Le graphisme en deuil

Philippe Chat est décédé le 22 décembre 2012, âgé de 58 ans. Pendant près d’un quart de siècle, avec sa compagne, Evelyne, il a contribué à Fontenay-sous-Bois, en banlieue parisienne, à donner au graphisme ses lettres de noblesse. Ce sont eux, en effet, qui ont initié le Salon de l’éphémère, en 1988, manifestation inédite dans le champ artistique. Chaque année, des dizaines de graphistes, illustrateurs, plasticiens occupaient les panneaux municipaux et divers espaces de la ville pour afficher des messages personnels, souvent résolument politiques. Ainsi, les Fontenaysiens, enchantés de l’aubaine, et au fil du temps un public bien plus large, ont pu apprécier les œuvres imprimées pour l’occasion de Michel Quarez ou de Thomas Hirschhorn, de Ben ou de Pierre di Sciullo, créées pour eux et détruites in fine (c’était la règle). Philippe Chat, bon connaisseur de l’affiche artistique et lui-même sérigraphe, s’est montré de plus en plus sensible aux qualités du graphisme contemporain : puissance de communication, renouvellement de l’esthétique de la lettre, maîtrise du signe, critique de la publicité et engagement social. Un autre événement est né en 1993, Graphisme dans la rue, offrant à des auteurs la possibilité d’intervenir librement sur des « thème citoyens » : l’urbanisme, le droit des femmes, etc. Là encore des noms prestigieux sont venus concourir ; en premier Gérard Paris-Clavel, puis Claude Baillargeon, les Graphistes associés, Michel Quarez, suivis d’une cohorte de jeunes graphistes « découverts » depuis, Malte Martin, Pascal Colrat, Ronald Curchod, Fanette Mellier et bien d’autres. En apposant des affiches dans l’espace public destinées à promouvoir réflexions individuelles et collectives, Philippe Chat cherchait à implanter un « laboratoire de nouvelles formes d’humanisme » selon les termes de Julia Kristeva qu’il revendiquait. Depuis 2007, Graphisme dans la rue s’est prolongé d’un concours international d’affiches qui, il faut l’espérer, survivra à son fondateur. Philippe Chat a également inventé à Fontenay un nouveau mode d’exposition : « La Galeru », une cordonnerie enchâssée dans des immeubles anciens mais disposant d’une large vitrine, rachetée par la ville et allouée aux artistes afin de montrer leur œuvre aux passants. La Galeru propose une programmation variée où le graphisme est privilégié : en 2009, Jean Widmer y fut à son tour accueilli. Philippe Chat n’a eu de cesse d’ancrer sa démarche et d’en renouveler l’ambition. Il s’est ingénié à multiplier les espaces propres à des interventions artistiques porteuses de sens : murs peints par Michel Quarez ou Simon Bernheim, inscriptions et installations typographiques pérennes de David Poulard, Anne-Marie Latrémolière ou Bruno Souêtre. Soit toutes les manières de circonvenir la rhétorique publicitaire ou l’univers uniformisé des tags, au profit d’une constante interrogation sur l’espace urbain et la communication qu’elle suppose, de la signalétique aux messages d’utilité publique. Il a impulsé des commandes par la ville questionnant la notion-même de mobilier urbain : voir la série de bancs d’artistes de Laurent Sfar et Laurent Simon. Enfin, il a accordé une place éminente à la pédagogie : au sein de l’école municipale des arts aussi bien que par la collaboration avec des écoles supérieures d’art comme celles de Cambrai, de Rennes ou les Arts décoratifs de Paris. Au-delà de l’aspect humain irréparable, la disparition de Philippe Chat sonne comme une autre mauvaise nouvelle en 2012 après la fermeture de la galerie Anatome. Il est à souhaiter que les années à venir soient pour le graphisme comme il les imaginait, sans oublier le riche patrimoine d’œuvres et d’expériences qu’il a su constituer.

