Le tremplin jeunes talents 2018 : les créateurs imaginent les pauses du futur

Le tremplin jeunes talents, lancé début janvier par Du côté de chez vous (Leroy Merlin), sur le thème (pause), s’est achevé début juin, avec les délibérations du jury, qui ont dû choisir parmi une pré-sélection de dix projets. Un paravent, une table, une poignée de porte, ou encore des endroits qui invitent à s’asseoir, les jeunes designers n’ont pas manqué d’idées. Venus de tous horizons, ils ont fait preuve d’imagination pour réinventer des installations familières, et proposer de nouvelles manières d’offrir une parenthèse dans l’habitat de demain. Les jeunes créateurs sont sortis fiers et éprouvés de la dernière phase du concours, intense et très courte, de présentation des projets et délibérations du jury.

« (pause) c’est l’intimité d’un moment, d’un espace… Une bulle de respiration et de déconnexion dans l’habitat. C’est pouvoir, le temps d’un instant, se mettre entre parenthèses dans un chez-soi qui n’est pas qu’à soi. » À partir de cette proposition, ils ont imaginé des projets qui, en plus de proposer une utilisation pratique, questionne nos habitudes et notre manière de vivre, de nous approprier notre environnement. Ces objets ont aussi tous une dimension gestuelle importante qui implique physiquement l’utilisateur à modifier l’espace dans lequel il se trouve pour se créer lui-même un refuge, et s’offrir un moment de relaxation dans un univers hyperconnecté. Retour des trois lauréats sur leur aventure, qui fut aussi, pour eux, l’occasion de réfléchir à l’importance et l’influence du designer sur le quotidien et la vie du public.

Le grand prix : Magari, par William Le Bouquin

©Du Côté de Chez Vous – Uzful

Entre travail du bois et savoir-faire traditionnel japonais, Magari (« pli », en japonais), la table munie de cloisons colorées, imaginée par William Le Bouquin, a remporté le grand prix. La feutrine intégrée dans la structure permet, une fois dépliée, de diviser la surface de la table en 2, 3 ou 4 îlots distincts. Le designer explique avoir suivi la citation de Sullivan : « Form follows function » : « Je me suis basé sur des notions telles que le mouvement, le déplacement et le cloisonnement. Car pour moi la pause est la conséquence d’une suite d’actions qui nous mène à nous mettre en repos. Elle se matérialise par une dernière action où l’on se met en re-pli. En cherchant différentes réponses à ces notions, le pli s’est avoué être une solution adéquate. Une première forme était créée. Celle-ci me rappelait les jonques qui naviguent sur les mers asiatiques. J’ai alors développé une identité visuelle qui allait dans ce sens. » Le gagnant utilisera l’argent du prix pour financer ses projets actuels. Il va maintenant réaliser un guide de fabrication pour Magari, ainsi qu’une autre version, tout en tout en menant d’autres projets d’ateliers, et de workshops, avant de passer au prototypage de Cylumiine, un autre de ses projets visant à permettre aux cyclistes de donner différentes informations aux automobilistes grâce à un système lumineux.

Le prix étudiant : Peacock, par Aloïs Gromard

©Du Côté de Chez Vous – Uzful

Peacock, dont nous avons suivi le prototypage, est un paravent ludique et personnalisable, qui permet de séparer l’espace et proposer une bulle d’intimité, tout en restant très maniable. Aloïs résume comment il en est arrivé là : « l’habitat aujourd’hui, ce sont des endroits de plus en plus petits, des appartements de plus en plus connectés. C’était vraiment intéressant de réfléchir à comment apporter une pause dans l’espace, trouver un moment pour soi. Et pour moi la solution était de se couper du monde visuellement. J’ai donc pensé à une déconnexion visuelle, avant le côté sonore. » Il a donc eu l’idée du paravent, aux formes rondes pour son attractivité, et en feutre pour le calme et la douceur que cette matière apporte. « L’idée était aussi de partir de quelque chose de compact qui se déploie en une grande forme, par une interaction entre l’individu et l’objet. » Pour lui, participer à cette aventure a été un vrai tremplin : « c’est vraiment chouette de faire ses premiers pas grâce à ce concours, j’ai appris énormément de choses ».

Le prix du public : Abri, par Thibault Malavieille

©Du Côté de Chez Vous – Uzful

Pour s’accorder une pause détente dans le quotidien, Thibault Malavieille a imaginé une structure d’extérieur en tôle en acier et toile textile. Il a choisi ces matériaux pour apporter une grande souplesse à la tonnelle et proposer un maximum de confort. Assis ou allongés, ses utilisateurs pourront profiter de ce micro-espace pour lire, dormir, flâner, ou jouer. Surpris lui même de ce que ce prix signifie pour lui, il explique : « ça a beaucoup d’importance pour moi que ce soit le public, et non pas des professionnels mais des utilisateurs qui l’aient choisi. » Son idée est inextricablement liée à ses origines, et à l’Ardèche : « d’où je viens, comme le climat est très doux 6 mois par an, l’habitat comprend aussi l’espace extérieur. »

http://etapes.com/system/98151/large/1528808724.JPG
©Thibault Malavieille

Un tremplin en open design
Les candidats devaient réaliser leurs projets en open design : il ont donc du penser leurs objets de manière à ce que le public puisse le reproduire chez soi, et se l’approprier. Cette dimension très importante a été pour certains l’un des motifs de participation, comme pour William Le Bouquin, lauréat du grand prix, qui avoue avoir été attiré par la mention de cette pratique : « L’open design sera au centre de mes projets de demain, je souhaite me tourner prochainement vers un design que je nomme « social ». Un design basé sur le partage des connaissances et des savoir-faire par le biais de la co-conception et de la co-fabrication. À cela s’ajoute les notions de recyclage et de production selon les ressources et activités locales. » Pour d’autres, elle aura été une piste de réflexion très enrichissante. Pour les plus motivés, ou ceux qui ont été séduits par l’un des projets, il sera donc bientôt possible de réaliser ces différents projets chez soi, à l’aide de tutoriels qui seront transmis plus tard via la newsletter accessible ici.

