Ken-Tsai Lee : une esthétique entre calligraphie chinoise et design contemporain

Chargé cette année, de la conception de l’identité graphique du festival Scopitone, Ken-Tsai Lee est aujourd’hui un acteur incontournable de la scène graphique Taïwanaise. Dans le cadre de notre partenariat avec le festival d’art numérique et de musique électronique qui aura lieu du 20 au 24 septembre prochain nous avons rencontré ce créatif téméraire qui se joue des frontières.

A l’école, Ken-Tsai Lee n’est pas ce qu’on appelle communément un « bon élève » et doit s’orienter rapidement vers une filière professionnelle. Il confie, « A Taïwan, le passage au lycée est extrêmement compétitif. Les étudiants qui n’obtiennent pas de très bons résultats se dirigent plutôt vers des voies techniques et professionnelles ». Amateur de dessin depuis tout petit, il s’oriente naturellement vers les arts et métiers. Une fois au lycée, il délaisse le dessin et se spécialise en design graphique.

Une fois diplômé et après avoir passé plusieurs années à osciller entre l’enseignement en école de design et son travail de créatif en agence, Ken-Tsai Lee prend une décision qui marquera un tournant dans sa carrière de designer graphique. Sans connaître un mot d’anglais, il s’expatrie aux Etats-Unis, direction New York. Alors inconnu de la scène graphique New Yorkaise, son premier projet sera auto-promotionnel. Il imprime une série d’affiches intitulées « My name is Ken-Tsai Lee » qu’il colle dans les rues de la ville. Après quelques démêlées avec les forces de l’ordre locales, il comprend qu’il doit changer de stratégie pour sortir du lot.


« New-York est un lieu très riche en matière de design, il est donc primordial de trouver son propre style pour exister ». Noyé dans cette densité de talents au mètre carré, Ken-Tsai Lee cherche sa singularité dans ses origines. Il s’inspire de la culture traditionnelle chinoise et exploite les différences entre esthétique orientale et occidentale. « Je pense que le background culturel est la meilleure base dans la création de mes œuvres, c’est pourquoi je tente d’utiliser des caractères chinois, des symboles, des formes que je mélange avec le design contemporain ». Au delà de la dimension esthétique des logogrammes il s’intéresse à la forme, à la phonétique et au sens des caractères chinois.

Une démarche qui nait également d’un questionnement permanent sur les ponts existant entre design et art. Il s’interroge « Le design ne peut-il pas être une affirmation de soi ? Les designers graphiques portent attention à l’apparence visuelle, la forme, le style ou encore les couleurs, mais peuvent-ils également avoir une vision spirituelle ? ». Le débat est ouvert.


Par Astrid Fedel

design indaba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

News

Andymation flipbook

Le cinéma dans le flipbook avec Andymation

Andymation rejoue dans un folioscope moqueur la scène finale d’Avengers Infinity War. Les folioscopes, plus communément appelés flipbook, sont des petits livrets de dessins. Feuilletés rapidement, ils donnent à l’œil l’illusion de mouvement. Faciles à réaliser, cela n’a pas empêché le flipbook d’Andymation de devenir viral. Pour rejouer la très raillée séquence « Mr Stark I don’t feel so good », il suffit de se munir d’un crayon, de papiers et de beaucoup de patience. Voir son profil Instagram.

Guardian weekly children issue on climate change

Le Guardian Weekly sur le changement climatique illustré par des enfants

C’est bien connu, la vérité sort de la bouche des enfants. Pourtant, rares sont les occasions de les entendre sur ce que l’on considère comme des « sujets d’adultes ». La semaine dernière, le Guardian Weekly, leur a tendu une perche en leur confiant le design de sa couverture. L’hebdomadaire consacrait une grande partie de ses pages au changement climatique, notamment au travers le regard des jeunes générations. La prise de parole de l’adolescente suédoise Greta Thunberg a marqué les esprits et transmis un message fort au monde entier. L’édition « Kids v Climate Change » lui offre une répercussion. Le directeur artistique de…

Installation cinétique marque Hem

Des confettis pour une installation cinétique et colorée

Pour son arrivée à Los Angeles, la marque de mobiliers suédois Hem a fait appel à Clark Thenhaus. Le designer imagine son identité architecturale et d’un patio bétonnais, en fait une vraie installation graphique. Confettis et serpentins colorés semblent comme y tomber du ciel. Le designer repense l’atrium telle une architecture vivante et cinétique, qui invite à l’échange au sein du nouveau showroom de la marque.

Flux

Andymation flipbook

Le cinéma dans le flipbook avec Andymation

Andymation rejoue dans un folioscope moqueur la scène finale d’Avengers Infinity War. Les folioscopes, plus communément appelés flipbook, sont des petits livrets de dessins. Feuilletés rapidement, ils donnent à l’œil l’illusion de mouvement. Faciles à réaliser, cela n’a pas empêché le flipbook d’Andymation de devenir viral. Pour rejouer la très…

design indaba

Top news

Testez vos qualités de designer avec Can’t Unsee

Avez-vous l’âme d’un bon designer ? Can’t Unsee, l’application créée par Alex Kotliarskyi, vous met au défi de choisir la meilleure interface sur les deux proposées. Si l’exercice est prenant, les résultats ne sont toutefois pas à prendre au pied de la lettre. Les questions se concentrent largement sur les…

Les Sorties Graphiques de février #3

Expos, vernissages, festivals ou conférences, chaque semaine étapes: note pour vous dans l’agenda les évènements de la scène graphique et artistique. Le Brand Day Paris par Monotype, au Showroom République Le spécialiste en identité visuelle, Monotype, organise ce jeudi 21 février, le Brand Day. Rendez-vous international rassemblant des marques de…

Ariel Sun illustration applat

L’ombre et la lumière dans les illustrations d’Ariel Sun

Les illustrations d’Ariel Sun font collaborer couleurs, lumière crue et ombres franches. Minimaliste dans l’âme, elle aime offrir des espaces assez aérés pour laisser l’imagination les compléter. Ses environnements colorés fonctionnent comme de doux instants à vivre et à se projeter. Suivre le travail d’Ariel Sun : ici