Jérôme Masi : simplifier jusqu’à l’essentiel

Talents à Suivre part à la rencontre de la jeune génération de créatifs à travers le monde et les disciplines du design graphique. Une rubrique en partenariat avec Adobe.


Directeur artistique, graphiste, illustrateur, Jérôme Masi multiplie les casquettes. Son style épuré se caractérise par l’utilisation d’aplats colorés très contrastés. Peu de fioritures et des formes minimalistes, son dessin est sans cesse allégé jusqu’à ce qu’il ne subsiste que l’essentiel, pour un impact immédiat.

Suivre le travail de Jérôme Masi
Site Internet : https://www.jeromemasi.com/
Instagram : Jérôme Masi



Cap-Ferret, Illustrations sur le Cap-Ferret, 2015

Pouvez-vous résumer votre parcours ? Comment vous êtes-vous lancé en free-lance ?

J’ai étudié le dessin à l’école Emile Cohl à Lyon dont je suis sorti diplômé en 2001. Après quelques voyages et un passage éclair dans le jeu-vidéo, je me suis installé en tant que graphiste free-lance et j’ai crée le studio MON OEIL. Certains projets m’ont porté et poussé à continuer dans cette voie, notamment la campagne nationale des soldes de Ligne Roset en 2006. Très rapidement j’ai pris de l’indépendance en développant un univers qui m’était propre. J’ai d’abord travaillé pour les agences lyonnaises, puis j’ai co-fondé le collectif WMA spécialisé dans la réalisation et le motion design. Depuis 2013, je me consacre plus précisément à l’illustration. J’ai réalisé entre autres de nombreuses commandes pour la SNCF. Je ne délaisse pas pour autant le design graphique mais je choisis mieux mes clients. Aujourd’hui je fais également partie d’un collectif de réalisateurs dans lequel j’agis en tant que DA, notamment pour la marque horlogère TISSOT.


Sncf — Incivilites, Illustrations autour du théme des incivilités en gare. Agence : Saguez & Partners. Projet non retenu. 2016

Comment avez-vous développé le style très épuré qui caractérise vos illustrations ? Avez-vous toujours eu ce trait ?
J’ai toujours été attiré par ceux qui avaient une vision synthétique et minimaliste des choses, que ce soit chez les architectes, les peintres, les designers ou même les grands chefs. Mais non, je n’ai pas toujours eu ce trait. L’intention est là depuis longtemps mais le style s’épure encore au fil des projets. Même si j’accorde une part importante au « fond », j’aime que la lecture de mes images imprime directement l’esprit par la forme.

Quelles sont vos techniques de travail ?

Je crayonne rapidement mes idées sur un coin de feuille, histoire de visualiser la composition, les lignes de force. Puis je passe directement sur Illustrator. Il m’arrive souvent de changer de direction en cours de route suite à un accident graphique… un projet peut en cacher un autre.


Maison Tangible, Série réalisée pour l’interview timbrée, 2017

Diriez-vous que votre dessin très vectoriel et minimaliste a été influencé par le développement des outils numériques ?

Oui certainement, bien que l’influence principale vienne de mon enfance. Mon père était architecte d’intérieur et m’a nourri de ses influences bauhaussiennes. J’ai d’ailleurs vécu dans une maison aux lignes très singulières et épurées. L’influence des peintres affichistes publicitaires des années 1950-60 à également été déterminante dans cette notion de synthèse.

Depuis peu vous transposez certains de vos dessins en acrylique, pourquoi ce retour à la matière ?
Comme vous le dites, il s’agit d’un retour. J’ai eu une période heureuse où je partageais un atelier avec quelques amis. J’avais mis de côté ce média très exigeant pour mieux y revenir plus tard, avec davantage de vécu et de maturité.


Man On Fog, Sérigraphie, 2016

Pouvez-vous nous parler du projet Deskopolitan ?
Alexis Rebiffé, co-fondateur de Deskopolitan, m’a contacté en 2015 pour créer l’identité de ce nouvel espace de coworking parisien. Tout était à faire, du logo à la signalétique. J’avais très envie d’intégrer de l’illustration à l’univers de la marque pour souligner l’aspect convivial du lieu. C’est un médium très expressif et moins austère que la photographie. Nous avons cherché le bon équilibre pour que l’esthétique des dessins, sobre et élégante, corresponde au positionnement haut de gamme de la marque. Alexis m’a fait confiance et continue de le faire puisque notre collaboration perdure toujours. Nous travaillons étroitement sur le développement de différents supports – magazine, éléments de décoration, motion design – qui viendront enrichir l’identité du lieu.



Deskopolitan, Création de l’indentité Deskopolitan. 2016 — 2018

Quels sont les futurs projets qui vous enthousiasment ?
Je suis en train de finaliser un projet de motion pour Deskopolitan, j’ai un tournage à Shangaï en juillet, quelques projets perso et d’autres commandes dont je ne peux pas encore parler. J’espère que mes projets les plus passionnants seront à venir.