Les créations seront exposées à la Design Parade à la célèbre Villa Noailles (Hyères, France) du 28 Juin au 1er Juillet ainsi qu’à la Paris Design Week, début septembre.

Tous les projets finalistes ici : https://bit.ly/2y4RvOz.

Par Lisa Darrault

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    News

    Design Indaba x IKEA

    Design Indaba x IKEA

    Preuve de l’émulation générée par  le festival Design Indaba, la collaboration née il y a deux ans au Cap entre IKEA et un groupe de créatifs africains, sera dévoilée lors de la prochaine édition du festival. Överallt, « tout le monde » en suédois, est une collection inspirée par les rituels urbains modernes et les processus de sociabilisation en Afrique, autour de la nourriture et la vie dans et en dehors de chez soi. La réflexion menée par les créatifs les a conduit à designer une série d’objets ayant pour thème le « salon urbain ». Chaque objet y a une fonction spécifique censée…

    Casio et le studio Ghibli célèbrent les 30 ans de Kiki la petite sorcière

    Kiki la petite sorcière a 30 ans. C’est un anniversaire qui se doit d’être fêté, et ça, Casio l’a bien compris. En collaboration avec le studio Ghibli, la célèbre marque de montres sort pour l’occasion une édition hommage. Sur un écran bleu nuit se détache le duo culte : Kiki et son acolyte Jiji. Film à succès avec plus de deux millions d’entrées lors de sa diffusion au Japon, c’est là-bas que la montre anniversaire sera vendue au prix de 126€.

    Au revoir à Tomi Ungerer

    Tomi Ungerer s’est éteint le 9 février dernier, à Cork où vit une partie de sa famille. Né à Strasbourg, il a produit des dessins par milliers, dont certains sont aujourd’hui exposés dans un musée qui lui est dédié, et qui se trouve dans la capitale alsacienne. Il a esquissé pour les petits comme pour les grands, des illustrations de livres (les Trois Brigands, Rufus…) ou des scènes érotiques, également conçu des affiches prônant la tolérance, la paix ou la liberté de la presse. Il a inspiré de nombreux dessinateurs et graphistes. Merci pour tout Tomi Ungerer ! image de…

    Emballages graphiques du studio Caterina Bianchini

    Si l’habit ne fait pas le moine, les design des boites cadeaux de la marque britannique Selfridges & Co nous en font en tout cas douter. Le studio Caterina Bianchini a fait d’un simple emballage de Noël un vrai objet de design. Ayant déjà travaillé pour Levi’s, Reebok, Diesel et Lush, le studio n’a eut de cesse de proposer d’audacieux graphismes. Il réitère l’expérience avec ces 4 illustrations colorées et géométriques et font de ces emballages cadeaux, un présent de plus.

    Flux

    Words We Love, la récréation d’Ibán Ramón

    Chaque mercredi, étapes et gràffica tirent le portrait d’un créatif de la scène espagnole ou française. Ibán Ramón est en Espagne un nom qu’on ne présente plus. Son travail, imaginé dans son petit studio à Valence, est connu au delà des frontières. Aujourd’hui, il échange avec Grafficà sur son dernier…

    Au revoir à Tomi Ungerer

    Tomi Ungerer s’est éteint le 9 février dernier, à Cork où vit une partie de sa famille. Né à Strasbourg, il a produit des dessins par milliers, dont certains sont aujourd’hui exposés dans un musée qui lui est dédié, et qui se trouve dans la capitale alsacienne. Il a esquissé…

  • Top news

    Design Indaba x IKEA

    Design Indaba x IKEA

    Preuve de l’émulation générée par  le festival Design Indaba, la collaboration née il y a deux ans au Cap entre IKEA et un groupe de créatifs africains, sera dévoilée lors de la prochaine édition du festival. Överallt, « tout le monde » en suédois, est une collection inspirée par les rituels urbains…

    Les sorties graphiques de février #2

    Expos, vernissages, festivals ou conférences, chaque semaine étapes: note pour vous dans l’agenda les évènements de la scène graphique et artistique. F.A.M.E, Film and Music Experience, à la Gaité Lyrique En cette fin de semaine et pendant tout le week-end, la Gaité Lyrique met cinéma et musique à l’honneur avec…

    Words We Love, la récréation d’Ibán Ramón

    Chaque mercredi, étapes et gràffica tirent le portrait d’un créatif de la scène espagnole ou française. Ibán Ramón est en Espagne un nom qu’on ne présente plus. Son travail, imaginé dans son petit studio à Valence, est connu au delà des frontières. Aujourd’hui, il échange avec Grafficà sur son dernier…