La Fabuloserie, lieu d’art façonné par des non-artistes et leurs histoires

En Bourgogne, entre Auxerre et Villefranche, se trouve un lieu magique et surprenant, qui ne laisse personne indifférent : la Fabuloserie enchante et perturbe ses visiteurs. Le lieu est fait pour et par les œuvres qui l’habitent, mais surtout par des histoires : celles des personnes exposées, et de ses propriétaires. L’architecte qui a constitué cette collection et conçu le lieu, Alain Bourbonnais, sa femme, Caroline, et de leurs deux filles, Agnès et Sophie, qui s’occupent aujourd’hui du musée et du vaste héritage que leurs parents leur ont laissé. Au cours d’une visite riche en découvertes et émotions, les deux sœurs nous racontent l’histoire singulière de ce lieu, qui rassemble plus de mille œuvres d’art hors les normes, créées par des artistes autodidactes.


©La Fabuloserie

Nous commençons par la partie extérieure de la collection : le tour de l’étang, transformé en jardin habité par des personnages grandeur nature, avec, au loin, l’atelier d’architecte imaginé par Alain Bourbonnais lui-même. Avant d’emprunter le petit sentier qui fait le tour de l’étang, Agnès Bourbonnais replace le contexte : « Notre père était architecte, et collectionneur d’art brut pendant son temps libre. Pour lui, c’était vraiment une histoire d’échange et d’amitié avec les créateurs d’œuvres, il allait à la rencontre de ces personnes avant de récupérer leurs créations. Il avait une véritable démarche spécifique. Jean Dubuffet (qui a été le premier à définir l’art brut) lui a donné les adresses de nombreux créateurs, et notre père est allé à leur rencontre, est devenu ami avec eux, a fait des courts-métrages sur eux. Il éprouvait autant d’intérêt pour la personne que pour ses œuvres, et a créé des liens qui perdurent avec le temps. »


Alain Bourbonnais et un turbulent ©La Fabuloserie

Le jardin habité

Il a ensuite imaginé et conçu un endroit pour sa collection : le musée est façonné pour, et par celle-ci. Chaque œuvre y a sa place, et l’endroit répond aux différentes pièces qui s’y trouvent. Ainsi, le jardin met en valeur toutes ces œuvres sauvegardées : l’arche de Noé, les nombreux personnages, les girouettes de Jean Bertholle, les animaux d’Afrique… Il y en a pour tous les goûts, et l’on est rapidement émerveillés par autant de diversité, et par de telles preuves d’ingéniosité.

Ainsi, Jules Damloup, qui a toujours rêvé d’aller en Afrique, a recréé le continent dans son propre jardin. Un des autres éléments notables, l’une des pièces maîtresses de la collection, est le manège de Petit Pierre. Celui-ci, nommé Pierre Avezard, naît en 1909, sourd, muet, malvoyant et le visage déformé. Garçon vacher et bûcheron toute sa vie, il s’est imprégné des machines agricoles pour créer son manège, l’œuvre de toute une vie.

Le manège de Petit Pierre

Immense, il est riche en détails de toutes sortes : différentes scènes de traite des vaches, le bal du village où il se met en scène, dansant avec l’une de ses vaches, puisque les habitants du village ne veulent pas de lui, des pompiers, des avions, sa propre tour Eiffel… Lorsqu’Agnès Bourbonnais le met en marche, on ne sait plus où regarder. Farceur, il a aussi dissimulé des pièges pour arroser les spectateurs.

Le musée

Nous rentrons ensuite dans le musée par le tunnel, à l’inspiration Gaudienne très forte : un petit trou de hobbit assez exigüe, sinueux et qui paraît très long, dont les murs, peints en blanc, possèdent des niches contenant des œuvres de différentes collections : Antonio Berni, Jaber, et enfin les étranges petits personnages aux yeux écarquillés et bouches ouvertes de Jephan de Villiers, faits en mie de pain pour la tête, et de feuilles de chêne et de bois pour la tête.

L’occasion pour Sophie Bourbonnais de nous rappeler que l’art brut, même s’il y est similaire, n’est pas l’art de la récupération. « C’est plutôt comment les matériaux façonnent les gens qui les utilisent au quotidien. Ce sont des personnes aux conditions de vie difficile, qui ont des boulots de merde, et font ça en plus, le week-end ou quand ils sont disponibles, pendant des années, toute leur vie. C’est le fruit d’une véritable nécessité d’extérioriser leurs traumatismes, ou leurs difficultés, en réutilisant le matériau qu’ils utilisent au quotidien. » Il est défini par Jean Dubuffet, en 1945, quand celui-ci se rend dans des hôpitaux psychiatriques en Suisse, et commence à conserver les œuvres des patients. Sophie résume : « C’est la théorie de l’homme du commun à l’ouvrage. C’est un travail d’une vie, par des personnes qui ne sont pas artistes. »


Autoportrait en Turbulent d’Alain Bourbonnais

L’une des premières salles que l’on aperçoit est aussi l’une des plus saisissantes et des plus vastes : ce sont les turbulents réalisés par Alain Bourbonnais lui-même. Imposants, ils occupent la salle en étant disposés côte à côte, composant des tableaux étranges. En carton, gobelets, peinture, objets variés, en bois… Il y a l’imposante reine, celui qui est à vélo, des petits groupes, mademoiselle Rose…

Nous passons ensuite par la passerelle : les œuvres des amoureux du bois y sont exposées. Jean-Claude Andrault, Albert Geisel, René Guivarch ou encore les personnages sans visage d’Émile Ratier, sabotier devenu aveugle. La salle à manger de Podestin, le grenier blanc, le tambour rose, le grenier noir… Chaque pièce possède sa propre identité, tant par sa couleur que son agencement, et par les impressions qui se dégagent des différentes séries pour lesquelles elles ont été créées.

