L’hommage à l’architecte Antonio Bonet par Santiago Restrepo

La cérémonie des prix Laus célèbrera le 8 juin prochain la scène graphique espagnole, avec comme chaque année, un prix dédié aux meilleurs projets étudiants. En attendant les résultats de cette 48e édition, Óscar Germade, ancien professeur de l’IED Barcelona, aujourd’hui fondateur de l’agence “Solo” et directeur artistique de Vogue Espagne, revient sur le projet lauréat 2017 de Santiago Restrepo, réalisé en hommage à l’architecte catalan Antonio Bonet.


Dans quel contexte a été conçu le projet “Bonet” ?
Il s’agit d’un cours de mise en situation consacré aux projets des étudiants en design graphique de l’école. Si toutes les matières abordent de manière fragmentée la profession, ce cours est le premier, destiné à répondre à un brief le plus professionnel possible, en terme de rapport à la commande, d’échéances et de présentation du projet.

Quel est l’objectif ?

Il s’agit d’oublier le contexte académique et de donner un brief aux étudiants, dans les conditions de la commande professionnelle. À l’école, on apprend la typographie, l’histoire du design. On apprend à dessiner, à se servir de nouveaux outils. Mais on peut difficilement mesurer les capacités et l’intérêt de l’élève pour ce métier avant de le confronter à un projet qui mobilise tous ces savoirs en même temps. L’idée est de montrer aux étudiants tout le processus de la conception d’un projet.

Quel était le brief ?

Le brief consistait à concevoir une affiche ou une série d’affiches pour célébrer l’œuvre d’Antonio Bonet, un architecte rationaliste espagnol de la moitié du XXe siècle. Il est à l’origine de certains des projets architecturaux les plus intéressants à Barcelone, comme le « Canodromo » ou la maison « la Ricarda ». Les élèves devaient chercher dans l’œuvre et la trajectoire de Bonet, les éléments qui leur permettraient de concevoir un projet graphique solvable.


Comment accompagnez-vous le travail des étudiants?

D’un côté j’encadre les élèves en tant que directeur de projet, comme je pourrais le faire dans mon studio. On échange des idées, on réfléchit aux avantages et aux inconvénients de chacune, on esquisse des solutions graphiques. Dans une autre approche, j’aborde les projets comme le ferait un client en jugeant de manière exigeante et impartiale la proposition présentée en public.

Quelle était la principale difficulté de ce brief ?

La plus grande difficulté était de trouver l’équilibre entre la dimension conceptuelle et visuelle, pour communiquer une idée de façon adéquate. Il est très facile de tomber dans le cliché, l’anecdotique, en proposant une simple photographie d’architecture par exemple. A contratrio d’autres projets sur le détail d’un édifice qui se focalisent peuvent paraître inintelligibles.

Quelle a été la réponse de Santiago Restrepo ?

L’étudiant choisit de rendre un hommage direct à l’architecte à travers une interprétation illustrée de ses œuvres iconiques. Il réalise une série d’affiches réalistes tout en proposant un point de vue peu orthodoxe sur le travail de l’architecte. L’usage expressif et parfois exagérément saturé des couleurs contraste avec la sobriété grise de l’œuvre d’Antonio Bonet. Sa proposition évoque le procédé de colorisation des photographies en noir et blanc. Une belle manière de ramener au goût du jour l’œuvre d’un architecte du passé.

Les prix Laus évaluent les projets présentés selon différents critères : qualité conceptuelle, qualité formelle, fonctionnalité, excellence, apport. Comment analysez vous le succès du projet « Bonet » ?


Ce projet illustre la manière avec laquelle un étudiant de design doit traduire sur le plan formel des idées concrètes et complètes, de la façon la plus simple possible. Santiago Restrepo simplifie l’idée jusqu’à la réduire à l’essentiel. Lorsque une idée est bonne le projet fonctionne. Lorsque un message est universel et que le public auquel il est destiné le comprend, le projet fonctionne. Enfin, lorsque l’étudiant est méticuleux au moment d’appliquer l’échelle, la tension, la typographie, l’illustration, et que tout orbite autour de cette idée unique, le projet a également toutes les chances d’être efficace.

Propos recueillis par Astrid Fedel


iedbarcelona.es

L’Undergraduate Degree en Design Graphique de l’IED Barcelona Design University prépare les étudiants à imaginer des solutions innovantes pour concevoir un produit, une marque ou un espace, à travers le langage graphique. La démarche pédagogique de l’école est fondée sur l’apprentissage par l’expérience, à partir de briefs qui répondent à des problématiques réelles du marché.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Agenda

Du 19 mars au 14 juin 2023 → Jacno, un homme de caractères – TNP (Villeurbanne)

Le Théâtre National Populaire de Villeurbanne rend hommage au typographe, dessinateur d’alphabets, affichiste et designer Marcel Jacno en lui consacrant une exposition programmée en partenariat avec l’association Jean Vilar/Maison Jean Vilar. Premières esquisses, travaux préparatoires, maquettes, collages, bromures, calques retouchés ou encore projets finalisés sont donnés à voir. Un hommage…

