L’écologiste libertaire Élisée Reclus à l’honneur au Drawing Lab

Géographe libertaire, écologiste alors que le mot n’existait pas encore, anarchiste convaincu qui prit part à la Commune de Paris, Élisée Reclus fut toute sa vie en quête d’absolu. Grand voyageur, il écrivit beaucoup sur la nature qu’il côtoyait sans cesse. Dans deux de ses ouvrages « Histoire de la Montagne » et « Histoire d’un Ruisseau », il développa un discours à la croisée de la poésie et de la recherche, dans lequel la nature revêt une dimension presque sociale. Il est donc tout à fait normal que les idées et les oeuvres qu’il développa lors de sa vie continuent de toucher, sporadiquement mais sûrement, certains artistes ou intellectuels. Parmi eux, on compte les illustrateurs, dessinateurs, sculpteurs et céramistes Florentine et Alexandre Lamarche-Ovize. Le couple d’artistes exposent actuellement au Drawing Lab, une série d’oeuvres inspirées par les écrits et la vie de Reclus. Dans une conception de l’art proche de celle du mouvement Arts & Crafts, ils multiplient les supports, imaginant à la fois des assises, des coiffes, une teinture et des images ou les techniques se croisent et se mélangent. Une certaine idée de la liberté.


Élisée, une biographie
Par Florentine et Alexandre Lamarche-Ovize
Jusqu’au 9 janvier 2020
Au Drawing Lab, 17 rue de Richelieu, 75001 Paris




Qu’est-ce qui vous a inspiré dans les œuvres d’Élisée Reclus?

On a découvert les œuvres de Élisée Reclus par hasard, grâce aux idées de la commune. On est tombé sur une œuvre foisonnante et un personnage très attachant. Il est vraiment un personnage de roman. On a adoré ses livres « une histoire d’une montagne » et « une histoire d’un ruisseau ». C’est une manière de voir le monde de manière globale par le détail, une géographie humaine respectueuse de son environnement.

Vos œuvres sont des collages et elles foisonnent de détails et de couleurs. Qu’est-ce qui vous a conduit à développer ce style graphique ?

Nous travaillons à deux, le collage permet un langage dialectique. L’idée de collage permet d’être dans une narration, d’enchaîner des formes qui correspondent et racontent des histoires. Cela permet aussi d’évoquer tout ce qu’on aime en dessin : le dessin de bande dessinée, celui de l’illustration ou encore les références picturales.


En plus des dessins, vous avez également réalisé une teinture sur toile, des coiffes ainsi que des assises inspirées par ses écrits. Pouvez-vous nous en dire plus sur ces œuvres ?

Le dessin sur tissus de lin et cotton a été réalisé sur tablette numérique. On adore la traduction du dessin par cet outil c’est comme une parodie de l’aquarelle, ce sont des outils qui n’existent pas en réalité. On a donc créé un panneau en 5 parties qui reprend l’esthétique des arts décoratifs.

Les assises ont quant à elles été réalisées avec un ami designer Romain Guillet. Elles sont directement inspirées des écrits « histoire d’une montagne » et « histoire d’un ruisseau ». L’une représente une vague en céramique et l’autre une montagne en liège. On aime bien la chaleur du matériau du liège et celui froid de la céramique.


Les coiffes sont réalisées en céramique engobée en noir. Elles représentent les amis intellectuels d’Éliséee Reclus et figurent ce que c’était de se développer à l’époque dans les mouvements politiques socialistes. Comme par exemple les échanges avec Eléonor Marx ou sur la question du voyage avec Alexandra  David-Neel.

Cette pluri-disciplinarité fait-elle partie de votre conception de l’art ?

Oui c’est une conception de vie que nous avons découvert en lisant William Morris (ndlr. membre fondateur du mouvement Arts & Crafts) : penser la vie de manière domestique, dans laquelle le travail est central et permet par les savoirs-faires, la liberté.

Selon vous, qu’a encore d’actuel l’œuvre d’Élisée Reclus ?

Une conception du monde respectueuse de l’altérité et de son environnement, une liberté de pensée et une excentricité qui rend heureux et permet de progresser grâce aux expériences et aux amitiés.

Retrouvez le travail de Florentine et Alexandre Lamarche-Ovize


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

Franchir les murs, festival virtuel et visuel

Dans un contexte sanitaire tendu, le secteur de la culture se mobilise pour continuer de faire vivre diverses expériences au public. Le festival virtuel « Franchir les murs », initiative de la ville de Pau, propose jusqu’au 4 septembre des expositions, films, playlists ou encore illustrations autour des cultures urbaines. Ce parcours…

27/05 > 20/06 – Art Paris Digital by Artsy

Suite au report puis à l’annulation de son édition 2020, la foire d’art contemporain Art Paris, qui devait avoir lieu au Grand Palais, a troqué l’espace de la grande nef pour un espace numérique. Elle lance dès aujourd’hui Art Paris Digital by Artsy, une plateforme flambant neuve accueillant une centaine…

27/05 > 30/05 – « Petit contre-temps » au Studio Fotokino

« Petit contre-temps », exposition au titre visionnaire, qui devait se dérouler pendant le confinement, aura finalement lieu à Fotokino, du mercredi 27 au samedi 30 mai. Trois artistes et designers marseillais, habitués du studio, sont invités à investir l’espace d’exposition de Fotokino pendant 4 jours. Aurélien Débat montrera une…

REPORT OU ANNULATION – 12/03 > 02/04 – Post-scriptum : Ep.01 à Nancy

« La Galerie NaMiMa de l’École nationale supérieure d’art et de design de Nancy, en partenariat avec Le Signe, Centre National du Graphisme de Chaumont accueille Post-scriptum : Ep.01 une exposition d’affiches et d’objets graphiques contemporains. Au-delà d’une collection graphique témoignant d’écritures singulières, cet évènement s’engage à révéler les histoires et éclaircir les…

Flux

Le confinement dans la peau d’un ado par le studio Favo

S’il est encore difficile d’imaginer clairement ce que sera l’après pandémie, se pencher avec un peu de recul sur la manière dont nous avons vécu les trois derniers mois est désormais d’actualité. Ce court métrage d’animation, baptisé « Quaranteen, a tale of confinement » et réalisé par le studio portgugais Favo (Louis…

Ressources

POSE une webapp pour vous aider à illustrer des personnages

Si on n’ose pas se l’avouer, certains outils sont tout de même bien pratiques pour combler des lacunes en dessin. Dans ce registre, nous sommes tombés sur POSE. Cette webapp développée par le designer Gal Shir est d’une aide précieuse pour créer des personnages proportionnés. La principale difficulté lorsque l’on…