L’utilité du designer (?)

Vous en doutez ? Synonyme d’ouroboros, cette interrogation habite le designer et théoricien Gauthier Roussilhe ; démonstration dans son documentaire très complet « Ethics for Design ».

Des sujets sur le design il y en eut ; « La qualité pour tous » au temps du Bauhaus, « Le design, objet personnalisable » qui vit de beaux jours depuis les années 90, ou « Tous designers ? » sempiternelle leitmotiv, encore proprement chanté lors d’une conférence de la Design Week. Les cinquante minutes du documentaire « Ethics for design », dont le fil rouge est l’éthique, font naturellement référence à Bruno Latour, philosophe, qui se penche sur la question depuis un certain temps.

2010. Lors d’une conférence avec Marc Jarzombek, Bruno Latour expose sa vision conceptuelle du design en cinq point : sous les traits du mythe Prométhéen. Ligoté au sommet d’une colline le foie de Prométhée est tout les jours dévoré par l’aigle du Caucase, puis se régénère tout les soirs. Loin du poncif consistant à dire que les modes et tendances sont des éternels refrains, Latour démontre que c’est le processus de réflexion qui se régénère. Premier point, le philosophe français commence par « le design implique une humilité qui semble absente des verbes « construire » ou « bâtir » ». S’en suit « la deuxième et peut-être plus importante conséquence du mot design est l’attention aux détails ». Dans cet ordre, mais néanmoins en convocation mutuelle quand un point se soustrait à un autre : « la troisième connotation du mot design, qui me semble si important, c’est que dans l’analyse de la conception de certains artefact, le travail se porte incontestablement sur le sens. » et «le quatrième avantage que je vois dans le mot «design» […] c’est qu’il n’est jamais un processus qui commence à partir de zéro. ». Puis intransigeant comme point final « le cinquième et décisif avantage de la notion de design est qu’elle implique nécessairement une dimension éthique liée à la question évidente du bon design par rapport au mauvais. ». Humilité, soin aux détails, sens de l’objet, référence à l’existant, éthique ; à la lisière des ces notions, le designer ne sait plus où donner de la tête.

Ainsi soit-fait l’énumération sur les cinq doigts de la main ; est-elle celle du designer qui avant de façonner, conçoit ? Le documentaire interactif de Gauthier Rousshile donne de sérieux éléments de réponse, tant formellement que dans le fond. Il a fait le tour de l’Europe pour interroger les designers et chercheurs influents dont James Auger, Peter Bil’ak, Sarah Gold ou Antoine Fenoglio. Tous répondent à cette question de l’utilité du designer que l’on relègue régulièrement à un esthète allant à l’encontre des véritables attentes des usagers. Les avancées technologiques, institutions publiques et les modes de vies nouveaux permettent des belles innovations. À travers ces entretiens, Gauthier Rousshile ouvre l’œil sur l’usage qu’un designer, de plus en plus protéiforme, peut faire de ces avancées. Quel rôle a-t-il dans la transformation de nos futurs environnements ? Quelle est aussi sa responsabilité avec de tels outils entre les mains ?

L’interface opentype du documentaire interactif est malléable. Scindé en cinq écrans, l’utilisateur module les fenêtres pour son confort et selon ses préférences. Du texte à l’image, l’approche est didactique : les traductions d’un côté et les intervenants de l’autre. Parce qu’il est parfois plus aisé de comprendre ce qui se dit quand cela se lit, on appréciera le fonctionnalisme du documentaire, conçu aussi, comme un objet.

Site internet du documentaire
Ethics for Design – Gauthier Roussilhe

Par Florian Bulou-Fezard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

b.v-h doc étapes

10 > 21/09 – Le studio b.v-h expose à DOC!

