Léré, le temps retrouvé

Léré est le nom d’une petite commune rurale du Cher, tranquillement installée en bord de Loire, à mi-chemin entre Bourges et Auxerre. Une commune comme il en existe des milliers en France. La particularité de ce bourg est qu’il a été choisi pour expérimenter une nouvelle forme de communication territoriale, anonyme, diffuse et discrète. Fruit d’un long processus débuté en 2012 à l’occasion d’un diplôme à l’ESAD Amiens, il a perduré jusqu’aujourd’hui en prenant des formes multiples. Son principe directeur, basé sur l’histoire et le patrimoine du village, offre alors un renouvellement constant aux formes, images et messages diffusés. Léré est donc d’abord un projet qui prend son temps. Un projet qui s’étale, qui s’éloigne des velléités contemporaines, pour s’adapter à une temporalité oubliée. Rencontre avec son instigateur.


Pouvez-vous nous expliquer ce projet ? Comment a-t-il été imaginé et qu’est-il aujourdhui ?

Léré constitue la pierre angulaire de mes origines familiales. La trace de mes ancêtres remonte jusqu’à la révolution française, nom observé dans « Histoire de Léré » de Arsène Mellot. C’est donc une histoire et un rapport familial très fort qui existe entre ce village et moi. Cela constitue un point de chute, un lieu d’une fiabilité inébranlable. Ce village, avant tout fréquenté pour ma part pendant les vacances, a supporté et cristallisé tous mes changements d’orientations, mes évolutions, mes questionnements, devenant ainsi un lieu d’expérimentation.

J’ai commencé à véritablement produire des travaux à Léré en 2011, avec mes cousins nous avions décidé de nous réunir pour les grandes vacances. Ma tante y fêtait alors ses 60 ans, nous avons pris la décision de produire une affiche constituée uniquement du chiffre 60. C’est après cette première intervention que je me suis posé la question du sens de la forme graphique au sein d’un village, de ce village. Je venais alors de trouver ma thématique de diplôme : comment un village de 1200 habitants conçoit et intègre les notions de présentation, de diffusion et de restitution de son patrimoine ? En d’autres termes, quel pourrait être à ce moment-là l’identité graphique de Léré ?

J’ai rassemblé tous les documents photographiques que j’ai pu trouver de ce territoire, force est de constater qu’il a été énormément documenté, il est alors intéressant de confronter le même sujet à différents points de vue, à différentes périodes. Le fil conducteur est de percevoir tous ces documents comme une arborescence infinie d’images, les objets imprimés (dépliants, affiches et cartes postales) devenant alors des fragments, des prélèvements d’une partie de quelque chose de plus grand. ll s’agit de Léré qui parle de Léré en montrant Léré. C’est un territoire qui se regarde, s’interroge sur sa propre histoire, sur ce qu’il a été, sur ce qu’il est et sur ce qu’il pourrait devenir. Ces archives photographiques sont reliées à un chiffre qui va situer un évènement de ma propre histoire au sein du village. Tout a démarré avec le nombre 60. Lors de la production de la seconde affiche j’ai pris le chiffre 1 comme point de départ pour aller jusqu’à 10, une fois à 10 je suis reparti du 1 : par essence Léré crée de l’innovation dans la répétition.

Par ses individualités et la multitude de regards portés sur le même sujet, Léré se nourrit de lui-même pour renaitre indéfiniment.


Vous menez ce projet depuis plusieurs années, comment percevez-vous son évolution ?

Le diplôme m’a permis de développer des réponses sur ce que pourrait être le langage graphique de Léré. Les outils permettant cette mise en forme ne pouvaient pas seulement exister pour un seul projet tant le champ des possibles est étendu. J’ai donc décidé de continuer, de manière ponctuelle, à questionner le village sur ce qu’il est au travers de ma perception, de mes interrogations et de mes problématiques graphiques du moment, mettant à chaque fois ces notions et le projet en relation.

Vous dites justement que ce projet est « hors du temps ». Pourquoi ?

Henry Pierre Jeudy dans « Un sociologue à la dérive. Chronique d’un village. » nous dit : « Souvent, j’ai l’impression de faire un effort pour aller au village, un effort mental pourrais-je dire, je m’oblige à sortir de ma maison, sachant que je vais rejoindre ce que j’imagine être un « autre monde ». Un monde qui me fait oublier mes incertitudes existentielles parce qu’il se présente tel qu’il est, dans cette immédiateté de la vie quotidienne qui s’offre comme un charme hors du temps. »

Le projet n’est pas « hors du temps », c’est Léré qui est hors du temps. L’intervention est un marqueur pour rappeler que ce territoire est justement à contretemps du monde citadin.


Quel est l’avantage d’un projet aussi long ?

Comme une langue vivante, c’est le plaisir de pouvoir constater la richesse et l’évolution du vocabulaire visuel qu’offre Léré. Comment une image peut être utilisée d’une certaine manière en 2011 et réapparaître autrement en 2018 ? On vient à Léré pour se retirer du monde, paradoxalement ces affiches vont marquer notre visite pour ensuite se diluer et disparaitre.

