « La Maison La Roche en trompe-l’œil », l’exposition présente 18 photographies produites par les élèves en 3e année du Bachelor Photographie et image animée. Cette collaboration est le résultat d’un workshop entre les deux institutions sur le thème de la photographie et l’architecture. Les étudiants ont varié les traitements, du grand format argentique au numérique couleur pour répondre aux questions : « Comment photographier un lieu aussi emblématique que la Maison La Roche en se l’appropriant sans trahir…

Festival figuré.e création graphiques éditions indépendantes

19 > 20/10 – Festival figuré.e #2

Après une session de printemps, le festival figuré.e refait surface à Toulouse le temps d’un weekend. Le 19 et 20 octobre, rendez-vous à l’Espace Bonnefoy pour l’exposition des réalisations produites lors des ateliers du mois de mai, organisés par le Collectif Pépite avec de nombreux collectifs indépendants. Ces deux journées s’articulent donc autour d’un parcours foisonnant de créations graphiques en tout genre. La cinquantaine de collectifs, artistes et éditeurs.trices viennent également nourrir un marché de l’édition indépendante avec leurs dernières productions sorties des presses. Tables rondes et conférences viennent agrémenter l’animation de ce weekend pour une touche plus sérieuse. L’occasion…

12/10 – Comment naissent les couvertures de romans par Manon Bucciarelli

Spécialisée dans la conception de couvertures de romans, la graphiste Manon Bucciarelli viendra échanger lors d’une table ronde organisée à la Librairie Les Jours Heureux  à Rosny-sous-Bois. Forte de son expérience pour différentes maisons d’édition telles que Nil, Anne Carrière, Fayard, ou 10/18, Manon Bucciarelli viendra discuter des étapes, contraintes et enjeux liés à la conception d’une couverture de roman. samedi 12 octobre de 18h30 à 20:30Librairie Les Jours Heureux9 rue du Général Leclerc, 93110 Rosny-sous-BoisEvent FBwww.manonbucciarelli.com / @manonbucciarelli

Immersive art festival

18 > 24/10 – Immersive Art Festival

Pendant les vacances de la Toussaint, l’Atelier des Lumières accueille l’Immersive Art Festival. L’idée est d’inviter des collectifs artistiques à animer l’espace, avec des créations taillées sur mesure pour la pièce. Au total 11 collectifs français et internationaux jouent cette compétition qui s’étale sur 6 soirées. > Spectrelab (France)> Paul Mignot (France)> Les Vandales (France)> Hki (France)> Superbien (France)> Cokau Lab (France)> Ouchhh (Turquie)> Nohlab (Turquie)> Void (Turquie)> Create (Belgique)> Algorithm (Irlande)> Special Guest 2019 (hors compétition) : Cutback  Chaque création est choisie à la fois par un jury de professionnels et par les visiteurs. L’Immersive Art Festival se clôture par…

Flux

icônes gratuites icons8 web design

Des icônes gratuites pour les projets de web design

Le site Icons8 met à disposition des internautes une bibliothèque de 91 000 icônes gratuites. En noir et blanc, couleurs, ou animées, il y en a pour tous les goûts. Faute de budget, de temps ou simplement par raison, chaque détail d’un projet ne nécessite pas des créations originales. Le…

Le garde-manger du web et du design #49

Chaque début de semaine, le garde-manger propose une sélection de liens autour du graphisme et du design. © Illustration de couverture : Tyler Dale Dans sa série consacrée aux grands noms du graphisme et du design, Graphéine revient sur l’incroyable travail de Paul Rand. L’illustratrice Malika Favre fait l’objet d’un…

étapes: 251 spécial typographie

Ressources

icônes gratuites icons8 web design

Des icônes gratuites pour les projets de web design

Le site Icons8 met à disposition des internautes une bibliothèque de 91 000 icônes gratuites. En noir et blanc, couleurs, ou animées, il y en a pour tous les goûts. Faute de budget, de temps ou simplement par raison, chaque détail d’un projet ne nécessite pas des créations originales. Le…

Mise à jour typo avec le Typodarium 2020

Une dose quotidienne de typographie est toujours la bienvenue pour booster son énergie graphique. En 2020, Lars Harmsen de Slanted et l’éditeur Verlag Hermann Schmidt ne dérogent pas à leur désormais tradition du calendrier typographique. Dans cette nouvelle édition du Typodarium, on découvre chaque jour une nouvelle police de caractères.…

Pantone présente 294 nouvelles couleurs

En matière de couleurs, Pantone fait office de référence. Chaque nouveauté est pour les graphistes, la possibilité d’imaginer de nouvelles associations pour leurs projets imprimés. En ce début septembre, la célèbre marque présente sa collection de couleurs la plus complète. 294 couleurs sont ajoutées à son Matching System, portant le…