Johanna Olk « J’aime ce qui est simple tout en étant capable de créer une émotion. »

Elle a 23 ans, vit à Guéthary, une commune tranquille à proximité de Biarritz, mais son trait s’est déjà répandu bien au delà des frontières du Pays-Basque. Depuis deux ans, Johanna Olk ne cesse d’impressionner et embarque de plus en plus d’amateurs dans son univers féminin et léger, mélancolique et poétique.

Son talent s’est révélé aux yeux du public grâce à ses tatouages et aux réseaux sociaux, aujourd’hui, elle entend bien concilier cet exercice avec la pratique du dessin et de l’illustration. L’exposition « A Lazy Afternoon » récemment présenté chez Sergeant Paper, fut l’occasion pour elle de revenir à ses premiers amours.

Pour suivre le travail de Johanna Olk
Site web : https://johannaolk.com
Instagram : @johanna.olk

À quel âge avez-vous commencé à dessiner et quand avez-vous décidé d’en faire votre métier ?

Enfant j’étais très timide et j’aimais rester enfermée dans ma chambre à créer toute la journée. D’un point de vue social ça inquiétait mes parents et ils ont décidé de m’inscrire à des cours de dessin tenus à quelques rues de chez nous. Je devais avoir environ 5 ou 6 ans et j’ai continué jusqu’à la fin du collège.

L’été de mes 16 ans, en suivant un programme d’échange scolaire, j’ai eu l’opportunité de partir en Australie et je me suis retrouvée à devoir aller en cours avec la fille de ma famille d’accueil. J’ai eu de la chance, car elle étudiait l’art, la musique et la littérature. Le sytème scolaire australien est beaucoup moins segmenté qu’en France, j’ai découvert qu’il existait des métiers liés à l’art et que devenir adulte ce n’était pas obligatoirement aller à la fac pour étudier les sciences, l’économie ou bien les lettres. Je suis rentrée en France, plus vraiment intéressée par mon bac S et je me suis renseignée sur de possibles études plus créatives. Après le bac, j’ai été acceptée à l’Ecole de Design de Nantes, j’ai passé un Bachelor en design industriel et je suis retournée en Australie en stage de première année de Master. J’étais dans une agence de mobilier incroyable mais je n’étais pas vraiment faites pour dessiner des objets et par un concours de circonstances, j’ai été engagée en tant que graphiste. Là bas, j’ai rencontré beaucoup de monde dans le milieu de l’art, je pense que ce sont ces rencontres qui m’ont poussées à me lancer sérieusement dans l’illustration.



Travaux présentés lors de l’exposition « A Lazy Afternoon » chez Sergeant Paper

Quelles sont vos inspirations dans la discipline ?

J’ai étudié le design industriel et j’ai toujours aimé les objets d’une beauté intemporelle, basés sur une réduction au stricte nécessaire. J’aime ce qui est simple tout en étant capable de créer une émotion. Mon travail d’abord en graphisme puis en illustration tente donc probablement de reprendre ces problématiques. Plus généralement j’aime représenter la banalité du quotidien.

Pour ce qui est de mon style en lui même, j’ai toujours plus ou moins réalisé des illustrations au trait et très simples, mais, c’est en faisant de la linogravure que j’ai commencé à représenter des scènes en négatif. Je cherchais depuis un moment à créer des images toujours plus fortes graphiquement et c’est en expérimentant cette technique que j’en suis arrivée à ce que je fais aujourd’hui.

Comment avez-vous eu votre première commande ?

J’étais en troisième année d’études de design et j’ai un jour montré mes dessins à un ami ayant un magasin à Nantes. Il m’a proposé de faire une expo et on l’a fait pour mon anniversaire. Il y a eu beaucoup de monde à la soirée, surtout des amis ou d’autres étudiants de mon école mais aussi des gens là par hasard et qui m’ont par la suite proposé des collaborations. Ca restait un passe-temps en dehors des cours.


Blue Jean


Women

Vos dessins fins et minimalistes vous ont conduite vers l’univers du tatouage ? Est-ce particulier de créer via ce support ? Quel en est pour vous l’apport ?

