L’hommage à l’architecte Antonio Bonet par Santiago Restrepo

La cérémonie des prix Laus célèbrera le 8 juin prochain la scène graphique espagnole, avec comme chaque année, un prix dédié aux meilleurs projets étudiants. En attendant les résultats de cette 48e édition, Óscar Germade, ancien professeur de l’IED Barcelona, aujourd’hui fondateur de l’agence “Solo” et directeur artistique de Vogue Espagne, revient sur le projet lauréat 2017 de Santiago Restrepo, réalisé en hommage à l’architecte catalan Antonio Bonet.


Dans quel contexte a été conçu le projet “Bonet” ?
Il s’agit d’un cours de mise en situation consacré aux projets des étudiants en design graphique de l’école. Si toutes les matières abordent de manière fragmentée la profession, ce cours est le premier, destiné à répondre à un brief le plus professionnel possible, en terme de rapport à la commande, d’échéances et de présentation du projet.

Quel est l’objectif ?

Il s’agit d’oublier le contexte académique et de donner un brief aux étudiants, dans les conditions de la commande professionnelle. À l’école, on apprend la typographie, l’histoire du design. On apprend à dessiner, à se servir de nouveaux outils. Mais on peut difficilement mesurer les capacités et l’intérêt de l’élève pour ce métier avant de le confronter à un projet qui mobilise tous ces savoirs en même temps. L’idée est de montrer aux étudiants tout le processus de la conception d’un projet.

Quel était le brief ?

Le brief consistait à concevoir une affiche ou une série d’affiches pour célébrer l’œuvre d’Antonio Bonet, un architecte rationaliste espagnol de la moitié du XXe siècle. Il est à l’origine de certains des projets architecturaux les plus intéressants à Barcelone, comme le « Canodromo » ou la maison « la Ricarda ». Les élèves devaient chercher dans l’œuvre et la trajectoire de Bonet, les éléments qui leur permettraient de concevoir un projet graphique solvable.


Comment accompagnez-vous le travail des étudiants?

D’un côté j’encadre les élèves en tant que directeur de projet, comme je pourrais le faire dans mon studio. On échange des idées, on réfléchit aux avantages et aux inconvénients de chacune, on esquisse des solutions graphiques. Dans une autre approche, j’aborde les projets comme le ferait un client en jugeant de manière exigeante et impartiale la proposition présentée en public.

Quelle était la principale difficulté de ce brief ?

La plus grande difficulté était de trouver l’équilibre entre la dimension conceptuelle et visuelle, pour communiquer une idée de façon adéquate. Il est très facile de tomber dans le cliché, l’anecdotique, en proposant une simple photographie d’architecture par exemple. A contratrio d’autres projets sur le détail d’un édifice qui se focalisent peuvent paraître inintelligibles.

Quelle a été la réponse de Santiago Restrepo ?

L’étudiant choisit de rendre un hommage direct à l’architecte à travers une interprétation illustrée de ses œuvres iconiques. Il réalise une série d’affiches réalistes tout en proposant un point de vue peu orthodoxe sur le travail de l’architecte. L’usage expressif et parfois exagérément saturé des couleurs contraste avec la sobriété grise de l’œuvre d’Antonio Bonet. Sa proposition évoque le procédé de colorisation des photographies en noir et blanc. Une belle manière de ramener au goût du jour l’œuvre d’un architecte du passé.

Les prix Laus évaluent les projets présentés selon différents critères : qualité conceptuelle, qualité formelle, fonctionnalité, excellence, apport. Comment analysez vous le succès du projet « Bonet » ?


Ce projet illustre la manière avec laquelle un étudiant de design doit traduire sur le plan formel des idées concrètes et complètes, de la façon la plus simple possible. Santiago Restrepo simplifie l’idée jusqu’à la réduire à l’essentiel. Lorsque une idée est bonne le projet fonctionne. Lorsque un message est universel et que le public auquel il est destiné le comprend, le projet fonctionne. Enfin, lorsque l’étudiant est méticuleux au moment d’appliquer l’échelle, la tension, la typographie, l’illustration, et que tout orbite autour de cette idée unique, le projet a également toutes les chances d’être efficace.

