L’hommage à l’architecte Antonio Bonet par Santiago Restrepo

La cérémonie des prix Laus célèbrera le 8 juin prochain la scène graphique espagnole, avec comme chaque année, un prix dédié aux meilleurs projets étudiants. En attendant les résultats de cette 48e édition, Óscar Germade, ancien professeur de l’IED Barcelona, aujourd’hui fondateur de l’agence “Solo” et directeur artistique de Vogue Espagne, revient sur le projet lauréat 2017 de Santiago Restrepo, réalisé en hommage à l’architecte catalan Antonio Bonet.


Dans quel contexte a été conçu le projet “Bonet” ?
Il s’agit d’un cours de mise en situation consacré aux projets des étudiants en design graphique de l’école. Si toutes les matières abordent de manière fragmentée la profession, ce cours est le premier, destiné à répondre à un brief le plus professionnel possible, en terme de rapport à la commande, d’échéances et de présentation du projet.

Quel est l’objectif ?

Il s’agit d’oublier le contexte académique et de donner un brief aux étudiants, dans les conditions de la commande professionnelle. À l’école, on apprend la typographie, l’histoire du design. On apprend à dessiner, à se servir de nouveaux outils. Mais on peut difficilement mesurer les capacités et l’intérêt de l’élève pour ce métier avant de le confronter à un projet qui mobilise tous ces savoirs en même temps. L’idée est de montrer aux étudiants tout le processus de la conception d’un projet.

Quel était le brief ?

Le brief consistait à concevoir une affiche ou une série d’affiches pour célébrer l’œuvre d’Antonio Bonet, un architecte rationaliste espagnol de la moitié du XXe siècle. Il est à l’origine de certains des projets architecturaux les plus intéressants à Barcelone, comme le « Canodromo » ou la maison « la Ricarda ». Les élèves devaient chercher dans l’œuvre et la trajectoire de Bonet, les éléments qui leur permettraient de concevoir un projet graphique solvable.


Comment accompagnez-vous le travail des étudiants?

D’un côté j’encadre les élèves en tant que directeur de projet, comme je pourrais le faire dans mon studio. On échange des idées, on réfléchit aux avantages et aux inconvénients de chacune, on esquisse des solutions graphiques. Dans une autre approche, j’aborde les projets comme le ferait un client en jugeant de manière exigeante et impartiale la proposition présentée en public.

Quelle était la principale difficulté de ce brief ?

La plus grande difficulté était de trouver l’équilibre entre la dimension conceptuelle et visuelle, pour communiquer une idée de façon adéquate. Il est très facile de tomber dans le cliché, l’anecdotique, en proposant une simple photographie d’architecture par exemple. A contratrio d’autres projets sur le détail d’un édifice qui se focalisent peuvent paraître inintelligibles.

Quelle a été la réponse de Santiago Restrepo ?

L’étudiant choisit de rendre un hommage direct à l’architecte à travers une interprétation illustrée de ses œuvres iconiques. Il réalise une série d’affiches réalistes tout en proposant un point de vue peu orthodoxe sur le travail de l’architecte. L’usage expressif et parfois exagérément saturé des couleurs contraste avec la sobriété grise de l’œuvre d’Antonio Bonet. Sa proposition évoque le procédé de colorisation des photographies en noir et blanc. Une belle manière de ramener au goût du jour l’œuvre d’un architecte du passé.

Les prix Laus évaluent les projets présentés selon différents critères : qualité conceptuelle, qualité formelle, fonctionnalité, excellence, apport. Comment analysez vous le succès du projet « Bonet » ?


Ce projet illustre la manière avec laquelle un étudiant de design doit traduire sur le plan formel des idées concrètes et complètes, de la façon la plus simple possible. Santiago Restrepo simplifie l’idée jusqu’à la réduire à l’essentiel. Lorsque une idée est bonne le projet fonctionne. Lorsque un message est universel et que le public auquel il est destiné le comprend, le projet fonctionne. Enfin, lorsque l’étudiant est méticuleux au moment d’appliquer l’échelle, la tension, la typographie, l’illustration, et que tout orbite autour de cette idée unique, le projet a également toutes les chances d’être efficace.