J’ai commencé à m’intéresser aux tatouages très jeune, j’étais mal dans ma peau et je voyais en eux une manière d’embellir un corps que je n’aimais pas. Quand je m’y suis vraiment mise, tout s’est fait très vite. Je n’avais pas prévu de devenir tatoueuse, j’étais simplement curieuse car j’aime beaucoup expérimenter de nouvelles techniques. J’ai toujours vu le tatouage comme une forme d’art où seul le support change. Mon idée de départ était donc vraiment uniquement de transposer mon travail en illustration sur la peau. Je voulais proposer quelque chose de nouveau que je n’avais pas réussi à trouver ailleurs. Aujourd’hui je me rends compte que le rapport humain ainsi que le moment même de la réalisation du tatouage sont également très importants. Je m’y intéresse de plus en plus car ça va réellement au delà de simplement retranscrire sur une peau ce qui pourrait être fait sur une feuille de papier. Je ne saurai pas encore l’expliquer mais je documente beaucoup mon travail par des photos ou des prises de notes. Une fois tout ça mis en ordre et analysé j’espère un jour en faire quelque chose mais je ne sais pas encore quoi.

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre expo chez Sergeant Paper ? Est-ce la première fois que vous exposé ? Comment avez-vous abordé ce projet ?

J’aime beaucoup les tatouages mais je n’avais pas vraiment prévu d’en faire mon métier. J’ai pourtant passé un an à ne faire presque que ça. C’est pourquoi j’ai décidé d’arrêter un peu pour me re-concentrer sur mon travail en illustration. L’exposition à Sergeant Paper tombait donc vraiment au bon moment. Je venais de réaliser une série de linogravures qui avaient bien plu à l’équipe de la galerie et j’ai donc tourné autour de ça même si j’avais vraiment carte blanche.




Aujourd’hui, comment communiquez-vous sur votre travail ? Avez-vous déjà eu des commandes grâce au réseaux sociaux ?

Les réseaux sociaux, notamment Instagram sont très importants. Je ne pense pas que mon travail aurait pu se faire aussi vite connaître sans eux, d’autant plus que je mène une petite vie tranquille loin de Paris. Je reçois beaucoup de messages sur Instagram ou bien des mails de personnes m’ayant découverte via ce media.

Quels sont vos souhaits créatifs pour les années à venir ?

J’aimerais vraiment faire évoluer mon travail en illustration de manière à être plus connue pour ce dernier que pour mes tatouages.

Propos recueillis par Charles Loyer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

News

J&E - Atelier Do It ! - étapes:

Do It ! Les ateliers design du Centre Pompidou

Avis aux designers en herbe, le Centre Pompidou, via son Fab-Lab pour néophytes La Fabrique, propose une série d’ateliers de design, Do It ! Une fois par mois, un designer vous apprend à utiliser la découpe laser ou l’impression 3D pour créer des objets atypiques. Quelles possibilités sont permises par ces nouveaux outils de fabrication ? Comment un designer se les approprie ? Voici les questions qui ont motivé la création des ateliers Do It ! À la fois pédagogiques, ludiques et créatifs, ces workshops sont l’occasion parfaite pour appréhender le design contemporain. Ils font entrer l’utilisateur dans le processus…

JPO Campus Fonderie de L'image étapes:

Une Journée Portes Ouvertes spéciale anniversaire, le samedi 23 mars, pour les 30 ans du Campus Fonderie de l’Image

2019 est une année importante pour le Campus Fonderie de l’Image. L’école de design graphique et numérique de Bagnolet fête cette année sa 30ème année d’existence. Cette longévité s’appuie sur des valeurs et une histoire forte, que sont l’inclusivité, l’éco-responsabilité & l’accessibilité aux études supérieures et au monde professionnel. Elles font d’elle une école unique en son genre. Le 23 mars, elle organise ses journées portes ouvertes, l’occasion de réaffirmer son modèle et présenter ses nouveautés pédagogiques, parmi lesquelles une formation dédiée à l’illustration. Éthique et modernité au centre de l’enseignement Fin des années 80, le Campus Fonderie de l’Image nait…

