Interview de Loïc Loréa, diplômé du Bac +5 Designer Concepteur de Projets et designer graphique freelance

Dans le cadre de sa rubrique « les Portes Ouvertes Numériques », étapes: vous fait découvrir des écoles d’art et de design et les formations qu’elles dispensent. Aujourd’hui, nous vous présentons l’École Supérieure de Design de Troyes et ses formations en mettant en ligne des interviews d’actuel-les ou d’ancien-nes élèves. Dans cette interview Loïc Loréa, diplômé du Bac +5 Designer Concepteur de Projets et designer graphique freelance, revient sur son expérience au sein de l’école. 



Bonjour Loïc, pouvez-vous nous expliquer ce qui vous intéresse dans le métier de designer graphique ?

J’ai toujours été fasciné par l’architecture. C’est une discipline qui m’anime depuis que je suis tout petit. En intégrant l’École Supérieure de Design, j’ai découvert le design graphique, que je ne connaissais pas du tout avant. J’ai tout de suite éprouvé beaucoup d’intérêt pour cette pratique. Je considérais le designer graphique comme un « architecte du message, de l’image ».

Au fil de mes études, je me suis de plus en plus intéressé au design graphique qui interagit avec l’espace, notamment à travers la signalétique. Je trouvais ça très valorisant d’avoir une responsabilité visuelle pour aider les gens à se déplacer dans un lieu, les aider à s’informer, à s’orienter. C’est pourquoi je me suis rapidement intéressé au travail de création de caractères typographiques, la typographie étant le principal outil pour porter un message.

Aujourd’hui je pense que mon attirance pour la discipline est plus vaste, je suis très motivé à l’idée d’intervenir sur des projets aux contextes très différents, qui abordent essentiellement des sujets en relation avec l’espace public, la culture, le territoire.

Travail de rédaction sur la signalétique, objet d’orientation dans l’espace public.


En quoi votre formation vous a-t-elle préparé à la réalité professionnelle de votre futur métier ?

Très rapidement lors de ma formation à l’École Supérieure de Design, nous nous sommes retrouvés confrontés à de réels commanditaires pour réaliser nos projets. L’école possède un réseau de partenaires qui nous permet de travailler sur des projets concrets issus de demandes de réelles. C’est assez intéressant, car la commande professionnelle nous apporte un cahier des charges réel, mais le réaliser dans un cadre scolaire, sans but lucratif derrière, permet d’expérimenter et de proposer des concepts qui ne seraient peut-être pas présentés dans un cadre purement professionnel. On pratique, on expérimente le design en répondant à des objectifs concrets.

Aménagement d’espaces d’un nouveau bâtiment de la société Enedis à Reims. Projet réalisé avec Morane Leuret.


Qu’est-ce que votre école vous a enseigné ou transmis qui va au-delà de la technique et de la réalisation ?

Je pense que l’une des principales forces de la pédagogie de l’École Supérieure de Design réside dans le fait de présenter le design comme une discipline transversale et stratégique, plutôt que de la séparer en plusieurs cases. Cela m’a permis au fil de mes études, de pratiquer une diversité « de design », et d’acquérir une approche plus globale. J’ai par exemple eu l’occasion de réaménager des bureaux, dessiner des objets, faire de la poterie, travailler sur la conception de mobilier urbain. On acquiert un profil pluridisciplinaire au fil des cours qui est d’après-moi un véritable atout pour la vie professionnelle. Cette vision globale permet une nouvelle approche du graphisme et génère de nouvelles idées.

L’autre élément principal véhiculé par l’école est la notion d’entrepreneuriat. En effet, lors de notre cursus en général, nous sommes constamment incités à entreprendre, à pousser un projet au-delà du cadre scolaire, à développer une problématique plus complète, à être plus curieux afin de poursuivre des recherches sur un sujet.

Diplôme de troisième année, création d’objets en terre cuite pour mieux conserver les fruits & légumes frais.


Quelle a été pour vous la chose la plus importante dans votre parcours à l’École de Design de Troyes ?

D’abord je pense que l’une des choses les plus essentielles que m’a apporté l’école est la possibilité de réaliser plusieurs stages au cours des 5 années d’études. En effet, cela permet de voir où nous nous situons vraiment face à l’exigence professionnelle, mais ça permet aussi d’expérimenter des lieux (studio ou entreprise en interne), des méthodes de travail, afin de voir ce qui nous correspond le mieux. Personnellement, les stages ont été décisifs dans ma façon d’exercer aujourd’hui mon métier de designer.

Ensuite, l’autre chose importante selon moi est le goût du travail en groupe pluridisciplinaire. Quasiment tous les projets réalisés à l’école, hormis les projets de diplôme, étaient menés en groupe de designers aux compétences multiples, parfois même provenant d’autres secteurs d’activités (issus de l’ingénierie ou du commerce). Je trouve cela très stimulant de se confronter à d’autres milieux professionnels dès les études, particulièrement lorsque l’on est designer, car la pédagogie de notre discipline, ce que nous pouvons apporter, est un exercice nécessaire et quotidien pour chaque designer.

D’ailleurs j’ai continué à voir mon travail de façon collective et collaborative puisque désormais je développe avec deux anciens élèves de ma promotion un collectif de design pluridisciplinaire.

Présentation de nous, collectif de design de sens pluridisciplinaire qui regroupe Quentin Petit, Morane Leuret & Loïc Loréa.


Quelles surprises vous a réservé votre formation ?

Je pense que l’une des plus belles surprises, et ça tous les étudiants qui sont passés dans l’école seront d’accord avec moi, c’est le cadre de travail ! Vous avez cours dans une ancienne abbaye, dans de très gros ateliers, c’est un peu le « Poudlard » des écoles de design. C’est vraiment très agréable de travailler là-bas.

