Les designers s’emparent de Surface Studio au 34Greneta


 
Le temps d’une demi-journée, nous avons accueilli des designers venus de tous les horizons pour une masterclass autour de Surface Studio de Microsoft. Les maîtres de cérémonie, Julian Urie, Stéphane Salmon et Corinne Grealish, tous les trois designers chez Swarovski, et Mike Stefanini, directeur artistique freelance, ont pu, grâce au dispositif mis en place, transmettre leur expérience avec cet écran tactile qui a pleinement intégré leur processus de création.

Nombreuses sont les personnes à avoir déjà entendu parler de Surface Studio. Depuis son lancement, il y a un an, la presse spécialisée internationale porte aux nues cette nouvelle machine conçue pour les créatifs. Pour autant, plus rares sont ceux qui ont pu le prendre en main, pour voir s’il correspondait à sa pratique. C’était donc le but de cette journée au 34Greneta : rassembler les créatifs et les inviter à échanger autour de leurs différentes manières de créer.


Dans la galerie, au milieu des œuvres photographiques de Samuel Zeller, deux Surface Studio trônent, prêts à être essayés par les personnes venues le découvrir. À côté, une kyrielle de devices de la gamme Surface prouve qu’il est possible d’allier mobilité et tactile dans un véritable ordinateur. Et enfin, pour nourrir les estomacs affamés de savoirs et d’innovations, un somptueux buffet. Nous sommes fins prêts pour vous accueillir.

Graphistes, illustrateurs, designers produits, stylistes, photographes ou encore développeurs… la masterclass s’est affranchie des frontières entre disciplines pour favoriser les ponts et l’échange. Chacun découvrant comment travaille l’autre, comment un créatif s’approprie les logiciels et son support de conception pour matérialiser ses concepts et donner vie à sa pratique. Devant Surface Studio, les réactions sont unanimes « Sa capacité de se transformer en table à dessin est un socle idéal pour débuter la création ». Quand une jeune designer explique à Julian Urie avoir la particularité de dessiner sans tablette graphique, mais avec sa souris, il rétorque simplement que rien ne l’en empêche. La machine est suffisamment modulable pour s’adapter aux habitudes de son utilisateur, et ça c’est une innovation majeure.

Stéphane Salmon nous fait aussi remarquer des points de détails révélateurs de l’ambition de Surface Studio d’être au plus proche d’une approche de conception naturelle. Il explique « Sur les stylets, nous pouvons changer les pointes. En fonction de celle qu’on choisit, le toucher devient plus lisse ou plus rugueux, comme avec un crayon ».


De son côté, Mike Stefanini montre devant des yeux ébahis à quoi peut servir le Dial. « Il y a possibilité de le configurer avec de nombreux outils sur chaque logiciel, mais pour ma part j’aime beaucoup m’en servir pour naviguer dans l’historique de mes illustrations. En tournant le Dial, je peux faire un timelapse de toutes les actions effectuées depuis le début. On peut ainsi revenir en arrière, manipuler, tester des nouvelles teintes, textures, sans être contraint de refaire 50 manips ».

En somme, la journée fut un succès : en plus d’avoir pu échanger avec les créatifs, DA et designers, sur leur processus de travail et l’utilisation qu’ils font de Surface Studio, la communauté créative invitée au 34Greneta a pu discuter directement avec les équipes Microsoft sur les différents produits de la gamme Surface et sur toutes les questions techniques et les interrogations concernant performance. Une gamme qui est déjà reconnue, mais dont les capacités et les possibilités restent encore à explorer davantage par tout créatif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En bref...

Une poupée Barbie à l’effigie de l’alter égo de David Bowie

Après la déception suscité par le traitement, entre autres de whitewashing, de la poupée Frida Kahlo, Mattel, la marque aux Barbies, continue de surfer sur les représentations des grandes icônes culturelles. Cette fois-ci, elle rejoue les codes vestimentaires du messager des étoiles, Ziggy Stardust, l’alter égo de David Bowie à l’occasion des 50 ans de Space Oddity et au prix de 50$. C’est dès l’année 1971 que David Bowie a endossé le rôle de son personnage Ziggy Stardust, une star du futur venue de l’espace, qu’il développe dans son concept-album The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders From…

Coca-cola fait du neuf avec du vieux

Revenir au look de ses débuts, c’est le choix effectué par la marque iconique pour accompagner le lancement de sa nouvelle collection de mixers. Plus de 100 ans plus tard, Signature Mixers fait un bon en arrière pour offrir une seconde vie au design de la bouteille du type Hutchinson, introduite en 1894 par Joe Biedenharn. Ce travail de branding a été mené avec l’aide de l’agence Dragon Rouge et tend à séduire le monde de la mixologie avec cette nouvelle gamme de produits. L’étiquette sobre, met en avant les propriétés de chacun des breuvages. Le set design autour de…

Exposez vos affiches au festival Graphic Matters

Le festival international consacré au graphisme Graphic Matters lance un appel à projet et vous invite à concevoir une affiche sur un sujet qui vous tient à coeur. Des thèmes les plus complexes aux plus légers, l’affiche doit se faire comprendre en un clin d’oeil et dès 3 mètres de distance. Pour la première fois, Graphic Matters autorise aussi les affiches animées. Les gagnants seront exposés durant le festival du 20 septembre au 27 octobre à Breda, aux Pays-Bas. Soumettez vos posters ici avant le 11 août 2019.

Paris Plages, Helo Birdie et Kiblind dressent le tableau

Les vacances ne sont pas pour tout de suite, mais grâce Kiblind, on est en droit de rêver d’une journée pépouze sur un transat sur les charmants bord de Seine. Pour la troisième année consécutive, l’agence créative signe l’identité visuelle de Paris Plages. Après Simon Roussin, puis Malika Favre en 2018, ils confient les illustrations à Helo Birdie (Joanne Ho). Une saga estivale qu’on ne se lasse pas de regarder.

Flux

Des animaux et un homme

Patrick Cabral alias @darkgravity a le don pour apprivoiser les animaux sauvages avec sa paire de ciseaux. En s’intéressant à la faune, le designer s’empare d’un sujet grand public, mais le rend précieux par la délicatesse de sa mise en forme. Ces sculptures en papier découpé sont tout simplement somptueuses.

Ressources

Comment retrouver une typographie à partir d’une image ?

Au détour d’une rue, sur un sticker ou encore dans un générique de film, un caractère typographique retient parfois notre attention. Pour les graphistes, en retrouver l’origine peut être une véritable obsession. D’autant qu’aujourd’hui, avec le foisonnement des polices d’écriture, la mission est parfois difficile. Heureusement, plusieurs outils peuvent vous…

Faites de nouvelles expériences avec l’encre

Voici une nouveauté de Pyramyd Éditions qui devrait plaire aux créatifs qui aiment explorer toutes les possibilités offertes par la matière. L’ouvrage Faites de nouvelles expériences avec l’encre propose au lecteur un éventail de conseils et techniques pour repousser les limites de l’encre. « Du choix des pinceaux à l’utilisation de…