L’architecte John Pawson invite à une nouvelle pause

Le festival Design Indaba, porté par la devise « a better world through creativity », s’est déroulé à Cape Town du 27 février au 1er mars dernier. L’équipe d’étapes: y était et vous propose une sélection de projets, témoignant de la profusion créative et de l’éclectisme de l’évènement. L’architecte John Pawson a conçu plusieurs espaces de contemplation, par exemple le monastère de Nový Dvinr en République Tchèque et l’église Saint-Moritz, en Bavière. Un nouveau lieu dédié à la contemplation À Design Indaba, l’anglais dévoile son projet le plus récent, également dédié à la méditation : la Wooden Chapel. C’est l’une des sept…

Art Paris Art Fair

Art Paris revient au Grand Palais du 4 au 7 avril

Depuis plus de 20 ans, Art Paris s’installe sous la verrière du Grand Palais pour 3 jours dédiés à l’art moderne et contemporain. Plus de 150 galeries seront présentes du 4 au 7 avril et vous donneront à voir l’essentiel de l’art, de 1950 à nos jours. La force d’Art Paris, et ce qui fait sa singularité par rapport aux autres foires d’art contemporain, est qu’elle se concentre en partie sur certains pans moins médiatisés de la création. Ainsi l’art émergent international y est fortement représenté. Des galeries provenant de 20 pays y tiendront un stand, dont beaucoup de territoires…

Flux

Les Sorties Graphiques de mars #2

Expos, vernissages, festivals ou conférences, chaque semaine étapes: note pour vous dans l’agenda les évènements de la scène graphique et artistique. Computer Grrrls, à la Gaité Lyrique L’exposition « Computer Grrrls » s’installe à la Gaité Lyrique du 14 mars au 14 juillet. Par un prisme cyber-féministe, elle replace la femme dans l’histoire de…

J&E - Atelier Do It ! - étapes:

Do It ! Les ateliers design du Centre Pompidou

Avis aux designers en herbe, le Centre Pompidou, via son Fab-Lab pour néophytes La Fabrique, propose une série d’ateliers de design, Do It ! Une fois par mois, un designer vous apprend à utiliser la découpe laser ou l’impression 3D pour créer des objets atypiques. Quelles possibilités sont permises par…

JPO Campus Fonderie de L'image étapes:

Une Journée Portes Ouvertes spéciale anniversaire, le samedi 23 mars, pour les 30 ans du Campus Fonderie de l’Image

2019 est une année importante pour le Campus Fonderie de l’Image. L’école de design graphique et numérique de Bagnolet fête cette année sa 30ème année d’existence. Cette longévité s’appuie sur des valeurs et une histoire forte, que sont l’inclusivité, l’éco-responsabilité & l’accessibilité aux études supérieures et au monde professionnel. Elles font…

Ressources

Testez vos qualités de designer avec Can’t Unsee

Avez-vous l’âme d’un bon designer ? Can’t Unsee, l’application créée par Alex Kotliarskyi, vous met au défi de choisir la meilleure interface sur les deux proposées. Si l’exercice est prenant, les résultats ne sont toutefois pas à prendre au pied de la lettre. Les questions se concentrent largement sur les…

Select Object : le détourage sur Photoshop facilité

Parler de détourage aux graphistes stagiaires en agence, vous comprendrez à leur tête qu’il s’agit d’un travail laborieux. Surtout quand la retouche est demandée à la dernière minute. La solution miracle se fait espérer depuis longtemps et jusqu’à aujourd’hui, les promesses de rendre la tache moins fastidieuse ne furent qu’à…

Des mockups aboutis et gratuits

Pour pouvoir offrir rapidement des mises en situation de son travail à un client, avoir recours à des mockups se fait de plus en plus. Le site The Mockup Club est une plateforme participative sur lequel on trouve ce type de ressources gratuitement et dont le design s’approche au plus…