L’hommage à l’architecte Antonio Bonet par Santiago Restrepo

La cérémonie des prix Laus célèbrera le 8 juin prochain la scène graphique espagnole, avec comme chaque année, un prix dédié aux meilleurs projets étudiants. En attendant les résultats de cette 48e édition, Óscar Germade, ancien professeur de l’IED Barcelona, aujourd’hui fondateur de l’agence “Solo” et directeur artistique de Vogue Espagne, revient sur le projet lauréat 2017 de Santiago Restrepo, réalisé en hommage à l’architecte catalan Antonio Bonet.


Dans quel contexte a été conçu le projet “Bonet” ?
Il s’agit d’un cours de mise en situation consacré aux projets des étudiants en design graphique de l’école. Si toutes les matières abordent de manière fragmentée la profession, ce cours est le premier, destiné à répondre à un brief le plus professionnel possible, en terme de rapport à la commande, d’échéances et de présentation du projet.

Quel est l’objectif ?

Il s’agit d’oublier le contexte académique et de donner un brief aux étudiants, dans les conditions de la commande professionnelle. À l’école, on apprend la typographie, l’histoire du design. On apprend à dessiner, à se servir de nouveaux outils. Mais on peut difficilement mesurer les capacités et l’intérêt de l’élève pour ce métier avant de le confronter à un projet qui mobilise tous ces savoirs en même temps. L’idée est de montrer aux étudiants tout le processus de la conception d’un projet.

Quel était le brief ?

Le brief consistait à concevoir une affiche ou une série d’affiches pour célébrer l’œuvre d’Antonio Bonet, un architecte rationaliste espagnol de la moitié du XXe siècle. Il est à l’origine de certains des projets architecturaux les plus intéressants à Barcelone, comme le « Canodromo » ou la maison « la Ricarda ». Les élèves devaient chercher dans l’œuvre et la trajectoire de Bonet, les éléments qui leur permettraient de concevoir un projet graphique solvable.


Comment accompagnez-vous le travail des étudiants?

D’un côté j’encadre les élèves en tant que directeur de projet, comme je pourrais le faire dans mon studio. On échange des idées, on réfléchit aux avantages et aux inconvénients de chacune, on esquisse des solutions graphiques. Dans une autre approche, j’aborde les projets comme le ferait un client en jugeant de manière exigeante et impartiale la proposition présentée en public.

Quelle était la principale difficulté de ce brief ?

La plus grande difficulté était de trouver l’équilibre entre la dimension conceptuelle et visuelle, pour communiquer une idée de façon adéquate. Il est très facile de tomber dans le cliché, l’anecdotique, en proposant une simple photographie d’architecture par exemple. A contratrio d’autres projets sur le détail d’un édifice qui se focalisent peuvent paraître inintelligibles.

Quelle a été la réponse de Santiago Restrepo ?

L’étudiant choisit de rendre un hommage direct à l’architecte à travers une interprétation illustrée de ses œuvres iconiques. Il réalise une série d’affiches réalistes tout en proposant un point de vue peu orthodoxe sur le travail de l’architecte. L’usage expressif et parfois exagérément saturé des couleurs contraste avec la sobriété grise de l’œuvre d’Antonio Bonet. Sa proposition évoque le procédé de colorisation des photographies en noir et blanc. Une belle manière de ramener au goût du jour l’œuvre d’un architecte du passé.

Les prix Laus évaluent les projets présentés selon différents critères : qualité conceptuelle, qualité formelle, fonctionnalité, excellence, apport. Comment analysez vous le succès du projet « Bonet » ?


Ce projet illustre la manière avec laquelle un étudiant de design doit traduire sur le plan formel des idées concrètes et complètes, de la façon la plus simple possible. Santiago Restrepo simplifie l’idée jusqu’à la réduire à l’essentiel. Lorsque une idée est bonne le projet fonctionne. Lorsque un message est universel et que le public auquel il est destiné le comprend, le projet fonctionne. Enfin, lorsque l’étudiant est méticuleux au moment d’appliquer l’échelle, la tension, la typographie, l’illustration, et que tout orbite autour de cette idée unique, le projet a également toutes les chances d’être efficace.

