« Imprime la ville » : prendre du temps pour garder une empreinte de notre quotidien

Le monde dans lequel on vit, accompagné par le développement du numérique, va vite, très vite… Parfois, perdu au milieu de cette course effrénée, un peu d’éloge à la lenteur ne fait pas de mal. Redécouvrir la richesse de notre environnement, échanger avec les autres, sont des agissements simples, qui prennent souvent leur source dans l’action locale.

À Lyon, le projet « Imprime la ville », initié par Flavie Lab, valorise cette démarche, s’immisce dans les recoins des villes pour en garder des empreintes de tout genre. Impressions, plâtres, empreintes sonores, des traces de nos passages, aussi éphémères, que rendues éternelles par la volonté de les répertorier dans une carte interactive. Une initiative encourageante, à vocation collaborative, dont on apprend plus dans les réponses qui suivent.

Comment est né votre projet « Imprime la ville » ?

Le projet est né d’une envie de jouer avec les techniques d’impression à l’aide de textures urbaines et végétales.
La première création a été simplement le résultat de griffonnages au crayon à papier sur une feuille blanche d’un banc en bois. C’est un procédé
simple qui apporte une satisfaction immédiate.
Il y avait aussi cette envie de figer l’éphémère. Le banc empreint ne sera peut-être plus là demain, il aura été gravé à nouveau ou aura simplement vécu encore un peu plus. L’envie de garder une trace de notre quotidien.

Au départ, il s’agissait d’une empreinte par ci une empreinte par là. Différentes techniques ont été testées : l’acrylique, l’encre, l’argile, le plâtre, le brou de noix, des empreintes directes ou indirectes ainsi que plusieurs sources d’impression : les végétaux, l’écorce des arbres, le béton, les fissures, les traces de la pluie, les éclaboussures de la fontaine Bartoldi…


Quel en est son objectif ?

L’objectif du projet réside avant tout dans son procédé, sa démarche.
Il s’agit de réapprendre à prendre son temps. Occuper l’espace urbain, se laisser aller par les sollicitations du terrain et des rencontres qui y correspondent.

L’idée est aussi de créer des moments forts. Par exemple, un atelier a été réalisé avec des enfants de la rue en avril dernier et chaque enfant a pu tester la technique d’empreinte directe à l’acrylique et garder ses créations.
Il s’agit de partager cette activité de rue avec les gens qui y vivent (SDF, migrants..). L’idée est de s’approprier un environnement qui peut être hostile et bien sûr partager un moment, échanger, créer des liens autour d’un lieu de passage commun.

Comment souhaitez-vous le rendre collaboratif et quel en est son état actuel ?

Actuellement, il y a déjà trois collections (présentées lors d’une exposition en juin dernier) qui se dessinent. Les quartiers lyonnais de Croix-Rousse et de Vaise – quai de Saône ont été explorés. Il existe aussi une collection réalisée au jardin botanique du Parc de la Tête d’or (Lyon 06).

Chaque série correspond à une ou deux journées et implique des moulages en plâtre, des peintures, des citations de passants.

Prochainement nous allons intervenir dans une école primaire dans le quartier de Vaise afin de partir à la recherche d’empreintes à réaliser avec les enfants.
Chaque expérience est autonome mais forme un tout.

Que deviendront ces empreintes récoltées ? Comment le projet va-t-il évoluer ?

– Faire perdurer la dynamique du projet à travers des collaborations avec des collectivités et lieux d’accueil.
– Exposer «Imprimer la ville » à fréquence, aujourd’hui à réfléchir, en fonction de ces collaborations
– Concevoir une plateforme web avec une carte psychogéographique de Lyon et ses environs pour commencer, y insérer empreintes sonores et visuelles et que chacun puisse y uploader ses images et ses sons afin l’étoffer.

http://www.flavielab.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

1/10 > 31/10 – Type Director Club #66 à l’Exshop galerie

La sélection annuelle du concours « Type Director Club » s’expose dans la galerie lilloise Exshop galerie jusqu’à la fin du mois d’octobre. Constituée de publications et d’affiches de différents formats, le corpus du TDC célèbre la typographie sous toutes ses formes, dans de multiples langues. Pour l’exposition, les vainqueurs du TDC ont…

22/10 – Lancement de la revue d’architecture Fig. n°6, Antithèse

La revue indépendante d’architecture fig., fondée en 2015 par Fanny Myon et Hugo Chevassus, mêle réflexions artistiques, politiques et philosophiques. Chaque numéro est construit autour d’une figure de style spécifique, fil conducteur visant à explorer les enjeux sociaux et poétiques que révèle l’espace transformé par l’humain. Dans la continuité de leur 5e numéro…

22/10 > 20/11 – Travel Book Seoul par Icinori à la Galerie Martel

Le duo de dessinateurs Raphaël Urwiller et Mayumi Otero, réuni sous le nom d’Icinori exposent une cinquantaine de dessins issus de leur dernier ouvrage, Travel Book Séoul, publié par Louis Vuitton. Fruit de longs séjours effectués en Corée entre 2014 et 2017, les dessins d’Urwiller et Otero restituent l’énergie et la…

15/10 > 20/10 – Random Thoughts, Sentenza à la Galerie du Pop-Up

La dessinatrice Sentenza investi la galerie du Pop-Up dans le 12e arrondissement de Paris avec ses affiches, ses planches de bandes dessinées et ses illustrations. Connue principalement pour les multiples affiches de films qu’elle a réalisée, elle présentera ses créations pour l’exposition « Random Thoughts ». Sentenza y met en scène un…

Feed

À Chaumont, Eltono joue avec la géométrie urbaine

Flâneur, piéton obstiné, l’artiste français Eltono investit l’espace public d’un langage graphique qui lui est propre. Ses fresques aux formes abstraites et aux structures géométriques rigoureuses se sont retrouvées dans plus de 90 villes du globe, de Mexico à Madrid en passant par Miami, Phnom Pen et plusieurs villes françaises.…

Ressources

Typologie, un nuancier de la typo française

Afin de mettre en avant la diversité et la singularité de la création de caractères française, le studio recto verso lance Typolgie, un nuancier de la typo. L’idée de reprendre ce format familier des graphistes est plutôt originale et bien trouvée pour mettre l’accent sur une discipline qui foisonne de…