Quels sont les enjeux majeurs dans la communication visuelle d’un village rural ? Et comment y-avez-vous répondu ?

Le développement d’une identité autour d’un village est une problématique très particulière, de part la situation du territoire, de ses voix d’accès, de la manière dont on y circule, dont on appréhende cette zone en tant que vacanciers occasionnels ou dans mon cas lorsque l’on y vient régulièrement sans y habiter à l’année. Tout cela est à mettre en parallèle avec celles et ceux qui vivent le village au quotidien.

La justesse de l’intervention est primordiale, il s’agit d’exploiter au mieux les atouts du village sans que la forme graphique ne vienne polluer ce qu’est le territoire, une intervention trop visible serait contre-productive. L’exploitation de ses voix d’accès, que cela se fasse à vélo par La Loire, en voiture par les départementales et les nationales, en bateau par le canal font que le village est au centre de plusieurs flux. Les transfos EDF se situent à chaque extrémité du village, permettant un balisage, points d’entrées et de sorties. Frédéric Teschner, qui était mon professeur, parlait de « micro-architecture » que l’on va investir en utilisant leur propriété pour diffuser ce message sans empiéter sur le village lui-même. Donner l’envie de s’y attarder pour que chacun puisse l’appréhender à sa manière. Léré devient l’idée que l’on se fait de Léré. Susciter en chacun l’envie d’y trouver un point de vue singulier, propre à soit.

Les cartes postales synthétisent la notion d’arborescence et de prélèvement, en relation avec les différentes typographies relevées au sein du village : le 18240 est en Freestyle Script, typographie de la devanture du boucher « CHEZ JURANDON », lieux de rencontre et de vie, véritable institution locale. 18240 est écrit de cette manière pour ancrer un peu plus le projet dans un territoire.

Quand le projet a débuté, l’ESAD Amiens avait un partenariat avec Riso. Cette méthode de production rapide et en série reprend les principes de la sérigraphie. C’est une machine qui se destine à la production d’objets imprimés pour les collectivités. Le format proposé (A3) est en adéquation avec la taille des transfos EDF, il y a quelque chose d’harmonieux dans cette relation format / support. D’un point de vue financier cette solution semble cohérente par rapport à la problématique budgétaire qu’induit l’auto-production.

Léré est un nom intéressant autant dans sa prononciation que dans sa forme, on peut le décomposer de la manière suivante : Lé Ré, deux syllabes qui lançaient dans les airs résonnent et confèrent déjà un certain pouvoir de séduction. Léré c’est une signature, la revendication d’un patrimoine. Le fait de sortir de cette logique d’armoirie montre la volonté de s’inscrire dans une certaine démarche, l’idée du tampon, ici c’est Léré ! On revient à la force du signe qui appelle un ensemble. Léré ce n’est pas une marque, c’est une communauté. Pour les 60 ans de ma tante, au-delà de mon intervention, j’avais fait tirer 1000 autocollants de ce macaron de 4 cm de diamètre. Il est intéressant de voir les gens se réapproprier l’objet, sur leur téléphone, même pour certain sur leur plaque minéralogique à la place du département, pour en retrouver à des endroits improbables comme dans des trains. Le typogramme Léré s’est peu à peu effacé, il existe toujours sous forme de macaron mais n’est plus présent sur l’affichage. Le langage graphique est suffisamment éprouvé et identifié pour dire Léré sans le noter.

C’est ici une partie des enjeux de l’identité d’un village rural, ce n’est pas une recette, ce qui marche pour Léré ne marchera pas pour la commune voisine, cependant cela constitue des questions de base lorsque l’on s’attaque à ce projet.


Comment le projet a-t-il été reçu et perçu dans le village ?

Nous sommes dans une anonyme notoriété, mon identité et celle de mes camarades est un secret de polichinelle cependant il est primordial de placer le projet avant ceux qui le font. Le travail graphique est au centre de la démarche, dans tout ce que cela comporte. C’est notre manière de voir Léré, avec ceux qui adhèrent et ceux qui n’adhèrent pas, avec les questions que cela soulève. Dix ans après la première affiche il y a une forme de tradition et de protocole autour de ces interventions visuelles. J’aime à croire que cela fait maintenant parti de son patrimoine et de sa singularité.

Quels supports avez-vous investis et pourquoi ?

Comme expliqué plus haut Léré a parfaitement su exploiter ses voix d’accès, ouvrant le village vers l’extérieur. Le dépliant est le meilleur moyen de parler de la richesse du territoire, d’abord son histoire. Nous avons la chance d’avoir plusieurs ouvrages sur Léré écrit par Arsène Mellot, ensuite on y trouve son actualité, culturelle et associative. On ne perd jamais de vue la notion de communauté qui donne vie au village. Le dépliant d’un point de vue graphique doit rendre compte de la singularité du territoire, que cela soit dans son architecture, dans son histoire, mais aussi des différentes personnalités qui le constitue. On doit montrer Léré dans une situation géographique, un village c’est un point dans un environnement, un département, une région.

