La Slow Life selon Pierre Brault à l’heure où le monde est en pause

Rien n’empêche d’aspirer à une « slow life » et de voir les choses en grand. Preuve en est avec les nouvelles installations virtuelles sorties de l’imagination de Pierre Brault. Depuis le début du confinement lié au Covid-19, le designer se sert des réseaux sociaux pour réinventer l’espace urbain et y porter des messages qu’il projette dans des installations solaires spectaculaires.

« Slow Life » ou encore « Stay Home », en quelques heures ses créations typographiques pop et colorées, passent de l’ombre à la lumière, avec pour objectif de garder la ville en éveil.

Le succès de ce projet est une juste récompense pour cet ancien de Penninghen, qui depuis sa sortie de l’école, est resté fidèle à la matière de son projet de diplôme. Pierre Brault ne cesse de manipuler le plexiglas, qu’il confronte volontiers aux lois de la physique et aux enjeux de nos sociétés contemporaines. Aujourd’hui, il nous éclaire sur sa vision de la Slow Life.

Peux-tu nous raconter en accéléré ce qu’est pour toi la Slow Life ?

La Slow Life selon moi c’est vivre au rythme des ressources de la planète, être ancré dans le présent, conscient des enjeux de demain. Il ne s’agit pas d’être radical non plus dans nos modes de vies mais penser à ralentir sur certaines choses futiles, tout en étant tourné vers les autres. 

Des exemples de Slowlitude particulièrement cool à nous donner ? 

Retrouver du plaisir dans des choses simples de la vie et vivre chaque moment à fond. 

Cela peut être un foot entre potes, un bon restaurant, une expo, passer du temps dans son jardin, dans un parc… [NDLR : à la fin du confinement]

Tout est prétexte à être dans un good mood. 

Ne plus être « Monsieur NAN »… mais devenir un vrai YES MAN ! (cf : film de Jim Carrey).

Qu’est ce que ça signifie dans ton métier de designer « prendre le temps de bien faire les choses ? »

Avant chaque projet, je prends le temps de me poser et d’être dans une phase de réflexion, de recherches et d’expérimentation. Bien que la première intention soit souvent bonne, il faut aussi passer par des étapes de questionnement et se tromper.

Aujourd’hui je travaille en équipe, j’ai la chance de pourvoir échanger, d’avoir un regard extérieur sur mes idées avant de me lancer.

Prendre le temps de bien faire les choses, c’est selon moi prendre le recul nécessaire sur son travail, être en empathie et se remettre en question pour mieux avancer.

Lièvre ou tortue ? 

LIÈVRE ! 

Slow life n’est pas synonyme de paresse mais de productivité. 

On laisse tomber le superflu, pour optimiser son temps de travail.

C’est un est un mouvement hypertonique qui implique un choix de vie (re)cadré. 

Concrètement, on gagne en productivité et surtout en bien-être en s’accordant des moments de création et de réflexion. 

Après le ralenti du confinement, comment envisages-tu de passer la seconde ? 

Je profite de ce temps de confinement pour expérimenter et partager des messages positifs et d’espoir sur mes réseaux.

Après le confinement je veux dans un premier temps retrouver ma liberté ahah profiter de plaisirs simples avec mes proches !

Vivre à un rythme slow life aura encore plus de sens après le confinement, en profitant du moment présent !

Dans un deuxième temps, j’en profiterai pour être encore plus productif en limitant le superflu.

J’aimerais continuer à multiplier les rencontres, projets, collaborations.

Prendre encore plus de risques dans les projets que j’entreprends et continuer à véhiculer si possible, ses valeurs positives et bien-être dans mes créations.

Au lendemain de cette crise sanitaire, je pense que la question de l’écologie sera au centre des discussions.

J’aimerais continuer en ce sens en proposant des solutions créatives et innovantes…. ralentir pour demain !

À lire également sur Pierre Brault :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

1/10 > 31/10 – Type Director Club #66 à l’Exshop galerie

La sélection annuelle du concours « Type Director Club » s’expose dans la galerie lilloise Exshop galerie jusqu’à la fin du mois d’octobre. Constituée de publications et d’affiches de différents formats, le corpus du TDC célèbre la typographie sous toutes ses formes, dans de multiples langues. Pour l’exposition, les vainqueurs du TDC ont…

22/10 – Lancement de la revue d’architecture Fig. n°6, Antithèse

La revue indépendante d’architecture fig., fondée en 2015 par Fanny Myon et Hugo Chevassus, mêle réflexions artistiques, politiques et philosophiques. Chaque numéro est construit autour d’une figure de style spécifique, fil conducteur visant à explorer les enjeux sociaux et poétiques que révèle l’espace transformé par l’humain. Dans la continuité de leur 5e numéro…

22/10 > 20/11 – Travel Book Seoul par Icinori à la Galerie Martel

Le duo de dessinateurs Raphaël Urwiller et Mayumi Otero, réuni sous le nom d’Icinori exposent une cinquantaine de dessins issus de leur dernier ouvrage, Travel Book Séoul, publié par Louis Vuitton. Fruit de longs séjours effectués en Corée entre 2014 et 2017, les dessins d’Urwiller et Otero restituent l’énergie et la…

15/10 > 20/10 – Random Thoughts, Sentenza à la Galerie du Pop-Up

La dessinatrice Sentenza investi la galerie du Pop-Up dans le 12e arrondissement de Paris avec ses affiches, ses planches de bandes dessinées et ses illustrations. Connue principalement pour les multiples affiches de films qu’elle a réalisée, elle présentera ses créations pour l’exposition « Random Thoughts ». Sentenza y met en scène un…

Feed

À Chaumont, Eltono joue avec la géométrie urbaine

Flâneur, piéton obstiné, l’artiste français Eltono investit l’espace public d’un langage graphique qui lui est propre. Ses fresques aux formes abstraites et aux structures géométriques rigoureuses se sont retrouvées dans plus de 90 villes du globe, de Mexico à Madrid en passant par Miami, Phnom Pen et plusieurs villes françaises.…

Ressources

Typologie, un nuancier de la typo française

Afin de mettre en avant la diversité et la singularité de la création de caractères française, le studio recto verso lance Typolgie, un nuancier de la typo. L’idée de reprendre ce format familier des graphistes est plutôt originale et bien trouvée pour mettre l’accent sur une discipline qui foisonne de…