Pouvez-vous expliquer votre interprétation du thème « Pas mon genre » ? Quel est le message derrière votre illustration ?

L’idée est qu’à toutes les époques, l’humanité revêt des apparats différents pour correspondre aux standards de son temps.


En tant qu’illustrateur, Jérôme Masi est représenté par l’agence parisienne Creasenso.

Propos recueillis par Marion Bothorel


Avec Adobe Creative Cloud, 
trouvez l’inspiration et faites-vous connaître.

L’accès aux applications Adobe incluant les incontournables Photoshop, Illustrator ou InDesign, les nouveautés comme Adobe XD ou Dimension, ainsi que les services associés tels qu’Adobe Portfolio pour exposer vos travaux. Puisez votre inspiration dans les ressources Adobe Stock directement depuis vos applications Creative Cloud. Bénéficiez de modèles intégrés dans Photoshop et Illustrator pour gagner du temps dans vos projets.
Découvrez Creative Cloud !

http://adobe.ly/1MTkdgr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

b.v-h doc étapes

10 > 21/09 – Le studio b.v-h expose à DOC!

Dans la poursuite de leur précédente exposition lors de « Une Saison Graphique » au Havre, le studio graphique et typographique formé par André Baldinger et Toan Vu-Huu investit DOC. Le duo, responsable de la création des affiches des expositions et de l’identité visuelle du lieu, y montre 17 affiches ainsi qu’une série de pictogrammes liés à d’autres projets du studio. Sorties de leur contexte, ces affiches dévoilent alors leur caractère expérimental, principalement guidées par des jeux typographiques en phase avec leur sujet. Grands faiseurs de systèmes graphiques, b.v-h expose également deux vidéos ou les identités, logos et pictogrammes réalisés depuis 11…

Neo Makers

19 > 22/09 – Neo Makers, une exposition mêlant artisanat, design et numérique

Dans le cadre de la Nantes Digital Week, LEVEL INNOVATIVE WORKPLACE accueille PRISME EDITIONS pour 4 jours d’exposition du 19 au 22 Septembre 2019. Neo Makers propose de découvrir le travail des artisans et designers nantais et dévoile comment ces derniers, mixent dans leurs ouvrages, savoir-faire, tradition et innovation. C’est également l’occasion de penser les manières de s’approprier les nouvelles technologies et les solutions d’avenir comme les bio-matériaux, le recyclage ou encore l’impression 3D. Date : Du 19 au 22 septembre 2019 – De 10h à 19h Lieu : Level Innovative Workplace – 3 Place Albert Camus, 44000 NANTES Lien…

Porto Design Biennale

19/09 > 8/12 – Porto Design Biennale 2019

Depuis quelques années, Porto se fait remarquer comme un haut lieu du design. Afin d’encourager et promouvoir les pratiques qui y sont liées, la première édition de Porto Design Biennale s’installe dans divers lieux de la ville avec un riche programme d’expositions, de conférences, de workshops et tables rondes. Le thème « Post Millennium Tension » guide ce parcours. Il nous invite à réfléchir sur notre les transformations de notre nouveau millénaire et à observer la place du design dans un monde en perpétuel changement. Un sujet vaste qui soulève autant de questions que de solutions. Lieu : Divers – Porto et…

11 > 16/09 – Tout se transforme

L’innovation est au cœur de la rentrée du Bel Ordinaire. L’exposition TOUT SE TRANSFORME, qui débute dès le 11 septembre, mêle graphisme et technologie, sous la houlette du réputé studio Chevalvert.  Ce parcours, proposé par accès)s( cultures électroniques et monté en collaboration avec Le Signe, centre national du design graphique, s’apparente à une usine, dans laquelle les matières premières, les machines et les gestes de chacun permettent la transformation des éléments. Dans un dédale d’architecture lumineuse, formes et objets se changent en une partition musicale. Le visiteur interagit avec son environnement, à l’aide de son corps, parfois de sa voix, pour devenir le chef d’orchestre de cette expérience visuelle interactive. Au total, le studio Chevalvert met à disposition 4 installations qui explorent les connexions innombrables, entre musique et image.…

Flux

Pâquerette Brice Larrieu chorépgraphie

« Pâquerette », le bal des sentiments humains

« Pâquerette » la dernière réalisation de Brice Larrieu alias Skorpion, fait partie de ces objets visuels hybrides, qui dévoilent leurs multiples facettes après plusieurs lectures. Au delà d’une vidéo de danse, il faut voir dans ce film la volonté de l’artiste de mettre l’accent sur les sentiments, au milieu…

Ressources

Halvar Typemates étapes

Halvar, une police bien trempée

La fonderie allemande TypeMates a sorti il y a peu une nouvelle fonte linéale, Halvar. Développée dans une version classique et une version stencil de 81 styles chacun allant du black au hairline, elle est structurée en 3 sous-catégories représentant 3 chasses différentes (large, moyenne et étroite). Elle offre ainsi…