L’écologiste libertaire Élisée Reclus à l’honneur au Drawing Lab

Géographe libertaire, écologiste alors que le mot n’existait pas encore, anarchiste convaincu qui prit part à la Commune de Paris, Élisée Reclus fut toute sa vie en quête d’absolu. Grand voyageur, il écrivit beaucoup sur la nature qu’il côtoyait sans cesse. Dans deux de ses ouvrages « Histoire de la Montagne » et « Histoire d’un Ruisseau », il développa un discours à la croisée de la poésie et de la recherche, dans lequel la nature revêt une dimension presque sociale. Il est donc tout à fait normal que les idées et les oeuvres qu’il développa lors de sa vie continuent de toucher, sporadiquement mais sûrement, certains artistes ou intellectuels. Parmi eux, on compte les illustrateurs, dessinateurs, sculpteurs et céramistes Florentine et Alexandre Lamarche-Ovize. Le couple d’artistes exposent actuellement au Drawing Lab, une série d’oeuvres inspirées par les écrits et la vie de Reclus. Dans une conception de l’art proche de celle du mouvement Arts & Crafts, ils multiplient les supports, imaginant à la fois des assises, des coiffes, une teinture et des images ou les techniques se croisent et se mélangent. Une certaine idée de la liberté.


Élisée, une biographie
Par Florentine et Alexandre Lamarche-Ovize
Jusqu’au 9 janvier 2020
Au Drawing Lab, 17 rue de Richelieu, 75001 Paris




Qu’est-ce qui vous a inspiré dans les œuvres d’Élisée Reclus?

On a découvert les œuvres de Élisée Reclus par hasard, grâce aux idées de la commune. On est tombé sur une œuvre foisonnante et un personnage très attachant. Il est vraiment un personnage de roman. On a adoré ses livres « une histoire d’une montagne » et « une histoire d’un ruisseau ». C’est une manière de voir le monde de manière globale par le détail, une géographie humaine respectueuse de son environnement.

Vos œuvres sont des collages et elles foisonnent de détails et de couleurs. Qu’est-ce qui vous a conduit à développer ce style graphique ?

Nous travaillons à deux, le collage permet un langage dialectique. L’idée de collage permet d’être dans une narration, d’enchaîner des formes qui correspondent et racontent des histoires. Cela permet aussi d’évoquer tout ce qu’on aime en dessin : le dessin de bande dessinée, celui de l’illustration ou encore les références picturales.


En plus des dessins, vous avez également réalisé une teinture sur toile, des coiffes ainsi que des assises inspirées par ses écrits. Pouvez-vous nous en dire plus sur ces œuvres ?

Le dessin sur tissus de lin et cotton a été réalisé sur tablette numérique. On adore la traduction du dessin par cet outil c’est comme une parodie de l’aquarelle, ce sont des outils qui n’existent pas en réalité. On a donc créé un panneau en 5 parties qui reprend l’esthétique des arts décoratifs.

Les assises ont quant à elles été réalisées avec un ami designer Romain Guillet. Elles sont directement inspirées des écrits « histoire d’une montagne » et « histoire d’un ruisseau ». L’une représente une vague en céramique et l’autre une montagne en liège. On aime bien la chaleur du matériau du liège et celui froid de la céramique.


Les coiffes sont réalisées en céramique engobée en noir. Elles représentent les amis intellectuels d’Éliséee Reclus et figurent ce que c’était de se développer à l’époque dans les mouvements politiques socialistes. Comme par exemple les échanges avec Eléonor Marx ou sur la question du voyage avec Alexandra  David-Neel.

Cette pluri-disciplinarité fait-elle partie de votre conception de l’art ?

Oui c’est une conception de vie que nous avons découvert en lisant William Morris (ndlr. membre fondateur du mouvement Arts & Crafts) : penser la vie de manière domestique, dans laquelle le travail est central et permet par les savoirs-faires, la liberté.

Selon vous, qu’a encore d’actuel l’œuvre d’Élisée Reclus ?

