Interview d’Inès Mangin, restauratrice de tapis et tapisseries au Mobilier national

Dans le cadre de sa nouvelle rubrique « les Portes Ouvertes Numériques », étapes: vous fait découvrir des écoles d’art ou de design. Aujourd’hui, nous vous présentons le Mobilier national, les Manufactures des Gobelins de Beauvais et de la Savonnerie. Pour mieux vous faire découvrir les formations dispensées, nous interviewons d’anciennes élèves. Ainsi, nous vous présentons Inès Mangin, actuellement restauratrice de tapis et de tapisseries au Mobilier national (technicienne d’art, fonctionnaire de catégorie B, ministère de la Culture).

©Mobilier national


Bonjour Inès, qu’est-ce qui vous intéresse dans votre métier ?

J’ai choisi cette voie car je souhaitais travailler au contact des œuvres d’art.  Aujourd’hui, je conserve des tapisseries, souvent centenaires. J’ai la chance de travailler au plus près de ces œuvres et grâce à mon métier, je les transmets aux générations futures.

La transmission se fait également à travers la tapisserie elle même. Chacune d’entre elles porte les traces de son concepteur. Ainsi, je suis en lien direct avec les artistes et artisans du passé. Je peux observer les techniques anciennes, des traces de leur passage, comprendre comment ils ont fait.

Une autre facette de mon métier est de documenter les oeuvres, de m’intéresser à l’histoire de la tapisserie, à la fois dans ses aspects liés à la création, mais aussi dans ceux liés à son « utilisation ». Le dialogue avec les conservateurs du patrimoine est ici très important.

Enfin, il y a un travail de remise en question, on s’interroge toujours sur la méthode, le choix des techniques de conservation, etc. La recherche dans ce domaine est toujours active, avec de nouvelles techniques testées régulièrement.

Espace de travail ©Mobilier national


En quoi votre formation vous a-t-elle préparée à la réalité professionnelle de votre métier ?

La formation interne du Mobilier national prépare très bien et déborde même des connaissances spécifiques à nos options. Grâce à un tronc commun en dessin et histoire de l’art que l’on aborde en profondeur, la formation est très complète.

Bien évidemment, la technique est la partie la plus importante du cursus. Elle se pratique, pour les options restauration tapis et tapisserie, au sein des ateliers, avec les professionnels. La formation est très poussée, on aborde à la fois le tissage à l’aiguille, la restauration ancienne dite au dernier point, et la conservation. On aborde aussi la conservation préventive et toutes les notions autour de la conservation des œuvres.

Une fois la formation terminée, nous avons de solides bases pour démarrer un premier projet. Souvent nous sommes en équipe avec un ou une restauratrice aguerrie qui nous accompagne.

Dans l’artisanat, on apprend tout au long de sa carrière. La formation est le point de départ et la carrière s’enrichit d’expériences concrètes et de dialogues avec ses collègues.

Flûte de laine pour des points de restauration d’une tapisserie ©Vincent Leroux


Qu’est-ce que votre école vous a enseigné ou transmis qui va au-delà de la technique et de la réalisation ?

En plus de la technique apprise, la formation donne de solides connaissances d’histoire de l’art.

Au niveau des arts plastiques, il y a une pratique poussée du dessin académique mais aussi des projets plus excentriques. On découvre notamment différentes techniques dont la gouache, l’acrylique, les pastels secs et gras, le découpage, le collage. Nous avons aussi pu participer à des expositions pour la galerie des Gobelins.

Enfin, à la fin de la formation, nous passons un concours afin d’être fonctionnaire. L’école nous transmet les missions de la fonction de publique : alors, bien sur on travaille pour l’état, mais ce n’est pas la mission la plus importante. Être fonctionnaire permet de transmettre nos savoirs faire à tous, d’être un lieu ouvert au public, accessible à tous.

tissage, copie d’après ancien ©Mobilier national


Quelle a été pour vous la chose la plus importante à l’école ?

Très certainement l’enrichissement personnel, grâce à la rencontre avec le monde de l’artisanat à travers nos professeurs, nos futurs collègues et nos camarades de classe. L’école nous apprend aussi une nouvelle approche du temps. Ce sont des métiers lents, l’apprentissage est long.

Quelles surprises vous a réservé votre formation ?

La formation est peu connue mais mérite à l’être. On y enseigne les mêmes métiers depuis des siècles. En effet, on se trouve toujours dans l’endroit où 400 ans plus tôt, les premiers liciers dirigés par Le Brun ont crées les plus belles tapisseries et tapis, au XVIIe siècle.

Trois mots pour qualifier vos années d’études ?

Épanouissement, enrichissement, connaissances.

flûtes de laine ©Mobilier national

Liens Utiles

Lien vers les formations du Mobilier national
Le site web du Mobilier national
Instagram du Mobilier national
Facebook du Mobilier national
Twitter du Mobilier national

À retrouver également dans les portes ouvertes numériques du Mobilier national

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

1/10 > 31/10 – Type Director Club #66 à l’Exshop galerie

La sélection annuelle du concours « Type Director Club » s’expose dans la galerie lilloise Exshop galerie jusqu’à la fin du mois d’octobre. Constituée de publications et d’affiches de différents formats, le corpus du TDC célèbre la typographie sous toutes ses formes, dans de multiples langues. Pour l’exposition, les vainqueurs du TDC ont…

22/10 – Lancement de la revue d’architecture Fig. n°6, Antithèse

La revue indépendante d’architecture fig., fondée en 2015 par Fanny Myon et Hugo Chevassus, mêle réflexions artistiques, politiques et philosophiques. Chaque numéro est construit autour d’une figure de style spécifique, fil conducteur visant à explorer les enjeux sociaux et poétiques que révèle l’espace transformé par l’humain. Dans la continuité de leur 5e numéro…

22/10 > 20/11 – Travel Book Seoul par Icinori à la Galerie Martel

Le duo de dessinateurs Raphaël Urwiller et Mayumi Otero, réuni sous le nom d’Icinori exposent une cinquantaine de dessins issus de leur dernier ouvrage, Travel Book Séoul, publié par Louis Vuitton. Fruit de longs séjours effectués en Corée entre 2014 et 2017, les dessins d’Urwiller et Otero restituent l’énergie et la…

15/10 > 20/10 – Random Thoughts, Sentenza à la Galerie du Pop-Up

La dessinatrice Sentenza investi la galerie du Pop-Up dans le 12e arrondissement de Paris avec ses affiches, ses planches de bandes dessinées et ses illustrations. Connue principalement pour les multiples affiches de films qu’elle a réalisée, elle présentera ses créations pour l’exposition « Random Thoughts ». Sentenza y met en scène un…

Feed

À Chaumont, Eltono joue avec la géométrie urbaine

Flâneur, piéton obstiné, l’artiste français Eltono investit l’espace public d’un langage graphique qui lui est propre. Ses fresques aux formes abstraites et aux structures géométriques rigoureuses se sont retrouvées dans plus de 90 villes du globe, de Mexico à Madrid en passant par Miami, Phnom Pen et plusieurs villes françaises.…

Ressources

Typologie, un nuancier de la typo française

Afin de mettre en avant la diversité et la singularité de la création de caractères française, le studio recto verso lance Typolgie, un nuancier de la typo. L’idée de reprendre ce format familier des graphistes est plutôt originale et bien trouvée pour mettre l’accent sur une discipline qui foisonne de…