En 5 ans au sein de l’école, nous avons réalisé de nombreux workshops avec des designers de renom, comme par exemple les designers graphiques lyonnais de Trafik, ou encore Normal Studio. Cela a été une belle découverte humaine et professionnelle à chaque fois.

L’autre surprise que m’a réservé mon parcours à l’ESD c’est le séjour à l’étranger durant le second semestre de la première année de master. J’ai eu l’opportunité de partir dans une université à Séoul, ça a été une formidable expérience, extrêmement enrichissante.

Création d’une typographie inspirée du Hangul, l’alphabet coréen.


Trois mots pour qualifier vos années d’études ?

Humaines — Expérimentales — Curiosité

Projet de diplôme de 5e année, en collaboration avec la société Gravotech. Développement d’un système signalétique modulable qui utilise l’impression 3D pour concevoir les signes dédiés à la signalétique.

Accéder aux autres contenus des Portes Ouvertes Numériques de l’École Supérieure de Design de Troyes


Liens utiles

Site web de l’École Supérieure de Design de Troyes
Instagram de l’École Supérieure de Design de Troyes
Facebook de l’École Supérieure de Design de Troyes

Linkedin de l’École Supérieure de Design de Troyes
Chaîne Youtube de Y SCHOOLS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

28/01 – Conférence en ligne du Signe : «Pour des réseaux de solidarité» par l’Atelier Téméraire

Dans le cadre de son cycle de conférences pour l’accompagnement des artistes, Le Signe vous propose d’assister en Facebook Live à la conférence «Pour des réseaux de solidarité» par l’Atelier Téméraire. «L’Atelier Téméraire est un collectif de graphistes-artistes à visages multiples. Une multitude oscillante. Dans cette multitude, nous tentons de…

20/01 – Conférence en ligne du Signe : «Petit vadémécum de l’activité de graphiste professionnel-le: un métier au croisement des savoirs»

Première conférence en ligne pour Le Signe – Centre national du graphisme en cette rentrée. Grégory Jérôme, responsable Formation continue Informations juridiques pour les artistes à le Haute Ecole des Arts du Rhin, intervient ce mercredi 20 janvier à 18h30 sur la page facebook du Signe pour une conférence intitulée…

16/01 – 25/02 – Exposition « Tout un film ! » au Drawing Lab

Pensée avec l’aide de la Cinémathèque, l’exposition « Tout un film ! » fait le lien entre dessin et cinéma. Durant un mois, le Drawing Lab présente une série de storyboards issue des collections de la Cinémathèque, des artistes et leurs galeries. Les liens entre graphie et cinématographie se dévoilent de façons…

20/01 – Journée d’étude : « Aux marges de l’imprimé, l’imprimé à la marge : cultures populaires, minoritaires et alternatives de l’imprimé, 1840-1940 »

« Cette journée d’étude se propose de fédérer les chercheurs, chercheuses et étudiant·e·s francophones dont les travaux portent sur des objets, textuels ou iconiques, imprimés entre la décennie 1840 et la fin de l’entre-deux-guerres. Un des objectifs sera de réfléchir collectivement à la définition d’une culture de l’imprimé qui ne soit…

7/01 > 23/01 – Photo Saint-Germain

La 10ème édition de Photo Saint Germain réunit comme à l’accoutumée une sélection de musées, centres culturels, galeries et librairies pour un parcours photographique. Entre rencontres, projections, signatures et visites d’ateliers, la déambulation dans le quartier mythique de la rive gauche parisienne donne l’occasion d’appréhender les tendances de la photographie…

16/12 – « Écologie des villes », une conférence d’Audrey et Myr Muratet au Signe suivie du lancement du livre « Paris Nord »

À l’occasion de sa ré-ouverture au public, le Signe inaugure l’exposition du photographe Myr Muratet «Zone de Confort», prévue initialement en novembre. Dans un premier temps, vous pourrez assister à la conférence «Écologie des villes», de l’écologue Audrey Muratet et de l’artiste. Cette conférence sera suivie du lancement de l’ouvrage…

Feed

Oripeau diffuse le graphisme dans l’espace public

L’affichage dans l’espace public est rarement gratuit. Mis à part les graffeurs, qui outrepassent les règles pour le bonheur des uns, le malheur des autres et l’indifférence de certains, l’affichage dans l’espace public est toujours réglementé. Certains acteurs locaux (mairies, associations…) tentent malgré cela de faire vivre un vieux principe,…

Ressources

PERGRAPHICA® lance Catching Feels, un nouveau Lookbook présentant ses papiers premium

Pour tous les créatifs, le lancement d’un nouveau lookbook est un évènement. Ces ouvrages servent à présenter l’ensemble de leurs réalisations et permettent aussi de démontrer les qualités d’impression et d’ennoblissement des papiers utilisés. Un lookbook est donc en définitive une véritable vitrine pour les directeurs artistiques, les maisons d’édition…

Quelles nouveautés pour les applications Adobe en 2021 ?

D’Illustrator sur Ipad aux Neural Filters de Photoshop, les annonces faites lors d’Adobe MAX démontrent une tendance déjà à l’oeuvre depuis plusieurs années chez Adobe : celle de l’effacement des contraintes techniques, pour une plus grande autonomie face aux outils de création. Exacerbée par Adobe Sensei, l’IA développée par l’entreprise…

Fedrigoni regroupe tous ses papiers dans la Paper Box

La célèbre marque italienne de papier créatif Fedrigoni vient tout juste de lancer sa Paper Box, un catalogue contenant l’ensemble des papiers créatifs de la marque. Présentée dans le cadre de la Packaging Première Collection, un événement sur deux jours (29 et 30 octobre) consacré au packaging de luxe au…