Laura Callaghan peint le quotidien des jeunes femmes

Pictoplasma, le seul et unique festival dédié à la création de personnages célébrait cette année sa 15ème édition. Chaque printemps, des centaines de créatifs se rendent à Berlin qui pendant 4 jours, devient l’épicentre de l’animation, du jeu vidéo et de l’illustration . étapes: s’est rendu à Pictoplasma afin de rencontrer ceux qui ont fait de la création de personnage leur obsession.


LAURA CALLAGHAN

Illustratrice Irlandaise aux 300k sur Instagram, Laura Callaghan est assurément celle qu’il ne fallait pas rater à Pictoplasma. Ses dessins ne laissent pas indifférents tant la puissance avec laquelle elle peint la femme et les moindres détails de son quotidien est immédiate. Seule créatrice qui ne s’est pas essayée à l’animation avec laquelle nous nous sommes entretenus, elle se consacre quasi-exclusivement à la peinture. Avant son talk de l’après-midi, nous avons rejoint Laura dans une galerie berlinoise du nord-ouest, où elle exposait les oeuvres de sa série Panophobia, entre angoisses et désirs contemporains.

Bonjour Laura, pouvez-vous vous présenter ?

Je suis une illustratrice irlandaise qui vit et travaille à Londres depuis maintenant 10 ans. Je peins beaucoup, principalement avec de l’aquarelle et de la gouache, la plupart du temps pour mes productions personnelles qui sont très colorées, très détaillées… Des patchworks qui reflètent la société moderne, ou du moins le monde dans lequel nous vivons j’imagine, avec des femmes en tant que personnages principaux.

Vous avez étudié l’illustration ?

Oui, je l’ai un peu étudié en Irlande, dans un cursus de design graphique et communication visuelle qui ne me convenait pas vraiment. Je passais mon temps à dessiner et ne suivait aucun cours, sauf l’illustration ! J’ai tout de même réussi à être diplômée en 2009, en pleine récession en Irlande, ce qui m’a poussé à aller vivre à Londres où j’ai fait un master spécialisé en illustration.

Vos personnages sont exclusivement des femmes et vous les dessinez dans des postures plutôt inhabituelles et puissantes. Est-ce important pour vous de montrer cela ?

Je pense oui ! Ça n’a jamais vraiment été une décision consciente de montrer ces postures, tout comme montrer exclusivement des femmes, comme si j’avais un jour décidé que je n’allais faire que ça. Je faisais simplement ces dessins de façon naturelle, ces images très narratives où il me paraissait évident que la femme ait la place principale. Je commence doucement à introduire des hommes dans mes dessins, mais ce n’est pas gagné !

Vous avez un style très affirmé. Quand on vient vous chercher pour un travail éditorial ou publicitaire, est-ce qu’on vous laisse le champ libre ?

J’imagine que lorsqu’on vient me chercher pour ce genre de travail, c’est que ces personnes l’ont aimé. En même temps, un travail de commande nécessite forcément d’adapter son style personnel avec ce qu’on vous demande de réaliser et ce que la marque ou le client veut voir ou veut dire. On fait donc tout le temps des compromis. En général, les clients disent que c’est exactement le travail qu’ils recherchent, mais en réalité pas tant que ça.

Vous pensez que cela peut être lié au fait que le monde de la publicité est quelque peu réticent à montrer des femmes de cette façon ?

Je pense, particulièrement maintenant, que les marques apprécient le cachet que procure le fait de travailler avec des femmes artistes, qui en plus de ça, dessinent beaucoup de personnages féminins. J’ai l’impression que parfois, ça manque de spontanéité, mais je ne voudrais pas faire de généralités là-dessus. J’ai suffisamment de chance pour travailler avec des clients qui apprécient ce que je fais et me pousse à le réaliser. Et je pense que cela vient du fait que, maintenant que je suis un peu plus connue, les gens viennent me voir en sachant à quoi s’attendre.

Pensez-vous que cela soit dû à une volonté de changement dans le monde de la communication ?

Je le pense oui. Le féminisme devient de plus en plus courant, les gens en parlent davantage, spécialement de nos jours avec les réseaux sociaux et notamment Twitter. J’ai l’impression que c’est assez admis maintenant. Mais de la même façon, il y a une forme de généralisation qui fait que les marques et les publicitaires veulent absolument apparaître comme féministes, alors que leurs pratiques sont parfois contradictoires.

Y-a-t-il quelque chose de spécial que vous allez aborder lors de votre talk ?