Propos recueillis par Astrid Fedel


iedbarcelona.es

L’Undergraduate Degree en Design Graphique de l’IED Barcelona Design University prépare les étudiants à imaginer des solutions innovantes pour concevoir un produit, une marque ou un espace, à travers le langage graphique. La démarche pédagogique de l’école est fondée sur l’apprentissage par l’expérience, à partir de briefs qui répondent à des problématiques réelles du marché.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

28/01 – Conférence en ligne du Signe : «Pour des réseaux de solidarité» par l’Atelier Téméraire

Dans le cadre de son cycle de conférences pour l’accompagnement des artistes, Le Signe vous propose d’assister en Facebook Live à la conférence «Pour des réseaux de solidarité» par l’Atelier Téméraire. «L’Atelier Téméraire est un collectif de graphistes-artistes à visages multiples. Une multitude oscillante. Dans cette multitude, nous tentons de…

20/01 – Conférence en ligne du Signe : «Petit vadémécum de l’activité de graphiste professionnel-le: un métier au croisement des savoirs»

Première conférence en ligne pour Le Signe – Centre national du graphisme en cette rentrée. Grégory Jérôme, responsable Formation continue Informations juridiques pour les artistes à le Haute Ecole des Arts du Rhin, intervient ce mercredi 20 janvier à 18h30 sur la page facebook du Signe pour une conférence intitulée…

16/01 – 25/02 – Exposition « Tout un film ! » au Drawing Lab

Pensée avec l’aide de la Cinémathèque, l’exposition « Tout un film ! » fait le lien entre dessin et cinéma. Durant un mois, le Drawing Lab présente une série de storyboards issue des collections de la Cinémathèque, des artistes et leurs galeries. Les liens entre graphie et cinématographie se dévoilent de façons…

20/01 – Journée d’étude : « Aux marges de l’imprimé, l’imprimé à la marge : cultures populaires, minoritaires et alternatives de l’imprimé, 1840-1940 »

« Cette journée d’étude se propose de fédérer les chercheurs, chercheuses et étudiant·e·s francophones dont les travaux portent sur des objets, textuels ou iconiques, imprimés entre la décennie 1840 et la fin de l’entre-deux-guerres. Un des objectifs sera de réfléchir collectivement à la définition d’une culture de l’imprimé qui ne soit…

7/01 > 23/01 – Photo Saint-Germain

La 10ème édition de Photo Saint Germain réunit comme à l’accoutumée une sélection de musées, centres culturels, galeries et librairies pour un parcours photographique. Entre rencontres, projections, signatures et visites d’ateliers, la déambulation dans le quartier mythique de la rive gauche parisienne donne l’occasion d’appréhender les tendances de la photographie…

16/12 – « Écologie des villes », une conférence d’Audrey et Myr Muratet au Signe suivie du lancement du livre « Paris Nord »

À l’occasion de sa ré-ouverture au public, le Signe inaugure l’exposition du photographe Myr Muratet «Zone de Confort», prévue initialement en novembre. Dans un premier temps, vous pourrez assister à la conférence «Écologie des villes», de l’écologue Audrey Muratet et de l’artiste. Cette conférence sera suivie du lancement de l’ouvrage…

Feed

Oripeau diffuse le graphisme dans l’espace public

L’affichage dans l’espace public est rarement gratuit. Mis à part les graffeurs, qui outrepassent les règles pour le bonheur des uns, le malheur des autres et l’indifférence de certains, l’affichage dans l’espace public est toujours réglementé. Certains acteurs locaux (mairies, associations…) tentent malgré cela de faire vivre un vieux principe,…

Ressources

PERGRAPHICA® lance Catching Feels, un nouveau Lookbook présentant ses papiers premium

Pour tous les créatifs, le lancement d’un nouveau lookbook est un évènement. Ces ouvrages servent à présenter l’ensemble de leurs réalisations et permettent aussi de démontrer les qualités d’impression et d’ennoblissement des papiers utilisés. Un lookbook est donc en définitive une véritable vitrine pour les directeurs artistiques, les maisons d’édition…

Quelles nouveautés pour les applications Adobe en 2021 ?

D’Illustrator sur Ipad aux Neural Filters de Photoshop, les annonces faites lors d’Adobe MAX démontrent une tendance déjà à l’oeuvre depuis plusieurs années chez Adobe : celle de l’effacement des contraintes techniques, pour une plus grande autonomie face aux outils de création. Exacerbée par Adobe Sensei, l’IA développée par l’entreprise…

Fedrigoni regroupe tous ses papiers dans la Paper Box

La célèbre marque italienne de papier créatif Fedrigoni vient tout juste de lancer sa Paper Box, un catalogue contenant l’ensemble des papiers créatifs de la marque. Présentée dans le cadre de la Packaging Première Collection, un événement sur deux jours (29 et 30 octobre) consacré au packaging de luxe au…