Le théâtre d’ombres de Mathieu Dufois

La galerie Miyu, installée depuis avril 2022 rue du Temple à Paris, expose le travail de Mathieu Dufois. L’artiste croise la pratique du dessin, de la maquette et du film dans un cycle de trois courts-métrages intitulé “La Trilogie des Vestiges”. Il invite à plonger dans un univers nostalgique, empreint d’une mémoire des catastrophes et peuplé de silhouettes fantomatiques. Dévoilant les différents éléments graphiques ayant permis à l’artiste de réaliser ces films, l’exposition donne aussi à voir l’envers du décor.

Vue de l’exposition “Trilogie des vestiges” de Mathieu Dufois à la galerie Miyu. © Justin Personnaz.


Vestiges en trois temps


Diplômé de l’école des l’École supérieure d’art et de design du Mans, Mathieu Dufois est un artiste à multiples facettes, maniant la pierre noire tout comme la réalisation cinématographique. Exposé jusqu’au 11 février à la galerie Miyu, l’artiste fait dialoguer les trois courts métrages de son cycle “La Trilogie des Vestiges” avec les dessins et les maquettes qui ont servi à les créer. “La conservation de l’éclat”, “Par les ondes” et “Sauf la lumière”, réalisés entre 2012 et 2017, sont tous les trois faits à partir de dessins et de décors en papier dessinés et filmés. Ils nous invitent à plonger dans un passé trouble, à l’esthétique rappelant celui des films noirs hollywoodiens. “Je crée des images composites” affirme Mathieu Dufois qui utilise des photographies d’archive de petits formats, de la Première Guerre mondiale entre autres. Il les dessine et s’inspire aussi de ses propres souvenirs vécus ou fantasmés. “Pour dessiner, je m’inspire de photographies de petits formats dont j’augmente la taille grâce un agrandisseur. Je crée ainsi de l’imprécision graphique. Le dessin invente alors ses propres formes, laissant place au hasard et révélant des éléments qui n’étaient pas nécessairement dans l’image de départ” précise l’artiste.


Films, dessins et maquettes en lumière


Passerelle entre les artistes du secteur de l’animation et les artistes contemporains, la galerie Miyu a ouvert en avril 2022. Fondée par la société de production de films d’animation Miyu, dirigée par Emmanuel-Alain Raynal et Pierre Baussaron, elle valorise le travail plastique de cinéastes d’animation mêlant sculpture, peinture, installation et vidéo. Dans la première pièce de l’espace, l’on découvre les silhouettes de papier de Mathieu Dufois. Ce sont des figurant·es de films noirs placés sur une table et dont l’accumulation et le positionnement créent des scènes troublantes, fabriquées de toutes pièces. Fixées à un fond noir dessiné accroché au mur, d’autres figurines en carton d’un même personnage se superposent aux trois quarts, telle une accumulation décomposant le mouvement d’une image animée. Accrochés aux murs, des dessins de paysages urbains en ruines, d’empreintes d’un ballon – vieilles de trente ans – sur un mur de la place des Vosge, ou encore des représentations de germes. “Le potentiel de mes maquettes se révèle en réalité à la prise de vue : je travaille la lumière de manière à ce qu’elle soit si tenue que la caméra ait du mal à capter les éléments. J’utilise aussi des flashs lumineux” affirme Mathieu Dufois. Ses lumières sculptent ses dessins. “J’essaye de montrer ce que la photographie, le film, peut apporter en plus au dessin, lorsqu’ils se combinent” ajoute-t-il.

Figurine. Mathieu Dufois. © Justin Personnaz.


Au temps des catastrophes


À travers son travail Mathieu Dufois s’intéresse au temps des catastrophes et souhaite redonner une présence à des figurant·es de seconde zone, inconnus ou fantômes. L’image mélancolique devient une forme de résistance face à l’implacabilité de la disparition. La pierre noire et la lumière de l’image photographique deviennent les contours et la matière de spectres humains et urbains. Grâce à la mise en espace de ses figurines, à l’usage de travellings et du montage, les corps s’animent. La composition sonore de ses films, réalisée par le musicien expérimental Marc Hurtado ajoute une profondeur à ces images dépourvues de dialogues et de mots. La dimension narrative ne relève pas d’une histoire à proprement parler, mais d’un faisceau d’éléments entrant en connexion et d’une ambiance inspirée des séries B. La lumière, travaillée en clair-obscur donne un effet théâtral et crée une unité temporelle qui semble pourtant insaisissable. Mathieu Dufois nous raconte ainsi des histoires qui se déploient, en réminiscence, dans l’esprit du spectateur, ou de la spectatrice.