Dans la poursuite de leur précédente exposition lors de « Une Saison Graphique » au Havre, le studio graphique et typographique formé par André Baldinger et Toan Vu-Huu investit DOC. Le duo, responsable de la création des affiches des expositions et de l’identité visuelle du lieu, y montre 17 affiches ainsi qu’une série de pictogrammes liés à d’autres projets du studio. Sorties de leur contexte, ces affiches dévoilent alors leur caractère expérimental, principalement guidées par des jeux typographiques en phase avec leur sujet. Grands faiseurs de systèmes graphiques, b.v-h expose également deux vidéos ou les identités, logos et pictogrammes réalisés depuis 11…

Neo Makers

19 > 22/09 – Neo Makers, une exposition mêlant artisanat, design et numérique

Dans le cadre de la Nantes Digital Week, LEVEL INNOVATIVE WORKPLACE accueille PRISME EDITIONS pour 4 jours d’exposition du 19 au 22 Septembre 2019. Neo Makers propose de découvrir le travail des artisans et designers nantais et dévoile comment ces derniers, mixent dans leurs ouvrages, savoir-faire, tradition et innovation. C’est également l’occasion de penser les manières de s’approprier les nouvelles technologies et les solutions d’avenir comme les bio-matériaux, le recyclage ou encore l’impression 3D. Date : Du 19 au 22 septembre 2019 – De 10h à 19h Lieu : Level Innovative Workplace – 3 Place Albert Camus, 44000 NANTES Lien…

Porto Design Biennale

19/09 > 8/12 – Porto Design Biennale 2019

Depuis quelques années, Porto se fait remarquer comme un haut lieu du design. Afin d’encourager et promouvoir les pratiques qui y sont liées, la première édition de Porto Design Biennale s’installe dans divers lieux de la ville avec un riche programme d’expositions, de conférences, de workshops et tables rondes. Le thème « Post Millennium Tension » guide ce parcours. Il nous invite à réfléchir sur notre les transformations de notre nouveau millénaire et à observer la place du design dans un monde en perpétuel changement. Un sujet vaste qui soulève autant de questions que de solutions. Lieu : Divers – Porto et…

11 > 16/09 – Tout se transforme

L’innovation est au cœur de la rentrée du Bel Ordinaire. L’exposition TOUT SE TRANSFORME, qui débute dès le 11 septembre, mêle graphisme et technologie, sous la houlette du réputé studio Chevalvert.  Ce parcours, proposé par accès)s( cultures électroniques et monté en collaboration avec Le Signe, centre national du design graphique, s’apparente à une usine, dans laquelle les matières premières, les machines et les gestes de chacun permettent la transformation des éléments. Dans un dédale d’architecture lumineuse, formes et objets se changent en une partition musicale. Le visiteur interagit avec son environnement, à l’aide de son corps, parfois de sa voix, pour devenir le chef d’orchestre de cette expérience visuelle interactive. Au total, le studio Chevalvert met à disposition 4 installations qui explorent les connexions innombrables, entre musique et image.…

Flux

Supermondane met des paroles en formes

Musique et graphisme font souvent la paire. Quand les deux disciplines cherchent à entrer en dialogue, elles donnent aux designers de nombreux possibles en terme d’expérimentation. Pour une exposition baptisée « I know it’s Over », Supermondane s’est emparé du sujet en délivrant une série de 71 affiches. Sur chacune d’entre elles,…

Pâquerette Brice Larrieu chorépgraphie

« Pâquerette », le bal des sentiments humains

« Pâquerette » la dernière réalisation de Brice Larrieu alias Skorpion, fait partie de ces objets visuels hybrides, qui dévoilent leurs multiples facettes après plusieurs lectures. Au delà d’une vidéo de danse, il faut voir dans ce film la volonté de l’artiste de mettre l’accent sur les sentiments, au milieu…

Ressources

Halvar Typemates étapes

Halvar, une police bien trempée

La fonderie allemande TypeMates a sorti il y a peu une nouvelle fonte linéale, Halvar. Développée dans une version classique et une version stencil de 81 styles chacun allant du black au hairline, elle est structurée en 3 sous-catégories représentant 3 chasses différentes (large, moyenne et étroite). Elle offre ainsi…