Interview d’Inès Mangin, restauratrice de tapis et tapisseries au Mobilier national

Dans le cadre de sa nouvelle rubrique « les Portes Ouvertes Numériques », étapes: vous fait découvrir des écoles d’art ou de design. Aujourd’hui, nous vous présentons le Mobilier national, les Manufactures des Gobelins de Beauvais et de la Savonnerie. Pour mieux vous faire découvrir les formations dispensées, nous interviewons d’anciennes élèves. Ainsi, nous vous présentons Inès Mangin, actuellement restauratrice de tapis et de tapisseries au Mobilier national (technicienne d’art, fonctionnaire de catégorie B, ministère de la Culture).

©Mobilier national


Bonjour Inès, qu’est-ce qui vous intéresse dans votre métier ?

J’ai choisi cette voie car je souhaitais travailler au contact des œuvres d’art.  Aujourd’hui, je conserve des tapisseries, souvent centenaires. J’ai la chance de travailler au plus près de ces œuvres et grâce à mon métier, je les transmets aux générations futures.

La transmission se fait également à travers la tapisserie elle même. Chacune d’entre elles porte les traces de son concepteur. Ainsi, je suis en lien direct avec les artistes et artisans du passé. Je peux observer les techniques anciennes, des traces de leur passage, comprendre comment ils ont fait.

Une autre facette de mon métier est de documenter les oeuvres, de m’intéresser à l’histoire de la tapisserie, à la fois dans ses aspects liés à la création, mais aussi dans ceux liés à son « utilisation ». Le dialogue avec les conservateurs du patrimoine est ici très important.

Enfin, il y a un travail de remise en question, on s’interroge toujours sur la méthode, le choix des techniques de conservation, etc. La recherche dans ce domaine est toujours active, avec de nouvelles techniques testées régulièrement.

Espace de travail ©Mobilier national


En quoi votre formation vous a-t-elle préparée à la réalité professionnelle de votre métier ?

La formation interne du Mobilier national prépare très bien et déborde même des connaissances spécifiques à nos options. Grâce à un tronc commun en dessin et histoire de l’art que l’on aborde en profondeur, la formation est très complète.

Bien évidemment, la technique est la partie la plus importante du cursus. Elle se pratique, pour les options restauration tapis et tapisserie, au sein des ateliers, avec les professionnels. La formation est très poussée, on aborde à la fois le tissage à l’aiguille, la restauration ancienne dite au dernier point, et la conservation. On aborde aussi la conservation préventive et toutes les notions autour de la conservation des œuvres.

Une fois la formation terminée, nous avons de solides bases pour démarrer un premier projet. Souvent nous sommes en équipe avec un ou une restauratrice aguerrie qui nous accompagne.

Dans l’artisanat, on apprend tout au long de sa carrière. La formation est le point de départ et la carrière s’enrichit d’expériences concrètes et de dialogues avec ses collègues.

Flûte de laine pour des points de restauration d’une tapisserie ©Vincent Leroux


Qu’est-ce que votre école vous a enseigné ou transmis qui va au-delà de la technique et de la réalisation ?

En plus de la technique apprise, la formation donne de solides connaissances d’histoire de l’art.

Au niveau des arts plastiques, il y a une pratique poussée du dessin académique mais aussi des projets plus excentriques. On découvre notamment différentes techniques dont la gouache, l’acrylique, les pastels secs et gras, le découpage, le collage. Nous avons aussi pu participer à des expositions pour la galerie des Gobelins.

Enfin, à la fin de la formation, nous passons un concours afin d’être fonctionnaire. L’école nous transmet les missions de la fonction de publique : alors, bien sur on travaille pour l’état, mais ce n’est pas la mission la plus importante. Être fonctionnaire permet de transmettre nos savoirs faire à tous, d’être un lieu ouvert au public, accessible à tous.

tissage, copie d’après ancien ©Mobilier national


Quelle a été pour vous la chose la plus importante à l’école ?

Très certainement l’enrichissement personnel, grâce à la rencontre avec le monde de l’artisanat à travers nos professeurs, nos futurs collègues et nos camarades de classe. L’école nous apprend aussi une nouvelle approche du temps. Ce sont des métiers lents, l’apprentissage est long.

Quelles surprises vous a réservé votre formation ?

La formation est peu connue mais mérite à l’être. On y enseigne les mêmes métiers depuis des siècles. En effet, on se trouve toujours dans l’endroit où 400 ans plus tôt, les premiers liciers dirigés par Le Brun ont crées les plus belles tapisseries et tapis, au XVIIe siècle.

Trois mots pour qualifier vos années d’études ?