La carte postale est une image, c’est aussi un objet de mémoire, c’est un objet qui voyage, potentiellement le second ambassadeur de Léré après ses habitants. Cet objet rend compte, grâce au prélèvement photographique qu’il effectue, de l’architecture et de l’environnement. On entretient le fantasme de Léré.

Il y a aussi eu les macarons Léré, cependant l’objet qui synthétise et qui va lier dépliants et cartes postales est l’affiche. Intervention la plus visible, c’est ce qui va interpeller, de manière frontale, c’est un signe qui indique et guide tout en donnant à voir, mêlant nostalgie, ressentiment et subjectivité du point de vue au service de l’expérience du village.


Ce projet semble bâti sur la notion de sérialité. Quel effet souhaitez-vous atteindre grâce à ce procédé ?

La série à cette double fonction d’exister seule mais également ensemble. C’est toute la genèse de Léré : des individualités au service d’un projet commun, d’un bâtit et de son histoire. Ces affiches sont autant de chapitres sur le temps qui passe et la manière de le vivre en zone rurale. J’aimerai que ces productions ne cessent jamais, que cela me dépasse pour exister de façon autonome dans une série infinie.

Starring : Denis, Daniel, Jacqueline, Sylvie, Catherine, Noêl, Cécile,  Élise, Alice, Jon, Anne-Sophie D, Anne-Sophie F, Baptiste, Aloïs, Thibaut, Julien, Benjamin C, Benjamin A, Lou, Marine D, Marine G, Henri, Paul P, Océane, Magali, Anne, Ana, Nina et surtout Jean-Pierre, Paul et Pascal.

Remerciements à Susanna Shannon, 
Travail dédié à Marie-Jeanne Manuellan

Pour contacter l’auteur : [email protected]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

11/7 > 1/11 – Anja Kaiser, Undisciplined toolkit. Design graphique et féminisme au Centre National du Graphisme Le Signe

La chercheuse et designer graphique féministe Anja Kaiser est à l’honneur tout l’été au Signe, Centre National du Graphisme. Par sa pratique elle soutient des projets et des commanditaires féministes et émancipateurs. En abordant le féminisme d’un point de vue historique et politique, la jeune femme entend questionner les représentations…

Waterfalls, une exposition en ligne de Thomas Danthony

Avec sa nouvelle exposition Waterfalls, Thomas Danthony nous invite dans une nouvelle sorte d’évasion virtuelle. En effet, dans ce parcours en ligne, il présente une série méditative sur les chutes d’eau, phénomène naturel qu’il observe, en tentant de capturer la beauté dans la surprise. Par leur verticalité, les chûtes d’eau…

1/07 > 29/08 – Joan Cornellà, Paris Solo Show à la Galerie Arts Factory

Le dessinateur de bande dessinée et illustrateur barcelonais Joan Cornellà a la gâchette facile quand il s’agit l’humour noir. Après une invasion des réseaux sociaux, plusieurs bandes dessinées et travaux éditoriaux, l’espagnol continue dans sa lancée et piétine avec jubilation le politiquement correct. Racisme, pauvreté, handicap, maladies, mutilation, Cornellà se…

01/07 > 23/09 – Rêves à la SLOW Galerie

Du 1er juillet au 23 septembre, la SLOW Galerie réunit 60 illustrateurs pour « Rêves », une exposition d’illustrations réalisées pendant le confinement. Les 60 personnalités qui s’y expriment sont autant de point de vue, d’esthétiques, de sensibilités, de désirs, de rêves en somme. La pratique du dessin a été pour ces…

Flux

Dans son nouvel e-book, Monotype donne des conseils pour optimiser le choix d’une police de caractères

La bibliothèque de polices en ligne Monotype vient tout juste de sortir un nouveau livre numérique intitulé «Comment être une marque de distribution compétitive dans une nouvelle réalité digitale». Suite à l’explosion du e-commerce constatée pendant l’épidémie de Covid-19, Monotype anticipe les futures attentes des utilisateur.rices et donne quelques conseils…

Les D&AD New Blood Awards récompensent les talents émergents

Depuis 1980, les fameux D&AD Awards ont introduit à leurs récompenses les New Blood Awards, un concours dans le concours, qui célèbre la créativité de la jeune génération de designers. Le 9 juillet dernier avait lieu, Covid-19 oblige, une remise des prix 100% digitale sur la page Instagram du concours.…

Ressources

Typologie, un nuancier de la typo française

Afin de mettre en avant la diversité et la singularité de la création de caractères française, le studio recto verso lance Typolgie, un nuancier de la typo. L’idée de reprendre ce format familier des graphistes est plutôt originale et bien trouvée pour mettre l’accent sur une discipline qui foisonne de…

POSE une webapp pour vous aider à illustrer des personnages

Si on n’ose pas se l’avouer, certains outils sont tout de même bien pratiques pour combler des lacunes en dessin. Dans ce registre, nous sommes tombés sur POSE. Cette webapp développée par le designer Gal Shir est d’une aide précieuse pour créer des personnages proportionnés. La principale difficulté lorsque l’on…