Interview de Loïc Loréa, diplômé du Bac +5 Designer Concepteur de Projets et designer graphique freelance

Dans le cadre de sa rubrique « les Portes Ouvertes Numériques », étapes: vous fait découvrir des écoles d’art et de design et les formations qu’elles dispensent. Aujourd’hui, nous vous présentons l’École Supérieure de Design de Troyes et ses formations en mettant en ligne des interviews d’actuel-les ou d’ancien-nes élèves. Dans cette interview Loïc Loréa, diplômé du Bac +5 Designer Concepteur de Projets et designer graphique freelance, revient sur son expérience au sein de l’école. 



Bonjour Loïc, pouvez-vous nous expliquer ce qui vous intéresse dans le métier de designer graphique ?

J’ai toujours été fasciné par l’architecture. C’est une discipline qui m’anime depuis que je suis tout petit. En intégrant l’École Supérieure de Design, j’ai découvert le design graphique, que je ne connaissais pas du tout avant. J’ai tout de suite éprouvé beaucoup d’intérêt pour cette pratique. Je considérais le designer graphique comme un « architecte du message, de l’image ».

Au fil de mes études, je me suis de plus en plus intéressé au design graphique qui interagit avec l’espace, notamment à travers la signalétique. Je trouvais ça très valorisant d’avoir une responsabilité visuelle pour aider les gens à se déplacer dans un lieu, les aider à s’informer, à s’orienter. C’est pourquoi je me suis rapidement intéressé au travail de création de caractères typographiques, la typographie étant le principal outil pour porter un message.

Aujourd’hui je pense que mon attirance pour la discipline est plus vaste, je suis très motivé à l’idée d’intervenir sur des projets aux contextes très différents, qui abordent essentiellement des sujets en relation avec l’espace public, la culture, le territoire.

Travail de rédaction sur la signalétique, objet d’orientation dans l’espace public.


En quoi votre formation vous a-t-elle préparé à la réalité professionnelle de votre futur métier ?

Très rapidement lors de ma formation à l’École Supérieure de Design, nous nous sommes retrouvés confrontés à de réels commanditaires pour réaliser nos projets. L’école possède un réseau de partenaires qui nous permet de travailler sur des projets concrets issus de demandes de réelles. C’est assez intéressant, car la commande professionnelle nous apporte un cahier des charges réel, mais le réaliser dans un cadre scolaire, sans but lucratif derrière, permet d’expérimenter et de proposer des concepts qui ne seraient peut-être pas présentés dans un cadre purement professionnel. On pratique, on expérimente le design en répondant à des objectifs concrets.

Aménagement d’espaces d’un nouveau bâtiment de la société Enedis à Reims. Projet réalisé avec Morane Leuret.


Qu’est-ce que votre école vous a enseigné ou transmis qui va au-delà de la technique et de la réalisation ?

Je pense que l’une des principales forces de la pédagogie de l’École Supérieure de Design réside dans le fait de présenter le design comme une discipline transversale et stratégique, plutôt que de la séparer en plusieurs cases. Cela m’a permis au fil de mes études, de pratiquer une diversité « de design », et d’acquérir une approche plus globale. J’ai par exemple eu l’occasion de réaménager des bureaux, dessiner des objets, faire de la poterie, travailler sur la conception de mobilier urbain. On acquiert un profil pluridisciplinaire au fil des cours qui est d’après-moi un véritable atout pour la vie professionnelle. Cette vision globale permet une nouvelle approche du graphisme et génère de nouvelles idées.

L’autre élément principal véhiculé par l’école est la notion d’entrepreneuriat. En effet, lors de notre cursus en général, nous sommes constamment incités à entreprendre, à pousser un projet au-delà du cadre scolaire, à développer une problématique plus complète, à être plus curieux afin de poursuivre des recherches sur un sujet.

Diplôme de troisième année, création d’objets en terre cuite pour mieux conserver les fruits & légumes frais.


Quelle a été pour vous la chose la plus importante dans votre parcours à l’École de Design de Troyes ?

D’abord je pense que l’une des choses les plus essentielles que m’a apporté l’école est la possibilité de réaliser plusieurs stages au cours des 5 années d’études. En effet, cela permet de voir où nous nous situons vraiment face à l’exigence professionnelle, mais ça permet aussi d’expérimenter des lieux (studio ou entreprise en interne), des méthodes de travail, afin de voir ce qui nous correspond le mieux. Personnellement, les stages ont été décisifs dans ma façon d’exercer aujourd’hui mon métier de designer.

Ensuite, l’autre chose importante selon moi est le goût du travail en groupe pluridisciplinaire. Quasiment tous les projets réalisés à l’école, hormis les projets de diplôme, étaient menés en groupe de designers aux compétences multiples, parfois même provenant d’autres secteurs d’activités (issus de l’ingénierie ou du commerce). Je trouve cela très stimulant de se confronter à d’autres milieux professionnels dès les études, particulièrement lorsque l’on est designer, car la pédagogie de notre discipline, ce que nous pouvons apporter, est un exercice nécessaire et quotidien pour chaque designer.

D’ailleurs j’ai continué à voir mon travail de façon collective et collaborative puisque désormais je développe avec deux anciens élèves de ma promotion un collectif de design pluridisciplinaire.

Présentation de nous, collectif de design de sens pluridisciplinaire qui regroupe Quentin Petit, Morane Leuret & Loïc Loréa.


Quelles surprises vous a réservé votre formation ?

Je pense que l’une des plus belles surprises, et ça tous les étudiants qui sont passés dans l’école seront d’accord avec moi, c’est le cadre de travail ! Vous avez cours dans une ancienne abbaye, dans de très gros ateliers, c’est un peu le « Poudlard » des écoles de design. C’est vraiment très agréable de travailler là-bas.