Épanouissement, enrichissement, connaissances.

flûtes de laine ©Mobilier national

Liens Utiles

Lien vers les formations du Mobilier national
Le site web du Mobilier national
Instagram du Mobilier national
Facebook du Mobilier national
Twitter du Mobilier national

À retrouver également dans les portes ouvertes numériques du Mobilier national

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

28/01 – Conférence en ligne du Signe : «Pour des réseaux de solidarité» par l’Atelier Téméraire

Dans le cadre de son cycle de conférences pour l’accompagnement des artistes, Le Signe vous propose d’assister en Facebook Live à la conférence «Pour des réseaux de solidarité» par l’Atelier Téméraire. «L’Atelier Téméraire est un collectif de graphistes-artistes à visages multiples. Une multitude oscillante. Dans cette multitude, nous tentons de…

20/01 – Conférence en ligne du Signe : «Petit vadémécum de l’activité de graphiste professionnel-le: un métier au croisement des savoirs»

Première conférence en ligne pour Le Signe – Centre national du graphisme en cette rentrée. Grégory Jérôme, responsable Formation continue Informations juridiques pour les artistes à le Haute Ecole des Arts du Rhin, intervient ce mercredi 20 janvier à 18h30 sur la page facebook du Signe pour une conférence intitulée…

16/01 – 25/02 – Exposition « Tout un film ! » au Drawing Lab

Pensée avec l’aide de la Cinémathèque, l’exposition « Tout un film ! » fait le lien entre dessin et cinéma. Durant un mois, le Drawing Lab présente une série de storyboards issue des collections de la Cinémathèque, des artistes et leurs galeries. Les liens entre graphie et cinématographie se dévoilent de façons…

20/01 – Journée d’étude : « Aux marges de l’imprimé, l’imprimé à la marge : cultures populaires, minoritaires et alternatives de l’imprimé, 1840-1940 »

« Cette journée d’étude se propose de fédérer les chercheurs, chercheuses et étudiant·e·s francophones dont les travaux portent sur des objets, textuels ou iconiques, imprimés entre la décennie 1840 et la fin de l’entre-deux-guerres. Un des objectifs sera de réfléchir collectivement à la définition d’une culture de l’imprimé qui ne soit…

7/01 > 23/01 – Photo Saint-Germain

La 10ème édition de Photo Saint Germain réunit comme à l’accoutumée une sélection de musées, centres culturels, galeries et librairies pour un parcours photographique. Entre rencontres, projections, signatures et visites d’ateliers, la déambulation dans le quartier mythique de la rive gauche parisienne donne l’occasion d’appréhender les tendances de la photographie…

16/12 – « Écologie des villes », une conférence d’Audrey et Myr Muratet au Signe suivie du lancement du livre « Paris Nord »

À l’occasion de sa ré-ouverture au public, le Signe inaugure l’exposition du photographe Myr Muratet «Zone de Confort», prévue initialement en novembre. Dans un premier temps, vous pourrez assister à la conférence «Écologie des villes», de l’écologue Audrey Muratet et de l’artiste. Cette conférence sera suivie du lancement de l’ouvrage…

Feed

Oripeau diffuse le graphisme dans l’espace public

L’affichage dans l’espace public est rarement gratuit. Mis à part les graffeurs, qui outrepassent les règles pour le bonheur des uns, le malheur des autres et l’indifférence de certains, l’affichage dans l’espace public est toujours réglementé. Certains acteurs locaux (mairies, associations…) tentent malgré cela de faire vivre un vieux principe,…

Ressources

PERGRAPHICA® lance Catching Feels, un nouveau Lookbook présentant ses papiers premium

Pour tous les créatifs, le lancement d’un nouveau lookbook est un évènement. Ces ouvrages servent à présenter l’ensemble de leurs réalisations et permettent aussi de démontrer les qualités d’impression et d’ennoblissement des papiers utilisés. Un lookbook est donc en définitive une véritable vitrine pour les directeurs artistiques, les maisons d’édition…

Quelles nouveautés pour les applications Adobe en 2021 ?

D’Illustrator sur Ipad aux Neural Filters de Photoshop, les annonces faites lors d’Adobe MAX démontrent une tendance déjà à l’oeuvre depuis plusieurs années chez Adobe : celle de l’effacement des contraintes techniques, pour une plus grande autonomie face aux outils de création. Exacerbée par Adobe Sensei, l’IA développée par l’entreprise…

Fedrigoni regroupe tous ses papiers dans la Paper Box

La célèbre marque italienne de papier créatif Fedrigoni vient tout juste de lancer sa Paper Box, un catalogue contenant l’ensemble des papiers créatifs de la marque. Présentée dans le cadre de la Packaging Première Collection, un événement sur deux jours (29 et 30 octobre) consacré au packaging de luxe au…