Du 23 mars au 26 mars 2023 → Drawing Now Art Fair – Carreau du Temple (Paris)

Le salon du dessin contemporain revient au Carreau du Temple. Cette seizième édition rassemble de nombreuses galeries françaises et internationales spécialisées dans le secteur du dessin. La foire s’attache aussi à interroger le travail d’artistes mêlant le dessin à d’autres médiums et disciplines, comme la photographie, l’animation, ou encore l’architecture…

Du 16 mars au 2 avril 2023 → Central vapeur – Grand Est

Fidèle au rendez-vous, le festival Central Vapeur revient pour une treizième édition, avec pour fil rouge le terme « Visibles ». L’exposition phare du festival associe l’illustratrice belge Dominique Goblet à la musicienne et artiste strasbourgeoise et camerounaise Nygel Panasco. Le travail du bédéaste Joseph Levacher, mais aussi celui des…

Jusqu’au 12 mars 2023 → Long Play – La Chaufferie (Strasbourg)

À l’occasion des 10 ans de *Duuu radio, l’exposition “Long Play” se déploie à la Chaufferie, à la HEAR. Dans le cadre de celle-ci, 100 vinyles (10 vinyles de 10 exemplaires) sont gravés en direct à partir d’une sélection d’entretiens, lectures, concerts, pièces vocales et sonores issues des archives de…

Du 10 mars au 6 avril 2023 → Philippe Starck – Galerie Jousse (Paris)

La galerie Jousse Entreprise consacre une exposition au designer renommé Philippe Starck. Elle présente une sélection d’objets et de meubles réalisés en petites séries, ainsi que de nombreux prototypes. Au-delà de l’objet, le designer s’intéresse à l’espace. Il crée du mobilier pour des boîtes de nuit et cafés. Sont ainsi…

Du 2 mars au 1er avril 2023 → Mavado Charon ‣ Retable du désir novo-hispanique – Galerie Arts Factory (Paris)

Pour sa première exposition à la galerie Arts Factory, l’artiste Mavado Charon dévoile différents dessins réalisés sur des draps et torchons anciens, issus d’un héritage familial. Il s’inspire du recueil “La s★d★mie en Nouvelle-Espagne”, ouvrage publié en 2010 dans lequel le poète mexicain Luis Felipe Fabre traite de la persécution…

Feed

Formes Des Luttes affiche la réforme des retraites

Le collectif de graphistes Formes Des Luttes, déjà auteur du “Manifeste retraites” en 2019, se mobilise face à la réforme des retraites menée par le président Emmanuel Macron. “Nous, graphistes, artistes, illustrateur·trice·s, comptons bien mener la lutte avec nos moyens, ceux de l’image, en apportant notre soutien graphique aux mobilisations…

Les packagings de La Conspiration ont de l’œil

La Conspiration adopte une nouvelle identité visuelle qui a de l’œil… Située en Champagne, la distillerie fabrique de l’alcool de malt, du gin, et de la Fine Champenoise. Imaginée par ABM Studio, sa nouvelle identité se fonde sur une disposition textuelle usant de la police de caractères Apoc. Le logo…

Amandine Urruty déploie son décorum baroque

L’univers de l’artiste Amandine Urruty est peuplé d’objets hétéroclites et de figures hyperréalistes souvent masquées, parfois affublées d’un museau de chien. Les éditions Cernunnos publient une monographie du travail de cette artiste. Née en 1982, elle travaille le dessin telles des compositions photographiques hantées par un imaginaire baroque et grotesque.…

Les doudounes fleuries de Noir Noir

Les fleurs scintillent dans la nuit… Noir Noir commercialise des doudounes aux motifs floraux ou océaniques parées de couleurs éclatantes. Fondée en 2014 à Paris, la marque de mode propose des pièces modernes puisant leurs sources dans l’art ancien. Ses doudounes graphiques, inspirées d’une esthétique traditionnelle japonaise, permettent autant de…

Ressources

Typographie et philosophie : Nicolas Taffin sur France Inter

Le concepteur graphique et éditeur Nicolas Taffin publie aux éditions C&F, maison d’édition qu’il a cofondée avec Hervé Le Crosnier, “Typothérapie. Fragments d’une amitié typographique”. Initialement diplômé en philosophie de l’Université Paris Ouest Nanterre, Nicolas Taffin explore dans cet ouvrage la typographie au prisme des affects et du soin. La…

Susan Kare sur Arte

L’émission “Gymnastique” d’arte dédie l’un de ses épisodes à Susan Kare, pionnière du design numérique. Elle crée notamment des icônes de bureau et des polices typographiques devenues des normes de référence. La graphiste humanise l’informatique et travaille pour des sociétés comme Apple, NeXT, Microsoft ou encore Facebook, PayPal et Pinterest.…

Les Rad!cales : le design à l’épreuve du vivant

Né en janvier 2020, le collectif Les Rad!cales invite les professionnel·les du design à s’engager pour le vivant dans un contexte d’urgence climatique. Comment concevoir un système soutenable pour les générations présentes et futures ? Telle est l’une des questions soulevée par le mouvement. Le manifeste “Design pour l’environnement” porté…