Propos recueillis par Astrid Fedel


iedbarcelona.es

L’Undergraduate Degree en Design Graphique de l’IED Barcelona Design University prépare les étudiants à imaginer des solutions innovantes pour concevoir un produit, une marque ou un espace, à travers le langage graphique. La démarche pédagogique de l’école est fondée sur l’apprentissage par l’expérience, à partir de briefs qui répondent à des problématiques réelles du marché.

design indaba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

News

Andymation flipbook

Le cinéma dans le flipbook avec Andymation

Andymation rejoue dans un folioscope moqueur la scène finale d’Avengers Infinity War. Les folioscopes, plus communément appelés flipbook, sont des petits livrets de dessins. Feuilletés rapidement, ils donnent à l’œil l’illusion de mouvement. Faciles à réaliser, cela n’a pas empêché le flipbook d’Andymation de devenir viral. Pour rejouer la très raillée séquence « Mr Stark I don’t feel so good », il suffit de se munir d’un crayon, de papiers et de beaucoup de patience. Voir son profil Instagram.

Guardian weekly children issue on climate change

Le Guardian Weekly sur le changement climatique illustré par des enfants

C’est bien connu, la vérité sort de la bouche des enfants. Pourtant, rares sont les occasions de les entendre sur ce que l’on considère comme des « sujets d’adultes ». La semaine dernière, le Guardian Weekly, leur a tendu une perche en leur confiant le design de sa couverture. L’hebdomadaire consacrait une grande partie de ses pages au changement climatique, notamment au travers le regard des jeunes générations. La prise de parole de l’adolescente suédoise Greta Thunberg a marqué les esprits et transmis un message fort au monde entier. L’édition « Kids v Climate Change » lui offre une répercussion. Le directeur artistique de…

Installation cinétique marque Hem

Des confettis pour une installation cinétique et colorée

Pour son arrivée à Los Angeles, la marque de mobiliers suédois Hem a fait appel à Clark Thenhaus. Le designer imagine son identité architecturale et d’un patio bétonnais, en fait une vraie installation graphique. Confettis et serpentins colorés semblent comme y tomber du ciel. Le designer repense l’atrium telle une architecture vivante et cinétique, qui invite à l’échange au sein du nouveau showroom de la marque.

Flux

Andymation flipbook

Le cinéma dans le flipbook avec Andymation

Andymation rejoue dans un folioscope moqueur la scène finale d’Avengers Infinity War. Les folioscopes, plus communément appelés flipbook, sont des petits livrets de dessins. Feuilletés rapidement, ils donnent à l’œil l’illusion de mouvement. Faciles à réaliser, cela n’a pas empêché le flipbook d’Andymation de devenir viral. Pour rejouer la très…

design indaba

Top news

Testez vos qualités de designer avec Can’t Unsee

Avez-vous l’âme d’un bon designer ? Can’t Unsee, l’application créée par Alex Kotliarskyi, vous met au défi de choisir la meilleure interface sur les deux proposées. Si l’exercice est prenant, les résultats ne sont toutefois pas à prendre au pied de la lettre. Les questions se concentrent largement sur les…

Les Sorties Graphiques de février #3

Expos, vernissages, festivals ou conférences, chaque semaine étapes: note pour vous dans l’agenda les évènements de la scène graphique et artistique. Le Brand Day Paris par Monotype, au Showroom République Le spécialiste en identité visuelle, Monotype, organise ce jeudi 21 février, le Brand Day. Rendez-vous international rassemblant des marques de…

Ariel Sun illustration applat

L’ombre et la lumière dans les illustrations d’Ariel Sun

Les illustrations d’Ariel Sun font collaborer couleurs, lumière crue et ombres franches. Minimaliste dans l’âme, elle aime offrir des espaces assez aérés pour laisser l’imagination les compléter. Ses environnements colorés fonctionnent comme de doux instants à vivre et à se projeter. Suivre le travail d’Ariel Sun : ici