Cocon. Mathieu Dufois. © Justin Personnaz.
Figurines. Mathieu Dufois. © Justin Personnaz.
Figurines. Mathieu Dufois. © Justin Personnaz.
Vue de l’exposition “Trilogie des vestiges” de Mathieu Dufois à la galerie Miyu. © Justin Personnaz.
Vue de l’exposition “Trilogie des vestiges” de Mathieu Dufois à la galerie Miyu. © Justin Personnaz.
Vue de l’exposition “Trilogie des vestiges” de Mathieu Dufois à la galerie Miyu. © Justin Personnaz.
Vue de l’exposition “Trilogie des vestiges” de Mathieu Dufois à la galerie Miyu. © Justin Personnaz.
Vue de l’exposition “Trilogie des vestiges” de Mathieu Dufois à la galerie Miyu. © Justin Personnaz.
Germes. Mathieu Dufois. © Justin Personnaz.
LYC Lights. Mathieu Dufois. © Justin Personnaz.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Agenda

Du 7 janvier au 1 avril 2023 → Læ collectiv·f·e Bye Bye Binary – CAC Brétigny (Brétigny)

Communauté rassemblant des graphistes, Bye Bye Binary développe des expérimentations et recherches autour de l’écriture inclusive, non binaire et postbinaire. Le groupement élabore notamment la première typothèque présentant des typographies inclusives et mène différentes actions de pédagogie. Parmi les multiples solutions typographiques permettant une meilleure inclusivité, Bye Bye Binary s’intéresse…

Du 4 février au 15 avril 2023 → Cycle de conférences ‣ Les éléments de l’architecture II – Pavillon de l’Arsenal (Paris)

L’architecte, philosophe, et professeur à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Val de Seine Richard Scoffier intervient au Pavillon de l’Arsenal dans le cadre d’un cycle de conférences autour des éléments de l’architecture. Le 4 février, de 11h à 13h, il interroge le dispositif de la porte, le 4 mars, l’élément…

Le 2 février 2023 → Conférence ‣ Les nouveaux vecteurs de diffusion du graphisme militant – La Contemporaine (Nanterre)

Les graphistes Dugudus et Sébastien Marchal, et le street-artiste Jaëraymie interviennent à La Contemporaine et donnent une conférence autour des nouveaux vecteurs de diffusion du graphisme militant. Régis Léger alias Dugudus s’intéresse à la représentation de l’image sociale et politique française. Diplômé de l’École Nationale Supérieure de Création Industrielle (ENSCI),…

Le 2 février 2023 → Conférence Catherine Barluet ‣ graphisme.design – Université Paris 8 (Saint-Denis)

Le cycle de conférences graphisme.design revient pour une nouvelle édition à l’Université Paris 8. La graphiste Catherine Barluet présente le 2 février 2023 à 18h30 quatre projets réalisés ces dernières années : la refonte graphique de la maquette d’un journal, un catalogue d’exposition thématique pour une institution muséale, la direction artistique…

Du 31 janvier au 2 février 2023 → Salon C!Print – Eurexpo (Lyon)

Le salon C!Print de la communication visuelle, de l’impression numérique et des arts graphiques revient pour une dixième édition. Fédérant une communauté de professionnels, il est l’occasion de comprendre les évolutions du marché, de rencontrer ses acteurs clés et de tester de nouveaux supports d’impression ! Personnalisation textile, packaging, signalétique…

Feed

L’écharpe pixels d’Animal Press

Dans le cadre du prochain numéro d’étapes:, le 271, à paraître en librairie le 21 février et actuellement en précommande, nous publions un article en lien avec notre rubrique « Objets graphiques ». Place aux pixels ! La maison d’édition Animal Press, fondée par Jinhee Han et rejointe par Baptiste…

Susan Kare sur Arte

L’émission “Gymnastique” d’arte dédie l’un de ses épisodes à Susan Kare, pionnière du design numérique. Elle crée notamment des icônes de bureau et des polices typographiques devenues des normes de référence. La graphiste humanise l’informatique et travaille pour des sociétés comme Apple, NeXT, Microsoft ou encore Facebook, PayPal et Pinterest.…

Postulez au 30e concours international d’affiches de Chaumont

Le concours international d’affiches, organisé dans le cadre de la Biennale internationale de design graphique, célèbre sa 30ème édition. Créé en 1990, il valorise la création d’affiches dans le domaine du design graphique. Les propositions d’affiches sont à envoyer par la poste avant le 31 janvier 2023, elles peuvent être…

Candidatez aux Type Directors Club Awards !

Créé en 1946, le Type Directors Club est une association internationale dédiée à la promotion de la typographie. Comme tous les ans, elle organise les Type Directors Club Awards. L’appel pour la prochaine édition, la 69ème, est actuellement ouvert jusqu’au 3 mars 2023. Trois catégories sont prévues : “Typography”, “Lettering”…

Ressources

Susan Kare sur Arte

L’émission “Gymnastique” d’arte dédie l’un de ses épisodes à Susan Kare, pionnière du design numérique. Elle crée notamment des icônes de bureau et des polices typographiques devenues des normes de référence. La graphiste humanise l’informatique et travaille pour des sociétés comme Apple, NeXT, Microsoft ou encore Facebook, PayPal et Pinterest.…

Les Rad!cales : le design à l’épreuve du vivant

Né en janvier 2020, le collectif Les Rad!cales invite les professionnel·les du design à s’engager pour le vivant dans un contexte d’urgence climatique. Comment concevoir un système soutenable pour les générations présentes et futures ? Telle est l’une des questions soulevée par le mouvement. Le manifeste “Design pour l’environnement” porté…

Les Mardis Graphiques font place à l’éco-conception

Organisés par Pollen Studio, les Mardis Graphiques sont une série de conférences à Rennes, gratuites sur inscription. La dixième table-ronde porte sur la notion d’éco-conception et s’est déroulée le 7 juin dernier. Comment réduire son empreinte environnementale en tant que graphiste, sans renoncer à la communication ? Jeanne Lepoutre, co-fondatrice…