Je vais parler de la façon dont mon travail est devenu ce qu’il est aujourd’hui et que je suis très chanceuse car je n’ai trouvé que très récemment mon style et le contenu sur lequel je voulais travailler. Aussi, je compte montrer de très mauvais dessins que j’ai pu faire et qui mettent en avant ma progression. Parler de la peur comme inspiration est également prévu, car c’est de ça dont mon exposition à Pictoplasma parle (Panophobia, NDLR). Je vais essayer d’argumenter sur cette peur comme inspiration en montrant 2 pièces que j’ai réalisé à cette occasion. Je parlerais aussi de mon processus de création. Mes recherches étant très importantes, je vais montrer mes travaux depuis les croquis à la réalisation finale, en incluant tous les détails d’arrière-plan, car dans mes dessins tout signifie quelque chose. Ils sont complètement basés sur la réalité qui m’entoure et je pense qu’y inclure des objets du quotidien rend l’œuvre plus familière et abordable.

Découvrez les travaux de Laura Callaghan sur son site internet et sur Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En bref...

L’histoire de Photoshop à travers son interface visuelle

Les interfaces de nos logiciels et sites web évoluent aussi vite que passent les années. Toujours plus intuitives, minimalistes et dotées de super-pouvoirs, les mises à jour s’enchainent et ne laissent aucune place pour opérer un retour en arrière. Vous vous souvenez de Photoshop à ses touts débuts ? S’il vous en reste quelques bribes dans votre mémoire, The version Musuem, vous la raffraichira au plaisir de passer un moment nostalgique. Si vous ne l’avez pas connu, ou totalement effacé de votre mémoire, alors cette chronologie vous donnera soit un coup de jeune, soit un coup de vieux. L’histoire de…

Une poupée Barbie à l’effigie de l’alter égo de David Bowie

Après la déception suscité par le traitement, entre autres de whitewashing, de la poupée Frida Kahlo, Mattel, la marque aux Barbies, continue de surfer sur les représentations des grandes icônes culturelles. Cette fois-ci, elle rejoue les codes vestimentaires du messager des étoiles, Ziggy Stardust, l’alter égo de David Bowie à l’occasion des 50 ans de Space Oddity et au prix de 50$. C’est dès l’année 1971 que David Bowie a endossé le rôle de son personnage Ziggy Stardust, une star du futur venue de l’espace, qu’il développe dans son concept-album The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders From…

Coca-cola fait du neuf avec du vieux

Revenir au look de ses débuts, c’est le choix effectué par la marque iconique pour accompagner le lancement de sa nouvelle collection de mixers. Plus de 100 ans plus tard, Signature Mixers fait un bon en arrière pour offrir une seconde vie au design de la bouteille du type Hutchinson, introduite en 1894 par Joe Biedenharn. Ce travail de branding a été mené avec l’aide de l’agence Dragon Rouge et tend à séduire le monde de la mixologie avec cette nouvelle gamme de produits. L’étiquette sobre, met en avant les propriétés de chacun des breuvages. Le set design autour de…

Exposez vos affiches au festival Graphic Matters

Le festival international consacré au graphisme Graphic Matters lance un appel à projet et vous invite à concevoir une affiche sur un sujet qui vous tient à coeur. Des thèmes les plus complexes aux plus légers, l’affiche doit se faire comprendre en un clin d’oeil et dès 3 mètres de distance. Pour la première fois, Graphic Matters autorise aussi les affiches animées. Les gagnants seront exposés durant le festival du 20 septembre au 27 octobre à Breda, aux Pays-Bas. Soumettez vos posters ici avant le 11 août 2019.

Flux

Les sorties graphiques de Juillet #3

Expos, vernissages, festivals ou conférences, chaque semaine étapes: note pour vous dans l’agenda les évènements de la scène graphique et artistique. Goûter lunaire ! Le 20 juillet 1969 signe le premier pas de l’Homme sur la Lune. En ce samedi 20 juillet 2019, Maison Tangible et Internet Pin Company rendent…

Ressources

Comment retrouver une typographie à partir d’une image ?

Au détour d’une rue, sur un sticker ou encore dans un générique de film, un caractère typographique retient parfois notre attention. Pour les graphistes, en retrouver l’origine peut être une véritable obsession. D’autant qu’aujourd’hui, avec le foisonnement des polices d’écriture, la mission est parfois difficile. Heureusement, plusieurs outils peuvent vous…

Faites de nouvelles expériences avec l’encre

Voici une nouveauté de Pyramyd Éditions qui devrait plaire aux créatifs qui aiment explorer toutes les possibilités offertes par la matière. L’ouvrage Faites de nouvelles expériences avec l’encre propose au lecteur un éventail de conseils et techniques pour repousser les limites de l’encre. « Du choix des pinceaux à l’utilisation de…