Michel Wlassikoff

L’inhumation aura lieu le 8 janvier 2013 au Père Lachaise. Rendez-vous à 14h devant le funérarium.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Agenda

Le 7 décembre 2022 → Journée d’études ‣ Post $cript Écoles sous licence ‣ Typographie : usages, économie, fichiers, licences – La HEAR (Strasbourg)

En janvier 2023, les logiciels Adobe ne supporteront plus les polices Postscript de type 1. Suite à cette annonce, l’atelier de Communication graphique de la HEAR Strasbourg et les départements typographiques de l’erg et de l’ENSAV La Cambre organisent une journée d’études interrogeant la dépendances des écoles d’art et des…

Du 30 novembre au 5 décembre 2022 → Salon du Livre et de la Presse jeunesse en Seine-Saint-Denis – Paris Montreuil Expo (Montreuil)

Le 38e Salon du Livre et de la Presse jeunesse en Seine-Saint-Denis rassemble à l’espace Paris-Est Montreuil 400 exposant·es, comme Flammarion Jeunesse, Kana ou encore les éditions Zébulo. La programmation est notamment complétée par une exposition donnant à voir par une scénographie six albums, dont “Leina et le Seigneur des…

Du 2 au 11 décembre 2022 → Laterna Magica – Marseille

Le mythique festival Laterna Magica s’installe aux quatre coins de Marseille pour une 19e édition. Organisé par Fotokino, il fait dialoguer illustration, cinéma, graphisme, arts plastiques, design et édition. Cette année, la dessinatrice et peintre Alexandra Duprez expose son travail au Studio Fotokino, le graphiste Benoît Bodhuin propose un workshop,…

Feed

Le Dancing CDCN entre en piste

À l’occasion de l’adoption de son nouveau nom, Le Dancing CDCN Dijon Bourgogne-Franche-Comté fait appel à l’atelier Pangram pour repenser sa communication visuelle. Pour le Centre de Développement Chorégraphique National, le collectif graphique imagine une identité colorée et festive, appelant au mouvement. Jeux de motifs circulaires et découpes invitent à…

Les Mardis Graphiques font place à l’éco-conception

Organisés par Pollen Studio, les Mardis Graphiques sont une série de conférences à Rennes, gratuites sur inscription. La dixième table-ronde porte sur la notion d’éco-conception et s’est déroulée le 7 juin dernier. Comment réduire son empreinte environnementale en tant que graphiste, sans renoncer à la communication ? Jeanne Lepoutre, co-fondatrice…

Étienne Robial sur France Culture

À l’occasion de l’exposition qui lui est consacrée au musée des Arts décoratifs, Étienne Robial revient sur son parcours sur France Culture. Dans l’émission “Affaires culturelles” d’Arnaud Laporte, le graphiste présente les différents travaux ayant marqué sa carrière. De la fondation de Futuropolis, à la direction artistique de Canal+, en…

À la main, la tendance graphique du numéro 269

Dans le cadre du prochain numéro d’étapes: à paraître en librairie le 24 novembre, nous publions un extrait de notre rubrique « Tendances ». Malgré la numérisation de la pratique du design graphique, les designers persistent à concevoir du lettrage ou des illustrations à la main. Originalité des formes ou granulosité du trait,…

Ressources

Les Mardis Graphiques font place à l’éco-conception

Organisés par Pollen Studio, les Mardis Graphiques sont une série de conférences à Rennes, gratuites sur inscription. La dixième table-ronde porte sur la notion d’éco-conception et s’est déroulée le 7 juin dernier. Comment réduire son empreinte environnementale en tant que graphiste, sans renoncer à la communication ? Jeanne Lepoutre, co-fondatrice…

Graphisme japonais et modernité

Invités à la Maison de la culture du Japon le 22 septembre 2022, Michel Bouvet enseignant et commissaire d’exposition, et Diego Zaccaria, docteur en histoire de l’art et fondateur du Mois du graphisme d’Échirolles, retracent l’histoire du graphisme japonais de 1945 à nos jours. Dans une conférence rediffusée en ligne…

Blaze Type fait rayonner les variables

Créé en 2016, le format de police variable permet de modifier une fonte selon plusieurs axes, comme celui de la graisse ou encore de la chasse. Adopté par certain·es typographes et fonderies, comme Blaze Type, il offre plus de liberté à l’utilisateur de police, notamment en termes de Responsive Design.…