En 5 ans au sein de l’école, nous avons réalisé de nombreux workshops avec des designers de renom, comme par exemple les designers graphiques lyonnais de Trafik, ou encore Normal Studio. Cela a été une belle découverte humaine et professionnelle à chaque fois.

L’autre surprise que m’a réservé mon parcours à l’ESD c’est le séjour à l’étranger durant le second semestre de la première année de master. J’ai eu l’opportunité de partir dans une université à Séoul, ça a été une formidable expérience, extrêmement enrichissante.

Création d’une typographie inspirée du Hangul, l’alphabet coréen.


Trois mots pour qualifier vos années d’études ?

Humaines — Expérimentales — Curiosité

Projet de diplôme de 5e année, en collaboration avec la société Gravotech. Développement d’un système signalétique modulable qui utilise l’impression 3D pour concevoir les signes dédiés à la signalétique.

Accéder aux autres contenus des Portes Ouvertes Numériques de l’École Supérieure de Design de Troyes


Liens utiles

Site web de l’École Supérieure de Design de Troyes
Instagram de l’École Supérieure de Design de Troyes
Facebook de l’École Supérieure de Design de Troyes

Linkedin de l’École Supérieure de Design de Troyes
Chaîne Youtube de Y SCHOOLS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

19 & 20 juin → Festival : Palais Augmenté – Grand Palais (Paris 7)

Les 19 et 20 juin, le Grand Palais et Fisheye proposent Palais Augmenté, festival dédié à la création artistique en réalité vituelle. Plusieurs artistes sont invités à imaginer un monde peuplé de technologies et à multiplier les perceptions du réel. Mélanie Courtinat, Lauren Moffatt, Mélodie Mousset, Manuel Rossner, et Théo…

4 juin → Festival : Festival Incomplet de graphisme (fig.) – En ligne

Initialement prévu en février 2021, le « Festival Incomplet de graphisme » Fig. revient dans un format entièrement en ligne. 10 contributions sont ainsi consultables sur une nouvelle plateforme dédiée, sans limite de temps et d’espace. Les graphistes invités ont investi librement l’un des différents formats proposés par l’équipe du festival :…

10 juin → Conférence : Ann Kern – Centre Culturel Suisse (Paris 3)

Designer indépendante basée à Zurich Ann Kern termine en 2018 son Bachelor en communication visuelle à l’ECAL de Lausanne avec une spécialisation en design graphique. Son projet de diplôme Sounds Like A Choice aborde des sujets comme les privilèges et les problèmes de discrimination systémique. Grâce à lui, elle a remporté le…

Du 10 au 13 juin → Salon : Drawing Now Alternative – (Paris 12)

Pour sa 14e édition, le salon du dessin contemporain Drawing Now investit un lieu convivial à taille humaine renouant ainsi avec son public. Les 34 galeries invitées présentent leur sélection de dessins couvrant les 50 dernières années. Elles sont réparties selon trois espaces : un général rassemblant la majorité des…

27 juin → Atelier : Hypnotypo avec Marc Mantelin – Gaité Lyrique (Paris 3)

La Gaité Lyrique et Marc Mantelin, designer graphique et réalisateur, proposent d’explorer Space Type Generator, un générateur typographique en ligne accessible à toutes et à tous. En jouant avec plusieurs paramètres, Space Type Generator permet d’animer les lettres, les tordre, les étendre, les comprimer, pour créer des animations typographiques surprenantes…

Feed

À Strasbourg, dix—milliards—humains décore le parking Gutenberg de plusieurs centaines de typographies

Dix—milliards—humains, atelier de recherche-création, de développement et conseil en design, est spécialisé dans les travaux d’aménagement urbain. Avec à sa tête Ruedi et Vera Baur, l’atelier mêle les approches de sociologues, d’urbanistes, d’architectes, de paysagistes et de designers dans une perspective transdisciplinaire. Dix—milliards—humains s’est récemment penché sur la question des…

Pour son prochain numéro, la revue fig. recherche des solutions à la technosphère

« Technosphère :  concept créé par Vladimir Vernadsky, qui désigne la partie physique de l’environnement affecté par les modifications d’origine anthropique, c’est-à-dire d’origine humaine ». Au moment où plus rien ne semble arrêter certains hommes dans leur entreprise de destruction du vivant, la revue d’art, d’architecture et de société fig. s’interesse aux…

L’ENSAD publie « Jean Widmer. Une traversée », relecture originale de l’œuvre du maître suisse

À l’occasion des 90 ans du grand graphiste franco-suisse Jean Widmer, pionnier du minimalisme et typographe précurseur, l’École des Arts Décoratifs de Paris publie Jean Widmer. Une traversée. 200 images de créations graphiques, de productions plastiques et de photographies accompagnent les analyses de designers graphiques et d’artistes : André Baldinger,…

Ressources

Prenez en main Sketch en 1 heure grâce à tuto.com

Dans le cadre de son partenariat avec le site tuto.com, étapes: vous offre plusieurs tutoriels normalement diffusés de façon payante. Aujourd’hui, ils portent sur l’application Sketch, outil permettant la création d’interfaces utilisateurs et le travail sur l’expérience utilisateur (UX). Ce tutoriel s’adresse à tous ceux intéressés par le design d’interfaces,…

8 templates de designers dénichés sur Canva

Fondé en 2012 à Sydney par la graphiste Melanie Perkins, ses associés Clifford Obrecht et Cameron Adams, Canva permet de créer rapidement et facilement tout un ensemble d’éléments graphiques. Du flyer à l’affiche en passant par les assets pour les réseaux sociaux et les logos, la plateforme en ligne offre…