Parmi celles-ci, la salle de Mauricette interloque : les personnages ligaturés, entravés par les fils qui les enserrent, et placés dans différentes situations (Mauricette se marie, Mauricette court avec son seau et sa pelle sur la plage, Mauricette à table…) dégagent une ambiance angoissante, pour ne pas dire oppressante. Francis Marshall a donné vie à ce personnage fait de bas de nylon, de laine et de chiffons, en la représentant à tous les âges.

Plus loin, le grenier blanc rassemble les œuvres reliées au voyage. Paul Amar, et ses impressionnantes créations en coquillages vernis, Guy Buigues, Joel Négri, Alain Genty, Émile Ratier, ou encore Paul Verbena. Ce dernier, employé des postes, récupérait les meubles pour en faire des grands jouets à tiroirs. Le grenier noir, quant à lui, est tourné vers l’architecture : des tableaux multicolores montrent des formes figuratives ou abstraites, laissant libre court à notre imagination pour deviner ce qu’il nous est suggéré.


Une partie du grenier noir

« C’est un art habité, qui provoque des émotions et qui parle »

Chaque pièce fait partie d’un tout, comme le résume Agnès : « les œuvres sont habitées de quelque chose, les gens qui les créent le font toute leur vie, il y a une certaine cohérence aussi dans la production, c’est leur manière de vivre, de communiquer. C’est cette idée de nécessité, sans préoccupation esthétique. Ils utilisent des matériaux dans leur univers proche, qu’ils connaissent bien, et ça devient, d’un coup, leur moyen d’expression. Ils se le réapproprient. C’est un art habité, qui provoque des émotions et qui parle. »

Nous l’avons bien vu au cours de notre visite, cet art « hors les normes » suscite des émotions, et La Fabuloserie rassemble une telle variété de créations que chaque visiteur qui pénètre les lieux, en ressortira touché par quelque chose.

Photos et texte par Lisa Darrault

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En bref...

Une poupée Barbie à l’effigie de l’alter égo de David Bowie

Après la déception suscité par le traitement, entre autres de whitewashing, de la poupée Frida Kahlo, Mattel, la marque aux Barbies, continue de surfer sur les représentations des grandes icônes culturelles. Cette fois-ci, elle rejoue les codes vestimentaires du messager des étoiles, Ziggy Stardust, l’alter égo de David Bowie à l’occasion des 50 ans de Space Oddity et au prix de 50$. C’est dès l’année 1971 que David Bowie a endossé le rôle de son personnage Ziggy Stardust, une star du futur venue de l’espace, qu’il développe dans son concept-album The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders From…

Coca-cola fait du neuf avec du vieux

Revenir au look de ses débuts, c’est le choix effectué par la marque iconique pour accompagner le lancement de sa nouvelle collection de mixers. Plus de 100 ans plus tard, Signature Mixers fait un bon en arrière pour offrir une seconde vie au design de la bouteille du type Hutchinson, introduite en 1894 par Joe Biedenharn. Ce travail de branding a été mené avec l’aide de l’agence Dragon Rouge et tend à séduire le monde de la mixologie avec cette nouvelle gamme de produits. L’étiquette sobre, met en avant les propriétés de chacun des breuvages. Le set design autour de…

Exposez vos affiches au festival Graphic Matters

Le festival international consacré au graphisme Graphic Matters lance un appel à projet et vous invite à concevoir une affiche sur un sujet qui vous tient à coeur. Des thèmes les plus complexes aux plus légers, l’affiche doit se faire comprendre en un clin d’oeil et dès 3 mètres de distance. Pour la première fois, Graphic Matters autorise aussi les affiches animées. Les gagnants seront exposés durant le festival du 20 septembre au 27 octobre à Breda, aux Pays-Bas. Soumettez vos posters ici avant le 11 août 2019.

Paris Plages, Helo Birdie et Kiblind dressent le tableau

Les vacances ne sont pas pour tout de suite, mais grâce Kiblind, on est en droit de rêver d’une journée pépouze sur un transat sur les charmants bord de Seine. Pour la troisième année consécutive, l’agence créative signe l’identité visuelle de Paris Plages. Après Simon Roussin, puis Malika Favre en 2018, ils confient les illustrations à Helo Birdie (Joanne Ho). Une saga estivale qu’on ne se lasse pas de regarder.

Flux

Des animaux et un homme

Patrick Cabral alias @darkgravity a le don pour apprivoiser les animaux sauvages avec sa paire de ciseaux. En s’intéressant à la faune, le designer s’empare d’un sujet grand public, mais le rend précieux par la délicatesse de sa mise en forme. Ces sculptures en papier découpé sont tout simplement somptueuses.

Ressources

Comment retrouver une typographie à partir d’une image ?

Au détour d’une rue, sur un sticker ou encore dans un générique de film, un caractère typographique retient parfois notre attention. Pour les graphistes, en retrouver l’origine peut être une véritable obsession. D’autant qu’aujourd’hui, avec le foisonnement des polices d’écriture, la mission est parfois difficile. Heureusement, plusieurs outils peuvent vous…

Faites de nouvelles expériences avec l’encre

Voici une nouveauté de Pyramyd Éditions qui devrait plaire aux créatifs qui aiment explorer toutes les possibilités offertes par la matière. L’ouvrage Faites de nouvelles expériences avec l’encre propose au lecteur un éventail de conseils et techniques pour repousser les limites de l’encre. « Du choix des pinceaux à l’utilisation de…