Une conception du monde respectueuse de l’altérité et de son environnement, une liberté de pensée et une excentricité qui rend heureux et permet de progresser grâce aux expériences et aux amitiés.

Retrouvez le travail de Florentine et Alexandre Lamarche-Ovize


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

14/01 > 01/03 – Signal Bis par Julien Lelièvre et Jean-Baptiste Levée (Production Type) à la Maison de la Culture d’Amiens

Initiée par la Maison de la Culture d’Amiens dans le cadre du Festival Amiens Europe, l’exposition Signal Bis présente parallèlement les travaux de la fonderie Production Type et ceux du graphiste et photographe Julien Lelièvre, en s’articulant autour du projet « Art d’autoroute ». Édité par Building Books l’ouvrage Art d’Autoroute rend visible l’esthétique déconsidérée des autoroutes françaises avec le recensement en image des œuvres d’art présentes aux abords du  réseau routier.  La conception de l’ouvrage s’est accompagnée de la création d’un caractère spécifique, le Signal, développé par la fonderie Production Type. Les équipes de Jean Baptiste levée se sont ainsi penchées sur l’édition et la modernisation  de la…

4/2 – journée d’études « Design & Sécrétions – Vers de nouveaux rituels » à l’EESAB Rennes

À l’initiative de Tony Côme, historien du design, l’EESAB Rennes propose de réunir designers, artistes et anthropologues autour d’une journée d’études sur le thème « Design & Sécrétions – Vers de nouveaux rituels ». C’est du propre. « Pendant des décennies, les designers semblent avoir travaillé pour des usagers dont les corps jamais ne devaient sécréter. Grâce aux “pulsairs” et autres brise-soleil conçus par Le Corbusier, les chemises du Modulor ne risquaient pas, elles, d’être auréolées. Josephine, la femme américaine moyenne inventée par Henry Dreyfuss, n’était pas inquiète de son aménorrhée. Embarqués très tôt dans la course vers le confort, les designers –…

7 > 12/1 – Tout ce temps j’ai cherché

Du 7 au 12 janvier, l’artiste et illustratrice Pauline Furman présente ses dernières réalisations personnelles dans une exposition à la galerie Au Médicis. C’est un véritable écrin de velours que propose la jeune parisienne, qui a fait de cette matière textile, le support de ces expérimentations visuelles. Ses œuvres, douces et oniriques, révèlent des compositions abstraites. Elles se dessinent dans l’assemblage des couleurs et les propriétés de cette matière singulière, d’évoluer avec la lumière. Infos Pratiques : Date : Du 7 au 12 janvier Lieu : Galerie Au Médicis, 5 rue de Médicis, 75006 Paris Lien web : http://bit.ly/2rQ2bOB

7 > 8/12 – Air Poster #7 à la galerie Au Roi

Chaque année depuis 7 ans, une poignée de studios de graphisme se rassemble autour du projet Air Poster. Une exposition d’affiches sérigraphiées et expérimentales en carte blanche. Cette année, les deux jours d’affichage se déroulent à la Galerie au Roi. 15 studios européens ont créé des affiches inédites :—Akatre Studio — Atelier trois — Badesaison — Cheeri paris — Christophe Renard — Des Signes — Gaël Etienne — Gr20paris — Les Graphiquants — Irradie — Studio Julia — Pilote paris — Schultzschultz — Studio triple — Undo-Redo Impression : Lézard Graphique Infos pratiques : Date : du 7 au 8…

Flux

Ressources

Comment bien foirer sa carrière de créatif

Réussir ou foirer sa carrière, à vous de choisir. Pendant tout le mois de décembre, l’illustrateur Mike Stefanini a convié 24 professionnels de la création à délivrer leur meilleur conseil pour surtout ne pas atteindre ses objectifs. Jérémie Claeys, Geneviève Gauckler, Aurélien Jeanney, Joe La Pompe, Cruschiform ou encore Jack…