Propos recueillis par Astrid Fedel


iedbarcelona.es

L’Undergraduate Degree en Design Graphique de l’IED Barcelona Design University prépare les étudiants à imaginer des solutions innovantes pour concevoir un produit, une marque ou un espace, à travers le langage graphique. La démarche pédagogique de l’école est fondée sur l’apprentissage par l’expérience, à partir de briefs qui répondent à des problématiques réelles du marché.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Agenda

Du 2 au 11 décembre 2022 → Laterna Magica – Marseille

Le mythique festival Laterna Magica s’installe aux quatre coins de Marseille pour une 19e édition. Organisé par Fotokino, il fait dialoguer illustration, cinéma, graphisme, arts plastiques, design et édition. Cette année, la dessinatrice et peintre Alexandra Duprez expose son travail au Studio Fotokino, le graphiste Benoît Bodhuin propose un workshop,…

Les 24 novembre et 8 décembre 2022 → Cycle thématique : enjeux environnementaux des arts numériques – Stereolux (Nantes)

Proposé par le Stereolux, le cycle thématique “Enjeux environnementaux des arts numériques” vise à interroger l’impact écologique de l’art numérique. Le 24 novembre, une journée est consacrée à l’enjeu de l’éco-conception dans les arts numériques. Elle rassemble Benoît Ruiz, Juliette Bibasse, Barthélemy Antoine-Lœff, Cédric Carles, Fanny Legros, ainsi que Stéphanie…

Jusqu’au 30 décembre 2022 → De Garamont aux Garamond(s) : une aventure typographique – Bibliothèque Mazarine (Paris)

Plus de deux cents polices numériques se réclament aujourd’hui du Garamond, qui est loin d’être une police unique, contrairement à ce que l’on pense souvent. Les Garamonds doivent leur origine à Claude Garamont, tailleur et fondeur de caractères du XVIe siècle. L’exposition “De Garamont aux Garamond(s) : une aventure typographique”…

Jusqu’au 19 février 2023 → Haettenschweiler de A à Z ‣ créateur de caractères, graphiste et artiste – Museum für Gestaltung Zürich (Zürich)

Le musée du Design de Zurich expose les travaux de Walter F. Haettenschweiler. Dans les années 1950, le dessinateur de caractères conçoit le Schmalfette Grotesk, utilisé comme police système par Microsoft. Il édite avec Armin Haab les ouvrages « Lettera » présentant leurs propres créations de caractères et versions rééditées.…

Feed

Une infographie de la littérature

Chercheur en littérature au CNRS, Alexandre Gefen publie avec Guillemette Crozet, datadesigner et infographe, l’ouvrage “La littérature, une infographie” aux éditions CNRS. Du nombre de mots moyen par phrase chez Proust, aux écrivain·es les plus suivi·es sur les réseaux sociaux, en passant par le nombre total de personnages de différents…

Graphisme japonais et modernité

Invités à la Maison de la culture du Japon le 22 septembre 2022, Michel Bouvet enseignant et commissaire d’exposition, et Diego Zaccaria, docteur en histoire de l’art et fondateur du Mois du graphisme d’Échirolles, retracent l’histoire du graphisme japonais de 1945 à nos jours. Dans une conférence rediffusée en ligne…

Ressources

Graphisme japonais et modernité

Invités à la Maison de la culture du Japon le 22 septembre 2022, Michel Bouvet enseignant et commissaire d’exposition, et Diego Zaccaria, docteur en histoire de l’art et fondateur du Mois du graphisme d’Échirolles, retracent l’histoire du graphisme japonais de 1945 à nos jours. Dans une conférence rediffusée en ligne…

Blaze Type fait rayonner les variables

Créé en 2016, le format de police variable permet de modifier une fonte selon plusieurs axes, comme celui de la graisse ou encore de la chasse. Adopté par certain·es typographes et fonderies, comme Blaze Type, il offre plus de liberté à l’utilisateur de police, notamment en termes de Responsive Design.…